Sur LE CANARD

Le sénateur socialiste Gaëtan Gorce accuse mardi sur son blog le Parti socialiste de "dérive clanique", estimant que "DSK pas plus que Cahuzac ne sont des accidents". "Leur attitude, et plus encore le sentiment d'impunité qui, manifestement, les habitait, sont la conséquence d'un processus d'oligarchisation de l'appareil dirigeant du parti", écrit l'élu de la Nièvre.


"À mesure que les luttes de clan ont perdu toute dimension idéologique se sont constitués des groupes d'intérêt visant seulement à perpétuer le pouvoir et l'influence de leurs chefs, le cynisme prenant la place des convictions ; le rapport de force, celle de la confrontation d'idées", poursuit Gaëtan Gorce, qui est également maire de La Charité sur Loire.

Le sénateur pointe un "triple processus auquel n'échappe aucun parti mais qui s'est révélé mortel pour le PS". "Car le PS n'est plus ! Il lui faut désormais renaître !", ajoute même Gaëtan Gorce. Selon lui, il y a eu une "confiscation" du PS "par une bourgeoisie d'appareil, qui a pris soin de remplacer l'intervention et le vote des adhérents par une cooptation systématique dont la désignation d'Harlem Désir à Toulouse a été la caricaturale illustration."

Mais le sénateur dénonce aussi la "professionnalisation à outrance de la vie publique qui fait que l'on devient toujours plus tôt, toujours plus jeune, dépendant, pour vivre, d'un mandat ou de celui ou celle qui l'exerce". "Loin de corriger cette déviance, ajoute-t-il, la parité comme le non-cumul des mandats vont conforter cette tendance en favorisant l'ascension de clones sans jamais contribuer à un quelconque renouvellement, notamment celle indispensable relative à l'origine sociale des dirigeants". Gaëtan Gorce pointe du doigt enfin une "peopolisation de la politique qui a conduit pour une partie de ses dirigeants à faire de la notoriété médiatique et des facilités qu'elle offre une fin en soi".