Sur PANAMZA

 

 Le Monde maquille la mort de Saïd Bourarach en simple « noyade »

 

 

Désinformation. Découvrez comment le quotidien Le Monde édulcore aujourd'hui le meurtre à caractère raciste du vigile Saïd Bourarach.

Le 27.03.2014 à 22h19

Saïd Bourarach n'a pas été « assassiné ». Il s'est noyé. Mais les circonstances de sa mort ont fait de lui une icône. Le 30 mars 2010, ce père de famille marocain de 35 ans, musulman non pratiquant et analphabète, avait sauté dans le canal en tentant d'échapper à un groupe de jeunes – de confession juive – qui l'avait pris en chasse.

C'est ainsi que Le Monde présente aujourd'hui l'affaire Bourarach, du nom de Saïd Bourarach, vigile de Bobigny retrouvé mort dans le canal de l'Ourcq à la suite d'une course-poursuite lancée par ses quatres agresseurs.

saidbourarach

said bourarach

Hier, la chambre d'instruction de la cour d'appel de Paris a confirmé