Les sayanim : des citoyens qui collaborent avec le Mossad

Suite de la série vintage.
Entretien, accordé à Silvia Cattori par M. Jacob Cohen en avril 2012, au sujet de l’activité de renseignement, de désinformation et de propagande de la part de sayanim – citoyens juifs, au service d’un État tiers, Israël (*). Nos autorités ignorent-elles l’impact crucial de cette activité sur les orientations politiques de l’opinion publique dans nos pays en soutien de la politique illégale de cet Etat ? [ASI]

jacob-cohen

Silvia Cattori : C’est avec intérêt et beaucoup de plaisir que j’ai lu Le printemps des Sayanim [1]. Raconter par le biais du roman ce qui est véridique, est-ce pour vous une manière de prendre de la distance ?

Jacob Cohen : J’ai conscience de certaines réalités et de certaines manipulations ; je ressens le besoin de les faire passer, de démystifier certaines choses. Et je raconte mieux dans la forme romanesque. Les personnages sont mieux campés.

Silvia Cattori : Fondé sur des faits et des personnages réels, ponctué d’évènements qui ont marqué l’actualité durant plusieurs décennies et que la désinformation a travestis, votre ouvrage en dévoile les coulisses. N’est-ce pas une mise à nu de ce que les divers pouvoirs nous cachent ?

Jacob Cohen : Tout à fait. J’ai l’opportunité de suivre l’actualité dans les médias favorables à Israël, et je cherche à en donner les clés. On connaît par exemple l’émission « Rire contre le racisme » [2] lancée par l’UEJF (Union des étudiants juifs de France) et ses complices de SOS Racisme [