Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry.         

Dominique Strauss-Kahn et Martine Aubry.

         

MAXPPP

                              C'est formidable! 2 ans avant l'élection présidentielle, DSK et Aubry distribuent déjà les portefeuilles ministériels et autres postes.

Dans la lutte d'influence grandissante entre Dominique Strass-Kahn et Martine Aubry, la distribution de postes virtuels comme d'autres bien réels est l'arme majeure du moment.

La rumeur courait déjà dans tout Paris. Hier l'Express, le NouvelObs et LePost s'en faisait l'écho. DSK, l'actuel patron du FMI et bourreau de la Grèce, distribue déjà les portefeuilles ministériels.

Une note de 4 pages que Strauss-Kahn aurait commandé, attribue ainsi le poste de Premier Ministre à Martine Aubry et le ministère des Affaires Etrangères à Laurent Fabius, reconstituant au gouvernement la troïka ayant servi à faire main basse sur le PS.

L'existence de cette note a beau être démentie par l'entourage de Dominique Strass-Kahn, elle est corroborée par un article du NouvelObs qui évoque un coup de fil de l'automne dernier au cours duquel Pierre Moscovici un proche de DSK lui aurait dit : "J'ai une mauvaise nouvelle pour toi, tu n'auras pas les Affaires étrangères. Le Quai, c'est pour Fabius, pour toi, ce sera Bercy!".

Autre signe manifeste de cette incroyable distribution de maroquins ministériels avec 2 ans d'avance, la réaction des amis de François Hollande via L'Express qui s'empressent de faire les louanges de DSK tout en indiquant que François Hollande ferait un excellent premier ministre. Lire nous pourrions soutenir Dominique s'il en faisait son numéro 2...

Martine Aubry face à cette « offensive » n'est pas en reste. Elle distribue les postes à Solférino et cela veut dire beaucoup... Cela veut dire qu'elle s'émancipe de la tutelle du patron du FMI.  Elle est « libre » Martine.

Libre en tout cas de retirer la direction de la convention nationale sur l'international à Jean-Christophe Cambadélis pourtant chargé de ces questions au PS, pour la confier à Laurent Fabius, partisan du non au référendum européen et dont on comprend donc qu'elle le verrait bien Ministre des Af