Sur FACON2PARLER

 

crevettes Tse

 

 

30 octobre 2013


Au supermarché Casino de l’avenue Honoré Serre à Toulouse, le responsable du rayon marée a osé baisser les prix des produits qui étaient voués à être jetés à la poubelle. Il est maintenant convoqué à un entretien, avant licenciement.

source: Google Map

 

 



Le personnel est outré par cette mesure et choqué par la procédure de licenciement, lancée contre ce salarié. A l’heure où la crise bat son plein, où de plus en plus de familles sont dans la précarité, et où le gaspillage alimentaire est montré du doigt, au lieu d’avancer, voici une enseigne qui régresse !

Certains salariés ont dans l’objectif de se mettre en grève pour soutenir leur collègue mis à pied.

 

Après avoir tenté de joindre le Directeur en question, qui, d’après l’accueil, « ne répond pas à son téléphone » (et ce à n’importe quelle heure de la journée), inutile de préciser que les salariés sont contraints au silence total concernant cette affaire. De ce fait, aucune nouvelle information n’a pu être communiquée. 

 

Néanmoins, la responsable de communication (vers qui j’ai gentiment été renvoyée), a simplement rappelé que le salarié avait manqué au règlement en tout état de cause et de ce fait, une sanction doit être appliquée. Toutefois, elle insiste sur le fait qu’une convocation à un entretien ne signifie pas forcément que ce salarié sera licencié… affaire à suivre.

 

 

 

Mon commentaire: ... et il y a tant d'autres exemples aussi ignobles:

"Hallucinant! Voilà ce qui nous est arrivé en bref hier avec 2 potes pour avoir voulu faire de la récup dans les poubelles d'un inter-marché pour manger. Nous avons été interpellés par 16 gendarmes armés jusqu'aux poings, puis 3 autres sont arrivés avec un officier; nous nous sommes fait menotter puis mis en GAV pour tentative de vol en réunion par escalade ( le portail) et pour des poubelles nous sommes sortis après 5h30 de GAV avec un rappel à la loi et 3 ans de mise à l' épreuve. Si on récidive on risque 5 ans d'emprisonnement et 75000 euros d'amende"

Il y a eu aussi le post de Laurence Sauvage rapportant  les propos du directeur de PSA . Celui-ci a dit  aux grévistes de la faim qu'ils pouvaient continuer tant qu'ils voulaient et  y rester comme aux P et T si ça les amusait, que cela n'empêchait une boîte d'avancer.

Il y a aussi ce directeur de Carrefour refusant, en réunion privée,  qu'on laisse des pauvres fouiller dans leurs poubelles car, dit-il, ils ont des indemnités et peuvent laisser de l'argent chez nous....

"Cela me rappelle une histoire avec le directeur du Leclerc à Aubenas en Ardèche quand nous étions animateur dans un foyer d'accueil pour les sans abris. Ce directeur, préférait passer de la javel sur les produits jeter dans les containers, alors, qu'ils étaient encore comestibles, plutôt que de nous les offrir pour afin de nourrir nos résidents."