02/12/14

Impérialisme US - 2014 s'annonce comme une année de vérité pour les États-Unis (Paul Craig Roberts)

Sur SOTT.NET

 

Impérialisme - 2014 s'annonce comme une année de vérité pour les États-Unis

Traduit de l'anglais par Avic pour Réseau International

dollar, cours de l'or
© Inconnu
Deux pressions sont en train de se mettre en place sur le dollar américain. L'une vient de la baisse de la capacité de la Réserve fédérale à truquer le prix de l'or, parce que les approvisionnements en or occidentaux se ratatinent et que les marchés connaissent de plus en plus ces manipulations illégales des prix par la Fed. La preuve de la sous-évaluation des énormes quantités de transactions à découvert sur le marché à terme de l'or papier, à certains moments de la journée où la négociation est mince, est sans équivoque. Il est devenu évident que le prix de l'or est truqué sur le marché des contrats à terme afin de protéger la valeur du dollar contre le QE (NDT : Quantitative easing - l'assouplissement quantitatif, ou la planche à billets).

L'autre pression résulte des menaces insensées de sanctions du régime Obama contre la Russie. D'autres pays ne sont plus disposés à tolérer les abus de Washington de l'étalon mondial du dollar. Washington utilise le système de paiement international basé sur le dollar pour infliger des dégâts aux économies des pays qui résistent à son hégémonie politique.

La Russie et la Chine en ont assez. Comme je l'ai signalé et comme le rapporte Peter Koenig ici http://www.informationclearinghouse.info/article38165.htm, la Russie et la Chine sont en train de déconnecter leur commerce international du dollar. Désormais, la Russie va effectuer ses échanges, y compris la vente de pétrole et de gaz naturel vers l'Europe, en roubles et dans les monnaies de ses partenaires du BRICS.

Cela signifie une baisse importante de la demande pour le dollar américain et une baisse correspondante de la valeur de change du dollar.

Comme John Williams (shadowstats.com) a clairement fait savoir, l'économie américaine n'a pas récupéré de la récession de 2008 et est encore faible. La grande majorité de la population américaine est aux abois du fait de l'absence de croissance des revenus depuis des années. Comme les États-Unis ont maintenant une économie dépendante de l'importation, une baisse de la valeur du dollar va augmenter les prix aux États-Unis et pousser le niveau de vie vers le bas.

Toutes les preuves indiquent l'échec économique des États-Unis en 2014, et c'est la conclusion du rapport de John Williams du 9 avril.

Cette année pourrait également voir l'éclatement de l'OTAN et même de l'UE. Le coup téméraire de Washington en Ukraine et les menaces de sanctions contre la Russie ont poussé les États fantoches de l'OTAN sur un terrain dangereux. Washington a mal évalué la réaction en Ukraine à son renversement du gouvernement démocratiquement élu et l'imposition d'un gouvernement fantoche. La Crimée a rapidement quitté l'Ukraine et a rejoint la Russie. D'autres anciens territoires russes en Ukraine pourraient bientôt suivre. Les manifestants à Lougansk, Donetsk et Kharkov réclament leurs propres référendums. Les manifestants ont proclamé la République populaire de Donetsk et la République populaire de Kharkov. Les larbins du gouvernement de Washington à Kiev ont menacé de mater les protestations par la violence. http://rt.com/news/eastern-ukraine-violence-threats-405/ . A Washington, ils affirment que les manifestations sont organisées par la Russie, mais personne ne les croit, pas même leurs pions ukrainiens.

Les rapports de presse russes ont identifié des mercenaires américains parmi les forces de Kiev qui ont été envoyées pour mater les séparatistes dans l'est de l'Ukraine. Un membre du parti de l'extrême droite néo-nazi au parlement de Kiev, le Parti de la Patrie, a appelé à tirer et tuer les manifestants.

La violence contre les manifestants est susceptible de faire venir l'armée russe et entraîner le renvoi à la Russie de ses anciens territoires de l'Est de l'Ukraine qui y furent rattachés par le Parti communiste soviétique.

Washington, qui prend le risque de proférer des menaces à tour de bras, pousse l'Europe dans deux confrontations hautement indésirables. Les Européens ne veulent pas d'une guerre avec la Russie à cause du coup d'état de Washington à Kiev, et ils comprennent que les sanctions réelles sur la Russie, si elles sont appliquées, leur causeraient beaucoup plus de dégâts. Dans l'UE, l'inégalité économique croissante entre les pays, le chômage élevé, et l'austérité économique rigoureuse imposée aux membres les plus pauvres ont produit d'énormes contraintes. Les Européens ne sont pas d'humeur à supporter le poids d'un conflit orchestré par les États-Unis contre la Russie. Alors que Washington présente à l'Europe la guerre et le sacrifice, la Russie et la Chine offrent le commerce et l'amitié. Washington fera de son mieux pour garder les politiciens européens « achetés-et-payés » et qui sont dans la ligne de la politique américaine, mais les inconvénients pour l'Europe pour suivre Washington sont désormais beaucoup plus importants.

Sur de nombreux fronts, Washington est en train d'apparaître aux yeux du monde comme plein de duplicité, indigne de confiance, et totalement corrompu. Le procureur à la Securities and Exchange Commission (SEC), James Kidney, a profité de l'occasion de son départ à la retraite pour révéler que des personnes haut placées avaient étouffé ses poursuites contre Goldman Sachs et d'autres banques « too big to fail », parce que ses patrons au SEC n'étaient pas préoccupés par la justice, mais « par comment obtenir des emplois bien rémunérés quand ils quitteront les services gouvernementaux », en protégeant les banques contre les poursuites pour leurs actions illégales. http://www.counterpunch.org/2014/04/09/65578/

L'Agence américaine pour le développement international (l'USAID) a été surprise en train d'utiliser les médias sociaux pour renverser le gouvernement de Cuba. http://rt.com/news/cuba-usaid-senate-zunzuneo-241/

Cette audacieuse insouciance vient s'ajouter à la chute du gouvernement ukrainien par Washington, le scandale de l'espionnage de la NSA, le rapport d'enquête de Seymour Hersh selon lequel l'attaque au gaz sarin en Syrie a été un événement sous fausse bannière organisé par un membre de l'OTAN, la Turquie, pour justifier une attaque militaire américaine sur la Syrie , Washington forçant l'avion présidentiel du président bolivien Evo Morales à atterrir pour y effectuer des fouilles, les « armes de destruction massive » de Saddam Hussein, le détournement de la résolution de l'ONU concernant la zone d'exclusion aérienne sur la Libye pour une attaque militaire, et ainsi de suite. Essentiellement, Washington a tellement détérioré la confiance des autres pays dans le jugement et l'intégrité du gouvernement américain que le monde a perdu sa foi dans le leadership américain. Washington est réduit à des menaces et des pots de vin et se présente de plus en plus comme un tyran.

Les coups de marteau au