Toutes nos félicitations aux dirigeants européens qui, comme au cours du XXe siècle, ont permis par leur pleutrerie l'arrivée de l'extrémisme au pouvoir en Europe. Sans eux, l'Ukraine n'aurait jamais pu devenir ce qu'elle est. Le peuple ukrainien s'en souviendra, maintenant qu'un processus sans retour est lancé. Analyse dans le lien d'une trahison somme toute très ordinaire.

 

 

vendredi 10 avril 2015

Kiev : Chronique de la trahison ordinaire (+18 ans)

Nouveaux héros ukrainiens, membres de l'UPA
Le pouvoir ukrainien fait tout son possible pour saboter les accords de Minsk sans en porter la responsabilité. Mais la marge de manœuvre devenant avec le temps plus étroite, ils ne peuvent plus cacher l'état des choses. La seule chance qui leur reste est celle de la trahison.
Attention aux photos en fin d'article
 

Alors que les accords de Minsk prévoient l'arrêt des tirs, l'armée ukrainienne a tiré plus de 80 fois ces dernières heures sur le village de Spartak à côté de l'aéroport de Donetsk. De 15h à 21h, le village de Chirokino, à côté de Mariupole, a également été touché régulièrement, comme l'ont constaté les observateurs de l'OSCE. Un des combattants a été tué par un snipper, à côté d'un journaliste russe de Ren-TV, pendant que celui-ci faisait son reportage.
En ce qui concerne l'obligation faite à Kiev de lever le blocus social et économique du Donbass, autrement dit de payer les pensions et aides sociales, le pouvoir ukrainien vient de refuser. L'explication donnée est on ne peut plus simple: la région est tenue par des terroristes, payer les aides et pensions reviendrait à financer le terrorisme. Or, les sommes sont directement versées sur les comptes bancaires des particuliers qui sont les seuls à y avoir accès. Juste pour exemple. Dans la République de Lougansk, des repas gratuits sont distribués à la population et une aide alimentaire est apportée. Bien que les pensions commencent à être payées par la république - et non par Kiev - l'on compte environ 16500 bénéficiaires de cette aide sociale d'urgence, qui est en grande partie le résultat des convois d'aide humanitaire envoyés par la Russie. Ces gens peuvent-ils rationnellement être considérés comme des terroristes? Il serait plus correct de parler de survivants.
Les accords prévoient également des échanges de prisonniers entre Kiev et les représentants des combattants. La pratique selon laquelle l'armée ukrainienne arrêtait des civils au hasard pour les échanger contre des soldats prisonniers avait, alors déjà, conduit à l'arrêt des opérations d'échanges de prisonniers, les autorités du Donbass ne voyant pas l'intérêt à mettre en plus en danger la v