sur le blog SAGAMARTIAL

Je fais parti de celles et ceux qui ont accompagné les combats de Ségolène Royal depuis 2006. En 2006 et 2007 j'ai participé à l'organisation de quelques débats participatifs. Membre de désirs d'avenir j'ai alimenté quelque peu les débats lancés sur son site. J'ai participé à presque toutes les Universités Populaires Participatives (UPP) organisées par désir d'avenir et Ségolène Royal. J'ai lu la majorité des livres écrits ou coécris par elle.

 

J'ai été particulièrement surpris et déçu par le résultat du premier tour des primaires citoyennes ; je ne m'attendais absolument pas à un échec si cuisant.

 

Après réflexion, je vois maintenant trois raisons essentielles à cet échec politique : une couverture médiatique inexistante sur ses idées et sur ses actions, un matraquage de sondages négatifs, un fort militantisme et dynamisme masquant ces deux premières raisons.

 

La couverture médiatique inexistante

 

Force est de constater que les journaux nationaux, les grandes chaînes nationales n'ont pour, ainsi dire, jamais repris les propos économiques, sociaux et écologiques mis en avant par Ségolène Royal et son équipe. Quand il le faisait c'était surtout pour y apporter critique en donnant la parole à ses opposants politiques et journalistiques.

 

Les médias se sont bien abstenus, aussi, de mettre en avant tout le travail effectué par Ségolène Royale tant au point de vue international qu'au niveau régional. Il était parfois troublant de voir que les médias belges et suisses étaient beaucoup moins hésitants pour en parler.

 

J'ai participé à des UPP extraordinaires ou différents courants philosophiques et économiques étaient représentés (c'était à Paris, il y en avait d'autres en province), il y avait entre 500 et 800 participants (faisant parti du service