200px-Emmanuelli.jpgLes militants ont la parole ...

 

Militant socialiste, j’ai de plus en plus de mal à suivre le jeu des alliances au sein du Parti Socialiste ! Pas vous ? Le mode d’emploi me paraît de plus en plus obscur ! Essayons de comprendre, attention il faut suivre …

 

Acte 1
La scène se situe lors du Congrès de Reims en 2008, Martine Aubry s’allie avec Laurent Fabius pour écarter la candidature de Ségolène Royal considérée comme trop réformatrice. C’est le mariage « de la carpe et du lapin », qui unit les « oui » et les « non » à la constitution européenne. Pas facile ensuite de débattre sur le fond pour fixer une ligne politique claire, rôle que devrait en principe se donner un Congrès s’il se voulait vraiment utile. Quelle sera la politique européenne du PS ? Il est préférable de ne pas trop aborder cette question comme d’autres thèmes d’ailleurs … Le Congrès de Reims est une catastrophe. Quant à l’élection qui suivit pour élire la première secrétaire, il est préférable d’oublier !

 

Acte 2
Laurent Fabius, qui ne sait pas tenir sa langue lorsqu’il est en scène, dévoile l’existence du pacte de Marrakech entre Martine Aubry et Dominique Strauss Kahn, auquel il tient à se rajouter pour en faire un pacte à trois, en espérant ne pas se faire oublier. Ce pacte devait préparer la prochaine élection présidentielle de 2012. Tout s’éclaire sur la stratégie du Congrès. Après tout c’est une alliance plus claire que la précédente, puisqu’elle unit en somme ce qu’on peut appeler les « jospiniens » sur une ligne social-démocrate. Aubry tiendra le PS jusqu’en 2012 et DSK se préparera pour la présidentielle… Mais quid de cet accord depuis l’affaire DSK !

 

Acte 3
L’aile dite « gauche » du Parti, sans bien être clair sur le terme, avec pour acteurs principaux Henri Emmanuelli et Benoît Hamon, appelle à la candidature de Martine Aubry pour la présidentielle. Ca se complique vraiment ! Sur quelle ligne politique défendent-ils cette candidature ? Visiblement pas celle de Marrakech. Il y aurait donc un autre pacte, le pacte secret, ou «plan B» ! Ce pacte serait sur une ligne plus « gauche - gauche », en tout cas dans les termes, avec pour but de faire échouer le premier pacte (celui de Marrakech pour ceux qui ne suivent plus !). Mais Martine Aubry restant toutefois attachée à ses premiers amours, le pacte secret semblait donc voué à l’échec. Benoît Hamon menaçait de présenter sa candidature aux Primaires ! Mais rebondissement avec l’affaire DSK, le pacte de Marrakech est mort et le pacte secret est relancé. Hamon et Emmanuelli appellent, à grands cris, Martine, à déclarer sa candidature.

 

On résume cette triple alliance : Martine Aubry d’abord soutenue par les Non à la constitution européenne soutient le Oui. Elle s’accorde avec Dominique Strauss Kahn sur une ligne social-démocrate tout en s’appuyant pour diriger le parti sur l’aile gauche opposée à la ligne social-démocrate qui réclame sa candidature pour faire tomber Dominique Strauss Kahn l'allié de Martine Aubry ! C’est clair ?

 

Henri Emmanuelli qui a été particulièrement odieux pour les militants soutenant Ségolène Royal, par ses propos de dénigrement, devrait sérieusement méditer sur l’engagement politique. Autant ces petits jeux d’alliances au sein d’un Parti peuvent amuser et sans nul doute beaucoup occuper certains, autant pour gagner une élection présidentielle il faut prendre un peu plus de hauteur. S’engager sur des idées, convaincre pour faire progresser la société c’est tout de même d’une autre portée qu’une balle de trop dans un fusil de chasse !

Philippe Allard MEAG