lundi 7 mars 2016

sur le blog gaulliste libre

 

Depuis l’été, les marchés mondiaux sont agités par le ralentissement chinois et la baisse du prix du pétrole qui questionne la valeur des investissements dans l’énergie. Avec le CAC 40 sous les 4000 points début février, les alertes de krach ont à nouveau fleuri. Mais la semaine dernière, les marchés ont étonnament assez bien encaissé la nouvelle dévaluation du yuan et la chute du marché chinois. Qu’en penser ?
Le prochain krach, c’est pour quand ?

Bien sûr, il y a des facteurs qui expliquent la nervosité des places financières : l’atterrissage de l’économie Chinoise, qui n’affichera sans doute plus jamais ses taux de croissance d’il y a quelques années, la maigre croissance des pays dits développés, et l’effondrement du prix des matières premières, qui questionne la valeur de nombreux investissements, faisant craindre une forme de subprime de l’énergie. Les bénéfices des entreprises outre-Atlantique ont même légèrement baissé. On peut également distinguer des signes de bulle dans bien des domaines, comme les valeurs de la nouvelle économie ou l’art. Et cela semble d’autant plus explosif que nous avons deux précédents dans les quinze dernières années, ce qui apporte de l’eau au moulin de ceux qui prévoient une nouvelle explosion.

Malgré tout, je persiste à penser que nous ne sommes pas au moment de ce cycle économique où va se produire le krach. La baisse des profits outre-Atlantique s’explique par la forte hausse du dollar, qui ne va se reproduire tous les ans. En outre, les profits restent à des plus hauts historiques. L’atterrissage Chinois était probablement une nécessité. Et la baisse massive du prix des matières premières, même s’il pénalise leurs exportateurs, représente un gros gain pour les importateurs et est en partie amorti par les énormes réserves accumulées par certains pays producteurs quand les prix étaient élevés. Bien sûr, les économies restent très déséquilibrées, mais je persiste à croire que les marchés ne se sont pas encore montrés assez exubérants et irrationnels pour provoquer un nouvel effondrement.