Sur LIBERONS LA MONNAIE

jeudi 18 octobre 2012

 

 

1996, "Young Leaders" recrute François Hollande

 

 
1996,
Young Leaders recrute François Hollande
 
Au centre, Henry Kissinger, à sa gauche, Valéry Giscard d'Estaing, à l'extrême droite,  Gerald Ford


  Le 18 mai 1976, à l'ambassade de France aux Etats-Unis, le  président Valéry Giscard d'Estaing, le président Gerald Ford et le secrétaire d'Etat américain Henry Kissinger,  annoncent  la création d’une fondation franco-américaine, la French-American Foundation (FAF) qui lancera le programme Young Leaders.
 L’objectif,  mettre en pratique les idées de l'économiste Milton Friedman de l'école de Chicago: baisse des déficits par le démantèlement des services publics aux dépens de l’intérêt général... privatisation, déréglementation du droit du travail et réduction des dépenses sociales…pour le plus grand profit des multinationales. 
Trois ans plus tôt, Henry Kissinger participait à l'organisation du coup d'état du 11 septembre 1973 au Chili, Augusto Pinochet étant chargé d’appliquer le programme  de l'économiste Milton Friedman.
  
 
Milton Friedman et Augusto Pinochet
   
Programme phare de la FAF, Young Leaders a été créé en 1981 et sélectionne chaque année 10 Français et 10 Américains âgés de 30 à 40 ans, appelés à jouer un rôle important dans leur pays, jeunes espoirs sur diplômés, promis à des postes à  haute responsabilité:

 

François Hollande, est recruté en 1996, par la French American Foundation ainsi que  neuf  autres français (la sélection est très sévère).

 

    Historiquement, le 11 septembre 1973 marque le coup d'envoi de la mondialisation du capitalisme ultra libéral qui submerge aujourd'hui la planète. Le Chili de Pinochet en a été le grand laboratoire, c’est le début de la fin de l'Etat providence.

 

Milton Friedman et ses Chicago's boys, conseillent Nixon,  Reagan, Thatcher, grands destructeurs de services publics pour une liberté totale du capitalisme. 

 

 Un seul objectif, le profit maximum pour les grands actionnaires. Selon les pays, selon les rapports de force, on utilise la violence pure comme au Chili (enlèvement des opposants, torture, disparition), ou bien alors, comme en Europe, la corruption des leaders syndicaux et politique(financement de locaux, de permanents, financement de campagnes électorales, subventions diverses…), celle de journalistes, d'experts etc...