Sur le blog "de près de loin"

« (…) Que de fois ai-je entendu dire l’émigration italienne, portugaise, espagnole, c’est facile, c’est le même rameau. Ce n’était pas si facile que cela lorsqu’ils sont arrivés : les parents de Zola ou ceux de Gambetta étaient considérés comme des gêneurs qui venaient prendre la place des paysans ou des commerçants français. Cela aurait été dommage de les renvoyer. Puis on a dit que ce serait beaucoup plus difficile avec des Slaves. Parce que les Slaves, naturellement, écrivent d’une façon bizarre, là-bas, du côté de Byzance. Enfin, ce n’est pas tout à fait du voisinage. Ensuite, qui pense aujourd’hui que les Polonais de France n’ont pas été un enrichissement de tous ordres : ethnique, industriel, commercial, linguistique, culturel pour la France ? Alors, on entend dire quand même, c’est beaucoup plus difficile maintenant avec les Arabes, avec la langue arabe, avec la culture et une religion différentes. Ce n’est pas tellement sûr que les religions des pays que je viens de citer eussent été si semblables qu’elles apparaissent (…) Il y a eu des haines que l’on croyait puisées dans le sang et puis finalement, si l’on écrivait la contre-histoire de tout cela, on s’apercevrait que l’interpénétration dans chacune des zones terrestres où la civilisation islamique et la civilisation chrétienne se sont rencontrées, où les langues romanes ont rencontré la langue arabe, que cette interpénétration a produit des richesses culturelles considérables, remarquables et durables. Et que cela peut être parfaitement assimilé par les uns et par les autres. Regardez de quelle façon la France, à dominante catholique pendant si longtemps, fut impressionnée par la culture biblique, à quel point tout ce qui vient de la civilisation juive, fait partie finalement presque de nos réflexes. Sans doute parce qu’une tradition s’est établie par les rites religieux, par les explications dogmatiques. Nous sommes français, nos ancêtres les gaulois, un peu romains, un peu germains, un peu juifs, un peu italiens, un petit peu espagnols, de plus en plus portugais, peut-être qui sait polonais, et je me demande si déjà nous ne sommes pas un peu arabes. Je reconnais que voici une phrase imprudente. C’est celle-là qui sera épinglée. Et qui incitera à dire vous voyez bien, c’est le Président de la République qui l’a dit. Ils me la répèteront peut-être sans mettre exactement le même sens aux propos que je tiens (…) Je souhaite qu’à travers les générations, les Français qui viendront après moi, fiers quand même de ce qu’ont été ceux d’avant, considèrent que ceux d’après, ceux du siècle prochain seront plus forts, seront plus riches de culture, seront des Français plus proches de l’universel et donc de la compréhension des affaires du monde, s’ils savent admettre et comprendre les autres cultures pour en faire aussi leur propre culture. Cela se lie à des choix politiques en certaines circonstances. Je voudrais bien que ces choix politiques n’altèrent pas ce type de débat, et que puissent siéger dans des assemblées comme celle-ci, des femmes et des hommes dont les conceptions de politique intérieure sont diverses, mais qui sauraient s’allier pour refuser tous le