Par RichardTrois sur LE POST                             

Ségolène Royal en conférence de presse sur la Taxe Carbone.
De gauche à droite, Kamel Chibli, Najat Vallaud-Belkacem, Ségolène Royal et le député PS Guillaume Garrot, à l'Assemblée Nationale pendant la conférence de presse sur la taxe carbone le 1er Sept. 2009 - © RichardTrois

"Taxe carbone carbonisée", "camouflet présidentiel", "Sarkozy vert... de rage", etc... Ce matin les éditorialistes de la presse s'en donnent à coeur joie en ces temps de disette journalistique.
En effet, la taxe carbone vient d'être executée en plein vol par un Conseil constitutionnel à qui on ne la fait pas, notamment lorsqu'il faut défendre le principe essentiel de l'égalité des Français devant l'impôt.

Les éditorialistes ne sont pas les seuls à commenter la décision, la gauche -les Verts comme le PS- réagit et se félicite de ce succès qui va protéger les Français des hausses de l'essence, du gaz et du fioul programmées pour le 1er Janvier.

Une gauche à l'unisson contre la taxe carbone... Cela n'a pas toujours été le cas. Le 1er septembre dernier, j'avais eu la chance d'assister à la conférence de presse que Ségolène Royal donnait pour expliquer, transparents à l'appui, sa très ferme opposition à la taxe carbone.
Une très forte opposition inaugurée lors de l'université d'été de La Rochelle, lorsque Ségolène Royal avait fustigé "un nouvel impôt, injuste insupportable et historiquement décalé".

(Source: BFM TV)

La formule "inefficace et injuste" a depuis lors fait florès. Mais en septembre, l'attitude première était de faire feu de tout bois contre Ségolène Royal et son opposition à la taxe Carbone.
Je cite Cécile Duflot, secrétaire nationale des Verts à La Rochelle visant Royal :
"Toutes celles et tous ceux qui s'aventurent à critiquer dans son principe et dans ses fondements la fiscalité écologique ne sont que des démagogues déconnectés de la réalité".

Cécile Duflot sur Europe 1

Ce matin Cécile Duflot déclarait sur Europe 1: "la taxe n’avait plus qu’un nom, celui de ‘taxe carbone’, mais plus aucun sens, et absolument pas l’utilité que peut avoir la fiscalité écologique."

Idem pour Laurence Rossignol chargée de l'environnement au PS, laquelle déclarait au Post à propos de la position de Ségolène Royal qu'elle "ne représentait pas celle du PS".

Ce matin Laurence Rossignol a mis en avant "la sanction d'une méthode de travail qui consiste à faire tout à la va-vite et par une série d'effets d'annonce". Jean-Marc Ayrault, patron des députés PS, pointe aussi l'échec de la méthode Sarkozy sur la taxe carbone.

Cécile Duflot comme Martine Aubry et Laurence Rossignol n'ont eu de cesse de vanter les mérites d'une Contribution Climat Energie, certes différente de celle proposée par le gouvernement. Mais qui reste un impôt nouveau en pleine crise économique majeure touchant les Français et sans que ceux ceux-ci parviennent à comprendre la différence entre cette contribution et celle de Nicolas Sarkozy.

On peut donc se demander où en serait la gauche si Ségolène Royal n'avait pas très clairement et très fortement pris position contre la taxe carbone. Nous aurions eu droit à un position illisible pour la grande majorité de la population.

Voilà pourquoi la gauche doit une fière chandelle à Ségolène Royal et devrait lui dire merci :)

 

Ségolène Royal en conférence de presse sur la Taxe Carbone.
Ségolène Royal lors de sa conférence de presse sur la Taxe Carbone à l'Assemblée Nationale, le Mardi 1er Septembre 2009 - © RichardTrois

 

PS: voici les transparents utilisés par Ségolène Royal pour présenter en détail sa position contre la taxe carbone le 1er septembre 2009 (clic clic clic)

 

Rejoignez-moi sur Twitter à cette adresse :
http://twitter.com/richardtrois


Mis à jour par la rédaction du Post

Une faute d'orthographe, de grammaire, une erreur à signaler? Ecrivez à politique@lepost.fr avec votre correction et en indiquant l'url du post.

   (Sources:             LePost,             Europe 1,             20 Minutes,             Marc Vasseur sur Twitter,             BFM TV)

   
   A lire sur LePost.fr:
         -