mercredi 6 décembre 2017, par Comité Valmy

 

Le monde tel qu’il est

« Après l’ouragan Salamé, l’incroyable
confession spectacle de Jean-Luc Mélenchon »

« Cela peut paraître incroyable, mais j’ai cru Léa Salamé de bonne foi quand elle m’a invité. Je l’ai cru quand elle m’a dit « on n’est pas en période électorale, je vous laisserai parler » ». C’est ainsi qu’a choisi de s’exprimer Jean-Luc Mélenchon, le vieux routard de la politique, l’admirateur du roué Mitterand, l’ex-apparatchik d’un parti socialiste depuis longtemps vendu aux intérêts du capital.

Cela peut paraître incroyable en effet et ça l’est tellement que – allons, je laisse tomber le suspense – je ne le crois pas un instant. “J’ai cru à un super débat sur les deux doctrines économiques en présence”, poursuit-il. “Je ne me suis pas préoccupé de ses liens familiaux, politiques et communautaires. Quand elle m’a pris à parti sur mon patrimoine de riche, moi le fils d’un postier et d’une institutrice [sous entendu : “vous vous rendez compte de la violence symbolique de ce propos ?”], j’aurais pu lui en jeter de bien bonnes à la figure en matière de patrimoine et de famille. Depuis, ma naïveté fait rire mes amis mieux informés et plus vigilant que moi sur tout cela.” “J’aurais pu”, il aurait pu, en effet, mais il ne l’a pas fait. Quel rusé politique doit être ce personnage qui réclame les rênes de la République, qui voudrait même refonder cette dernière et qui se jette les yeux fermés et toutes griffes rentrées sous le dentier de l’ex pom-pom girl de Ruquier ? “Quoi qu’il en soit, elle m’a abusé et sciemment endormi” lance-t-il à peine remis d’une prétendue séance d’hypnose dans laquelle il cherche maintenant à faire tomber les gogos qui gobent encore ses sornettes et ont pris une faiblesse si vite avouée pour de la vertu. “