Par Mis à jour le 15/01/2016 à 21:38Publié le 15/01/2016 à 19:45

 

Général Desportes : «Les intérêts politiciens désorganisent l'armée française»

 

FIGAROVOX/GRAND ENTRETIEN - Le président de la République a présenté ses voeux aux armées le 14 janvier. Dans un livre qui en appelle au renouveau stratégique de la pensée militaire française, le général Vincent Desportes estime que, dans une société occidentale qui rejette le soldat hors de son monde, l'armée est menacée.


Saint-cyrien, ingénieur, docteur en Histoire et ancien directeur de l'Ecole de guerre, le général de division Vincent Desportes est aujourd'hui professeur associé à Sciences Po Paris et enseigne la stratégie à HEC.

Son livre La dernière bataille de France est paru fin octobre 2015 aux éditions Gallimard.


LE FIGARO. - Alors que le 11 janvier 2016 marque le troisième anniversaire de l'engagement de l'armée française au Mali, vous estimez que celle-ci est atteinte du «syndrome de Sisyphe guerrier», reconquérant le matin ce qu'elle a abandonné la nuit précédente. Comment expliquer cette surexploitation de l'armée française?

Général Vincent DESPORTES. - Ce qui mine l'armée française, c'est la dégradation continue, depuis plus d'un quart de siècle, des moyens budgétaires dont elle dispose… et donc de ses capacités opérationnelles globales. L'évolution qu'a connue l'armée correspond à l'idée fausse que la guerre n'existe plus. L'armée s'est transformée progressivement, par contractions successives, en un kit expéditionnaire dont les résultats sont excellents… mais seulement aux niveaux techniques et tactiques, sur des espaces réduits, sur un temps court, alors qu'elle est déployée sur de vastes espaces (par exemple la zone sahélo-saharienne, plus vaste que l'Europe!) et que la guerre se gagne toujours sur le temps long: en bref, si les armées françaises sont toujours capables de gagner brillamment des batailles, elles peinent à gagner les guerres.

On se désengage toujours trop tôt, sans avoir eu le temps de transformer les victoires tactiques en résultats stratégiques. De fait, la France s'engage sur un théâtre, puis, beaucoup trop rapidement, elle est obligée de se désengager pour aller s'engager ailleurs.

On se désengage toujours trop tôt, sans avoir eu le temps de transformer les victoires tactiques en résultats stratégiques. De fait, la France s'engage sur un théâtre, puis, beaucoup trop rapidement, elle est obligée de se désengager pour aller s'engager ailleurs. C'est ce que j'appelle le syndrome de Sisyphe guerrier. Ce phénomène est caractéristique des opérations au Mali, puis en Centrafrique, puis dans la bande sahélo-saharienne, l'opération Barkhane