Sauf pour ceux qui croient encore aux vertus de la démocratie bourgeoise, la victoire d’Emmanuel Macron à l'élection présidentielle ne fut pas une surprise. Car le dandy de la finance n’a pas seulement été coopté par l’oligarchie. Le chantre de l'ubérisation de la société n’a pas seulement été choyé par des médias aux mains d'une poignée de milliardaires. Comme si cela ne suffisait pas, on a assisté, dans la dernière ligne droite, à une campagne marketing impressionnante. Lancé sur le marché comme une savonnette, le godelureau du Cac40 a effectué une véritable OPA sur l'Elysée.
Victime de ses casseroles, l'ambition présidentielle de M. Fillon a explosé en plein vol. Cette éviction du candidat de droite eut deux conséquences. Elle a ouvert un espace politique au social-libéralisme de M. Macron, et elle a offert la deuxième place à Marine Le Pen. Au deuxième tour, comme prévu, le repoussoir lepéniste a joué son rôle à la perfection. Elaborée par François Mitterrand dans les années 80, la stratégie de l'épouvantail d'extrême-droite a une vertu irremplaçable. Face à la bête immonde, elle transforme n’importe qui en héros national.
Emmanuel Macron en a pleinement bénéficié, et le freluquet qui s'époumonait en meeting sous les applaudissements télécommandés de groupies impubères est devenu le sauveur de la démocratie. L'invocation anachronique du péril fasciste, la séquence médiatique Oradour-sur-Glane et la culpabilisation de l'électorat de gauche ont fait merveille. En jouant sur la peur qu'inspire le FN, M. Macron a obtenu haut la main les deux tiers des suffrages. Les bonnes consciences de la gauche boboïsée, au moins, n'auront pas brandi en vain l'épouvantail lepéniste.
Défiant les lois de l'arithmétique, ces bonnes âmes expliquaient que Mme Le Pen risquait d'être élue, que le spectre de 1933 n'était pas loin et que les abstentionnistes étaient des irresponsables. Le seul résultat de ce bourrage de crânes, ce fut dix millions de voix d'avance pour le candidat de la finance. Dotée de moyens colossaux, l'opération marketing fut couronnée de succès. D'une élection difficile, elle fit un plébiscite, et d'un banquier d'affaires un président de la République. L'essentiel était sauf. Le fascisme vaincu, on a enfin pu ranger le trouillomètre.
La première allocution du nouveau président fut à l’image de cette élection-bidon. Du bla-bla de publicitaire, une ritournelle insipide aux allures d'auberge espagnole, un filet d’eau tiède qui consiste à dire à chacun ce qu’il veut entendre. Mais avec la nomination du gouvernement, les choses sérieuses commencèrent. Choisi parmi les jeunes loups de la droite néolibérale, le nouveau premier ministre, à lui seul, est tout un symbole. Composé de juteux allers-retours entre le public et le privé, son Curriculum Vitae scintille d'un véritable joyau. Après le Don Juan du Cac40, voici le lobbyiste radio-actif.