Sur A GAUCHE POUR DE VRAI

 

30 août

A gauche pour de vrai! nous n’avions pas réagi lorsque le président “socialiste” déjeunait avec les grands patrons du CAC 40. Car nous attendions de voir ce qu’il se dirait lors de cette réunion entre amis. Nous espérions que le président élu par le peuple de gauche dirait quelques vérités à ces anciens camarades d’écoles.

A gauche pour de vrai! nous n’avons pas réagi non plus lorsque le premier ministre “socialiste” s’est invité hier aux universités d’été du MEDEF pour y prononcer le discours d’ouverture. Là encore nous espérions quelques mises au point à propos des chantages que certains membres de l’organisation patronale exercent sur le gouvernement.

Bref, nous étions bienveillants, considérant qu’un gouvernement de gauche se doit de dialoguer avec les patrons de France histoire de montrer ce que le pays attend de chacun de ses acteurs en ces temps de crise majeure.

Depuis, nous connaissons ce qu’ils se disent les patrons du CAC 40, la chef du MEDEF et les membres du gouvernement “socialiste”:

  • les entreprises bénéficieront d’un bouclier fiscal anti ISF. Ce qui rassure considérablement la présidente Laurence Parisot.
  • L’orientation économique globale du gouvernement est en phase avec les souhaits du MEDEF selon les propres mots de la présidente Laurence Parisot au sortir du discours de Jean Marc Ayrault:“Ces orientations générales – la compétitivité, l’intégration européenne, le financement de l’économie – nous conviennent”.
  • La CGT, principale syndicat des salariés, quant à elle, s’inquiète et s’irrite de cette proximité, de cette connivence entre le syndicat patronal et le gouvernement social libéral.

Faut dire que la CGT, les associations de défenses des indigents, les Nations Unies, les électeurs de gauche ont toutes les raisons de s’inquiéter et de s’irriter. Car en même pas trois mois, même pas 100 jours, le président “socialiste”, le premier ministre “socialiste”, le ministre de l’intérieur “socialiste”, le ministre de l’économie “socialiste” ont démontré qu’ils préféraient amplement un lys sur fond bleu à une rose sur fond rouge:

  • le coup de pouce au SMIC prend finalement la forme d’un formidable bras d’honneur à l’adresse des plus précaires du pays,
  • la TVA anti sociale sera bientôt remplacée par une augmentation de la CSG histoire de poursuivre la même politique de l’offre d’un certain Sarkozy plutôt que de conduire une politique de relance novatrice,
  • la règle d’or, si chère aux libéraux et qui favorise la privatisation de ce qui reste des services publics en Europe,