Sur PG34

 

 

12/12/2013

gollnisch1.jpgLa triste mort de Nelson Mandela, ancien Président de l’Afrique du Sud, grande figure de la lutte contre l’Apartheid, ce monstrueux racisme d’Etat, aura eu pour effet indirect de mettre à nue une nouvelle fois la grande hypocrisie et le cynisme qui règnent actuellement à la direction du Front National.

Pour preuve, l’abject communiqué, publié sur son blog, de Bruno Gollnisch, Député européen et Conseiller Régional, membre du Bureau politique du FN, qui a le mérite de rafraîchir la mémoire à tous nos concitoyens : le FN est le principal parti politique français ayant publiquement et activement soutenu, particulièrement durant les années 80, l’Apartheid et le régime Afrikaner.

 Comme le rappelle, blanc sur noir (si j’ose dire) et sans honte, M. Gollnisch : « Jean-Marie Le Pen et le FN estimèrent à cette période que le régime afrikaner était alors de loin un moindre mal, un facteur de stabilité et de richesses ». Oui, vous avez bien lu. Il a osé écrire que le régime raciste proclamé officiellement en 1948, issu d’une longue histoire de trois siècles d’un colonialisme brutal, était un « moindre mal ». Par rapport à quoi ? M. Gollnisch n’ose l’écrire. Mais, on se doute que, dans son esprit, le mal supérieur eut été un pays où les noirs eurent plus de pouvoir politique et économique ce qui, selon lui sans doute était voué à l’échec par nature. Au moins c’est clair.Ainsi, le FN, s’appuyant sur cette vision, nourrie des théoriciens racistes d’Afrique du Sud, insultait à l’époque M. Mandela, le traitait de « terroriste », considérait même que c’était lui et ses camarades les racistes (ce que M. Gollnish écrit toujours à propos de l’ancienne femme de Nelson Mandela) et s’opposait activement, à l’Assemblée nationale ou au Parlement européen, à toute forme de boycott économique pour que cesse au plus vite le régime d’Apartheid.