Sur ENCYCLOPEDIA UNIVERSALIS

A.P.E.C. (Asia Pacific Economic Cooperation)

La Coopération économique des pays d'Asie-Pacifique (C.E.A.P., ou A.P.E.C., selon les initiales anglaises) a été fondée en 1989 et regroupait initialement quinze pays bordant l'océan Pacifique : États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Japon, Corée du Sud, les pays de l'Association des nations du Sud-Est asiatique (A.S.E.A.N.), Taiwan, Hong Kong et la Chine. Son objectif est de faire de la zone « un pôle de promotion du libre-échange et un modèle de régionalisme ouvert ». En 1992, l'A.P.E.C. s'est donné un secrétariat, basé à Singapour, et un budget qu'alimentent principalement les États-Unis et le Japon. Le sommet de Seattle (nov. 1993) a admis le Mexique et la Papouasie - Nouvelle-Guinée. Le sommet de Bogor (Indonésie) admettait le Chili un an plus tard. L'adhésion de la Russie, du Pérou et du Vietnam était acceptée au sommet de Vancouver en novembre 1997.

Pour le moment, il s'agit plutôt d'un club hétérogène politiquement et économiquement, dont les membres ont pris acte qu'ils appartiennent aujourd'hui à la zone géographique la plus dynamique du monde. En 2000, ils représentaient à eux tous près de 60  p. 100 du revenu mondial, et leur commerce s'accroissait très rapidement (46  p. 100 du commerce international).

Une telle réunion ne fait donc qu'entériner une situation de fait. Cela n'empêche pas qu'elle a été utilisée par les États-Unis pour peser sur l'Europe dans les négociations du cycle de l'Uruguay (1986-1993) et que l'existence de l'A.P.E.C. présente un intérêt certain pour les partenaires asiatiques. La Chine s'en sert comme moyen de pression économique sur les États-Unis pour compenser les demandes de ces derniers en faveur des droits de l'homme. Les autres pays d'Asie du Sud-Est utilisent ce forum régi par consensus pour éviter un tête-à-tête institutionnel avec le puissant Japon. Convaincus des effets bénéfiques des processus de mondialisation, les membres de l'organisation ont déclaré, lors du sommet de Bogor (novembre 1994), qu'ils comptaient libéraliser complètement les échanges commerciaux et les investissements en 2010 pour les pays à économie développée et en 2020 pour les autres.

 […]

… pour nos abonnés, l'article se prolonge sur  1 page…