Un lanceur d'alerte aussi:

... medias "chiens de garde" comme on les appelle maintenant, collusions, complicités, silences prudents....
Voir - entre autres , les moments 41.40, puis 47.40, et enfin 49.20 de cette vidéo;


Oui J. Vergès était un JUSTE au sens le plus humaniste , le plus universel, et généreux du terme.




 

 

Publiée le 20 déc. 2012

Partie 2: http://www.youtube.com/watch?v=XHZWPs...
Le procès de Klaus Barbie s'est déroulé du 11 mai au 4 juillet 1987 devant la Cour d'Assises du département du Rhône, au Palais de Justice de Lyon.
La parole est à la défense. Maître Vergès d'abord. Puis il cède la parole à son confrère du barreau de Brazzaville, Maître Jean-Martin M'Bemba, puis à Maître Nabil Bouaïta arrivé d'Alger la semaine dernière pour se joindre à eux.
Ils évoquent les massacres perpétrés dans tous les pays
du monde, en France, en Algérie, à Sabra et Chatila. Ce qui provoque des réactions violentes sur les bancs des avocats des parties civiles.


Jacques Verges à propos du procès Barbie : « A Lyon il y avait une mise en scène incroyable. Vous avez une salle des pas perdus transformée en tribunal, avec 700 places. Un tribunal surélevé par rapport à la salle avec un escalier pour monter. C'est EUX qui avaient préparé le spectacle. C'était à nous ensuite, dans ce décor, d'improviser notre pièce. »

« Euphorisant. Se dire qu'ils sont 39 et moi je suis tout seul. Cela veut dire que chacun d'eux ne vaut qu'un quarantième de ma personne. En face ils se disaient, qu'est-ce que ce salaud va encore inventer aujourd'hui ? Et on attendait avec impatience l'invention du salaud et comme le salaud a de l'imagination, chaque jour il inventait une affaire nouvelle. »

Maître Brahimi (avocat algérien) à propos du procès Barbie « Personne d'autre n'eut été capable de faire ce qu'il a fait. Il a fait dérailler une immense machine qui a voulu faire du procès Barbie le procès de l'holocauste mais en fermant à double tour tout ce qui pouvait attirer le regard sur les crimes contre l'humanité commis en Algérie, en Afrique noir, l'esclavage, etc. »

Extraits :

Le président : « Mr Barbie, avez-vous quelque chose à dire pour votre défense ? »
Klaus Barbie : « Oui Mr le président. Quelque chose en français. Je n'ai pas commis la rafle d'Izieu. Je n'ai jamais eu le pouvoir de décision de déportation. J'ai combattu la résistance, que je respecte, avec dureté, mais c'était la guerre et la guerre c'est fini. »

Top des commentaires

nabil boucerage

C'est un procès d'une grande valeur pédagogique,un grand merci de l'avoir mis en ligne.Quel que soir le jugement que l'on puisse porter sur sa plaidoirie Vergés demeure un grand avocat et une légende.Bouaita algérien avocat de renommée internationale allie courage et talent.Dommage que l'Algérie ne lui ait pas réservé la place qu'il mérite dans son pays car en 1993 les forces du mal étaient là et ont eu raison de lui.Son assassinat porte la griffe des hommes de l'ombre.

 

 

Me Vergès fut un grand défenseur des peuples colonisés.«Une conception de l'humanité qui serait réduite aux seuls vainqueurs blancs-européens et nord-américains de la guerre ne constituerait pas un progrès vers quelque ordre pénal international plus attentif aux droits comme on voudrait nous le faire croire, elle incarnerait bien au contraire une régression vers le désordre primitif ou il n'existe d'autre justice que la vengeance,d'autre droit que celui du vainqueur,d’autre critère que la force»