C'était en janvier 2010. Et aujourd'hui, tout se confirme, encore,  sur la LIGNE DROITE ET CLAIRE de Ségolène Royal...

 

 

Sur le blog: militants de l'espoir à gauche avec Ségolène

    Parole de militant  

En m’engageant aux côtés de Ségolène Royal, il ne s’agit pas pour moi de soutenir un nom mais bien plus que cela : une orientation politique. En effet, Ségolène Royal représente aujourd’hui une ligne politique claire et assumée à gauche qu’on peut définir rapidement autour de  trois axes : humaniste, volontariste et écologique.

    Humaniste d’abord pour mettre fin au discours axé sur un schéma collectif de classe contre classe.  

Après une longue période d’une gauche dominée par le discours marxiste, Ségolène Royal assume la rupture de l’après chute du mur et place à nouveau l’homme au cœur du combat politique à gauche. Une orientation que l’on peut placer dans l’héritage mitterrandien. C’est, sans aucun doute, le discours qui heurte les courants ou partis les plus à gauche qui ne peuvent pas accepter cette nouvelle orientation politique. En défendant la démocratie sous toutes ses formes, elle redonne au mot démocratie toute sa place dans les combats à gauche. La démocratie participative, considérée par certains comme une forme populiste, entre dans cette nouvelle vision. Certes difficile à mettre en place, il s’agit de permettre à chaque citoyen de devenir acteur des choix politiques. Son ardente défense des jeunes des banlieues traduit également cet humanisme, chaque homme et chaque femme dans la société compte. Le projet politique ne peut se construire sans l’homme

 

    Volontariste pour agir contre un capitalisme triomphant.  

Ici Ségolène Royal heurte la tendance la plus réformiste de la gauche. Refusant un simple compromis, elle emploie un discours offensif contre une forme de capitalisme sauvage clairement assumé par Sarkozy. Contre les délocalisations, l’exploitation de l’homme, elle entend agir à plusieurs niveaux. L’Etat d’abord doit s’engager dans une politique active pour soutenir l’appareil économique, pour les petites entreprises et l’innovation, tout en imposant un modèle social. Elle s’engage pour une économie au service de la société et non pas pour le seul profit de quelques uns. La région ensuite est aussi un acteur important, profondément décentralisatrice et,  en cela à l’opposée de la politique bonapartiste de Sarkozy, elle entend donner aux collectivités locales les moyens de soutenir la politique sociale et économique de leur territoire.

    Ecologique pour assurer l’avenir des prochaines générations.  

Elle fut la socialiste qui a pris conscience le plus tôt de cette impérative révolution économique et sociale pour un développement durable. Loin d’un discours simplement accès sur la protection de l’environnement, elle en fait un engagement politique global : social et économique. Ainsi, elle va mener dans sa région une politique exemplaire dans ce domaine,  en accompagnant la mutation économique. Mais dans cette  mutation, elle veut aussi engager chaque citoyen, puisqu’il s’agit de soutenir un autre modèle de développement. Condamnant la taxe carbone, car injuste puisqu’il n’existe pas d’alternative suffisante actuelle, elle s’oppose au pouvoir en place refusant de faire de l’écologie un gadget de campagne politique et la source d’un nouvel impôt.   

 

Humaniste, volontariste et écologique, Ségolène Royal propose un autre modèle de société opposé au sarkozysme. Je soutiens et m’engage à ses côtés pour préparer l’alternance, pas pour changer l’étiquette du parti au pouvoir mais pour le projet politique.

    Philippe Allard  

.