Ø  "Le sommet coupé de la base"  par Patrick Allemand

(…) Toutes les réunions qui se déroulent actuellement sont extrêmement riches. Il y a une grande sincérité  dans les interventions avec un désir d'aller au fond des choses, même s'il y a quelques arrières- pensées bien humaines.

Ici l'heure est à se serrer les coudes et à affronter la droite avec détermination. Mais  il y a, à la base, une colère à peine contenue contre le spectacle donné à Paris par nos dirigeants. Et même localement je sens une vraie différence entre le Conseil Fédéral et ce qui se dit dans les sections.

Beaucoup de militants sont pour un Congrès très rapidement alors qu'au niveau des instances départementales ou nationales, l'empressement est moins grand.

Chez les militants, Ségolène a incontestablement marqué des points. Je l'ai mesuré à mon AG de section hier, mais aussi ce soir au pot de Désir d'Avenir. Ceux qui pensaient que les adhérents pro-Ségolène, allaient, rentrer chez eux après la défaite pour que les anciens se retrouvent entre eux, vont rapidement déchanter. Je sens venir une nouvelle vague d'adhésion pour soutenir la démarche de rénovation entreprise pendant la campagne et pas celle proposée au Conseil National. De nouveaux choix cornéliens en perspective.

Il y a aussi une grosse colère contre le bal des "carriéristes" reçus par le président de la République (…)

Enfin tout cela sur fond de laxisme, Allègre annonce qu'il ne votera pas Ségolène Royal et le parti ne dit rien. Besson démissionne de ses fonctions c'est son droit, puis il passe avec armes et bagages dans le camp d'en face et on le laisse démissionner sans l'exclure. Chacun déclare à la presse ce qu'il veut. Et nous sur le terrain on est chargé de mener une campagne législative et de la gagner si possible.

Sans compter ceux qui ne rêvent que d'une seule chose c'est d'en finir avec François Hollande. Ils pensent à cela à quatre semaines d'une échéance capitale pour le peuple.

Il est nécessaire de se ressaisir rapidement si l'on veut retrouver la confiance des électeurs que Ségolène Royal a rassemblé sur son nom. Car je pense qu'il est encore possible de réaliser de belles élections si nous savons mobiliser notre électorat. Encore faut-il que nous sachions lui donner envie de se mobiliser pour nous!

.

.

.

Ø   Rencontre organisée par Désir d’avenir 06 : " Quel avenir pour la gauche ?" Par Elodie Jomat, PRG 06

J’ai participé à un petit buffet organisé par Valérie Nucéra, l’animatrice de Désir d’avenir 06, en présence d’une soixantaine de personnes, dont Patrick Allemand, le mandataire de Ségolène Royal pour les Alpes-Maritimes, Frédérique Grégoire-Concas, l’animatrice du comité départemental de campagne, Ladislas Polski, porte-parole du MRC 06, et Jean-Christophe Picard, porte-parole du PRG 06.

Ce fût l’occasion d’un petit débriefing… participatif ! En effet, chaque convive pouvait donner son analyse ou livrer ses sentiments sur l’élection présidentielle…

Patrick Allemand a estimé que « Ségolène Royal avait acquis une vraie légitimité pendant cette campagne ». En tant que premier secrétaire fédéral du PS 06, il va œuvrer « pour conserver les nouveaux adhérents afin d’éviter de retomber dans les mauvaises habitudes d’avant ». Pour lui, le danger vient du fait que « Nicolas Sarkozy a banalisé les idées de Jean-Marie Le Pen ». Il faut donc « que les citoyens de gauche restent mobilisés pour les élections législatives ». Aussi, il invite « tous les militants à soutenir les candidats de la gauche rassemblée aux élections législatives ».

Auparavant, Jean-Christophe Picard avait exprimé le point de vue du PRG 06. Il a remercié l’ensemble des partenaires « pour cette très belle campagne ». Pour lui, « plus rien ne sera comme avant ! ». Il ajoute que « les nouvelles méthodes que la gauche rassemblée a initiées seront, demain, les réponses adaptées à la déception des citoyens… car les bonimenteurs déçoivent toujours ! ». Il s’est dit très sensible à l’idée lancée par François Hollande de créer une confédération des formations politiques de gauche et rappelle que cette proposition avait déjà été faite, en 2003, par le PRG. Quelle qu’en soit la forme, il prône « une union permanente avec les autres formations politiques de gauche pour préparer les prochaines élections, y compris locales, afin de ne pas être pris au dépourvu dans le cas où le calendrier serait chamboulé ».

Dans la confusion ambiante alimentée par des prises de position isolées, il n’est pas inutile, en effet, de rappeler que l’avenir de la gauche se situe… à gauche !

Lire aussi :

« Le PRG 06 lance un appel à une union permanente dans les Alpes-Maritimes » sur le blog du Parti Radical de Gauche 06 (23/10/06)

« Le sommet coupé de la base » sur le blog de Patrick Allemand (16/05/07)

Posté le 15 mai 2007 par Élodie Jomat