TV5.org

Malek Boutih, membre du bureau national du PS, a estimé vendredi que la consultation sur la rénovation du parti ne va pas ramener "la confiance" chez les militants socialistes soulignant qu'"à peine un électeur sur deux du PS" s'est déplacé pour voter jeudi.

Ce vote "est tellement important qu'il y a à peine un électeur sur deux (...) qui s'est déplacé", a-t-il ironisé sur i-Télé. "Une grande partie des adhérents restent ébranlés par ce qui s'est passé au congrès de Reims et donc je pense que la confiance ne va pas revenir avec ce référendum", a ajouté M. Boutih, qui avait soutenu Ségolène Royal lors de ce congrès.

Selon lui, "le problème" du PS "c'est qu'il a toujours une réponse de retard". "Le niveau de crise dans lequel se trouve le parti" aurait demandé "beaucoup plus d'audace".

Il a réaffirmé la nécessité d'"un nouveau parti politique" en mesure d'attirer "des associations, des syndicalistes, des gens qui viennent d'autres bords, d'autres cultures politique", sinon "le PS va continuer sa dégringolade" aux élections, prédit-il.

M. Boutih juge notamment que pour les régionales de mars 2010, la direction du parti "devrait avoir le courage" de proposer des têtes de listes de région aux Verts, "et pourquoi pas même en Ile-de-France". "Jean-Paul Huchon comme d'autres doit mettre l'intérêt de la gauche avant le sien", a-t-il dit à propos du président sortant du conseil régional d'IDF.