ISLANDE: L'AUTRE FORMIDABLE REVOLUTION !

Contre-exemple intéressant, non, de nos jours ?...

 

93% du Peuple IMPOSENT le NON-Remboursement des Banques !! La révolution dont les Médias se gardent bien de parler

Aussi incroyable que cela puisse paraître, une véritable révolution démocratique et anticapitaliste a lieu en Islande en ce moment même, et personne n'en parle, aucun média ne relaie l'information, vous n'en trouverez presque pas trace sur « Google »: bref, le black-out total.

Pourtant, la nature des évènements en cours en Islande est sidérante :

Un Peuple qui chasse la droite au pouvoir en assiégeant pacifiquement le palais présidentiel, une « gauche » libérale de remplacement elle aussi évincée des « responsabilités » parce qu'elle entendait mener la même politique que la droite, un référendum imposé par le Peuple pour déterminer s'il fallait rembourser ou pas les banques capitalistes qui ont plongé par leur irresponsabilité le pays dans la crise, une victoire à 93% imposant le non-remboursement des banques, une nationalisation des banques, et, point d'orgue de ce processus par bien des aspects « révolutionnaire » : l'élection d'une assemblée constituante le 27 novembre 2010, chargée d'écrire les nouvelles lois fondamentales qui traduiront dorénavant la colère populaire contre le capitalisme, et les aspirations du Peuple à une autre société.

Un autre possible face aux marchés financiers: la démocratie !

Alors que gronde dans l'Europe entière la colère des Peuples pris à la gorge par le rouleau-compresseur capitaliste, l'actualité nous dévoile un autre possible, une histoire en marche susceptible de briser bien des certitudes, et surtout de donner aux luttes qui enflamment l'Europe une perspective la reconquête démocratique et populaire du pouvoir, au service de la population.

Plus bas, vous trouverez deux articles traitant de cette révolution en marche, *à faire circuler le plus largement possible, puisqu'on ne doit compter sur aucun média pour le faire à notre place*.

http://www.cadtm.org/Quand-l-Islande-reinvente-la

Depuis le samedi 27 novembre, l'Islande dispose d'une Assemblée constituante composée de 25 simples citoyens élus par leurs pairs. Son but : réécrire entièrement la constitution de 1944 en tirant notamment les leçons de la crise financière qui, en 2008, a frappé le pays de plein fouet.

Depuis cette crise dont elle est loin d'être remise, l'Islande a connu un certain nombre de changements assez spectaculaires, à commencer par la nationalisation des trois principales banques, suivie de la démission du gouvernement de droite sous la pression populaire. Les élections législatives de 2009 ont amené au pouvoir une coalition de gauche formée de l'Alliance (groupement de partis composé des sociaux-démocrates, de féministes et d'ex-communistes) et du Mouvement des Verts de gauche. C'était une première pour l'Islande, tout comme la nomination d'une femme, Johanna Sigurdardottir, au poste de Premier ministre.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article122457   

http://parisseveille.info/quand-l-islande-reinvente-la,2643.html

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°° 

  Sur ce blog: des articles complémentaires

  Face à l'austérité pour les peuples, le regard de la LDH ( et de la CGT)

  Crise de la dette ou dette de crise ?

  Un plan d'austérité de F. Fillon qui va aggraver la crise et les injustices

  Grèce : les « marchés financiers » et les « libéraux » méprisent la démocratie

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

L'exemple de la banque centrale de Grande-Bretagne

Quelques lignes parues dans "Le Canard Enchaîné" de cette semaine 48 ne manquent pas d'intérêt car elles invitent à la réflexion. Elles évoquent une information dont à ma connaissance nul n'a parlé:

La Grande Bretagne se finance mieux que l'Allemagne et la France sur les marchés financiers.
Le 28 novembre 2011 les obligations de l’État britannique se négociaient à 2,27%. Celles de l'Allemagne à 2,30% et celles de la France à 3,57%.
Explications : La Bank of England a prévenu les marchés. Si les taux d'intérêts dépassent 2,50% elle imprimera les livres sterling nécessaires au financement du pays et se passera d'eux.
Conclusions :
1° Les états doivent garder la maîtrise de leur monnaie et pour cela contrôler les banques.
2° Ils doivent pouvoir imposer aux Banques Centrales d'accorder des prêts à très faible taux, voire à taux zéro.
3° Ils doivent décourager les spéculateurs par tous les moyens.
La monnaie n'est pas une marchandise c'est un outil permettant de faciliter les échanges.
Régis Pasquet