... Il semble bien que ce soit le cas ( et ce n'est pas nouveau.) En voici un éclairage "in vivo" donné par  Godefroy Clair, ingénieur d’études à l’université Paris 8 , Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine, université Paris 7 , Aymeric Monville, directeur des éditions Delga. (  voir le texte de la pétition en 2è partie)

 ***



Échanges divers sur la censure régnant  à la bibliothèque Pierre Mendès-France (PMF) - Paris et dans les autres les bibliothèques universitaires, 16-31 janvier 2015

http://www.historiographie.info/debats.html )

 

En voici quelques extraits éclairants:

Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine, université Paris 7

Cher amis,

Vous trouverez ci-dessous des échanges explicites sur la gravité de la censure et de l’autocensure qui sévissent, de plus en plus rigoureusement, dans les universités et notamment dans les sciences sociales, situation que reflète la « politique d’achat » des bibliothèques universitaires.

J’en reproduis tous les éléments, y compris ceux qui ont déjà été diffusés dans le premier message transmis, le 20 janvier 2015.

J’observe que si M. Molinier, bibliothécaire à la bibliothèque PMF de l’université Paris 1, n’est pas l’unique responsable de cette censure, il l’assume cependant pleinement, avec une arrogance non dépourvue de violence, surtout quand il ne connaît pas ses interlocuteurs. Le démontrent formellement 1° sa réponse négligente à un lecteur pris pour un étudiant, Godefroy Clair, et 2° plus brutalement encore, sa lettre à Pierre Moret, un correspondant qui a protesté contre les pratiques que j’avais