Sur LE POINT

 

"On n'est pas couché" : Aymeric Caron victime de menaces

Le Point - Publié le 12/09/2014 à 19:58 - Modifié le 13/09/2014

À la suite d'un échange avec BHL au sujet du conflit israélo-palestinien, le chroniqueur et sa famille seraient la cible de menaces, selon "Le Parisien".

Aymeric Caron lors de la soirée de lancement du livre de Laurent Ruquier, "Radiographie", photo d'illustration.

Aymeric Caron lors de la soirée de lancement du livre de Laurent Ruquier, "Radiographie", photo d'illustration. © PJB / Sipa

6Medias

Rentrée de tous les dangers pour Aymeric Caron. D'après Le Parisien, le chroniqueur de l'émission On n'est pas couché serait en effet visé par des menaces, conséquence d'un échange houleux avec le philosophe Bernard Henri-Lévy sur le plateau de l'émission de France 2 le 6 septembre dernier.

Au coeur de la polémique, qui ne cesse d'enfler sur les réseaux sociaux, les questions d'Aymeric Caron au philosophe sur son silence concernant l'offensive israélienne dans la bande de Gaza. "Pourquoi ne vous entend-on pas dénoncer la politique de Benyamin Netanyahou contre les Palestiniens, contre Gaza ?" s'est notamment indigné le chroniqueur dans l'émission de Laurent Ruquier.

"Pourquoi ne vous entend-on pas dénoncer fermement cet été cette politique qui a mené à la mort de 2 000 personnes, dont les trois quarts sont des civils, 500 enfants, des personnels humanitaires visés, des écoles de l'ONU bombardées, des enfants qui jouent sur une plage bombardés par l'armée israélienne ?" a poursuivi Aymeric Caron sous les applaudissements du public.

Le numéro et l'adresse du chroniqueur divulgués

Le quotidien indique que, à la suite de la publication sur Internet du numéro de téléphone portable mais également de l'adresse du journaliste, la police a été contactée par le producteur de l'émission. Les forces de l'ordre auraient d'ailleurs renforcé, depuis, les rondes autour du domicile d'Aymeric Caron.

Les parents du chroniqueur seraient eux aussi visés. Leurs voisins auraient en effet été appelés au milieu de la nuit mercredi par un inconnu assurant qu'il y avait "une fuite de gaz chez eux et qu'il fallait défoncer la porte", affirme Le Parisien. Comme Aymeric Caron, leur adresse aurait également été divulguée sur le Web.