Sur RIAN RU

Jacques Sapir
11:00 24/08/2013
"Promenades d'un économiste solitaire" par Jacques Sapir*

La presse, essentiellement celle qui soutient le gouvernement, se remplit d’optimisme et de commentaires flatteurs pour notre Président à la vue des derniers chiffres de l’INSEE qui ont été publiés le 14 août. Ainsi, au second semestre 2013 la France aurait connu une croissance de 0,5%, Alléluia ! La croissance revient donc et semble donner raison au Président comme au gouvernement. Pourtant, les commentateurs feraient mieux d’être plus prudents et de lire plus attentivement le document de l’INSEE, qui est loin d’être aussi affirmatif qu’ils ne le disent .

En réalité, le chiffre de 0,5% obtenu au second trimestre 2013 est dû à deux facteurs : une hausse de la consommation de 0,3% et un accroissement des stocks de 0,2%. Or, les stocks des entreprises avaient baissé de -0,8% en 2012. Une correction était attendue et se situe dans la normale des choses. On mesure par ailleurs qu’elle reste inférieure à la baisse précédente. Une comparaison des deux premiers trimestres de 2013 avec 2011 et 2012 montre que cet accroissement ne sera pas durable.

© Photo Informations Rapides, INSEE, 14/08/2013, n°186

On peut lire sur ce graphique, et c’est pourquoi on le publie, la permanence des facteurs qui font stagner le PNB de la France, et en particulier l’évolution de l’investissement et du solde commercial. On voit parfaitement que l’ensemble des facteurs susceptibles de contribuer à la croissance de l’économie française sont en panne depuis la fin de 2011. La « panne » que connaît l’économie ne date donc pas du changement de gouvernement. Mais, le nouveau gouvernement, et le nouveau président n’ont en rien modifié la tendance antérieure. Leur action, parce qu’elle s’inscrit dans une continuité profonde avec celle de l’équipe Sarkozy-Fillon et ne s’attaque pas au problème de fond que connaît notre pays, problème qui porte le nom d’Euro, et ce en dépit de divergences de détail, s’avère incapable d’inverser le sort de l’économie française.

Il faut maintenant revenir sur le second point expliquant la hausse du PIB au second trimestre : la hausse de la consommation des ménages. Cette hausse est réelle, mais elle semble