vendredi 11 novembre 2016, par Comité Valmy

 

Trump : les premières ondes de choc

Il semblerait que l’élection de D. Trump à la présidence des Etats Unis ait lancé un message très clair dont les effets se font sentir même avant qu’il n’entre en fonction. Est-ce le résultat de la longue rencontre Obama / Trump d’hier, mais Obama donne soudainement l’ordre de nettoyer Al Nusra en Syrie. L’Allemagne commence à comprendre toute l’ampleur du changement qui peut se produire et panique, sa ministre de la défense, totalement hystérique, insulte quasiment Trump dans la presse. Quant à l’Ukraine, comme d’habitude, elle cherche des armes et de l’argent, comprenant que la vie à crédit va bientôt finir, donc que le régime va tomber. Bref, l’Europe se réveille apeurée : elle n’a plus l’habitude de se gouverner et ses dirigeants actuels n’en sont pas capables.

Suite à l’élection de D. Trump, l’on parle beaucoup des manifestations dans certaines grandes villes, comme si l’Amérique se divisait en deux. Il semblerait surtout que le voile démocratique tombe sur les Policy Makers : la démocratie n’est pas le processus par lequel un peuple se choisit des instances dirigeantes, c’est le résultat qui doit être conforme à l’idéologie au service du groupe dirigeant à un moment donné. Sinon, il faut revoir ces résultats qui ne pas "démocratiques", disons plutôt idéologiquement acceptables.

Donc l’on voit apparaître l’incontournable pétition Change.org pour que Clinton soit présidente - le ridicule ne tue pas - et les manifestations. Des manifestations très bien organisées par ailleurs :

Et également très rentables. Mais l’important est ailleurs, les risques d’une réelle révolution en couleur aux Etats Unis sont quasiment nuls.

Les pays européens se retrouvent avec horreur face à eux-mêmes et le reflet qu’ils contemplent aujourd’hui est saisissant : comment vont-ils gouverner ? Que faire des sanctions si les Etats Unis font marche arr