la VIDEO du débat : http://www.midilibre.fr/2015/12/09/regionales-le-grand-debat-de-l-entre-deux-tours-en-direct-des-10-h-30,1255172.php 

*

 

Le débat de l'entre-deux tours

sur la Dépêche

Publié le 10/12/2015 à 07:51, Mis à jour le 10/12/2015 à 08:21

Elections régionales

Le débat de l'entre-deux tours avec Carole Delga, Louis Aliot et Dominique Reynié./Photos AFP

Le débat de l'entre-deux tours avec Carole Delga, Louis Aliot et Dominique Reynié./Photos AFP

 

 

Liste Front national

 

Premier tour.

«Nous sommes en pays de rugby, on va dire que la première mi-temps s'est bien passée mais les gens s'inquiètent beaucoup sur une fusion mal préparée. La région est la 2e pour les records de chômage, cela a pesé sur le vote. Les électeurs ne se sont pas exprimés juste pour contester mais sur des choses précises».

Fusion à gauche.

«Aux dernières régionales, nous sommes passés de 12 % au premier tour à 19,5 % au second tour, on a un électorat de deuxième tour. La fusion de la gauche a pris presque 24 heures et la fumée blanche a fini par sortir pour battre une extrême droite qui n'existe pas. On prend les électeurs pour des billes en leur disant «demain on va s'arranger». C'est une escroquerie politique. Le Drian le ministre le plus populaire du gouvernement n'a pas voulu des Verts dans sa liste. Comment des communistes et gens qui se sont battus contre les socialistes voteraient pour votre liste ?

Extrême-droite.

«Je ne pense pas que 32 % des électeurs auraient voté pour moi si j'étais d'extrême droite».

Retenues d'eau.

«Sur Sivens, la mort du jeune homme est la conséquence de ce qui s'est passé avant, on aurait dû faire voter la population locale et écarter les agitateurs d'extrême gauche qui sont vos alliés.»

Equilibre des territoires.

«Il faudra fermer les quasi-ambassades «Frêche» à l'extérieur du pays. A l'heure du numérique, cela ne sert à rien de dépenser de l'argent ainsi. Martin Malvy a fait son dernier discours assez brillant mais il a dit «on a agi avec beaucoup de naïveté pour la fusion». Deux régions si différentes, finalement, ce n'est pas aussi beau que cela. Quid du personnel ? Il faudra agir par l'incitation et le dialogue. Vous nous reprochez d'afficher des idées et pas de chiffres. Mais nous ne sommes pas aux affaires. Nous ferons un audit de la région et je fais confiance aux magistrats de la Cour des comptes. Ensuite, équilibre des territoires et ruralité, développement économique, aides aux commerçants et aux agriculteurs. Pour les associations, il faudra faire des économies».

Transports.

«Le TER à un euro, c'est un outil de communication, mais qui ne représente que 3 % du flux ferroviaire. il faut une tarification en fonction des revenus. Sur les lignes, ce qui me préoccupe, ce n'est pas Bordeaux, c'est la ligne Toulouse- Montpellier. Les fonds européens ? La France contribue pour 20 milliards et l'Europe lui en rétrocède 13. 7 milliards s'évaporent et ils feraient bien de s'évaporer ici».

Ports et pêche.

«Il ne faut pas négliger la pêche, il va falloir investir. Le Port de Port-vendres peut être repris par la mairie avec le soutien de la région. Et il faut accompagne rle développement des ports de plaisance».

Education

Il faut rappeler que les compétences de la Région s'arrête aux infrastructures ! pour l'ordinateur, je préfère le schéma Malvy que le schéma Alary (ndlr : en fonction des revenus plutôt que gratuité totale) »

 

*

Carole Delga - PS-PRG-MRC-EELV-FG-Partit occitan

Liste "Notre Sud en commun"

 

Premier tour

«Notre score est supérieur aux prévisions. Aller sur le terrain, faire de la politique de façon renouvelée, cela paye. Le bloc de la gauche dépasse les 40 %. Nous souhaitons que cette région reste à gauche pour l'emploi, les transports en commun, la politique de la mer, l'éducation. L'extrême droite n'a pas de programme...»

Fusion à gauche.

«L'union a été très naturelle et très spontanée. Nous avons travaillé ensemble avec EELV et le Front de gauche au conseil régional. Le rassemblement avec Gérard Onesta s'est fait dans la clarté, la responsabilité sur un projet de gauche. Nous avons de nombreux points communs, aider les PME, la nouvelle économie, tous les modes déplacement, le ticket unique de transport, l'éducation. Nous voulons une région qui soit fière de ses richesses, fière de sa culture occitane et catalane».

Extrême-droite.

