Sur LIBERATION



Par CHRISTIAN LOSSON, LAURE EQUY, JONATHAN BOUCHET-PETERSEN

(Photos: AFP. Reuters)

 

 

A la veille de la candidature annoncée du chef de l'Etat, l'Elysée peaufine son état-major de campagne. De Nathalie Kosciusko-Morizet à Guillaume Peltier, en passant par Jean-Michel Goudard, gros plans sur certains des hommes et femmes qui vont animer, penser et affiner la stratégie, la com' et les idées d'un président en reconquête. Une liste partielle et toujours en cours de définition en attendant la candidature officielle.

 

 

Emmanuelle Mignon, la boîte à idées

Emmanuelle Mignon. Photo Jean-Pierre Clatot. AFP

 

Après un passage dans le privé chez Luc Besson -au sein de Front Line, la holding du réalisateur-producteur, puis de son groupe EuropaCorp- Emmanuelle Mignon, 43 ans, reprend du service auprès de Nicolas Sarkozy, et devrait travailler sur le volet programme de la campagne. Une collaboration entamée en 2002, place Beauvau, tandis que l’alors ministre de l’Intérieur recrute auprès du Conseil d’Etat. «Je veux le meilleur», demande-t-il. Ce sera elle, major de l’ENA en 1995. Mignon, directrice des études de l’UMP, est ensuite chargée de coordonner le programme du champion de l’UMP en 2007. Puis est nommée directrice de cabinet à l’Elysée.

Mais elle ne s’entend guère avec le secrétaire général, Claude Guéant, et quitte le Château en 2008. Quelques mois auparavant, elle avait soulevé la polémique, en déclarant dans l'hebdomadaire VSD que les sectes étaient, en France, «un non-problème». De retour au Conseil d’Etat en début d’année, elle est reçue par le président sortant pour évoquer sa future campagne, comme nous le racontions dans Libération du 4 février. Emmanuelle Mignon relit, ces jours-ci, le livre que Président-candidat doit publier prochainement, d’après l’AFP.

 

 

 

Guillaume Lambert, le chambellan

Guillaume Lambert. Photo Philippe Wojazer. Reuters

 

On attendait René Ricol, le coordinateur du grand emprunt et l'homme qui joua les conseillers écon