Sur CRISE LE BLOG

 

De larges plans des appartements ornent toujours les murs qui attendent d’être peints. Le sol n’est que béton brut, les portes n’ont ni poignée ni serrure... Nous sommes alors fin mars, et les futurs habitants ont encore plusieurs semaines à patienter. Mais en juin, enfin, ils pourront emménager dans ces logements imaginés il y a huit ans déjà comme une troisième voie, capable peut-être d’apporter une réponse à la crise du logement. "La coopérative d'habitants, c’est un projet social, écologique, ouvert sur le quartier, un projet où l’on décide au consensus et où il faut travailler", résume Antoine Limouzin, 39 ans, l’un de ceux qui ont lancé l’aventure du "village vertical" en 2005.

Dans un des appartements du "Village vertical", encore en travaux. © Antonin Sabot / LeMonde.fr

"Avec l’arrivée de notre premier enfant, il