«Vos électeurs ne sont pas d'extrême droite mais vous vous êtes d'extrême droite. Votre projet n'existe pas. Il faut tout mettre en œuvre pour battre l'extrême droite et j'approuve la décision de retrait de Christophe Castaner en Paca et Pierre de Saintignon dans le Nord-Pas-de-Calais. Nous sommes républicains».

Retenues d'eau.

«J'ai toujours eu un programme clair pour l'irrigation, il faut une consommation d‘eau raisonnée avec des projets et des études qui vont dans ce sens. Il faut retenir la leçon de Sivens, un jeune homme est décédé, nous ne pouvons plus l'accepter. Il faut bâtir une nouvelle politique, rétablir le dialogue avec les citoyens, ne pas tout imposer depuis Paris».

Equilibre des territoires.

«La nouvelle région a la taille nécessaire pour être performante mais il y aune nécessité de proximité. Nos concitoyens veulent garder un lien fort, la Région aura une antenne dans chaque département où les conseillers régionaux tiendront une permanence, où les services de la Région se déplaceront. Je suis une élue du XXIe siècle ! Sur le fonctionnement : la rigueur budgétaire, c'est aussi le bilan de Matin Malvy. La région Midi-Pyrénées est la mieux notée de France. Avec nous, il n'y aura pas d'année blanche. L'année 2016 sera une année où il faut investir».

Transports.

«La modernisation de la ligne Polt est nécessaire, je suis aussi favorable à la LGV Bordeaux Toulouse et Montpellier -Perpignan qui peut être financé par des crédits européens. Investir dans le ferroviaire, c'est investir dans les travaux publics, dans l'emploi des entreprises».

Ports et pêche.

«Nous avons un plan littoral 21 il y a un fort potentiel industriel, tourisme, et pêche. Autour de la mer, nous allons investir fortement à Sète, Port-La nouvelle et Port-Vendres».

Education.

«Il faut aider les entreprises qui acceptent des apprentis et des stagiaires, c'est une priorité pour les jeunes d'avoir un premier contact favorable avec l'emploi et l'entreprise. L'ordinateur ? C'est une question d'égalité numérique, nous voulons être une région pilote dans ce domaine».

 

*

Dominique Reynié - LR-UDI-MoDem-cpnt

Liste "Je m'engage pour ma région"

 

Premier tour

«Je suis déçu par le score réalisé mais pas découragé. J'ai fait une découverte, surpris parce que ce sont les électeurs qui nous donnent l'autorisation de nous maintenir, pas les appareils parisiens alors que pendant quelques jours on m'a demandé de me retirer. Nous avons aujourd'hui un vrai débat. Ma campagne n'a pas été suffisamment convaincante. C'est de ma responsabilité de la corriger entre les deux tours. Mon score complique ma tâche mais on recommence une nouvelle élection à partir du premier tour et je vais convaincre d'ici dimanche une majorité d'électeurs. Je crois en ma victoire dimanche prochain.»

Fusion à gauche.

«Vous allez cumuler les mandats, députée puis présidente, c'est contraire à la charte de M. Onesta qui est foulée aux pieds par cette fusion fabriquée dans l'urgence.».

Extrême-droite.

«Quand Nicolas Sarkozy déclare que voter Front national n'est pas immoral, il m'a imité. Il faut être conséquent. Le FN est autorisé. Je n'ai aucun titre pour porter un jugement moral»

Retenues d'eau.

«Voilà un point d'opposition frontal ! (entre le PS et EELV) Nous voulons de grands programmes de retenues d'eau pour nos agriculteurs».

Equilibre des territoires.

«650 millions d'euros seront disponibles. Nous mettrons 200 millions pour un fonds territorial d'investissement, 100 millions pour l'accès à la propriété des jeunes ménages, 200 sur les routes, 150 pour la filière à moteur propre, sur l'économie bleue qui doit décarboner le monde. Pour les associations. la transparence sera totale, il s'agit d'argent public et toute association subventionnée sera publiée sur le site du conseil régional».

Transports.

«Le TER à un euro a été une opération de communication qui a posé beaucoup de problème d'organisation et d'ailleurs la SNCF a refusé de s'en occuper, c'est la Région Languedoc-Roussillon qui gérait ! C'est le genre d'idée qui tue beaucoup de choses. Une fausse bonne idée, de la propagande électorale. Je ne suis pas pour ce genre de pratique, je suis pour des tarifs sociaux».

Ports et pêche.

Avec Sète et Port-La-Nouvelle, nous avons des perspectives prodigieusement prometteuses sur le vif et les céréales. Il faut repenser l'offre portuaire pour tous nos éleveurs et agriculteurs. il faut que nos agriculteurs produisent davantage. D'où les grands programmes de retenues d'eau qui doivent donner aux agriculteurs des conditions économiques au même niveau que leurs principaux