(...) Ce dont il est ici question, c’est de l’orientation faussement politique du NPA et de son caractère extrêmement nuisible dans le cadre d’une éventuelle future unification de la « gauche de la gauche » ;  faisant subjectivement écho à un appel lancé par des militants minoritaires, cet article est conçu comme une mise en garde adressée aux partisans d’une telle union face à l’espoir que pourrait illusoirement représenter à leurs yeux le NPA tel qu’il existe aujourd’hui.

Capitaliser sur le thème de l’urgence

Pour faire court, le programme politique de la NLCR se résume à la notion de révolution (non revisitée depuis Fanon). Tactiquement, il s’agit de capitaliser sur la misère sociale qui alimente une contestation propice au déclenchement de luttes particularistes que le NPA compte, à terme, fédérer sous sa bannière syndicalo-révolutionnaire après avoir soufflé sur des braises d’ores et déjà incandescentes.

(...)

La contestation pour unique programme 

(...)  En résumé, deux types de discours et de stratégies se télescopent ici :  par exemple, sur le plan national, le NPA se targue d’un côté de vouloir instituer un gouvernement « socialiste du XXIe siècle » afin de redistribuer les richesses, principalement par l’intermédiaire de services publics restaurés et élargis ;  de l’autre, il entend le faire à la suite d’une révolution qui aura pour objectif l’éradication de l’Etat, instrument politique jugé intrinsèquement bourgeois donc mauvais par essence, et du capital.

La démarche adoptée dans la perspective des prochaines élections européennes est symptomatique de cette courte-vue dogmatique.

Le but, non affiché, est de compter ses troupes, d’évaluer et d’exhiber ses forces afin, une fois le positionnement protestataire clairement établi, de prendre du poids sur l’échiquier politique.

(...)

Un totalitarisme peut en cacher un autre

Surfant allègrement sur la vague d’un mécontentement justifié à l’égard d’une droite dite « décomplexée » comme d’une opposition institutionnelle toujours aussi amorphe, le NPA a ainsi décidé de faire cavalier seul lors des européennes, tentant d’en rejeter la responsabilité sur celles et ceux qui lui avaient tendu une main fraternelle.

En réalité, les instances dirigeantes du NPA voudraient bien du pouvoir, mais à une seule condition :  ne pas le partager (...)

Pérenniser le règne de la droite décomplexée

Le NPA continue de glisser, la