Source : silviacattori.net

 

 

 Entretien avec Bahar Kimyongür par Silvia Cattori

Euro-djihadistes : des instruments de l’OTAN
Bahar Kimyongür

En soutenant la « rébellion » en Syrie, l’UE, n’a-t-elle pas encouragé des milliers de jeunes à partir combattre Bachar el-Assad dès lors qu’ils pouvaient considérer poursuivre le même but ? Les services secrets des pays européens ont-ils laissé partir ces jeunes en toute connaissance de l’ampleur du phénomène ? Pourquoi a-t-on attendu jusqu’à aujourd’hui pour présenter un plan pour prévenir ces départ ? Bahar Kimyongür répond à nos interrogations.

 

 
En soutenant la « rébellion » en Syrie, l'UE, n'a-t-elle pas encouragé des milliers de jeunes à partir combattre Bachar el-Assad dès lors qu'ils pouvaient considérer poursuivre le même but ? Les services secrets des pays européens ont-ils laissé partir ces jeunes en toute connaissance de l'ampleur du phénomène ? Pourquoi a-t-on attendu jusqu'à aujourd'hui pour présenter un plan pour prévenir ces départ ? Bahar Kimyongür répond à nos interrogations.

 

  Silvia Cattori : Depuis quelques semaines les médias grand public parlent de ces jeunes Européens adeptes de l'islam radical qui vont suivre des stages d'entraînement et grossir les rangs du terrorisme en Syrie [1]. Or vous-même vous vous en êtes préoccupé bien avant eux. A quel moment avez-vous pris la mesure de l'ampleur de ce phénomène, et êtes-vous entré en contact avec les familles des ces jeunes terroristes en puissance ? <