LeMonde.fr avec Reuters

 

Des manifestants à Rabat, le 20 février.

      

Des manifestants à Rabat, le 20 février.AFP/ABDELHAK SENNA

   

Plusieurs milliers de personnes se sont rassemblées, dimanche 20 février à Rabat, pour exiger du roi Mohamed VI qu'il transfère une partie de ses prérogatives à un gouvernement élu et prenne des mesures énergiques contre la corruption.

A l'origine de cette journée de mobilisation, les organisateurs du "Mouvement du 20 février pour le changement" ont réuni sur Facebook plus de 19 000 adhésions.

Sous une pluie battante, des manifestants agitaient des drapeaux tunisiens et égyptiens, référence aux révolutions qui viennent de chasser du pouvoir les présidents Zine ben Ali et Hosni Moubarak.
Un organisateur a évoqué la présence de plus de 5 000 participants, une estimation révisée à moins de 3 000 par un responsable des forces de l'ordre.

 

La présence policière est restée discrète. Des agents en uniforme se tenaient à distance du lieu initial de rassemblement, dans le quartier de Bab el Ahad, mais des policiers en civil étaient mêlés aux manifestants, carnet de notes à la main.

"MANIFESTATION PACIFIQUE"

"Le peuple rejette une Constitution faite pour des esclaves!", "A bas l'autocratie!", scandaient les protestataires qui demandent également pour certains le départ du Premier ministre, Abbas el Fassi. Aucune attaque directe contre le roin n'a, en revanche, été relevée dans les slogans ou sur les banderoles des manifestants. le roi.

 

 

 

Des manifestants à Rabat, le 20 février.

      

Des manifestants à Rabat, le 20 février.REUTERS/YOUSSEF BOUDLAL

   

"C'est une manifestation pacifique pour réclamer des réformes constitutionnelles, pour la dignité du peuple, contre la corruption et le gaspillage des fonds publics", a déclaré Moustapha Mouchtati, du groupe Baraka (Assez), qui a participé à l'organisation de ce rassemblement.(...)

... Lire l'article...