Sur SAKERFRANCOPHONE

Étrange humanité, qu’une rivière borne. Socialisme argentin en deçà du Rio Paraguay, fascisme au delà

Par Andre Vltchek – Le 19 juillet 2015 – Source ICH

Le Rio Paraguay, l’un des plus grands fleuves d’Amérique du Sud, forme une frontière naturelle entre l’Argentine et le Paraguay, deux pays à la culture similaire, mais dont les systèmes politiques sont radicalement différents.

L’Argentine est socialiste, elle possède une couverture médicale universelle gratuite et une éducation pratiquement gratuite. Elle est dirigée par un gouvernement progressiste. Elle a refusé de se plier aux demandes de ses créditeurs, la Banque mondiale et le FMI. Elle a fait défaut sur sa dette, qui avait été accumulée sous l’égide de gouvernements de droite et pro-occidentaux (la Grèce devrait étudier et suivre son exemple). Elle est de plus en plus proche d’autres pays socialistes d’Amérique latine, ainsi que de nations non occidentales, comme la Chine ou la Russie.

 

Le Paraguay est un pays fracturé. Même la BBC reconnait que moins de deux pour cent de sa population y posséderaient soixante-dix pour cent des terres arables. D’autres sources indiquent que ce chiffre est plus proche de soixante-quinze pour cent, voir supérieur. De façon régulière, les populations indigènes demandent que leurs terres leur soient rendues et, de façon régulière, ceux qui osent crier trop fort sont assassinés.

Le Paraguay était le second pays le plus pauvre d’Amérique du Sud, juste devant la Bolivie. Mais avec les immenses transformations qu’a subi la Bolivie dans la dernière décennie, avec tous les bénéfices qu’ont apporté ces changements, le Paraguay a maintenant atteint la dernière place de ce triste classement.

Les élites, soutenues par les USA, y ont orchestré un coup d’État constitutionnel et chassé le Président Fernando Lugo, un apologiste de la libération progressive. C’était le 22 juin 2012. La courte idylle du pays avec le socialisme prenait fin. Le fascisme était de retour. Le Paraguay est donc revenu à son tragique rôle historique. Le pays accueille à nouveau les bases militaires US-américaines, soutiens de l’impérialisme occidental. L’ensemble de l’Amérique du Sud est espionné et manipulé depuis celles-ci.

Le Paraguay est, rappelons-le, la base arrière d’où a été lancée la meurtrière Opération Condor, et où les Archives de la Terreur ont été découvertes.

La misère règne dans tout le pays. Les bidonvilles viennent s’appuyer jusque sur les murs des immeubles monumentaux qui abritent banques et institutions gouvernementales. Les immenses hôpitaux sont totalement inefficaces et surpeuplés. Les routes défoncées et les trottoirs étroits mènent aux centres commerciaux et aux gratte-ciels d’Asuncion. Les transports publics sont presque inexistants. Lors de mon voyage, des crues dévastaient des quartiers entiers.

Située sur l’autre rive de la rivière Paraguay, la petite ville argentine de Clorinda est sans prétention, enjouée et absolument touchante. Ses rues arborées sont larges. Sa place centrale a été transformée en un immense terrain de jeu, pour les enfants comme pour les adultes. Les trottoirs y sont spacieux et la n