Par La rédaction du Post                                

   

   

         le 30/04/2009

   

   

      

      La ministre s'en est pris à un des journalistes qui a relaté sa prestation controversée devant les jeunes UMP. Sur Le Post, un témoin raconte.
      

   

   

               Rachida Dati, à Rueil Malmaison, le 28 avril 2009.         

Rachida Dati, à Rueil Malmaison, le 28 avril 2009.

         

MAXPPP


                              Depuis sa prestation controversée lors du meeting des jeunes de l'UMP, jeudi dernier, et les critiques que cela a pu susciter, Rachida Dati a dénoncé à plusieurs reprises "une manipulation médiatique".

Invitée lundi soir sur le plateau du Grand Journal, la ministre a axé ses critiques sur "le journaliste d'Europe 1", qui a réalisé un reportage sonore lors de ce meeting. Pourtant, des journalistes de RTL, France Info et Canal + avaient également rapporté les propos de la ministre et fait état de son "attitude désinvolte" lors de ce meeting.

Mardi soir, à l'issue du premier meeting national de l'UMP pour la campagne des européennes à Rueil-Malmaison, Rachida Dati est allée encore plus loin dans ses critiques à l'encontre du journaliste d'Europe 1.

"Elle s'en est pris verbalement à lui devant tous ses confrères", selon Rue 89.

1. "Rachida Dati a insulté le journaliste d'Europe 1"

Contactée par Le Post, la journaliste du Monde qui a assisté à la scène raconte
: "Après le meeting, une rencontre a été organisée entre des journalistes et Xavier Bertrand, Michel Barnier et Rachida Dati. Elle est venue voir le journaliste d'Europe 1 et elle l'a insulté en lui disant qu'il était 'malhonnête' et n'avait aucune 'déontologie'. Il lui a répondu poliment."

2. "Rachida Dati met en joue les journalistes pour tenter de les intimider"

 Contacté par Le Post, le journaliste du Point, Denis Demonpion, auteur d'une enquête de neuf pages sur Rachida Dati en décembre 2008, explique qu'il a vécu "la même chose" à l'époque.

Dans son dossier intitulé "L'extravagante Mme Dati", Denis Demonpion avait notamment écrit que Rachida Dati pourrait mettre à profit sa connaissance de l'ancien fief de Nicolas Sarkozy, les Hauts-de-Seine, pour "faire chanter" le chef de l'Etat.
Cet article avait déplu à la ministre, qui avait rendu publique une lettre envoyée à son auteur, où elle assurait que l'article du Point était "totalement faux" et qu'elle n'avait eu aucun "contact" avec l'auteur de l'article. (voir la lettre)

Après avoir appris qu'un journaliste était encore l'objet de critiques personnelles de la part de Rachida Dati, Denis Demonpion réagit sur Le Post: "Critiquer nommément un journaliste, c'est un classique chez Rachida Dati. Elle avait déjà procédé de la même manière avec moi. A l'époque, je lui avais répondu par voie de presse et elle s'était vite calmée. Elle n'avait pas insisté..."

Avant d'ajouter: "Elle n'est pas la première à utiliser cette technique. Elle met en joue les journalistes pour tenter de les intimider, en espérant que ce soit silence dans les rangs. Mais les journalistes doivent continuer à parler d'elle en faisant leur boulot."

"Dans cette campagne des européennes, elle se montre comme à son ministère: elle n'est pas à la hauteur. Elle possède une force de caractère mais elle manque de compétences sur certains dossiers", conclut le journaliste du Point.

3. Aphatie aussi...

Le journaliste de RTL, Jean-Michel Aphatie, a également été pris à partie personnellement par Rachida Dati, mardi soir, sur Canal +.

À qui le tour?

Le Post a contacté le cabinet de Rachida Dati. Sans succès pour l'instant.                 

   

   
   (Sources: Le Post.fr,             rue89)