Sur RESEAUINTERNATIONAL

Hagel-Chine Géopolitique

 

 

Washington sur tous les fronts

Le , la , la ne lui suffisent plus. Il lui faut aussi y rajouter la . Mais cette fois, cette dernière ne s’embarrasse pas de circonlocutions fleuries, à la suite des remarques de , en visite en . Non seulement le secrétaire d’état à la Défense américain se fait envoyer paître par son homologue chinois Fan Changlong, mais aussi il se fait vertement remettre à sa place par un officier chinois lors d’une intervention face à un auditoire hostile, celui-ci lui assénant que les États-Unis craignaient la montée en puissance de la et que les semaient le trouble dans la région afin de gêner Pékin, parce qu’un jour la deviendra un défi trop important. Les temps changent, et les Etats-Unis ne voient rien venir.

***

timthumb.phpLes propos tenus lors de la réunion des ministres de la Défense de l’ASEAN par le secrétaire américain à la Défense Chuck Hagel ont « mécontenté » la Chine, a déclaré hier un haut chef militaire chinois.

Lors des discussions, qui se sont tenues à Haiwaï la semaine dernière, Hagel a abordé le sujet de l’inquiétude grandissante des Etats-Unis concernant les conflits territoriaux opposant la Chine et le en .

« Je peux vous le dire franchement, les propos que vous avez tenus lors de la réunion des ministres de la Défense de l’ASEAN à l’intention des responsables politiques japonais étaient durs, et votre attitude était claire. Le chinois, moi y-compris, est mécontent de ces remarques », a déclaré à Hagel en présence des médias Fan Changlong, le vice-président de la Commission militaire centrale de Chine.

La Chine ne fera aucun compromis concernant les différents territoriaux et de souveraineté, a indiqué mardi le ministre chinois de la Défense Chang Wanquan, après s’être entretenu avec Hagel et alors que ce dernier faisait savoir l’intention des Etats-Unis de protéger ses alliés asiatiques.

Lors d’une rencontre avec la presse aux côtés de Hagel, Chang a déclaré que la Chine ne ferait aucun compromis, qu’elle ne cèderait et n’échangerait aucun territoire ou droit de souveraineté, et qu’elle ne tolérerait aucune violation de son intégrité territoriale.

« Nos forces armées sont prêtes à se rassembler au premier appel et sont capables de se battre et de gagner », a-t-il prévenu.

De son côté, Hagel a déclaré que les Etats-Unis maintenaient leur « engagement total » aux côtés de leurs alliés de longue date que sont le Japon et les Philippines, tel que l’énoncent les obligations découlant du traité, a reporté Reuter mardi.

Hagel a également réitéré les critiques des Etats-Unis envers la zone d’identification aérienne établie par la Chine l’année dernière qui couvre des îles également revendiquées par le Japon, arguant que la Chine n’avait pas le droit de prendre l’initiative de créer une telle zone de façon unilatérale.

« Le geste rude des Etats-Unis s’inscrit dans une tentative de retrouver une position de leader au sein de l’alliance », a déclaré Ni Feng, directeur adjoint de l’Institut des études américaines de l’Académie des sciences sociales de Chine.

Selon Ni, la crédibilité des Etats-Unis en tant que leader de l’alliance a été ébranlée par les crises successives en Ukraine, en Syrie et en Iran.

« Les Etats-Unis prennent de plus en plus de mesures pour tenter de rééquilibrer leurs relations avec la Chine et son alliance, ce qui reflète la difficulté croissante de Washington de contrôler une situation asiatique de plus en plus compliquée », a ajouté Ni.

Pour Li Haidong, professeur à l’Université des affaires étrangères de Chine, ce sont souvent d’autres pays, comme le Japon ou les Philippines, qui sont à l’origine des éléments perturbant les relations sino-américaines, ce qui montre que les Etats-Unis exercent un contrôle de plus en plus limité dans la région.

Hagel a également fait savoir que Pentagon avait récemment partagé avec les responsables gouvernementaux chinois sa doctrine de lutte contre la , et les Etats-Unis ont exhorté la Chine à faire de même.

Selon Chang, la Chine souhaite renforcer la communication avec les Etats-Unis dans ce domaine, afin que cet état de choses donne lieu à des mesures et à des actions concrètes.

« La Chine voyant ses réseaux constamment attaqués par les Etats-Unis d’une part, et les Etats-Unis accusant la Chine de lancer des cyber-attaques contre Washington d’autre part, font que le niveau de confiance entre les deux pays en matière de cyber-sécurité est très bas », a déclaré Li.

http://french.china.org.cn/china/txt/2014-04/09/content_32041588.htm