Sur LORIENTLEJOUR

 

Un des mails divulgués par Anonymous, attribué à Sheherazade Jaafari, attachée de presse du représentant syrien à l'ONU et adressé à une conseillère de Bachar el-Assad.
Un des mails divulgués par Anonymous, attribué à Sheherazade Jaafari, attachée de presse du représentant syrien à l'ONU et adressé à une conseillère de Bachar el-Assad.
Dans la presse Le piratage dévoile les conseils donnés au président syrien pour préparer son interview avec la télévision américaine ABC, en décembre dernier.

Des centaines de mails émanant du bureau du président syrien Bachar el-Assad ont été diffusés par les pirates du groupe Anonymous, rapportent plusieurs médias, dont le Haaretz et le magazine américain Foreign Policy. Certains de ces mails détailleraient comment le président syrien s’est préparé pour son interview avec la journaliste star d’ABC, Barbara Walters, en décembre dernier.

 

Lors de cette interview, le président syrien affirmait bénéficier du soutien de la population, reconnaissait des erreurs commises par "certains responsables" mais affirmait qu’"il n'y a pas eu d'ordre demandant de tuer ou d'être violent".

 

Les pirates d’Anonymous ont attaqué le serveur mail du ministère syrien des Affaires présidentielles dimanche. "Quelque 78 boîtes mails des conseillers et aides de Assad ont été piratées. Le mot de passe de certaines boîtes étant +12345+", rapporte le quotidien israélien. Parmi les boîtes piratées, figurent celle du ministre aux Affaires présidentielles, Mansour Fadlallah Azzam, et celle de la conseillère en communication du président, Bouthaina Chaabane.

 

Selon Foreign Policy, 10 jours avant l’interview, l’attachée de presse de l’ambassade syrienne aux Nations unies, Sheherazad Jaafari, aurait envoyé un long mail à l’ancienne journaliste d'Al-Jazira, Luna Chebel, qui travaille désormais pour Bachar el-Assad.

 

Dans ce mail, reproduit par Foreign Policy, Sheherazade Jaafari, qui est également la fille du représentant syrien à l’ONU, dissèque le traitement par les médias américains de la crise syrienne et propose une stratégie de communication. "L’idée est que la violence est l’un des sujets majeurs évoqués dans tous les articles. Ils utilisent des phrases comme +le gouvernement syrien tue son propre peuple+, +des chars sont utilisés dans plusieurs villes+, +des avions ont été utilisés contre des manifestations pacifiques+, +les forces de sécurité sont criminelles et sanglantes+".

 

"Le bain de sang est un autre sujet évoqué dans les médias américains. Ils ne mentionnent pas combien de +soldats et membres des forces de sécurité ont été tués+. Ils pensent que le bain de sang est perpétré par des attaques gouvernementales contre des +civils innocents+ et +des manifestants pacifiques+".

A partir de là, il est "très important", selon Mme Jaafari, d’évoquer "les groupes armés", et "nous pouvons utiliser +des articles américains et brit