Sur @si

09h15 le neuf-quinze
Hollande-Gattaz, co-enfumeurs de l'UE ?
Par Daniel Schneidermann le 18/02/2014

Enfumer Bruxelles. Ce serait le but, le seul, du "pacte de responsabilité" de Hollande, annoncé à grands sons de trompe lors de sa dernière conférence de presse. Lequel Hollande saurait très bien que la France n'a aucun moyen de faire les "cinquante milliards d'économies nécessaires". Le "pacte de responsabilité" n'aurait donc pour but que de perenniser les 20 milliards de baisse de cotisation du CICE accordés au patronat, eux, sans aucune contrepartie. De qui cette théorie conspirationniste ? D'un obscur internaute sur son blog ? Non. De Gaëtan Gorce, sénateur socialiste de la Nièvre, et maire de La Charité sur Loire. Lequel salue l'habileté de Hollande à tirer le meilleur parti des cartes qu'il a en main, tout en regrettant qu'il n'ait pas le courage de changer les règles du jeu. Bref, mon ami Patrick Cohen a balancé ce matin cette théorie de l'enfumage à Montebourg, lequel s'en est sorti par une pirouette.

Gattaz-Hollande complices contre la Commission ? La théorie est séduisante. Elle expliquerait bien des incohérences apparentes. Comment Gattaz, par ses maladresses, a failli "vendre la mèche" aux Etats-Unis. Vous vous souvenez ? Un jour, au sortir de l'avion, il s'énerve -non, il n'y aura aucune contrepartie aux baisses de charges- avant de se dédire le lendemain -bien sûr, nous allons créer un million d'emplois.

Cette théorie est vertigineuse. Si elle est exacte, c'est à dire si le décrypteur de La Charité sur Loire n'a pas seulement des intuitions, mais des informations, alors jusqu'où s'étendent les complicités ? La cohorte de brillants journalistes, comme mon confrère Patrick Roger du Monde, qui se demandent à longueur de paragraphes où Hollande va trouver ces 50 milliards d'économie, sont-ils les idiots utiles du jeu de rôles ? Et les ministres comme Peillon, qui lancent des ballons d'essai sur le gel de l'avancement des fonctionnaires, pour les démentir le lendemain : complices ? Et les journalistes qui les répercutent : complices ? Mais allons plus loin. Mélenchon, par exemple, procureur de la rigueur à la mode Hollande : complice lui aussi, tenant simplement son rôle d'opposant dans le grand jeu de rôles général ? Le Pen, dénonciatrice des capitulations européennes de Hollande : complice ? Et la Commission elle-même, cette enfumée potentielle ? Si on lit le blog de Gaëtan Gorce à Bruxelles -et cela va bien arriver, avec la mondialisation de l'information- elle sera coincée dans une alternative impossible : convoquer Hollande, et lui faire les gros yeux -"comment ? Qu'apprenons-nous ? Vos cinquante milliards d'économie ne seraient que de la poudre aux yeux ?" Ou bien, faire semblant de n'avoir rien entendu, nourrissant à son tour le soupçon d'être de mèche avec les enfumeurs français. Aux yeux de qui ? Des Allemands, bien entendu. Dont il faut espérer qu'ils ne lisent pas le blog du sénateur socialiste de la Nièvre.

Mais les Allemands eux-mêmes, comment pourraient-ils réagir ? En déclarant la guerre ? Même si la théorie Gorce aurait tout pour être une bombe à fragmentation, le plus probable, est qu'il ne se passera rien, tant le jeu de rôles arrange finalement tout le monde, ne présentant que l'inconvénient minime de renforcer chez le citoyen la certitude de vivre dans le faux-semblant général, dans un monde où l'habileté a supplanté toute forme de courage.

La Charité sur Loire, vue d'ensemble