Sur LE PARISIEN

A.R. | Publié le 30.01.2013, 12h39 | Mise à jour : 15h21

ILLUSTRATION. La banque américaine Goldman Sachs donne des conseils à François Hollande pour enrailler la crise, notamment baisser tous les salaires de l'Hexagone de 30%.

ILLUSTRATION. La banque américaine Goldman Sachs donne des conseils à François Hollande pour enrailler la crise, notamment baisser tous les salaires de l'Hexagone de 30%. | LE PARISIEN / OLIVIER LEJEUNE

Agrandir le texte Diminuer le texte Imprimer l'article Tout leParisien.fr sur votre mobile

Tout juste lauréate du «prix de la honte» 2013, décerné par Greenpeace Suisse, la banque américaine Goldman Sachs a jugé bon de donner des «conseils» à la pour enrayer la .
Notamment baisser tous les de l'Hexagone de 30%. Une «solution» qui ne fait pas l'unanimité.

Interviewé vendredi par le Huffington Post, l'économiste en chef de la banque, Huw Pill, a généreusement confié son analyse de la situation française. Le «Monsieur Europe» de la banque internationale d'investissement s'est ainsi penché sur son «manque de compétitivité» et nombre de «déséquilibres dans ses comptes». Interrogé sur un solution miracle à proposer au président de la République François Hollande, l'expert assure qu'«il faudrait s’appuyer sur une baisse des salaires générale, afin de regagner de la compétitivité. On estime que la France devrait réduire sa moyenne salariale d’environ un tiers…» Soit 33% de moins en moyenne. Mais c'est «politiquement impossible à imposer», convient-il.

Un secteur public trop important

Autre problème «chronique» de la France selon le cadre de cette grande banque surnommée «le diable de la finance», «un sec