Sur BOBMARLEY

  Le Gaz Naturel Véhicules


Vous pouvez croiser cette voiture roulant au gaz
naturel dans les rues de Strasbourg.

Le Gaz Naturel Véhicules (ou GNV) est un nouveau carburant pouvant alimenter les moteurs de nos automobiles. Dans le monde, on compte déjà presque 4 millions de véhicules fonctionnant au GNV, dont 2 millions rien qu’au Brésil et en Argentine, et environ 7300 stations-service proposant du gaz naturel. En France, en décembre 2003, on comptait 7100 voitures en circulation pour 102 stations équipées (chiffres www.iangv.org). En Europe, le pays le mieux équipé est l’Italie, avec 420 000 véhicules, et des pays comme la Suisse ou l’Allemagne appliquent une politique très active en faveur du GNV. Ainsi, la Suisse dispose d’un réseau de distribution de GNV par canalisations, qui approvisionnent directement les stations-service, ce qui permet d’éviter la pollution due au transport par la route.

 

 

 

Composition du GNV et pollution à l’usage

 

          Le Gaz Naturel Véhicules est composé à 97 % de méthane CH4. Il s’est formé pendant des milliers d’années dans des roches sédimentaires, sur le même principe que le pétrole. On peut également créer du GNV en faisant fermenter de la biomasse, puis en traitant le produit obtenu. Biogaz et gaz naturel ont les mêmes propriétés et peuvent être utilisés de la même manière.

          L’intérêt du GNV est d’être composé essentiellement de méthane. En effet, la combustion de carburant dans un moteur à explosion se fait selon cette équation :

          CnH2n+2 + (1.5n+0.5) O2 à nCO2 + (n+1) H2O   (L’équation a été simplifié : des molécules de diazote N2 sont également nécessaires, mais on les retrouve en même quantité avant et après la réaction de combustion, et on note également l’apparition d’oxydes d’azote, de monoxyde de carbone, et, dans un moteur diesel, le rejet de particules imbrûlées.)

          Le méthane étant composé d’un seul carbone, on a donc n = 1, c’est-à-dire le minimum possible pour que cette réaction ait lieu. Le GNV est donc l’hydrocarbure  le moins polluant à l’usage, ses émissions de CO2 sont limitées. Par rapport à un carburant classique, on note une réduction notable de la quantité de tous les gaz émis :

 

 

 

          De plus, le GNV ne nécessite que très peu de transformations, d’où une réduction de la pollution au stade de la fabrication par rapport aux carburants classiques, et peut être transportés dans des canalisations, ce qui permet d’éviter le transport routier (et donc polluant, à moins que le poids lourd soit lui-même équipé de technologie non polluantes…). On observe donc encore une réduction significative de la pollution due à ce carburant de demain (de demain matin, même).


(Attention, ce graphique montre ce qu’il en est en Suisse, et peut différer par rapport à la France, moins avancée en matière de protection de l’environnement)

 

 

                    Equiper son véhicule et rendement d’un moteur au GNV

 

Il existe deux types de véhicules fonctionnant au GNV :

-         les modèles monovalents, qui ne possèdent que des réservoirs de gaz et aucun d’essence ou de gazole (ou au maximum un réservoir de 15 litres de secours)

-         les modèles bivalents, qui possèdent des réservoirs de gaz et d’essence ou de gazole.

          Un moteur à gaz naturel fonctionne selon le même principe qu’un moteur à essence ou diesel. Ainsi, un moteur monovalent optimisé pour le GNV et acheté comme tel aura un rendement égal à celui d’un moteur à essence. Un moteur à essence converti au GNV ou un moteur bivalent aura un rendement légèrement inférieur (jusqu’à 8%).

          Les véhicules à gaz naturel peuvent parcourir généralement entre 200 et 500 kilomètres. Les véhicules bivalents peuvent atteindre jusqu’à 1000 kilomètres sans être ravitaillés en carburant.

 

                    Autres avantages du Gaz Naturel Véhicules

 

         - Le méthane étant un gaz stable, de faible densité et possédant une température d’auto inflammation élevée, son stockage ne pose aucun -problème de sécurité, et est même plus sûr que celui du diesel ou de l’essence. De plus, lors du plein, il n’y a aucune perte, et pas d’émissions nocives pour la santé.

         - Le méthane ne contient aucun additif ni aucune substance cancérigène.

         - Le gaz naturel ne nécessite que très peu de transformations pour devenir du GNV, son coût est donc plus faible que celui des autres carburants. De plus, les utilisateurs souhaitant s’équiper peuvent bénéficier de nombreuses aides et défiscalisation. Au final, le gaz naturel permet de réelles économies.

         - La combustion du gaz naturel est plus lente que celle des autres hydrocarbures. Elle permet une réduction significative des vibrations et par conséquent du volume sonore des moteurs.

 

                    Le gaz naturel dans les transports en communs

 

 

 

          De nos jours, le GNV est surtout utilisé dans les transports communs. Au niveau du Bas-Rhin et de la Communauté Urbaine de Strasbourg, on retrouve ainsi trois cars du Réseau 67 roulant au gaz naturel, ainsi que 50 bus de la Compagnie des Transports Strasbourgeois circulant en ville. La CTS s’est fixé d’acheter 4 nouveaux bus roulant au gaz naturel par an.

          De nombreuses autres villes françaises sont équipées en bus au gaz naturel : on compte pour l’instant plus de 1200 bus équipés, et plusieurs villes (Colmar, Montpellier) prévoient déjà de remplacer tout leur parc par des bus gaz naturel.

 

 


Ce car du Réseau 67 et ce bus de la CTS roulent au gaz naturel.

 

                    A Strasbourg

 

          Pour les particuliers, une station-service pour le gaz naturel a été ouverte par Gaz de Strasbourg rue du Doubs à la Meinau depuis janvier 2001. Une deuxième est actuellement en projet.