Lorenzo Bétancourt à Ingrid, Uribe, Chavez, Sarkozy

par 22marsproduction

.


AGIR POUR INGRID

ingrid_2

Alvaro Uribe savait qu’Ingrid et 11 otages allaient être libérés : Colère du Comité de soutien          


AgirpourIngrid.com - Paris - 06/03/08

Le Comité de soutien a pris connaissance de différentes déclarations réalisées. Ainsi, l’Ambassade de France à Quito a déclaré qu’elle « était informée des contacts de l’Equateur avec les FARC afin de libérer les otages, dont Ingrid Betancourt ». Pour sa part, le président équatorien Rafael Correa a assuré à jeudi que son homologue colombien Alvaro Uribe était au courant que les FARC allaient libérer en mars un groupe de 12 otages dont Ingrid Betancourt.

Ces propos viennent confirmer ce que nous pensions : Alvaro Uribe a ordonné cette opération sciemment, sans tenir compte de l’urgence que suppose l’état de santé alarmant d’Ingrid et d’autres otages. Nous sommes plongés dans l’incompréhension la plus totale : Alvaro Uribe n’a de cesse d’expliquer qu’il est en train de gagner sa guerre. Pourquoi donc ne pas avoir laissé, comme pour les six autres otages libérés, un espace humanitaire se mettre en place ? Quels intérêts ont bien pu guider l’esprit d’Alvaro Uribe et de son cercle rapproché ? Quand pourrons-nous être certains que les paroles qu’il prononce un jour ne seront pas démentis par les actes qu’il commet le lendemain ?

Bien entendu, les FARC constituent une organisation abominable qui viole les Droits de l’Homme, en chaque recoin de la jungle colombienne. Bien entendu, ils sont les coupables sans équivoque de tous ces enlèvements. Bien entendu, ils sont des bourreaux rarement égalés dans le sombre chapitre de l’inhumanité. Et nous sommes en colère à chaque instant où nous pensons que nous attendons depuis si longtemps, Ingrid comme chacun des otages qu’ils détiennent.

Toutefois, nous sommes également en colère contre le Président Uribe : il savait. Il savait qu’en donnant l’ordre d’attaque, nos chances de libération rapide étaient anéanties pour un temps. Et il l’a fait. Les familles d’otages peuvent encore et encore attendre : les lépreux ne sont toujours pas invités au bal.

Parce que nous refusons de nous laisser désespérer par de telles nouvelles, nous voulons croire en un avenir meilleur pour Ingrid et les otages. C’est pourquoi nous demandons aux FARC de regarder en face l’opportunité que suppose la libération d’Ingrid et d’autres, maintenant. Maintenant et pas dans quelques mois. Pas un instant ne doit être perdu car à chaque seconde qui passe, Ingrid et les otages disent un peu plus adieu à la vie. Secrétariat des FARC, l’heure n’est plus à la réflexion : il est à l’action avec la libération d’Ingrid et d’autres otages.

Samedi 8 Mars, à l’occasion de la Journée de la Femme dédiée à Ingrid Betancourt, le Comité de soutien organise une action sur la Place de la Fontaine des Innocents à Paris entre 10H30 et 11H30. Les participants seront invités à tourner autour de la fontaine, à la façon des Mères de la Place de Mai, en Argentine.


-  Vidéo : L’Appel de Lorenzo Betancourt : Maintenant ou jamais !

-  La Journée de la Femme dédiée à Ingrid : organisez vos actions

-  Participez aux actions organisées en France et dans le monde

-  Mobilisez-vous pour la libération des otages restés aux mains des FARC

.

.

.

POUR COMPLEMENT D'INFORMATION, QUELQUES EXTRAITS DE PRESSE


 

http://www.latinreporters.com/colombiepol16092007.html
Uribe contre un sommet Chavez - FARC - (Sarkozy?) en Colombie
BOGOTA / CARACAS, dimanche 16 septembre 2007 (LatinReporters.com) - Le président colombien Alvaro Uribe s'est opposé samedi à la requête de son homologue vénézuélien Hugo Chavez de pouvoir rencontrer en Colombie, accompagné éventuellement du président français Nicolas Sarkozy, le chef de la guérilla marxiste des FARC, Manuel Marulanda. Hugo Chavez croit que cette rencontre débloquerait un échange humanitaire de prisonniers dont bénéficierait notamment la Franco-Colombienne Ingrid Betancourt, otage des FARC depuis février 2002.

 

 

http://www.politis.fr/Chiot-de-l-imperialisme,3174.html
« Chiot de l’impérialisme » jeudi 6 mars 2008
  Hugo Chavez ne manque jamais de vocabulaire quand il s’agit de fustiger ses adversaires. Ainsi, le président colombien, Alvaro Uribe, vient-il d’être qualifié par son homologue vénézuélien de « chiot de l’impérialisme » après l’élimination, samedi, du numéro deux des Farc. Pour abattre Raul Reyes, il semble que l’armée colombienne ait fait une incursion sur le territoire équatorien

 

http://www.20minutes.fr/article/217670/Monde-Hugo-Chavez-a-presente-des-preuves-de-vie-de-six-otages.php
Vendredi 6 mars
Alors que l’Amérique latine est en pleine guerre diplomatique, qui oppose notamment l’Equateur et le Venezuela à la Colombie, les chefs d’Etat des trois pays sont réunis, vendredi, en République dominicaine, pour le sommet du Groupe de Rio. Un sommet qui s’annonce d’ores et déjà explosif: jeudi, Rafael Correa a assuré que le président colombien était au courant que les Farc allait libérer, en mars, un groupe de 12 otages, dont Ingrid Betancourt. Arrivé jeudi soir en République dominicaine, Correa a exigé que le Groupe de Rio «condamne clairement l'agression colombienne».

 

http://www.lefigaro.fr/lefigaromagazine/2008/03/08/01006-20080308ARTFIG00077-reste-t-il-une-chance-de-liberer-ingrid-.php
vendredi 7 mars 2008
L'hypothèse d'une prochaine libération d'Ingrid, peut-être avant l'été, courait dans les milieux informés. « La guérilla a compris que garder les otages civils est un très mauvais calcul politique. Ils vont remettre leurs otages politiques à Chávez et garder les militaires », avance un défenseur des droits de l'homme très au fait de la stratégie des Farc. Dans la même région, un jeune chef des Farc ne contredit pas cette éventualité. La mort de Reyes a changé la donne. Selon le président équatorien Rafael Correa, elle aurait même empêché une prochaine libération d'un autre groupe d'otages, dont Ingrid Betancourt.
(…) Reste que si les Farc avaient décidé de libérer les civils, la mort de Reyes ne devrait pas les faire revenir sur cette décision. Bien sûr, « cela ne sera pas gratuit », rappelle l'universitaire Carlos Eduardo Jaramillo, spécialiste des Farc. De source diplomatique, la France n'exclurait pas, si les Farc font un geste, de plaider pour que l'Union européenne les retire de la liste des organisations terroristes. La froide guérilla sait aussi que les otages sont une charge : il faut les garder, les nourrir, les soigner. Les troupes gouvernementales les talonnent, et les guérilleros qui gardent les captifs seraient plus utiles au front. Fort de ses succès militaires, Alvaro Uribe n'est pas près de céder aux Farc qui exigeaient la création d'une zone démilitarisée pour y engager les pourparlers. La guérilla peut-elle pour autant se permettre de laisser Ingrid s'éteindre entre ses mains ? De plus en plus de personnes en doutent.