Sur WIKISTRIKE

 

Le journal grec Enet affirme qu’une société que possède le président de Chypre, Nicos Anastasiades, aurait transféré 21 millions d’euros de la Laiki Bank, l’une des deux banques chypriotes qui vont être démantelées, vers Londres. L’information proviendrait du journal chypriote Haravgi, lui-même associé au parti communiste chypriote AKEL. Selon ce dernier, la société du président aurait émis 5 billets à ordre d’un montant total de 21 millions d’euros et viré cette somme à Londres 3 jours avant la réunion de l’Eurogroupe qui aurait abouti à la décision retenue pour le sauvetage de Chypre.

Anastasiades a réfuté ces allégations, affirmant qu’il s’agissait d’une tentative pour faire oublier les responsabilités de « ceux qui ont mené le pays à l’état de faillite », et qu’il se soumettrait sans difficulté à l’examen de son rôle dans l’enquête pour établir les responsabilités de ceux qui ont mis le pays au bord de la faillite. Sa société a également nié ces affirmations.

Vendredi dernier, le comité d’éthique du parlement chypriote a eu communication d’une liste de noms de politiciens des plus grands partis politiques chypriotes, hormis les Socialistes du parti EDEK et les Verts, qui auraient bénéficié d’une annulation des dettes associées à des emprunts qu’ils avaient contractés auprès des banques en difficultés de l’île.