19 mars 2016
Par Blog : Le blog de jpm2
Le gaz sarin qui a tué entre 300 et 1700 personnes à la Ghouta, dans la banlieue de Damas, le 21 août 2013 a été fabriqué en Turquie et livré à Al Nosra et à Ahrar El Cham sous contrôle du gouvernement turc... c'est en tout cas ce qu' ont affirmé, preuves à l'appui, deux courageux députés turcs: Eren Erdem et Ali Şeker.

 Voici la conférence au cours de laquelle ces deux députés, du parti d'opposition turc CHP, accusent leur gouvernement d'avoir fourni à Al Nosra et à Ahrar Al Cham des précurseurs chimiques du gaz sarin... celui qui a servi à l'attaque de La Ghouta, en Août 2013.

     Ces affirmations confirment les propos de Seymour Hersh  qui a été un des premiers  à affirmer que cette attaque avait été menée par les rebelles takfiris, avec la complicité de la Turquie... et pas par le gouvernement de Bachar Al Assad... que l'occident se dépécha pourtant de déclarer coupable... quand bien même il n'y avait pas de preuve en ce sens, quand bien même le bon sens appelait à la prudence la plus élémentaire, pour éviter toute conclusion hâtive!

 

 Une remarque: cette vidéo youtube, publiée en Octobre 2015, a été visionnée à ce jour (20 Mars 2016) 131 316 fois... elle a donc eu une audience tout à fait certaine... en Turquie! Par contre, pas possible d'en trouver le moindre compte-rendu en français... sauf sur l'excellent site chronique du grand jeu.

 

Pour les non turcophones (! ;-) ) , on peut trouver différents résumés en anglais de cette conférence de presse:

 Le plus synthétique, sur Press TV    (avec une vidéo très intéressante).

     Two Turkish lawmakers from the Republican People’s Party (CHP) have provided documents showing that the ruling Justice and Development Party (AKP) was linked to the use of chemical agents by militants operating in Syria, Press TV reports.

Egalement, un compte-rendu très intéressant par l'agence kurde ANF

Sarin gas delivered to Al-Nusra from Turkey

It has emerged that the raw materials used to produce sarin gas, the use of which caused the death of thousands in Syria, was transported to Ahrar-ı Sham and Al-Nusra Front under the supervision of the Turkish state and within the knowledge of police and intelligence departments

une troisième source intéressante

et une quatrième

 

 Suit la "traduction google" de l'article de l'ANF

 

Il est apparu que les matières premières utilisées pour produire du gaz sarin, dont l'utilisation a causé la mort de milliers en Syrie, a été transporté à Ahrar-i-Sham et Al-Nusr avant sous la supervision de l'Etat turc.
Jeudi, 22 Octobre, ici à 2015 14h00
ISTANBUL - ANF
Il est apparu que les matières premières utilisées pour produire du gaz sarin, dont l'utilisation a causé la mort de milliers en Syrie, a été transporté à Ahrar-i-Sham et Al-Nusr avant sous la supervision de l'Etat turc et dans la connaissance de la police et les services de renseignement
principal parti d'opposition CHP Istanbul députés Erdemir que Alice et le sucre partagé lors d'une conférence de presse les détails d'un procès intenté par la Cour pénale Adana haut contre 13 Al-Nusr aux membres en 2013. Alors que le procès a été que rapidement conclu à une décision de non-poursuite , les Délégués CHP dit l'acte d'accusation établi dans le cadre de l'affaire constituait une preuve d'un crime de guerre a été commis dans les limites de la République turque.
Malgré la propagande produite par le président turc Recep Tayyip Erdogan a déclaré que les attaques chimiques en Syrie ont été menées par le régime Assad, il est apparu que les matières chimiques utilisées pour la production de gaz sarin ont été transférés L'aux groupes de gangs en Syrie de la Turquie au sein de la la connaissance de l'Etat turc.
La vérité a émergé avec l'exposition par les députés CHP de l'acte d'accusation préparé par Istanbul République Procureur Mehmet Arikan contre Ahrar-i-Sham et Al-Nusr les Fronts dans le cadre d'un procès intenté sur la question en 2013.
Délégués et le CHP Erdemir Ali Simsek atteint l'acte d'accusation et ont partagé des informations détaillées lors d'une conférence de presse qu'ils occupaient au sein du Bureau d'Istanbul CHP.
Les enregistrements de conversations téléphoniques par Al-Nusr aux membres, qui ont été inclus dans l'acte d'accusation, ont révélé que la livraison des matières premières chimiques de la Turquie à la Syrie a été menée au sein de la connaissance des services de renseignement de la police et, sous la supervision de l'Etat turc.
Un autre point qui attire l'attention dans l'acte d'accusation est la libération de citoyen syrien Hytha I Qaasap, qui a été accusé de se procurer les matières premières utilisées dans la production d'armes chimiques pour Ahrar-i-Sham et Al-Nusr à, et cinq citoyens turcs qui l'ont aidé .
Prenant la parole lors de la conférence de presse, CHP Istanbul adjoint Ali Sucrerie a parlé du procès intenté par le bureau du procureur d'Adana au sujet de la production d'armes chimiques en Turquie et leur livraison dans la Syrie. Il a déclaré que les évaluations techniques menées dans le cadre de la poursuite ont révélé que les matières chimiques utilisées dans la production de gaz sarin ont été livrés à la Syrie en provenance de Turquie.
L'acte d'accusation comprenait les enregistrements de conversations téléphoniques entre Hytha I Qassap, membre du front Al-Nusr affilié à Al-Qaïda, qui a révélé comment les matières chimiques ont été achetés et comment les fusées à transporter thes les matériaux ont été produits.
Remarquant que l'Accord de Genève, qui interdit l'utilisation du gaz chimique dans les guerres ne pouvait pas empêcher la production d'armes chimiques, le sucre a rappelé que la production de gaz Nerve qui a débuté en 1936 et le gaz Sarin en 1938.
Le sucre a fait remarquer que le gaz Sarin est de cinq cents fois plus efficace que Cyanide, dont l'utilisation a causé la mort de plus de 5 mille personnes à Alep.
Le sucre a dit l'acte d'accusation mentionne également un marché du phosphore blanc, qui est également classé comme matériau chimique très dangereux, qui, lorsqu'il est utilisé somewhere- -WH brûle le corps humain aux os tandis que les vêtements restent intacts.
CHP adjoint a noté que thes les armes chimiques ont été mis utilisés en Syrie le 7 Juin et Août 2013 et a souligné que l'affaire a été abandonnée et tous les suspects ont été libérés bien que le procès intenté par le bureau du procureur d'Adana ouvertement révélé la production en Turquie de thes à Mes armes chimiques et des fusées pour les transporter.
«À la première étape, 13 suspects avaient été arrêtés. Parmi eux, sept ont été immédiatement libérés, et l'enquête a continué pendant six d'entre eux, qui ont été également libéré un peu plus tard ", a rapporté le sucre, soulignant que la libération de tous les suspects dans une telle sonde est à réfléchir. Appelant l'attention sur les affirmations du gouvernement AKP que toutes les enquêtes nécessaires sont menées contre les "organisations terroristes" deputy CHP dit que la situation reste extrêmement dangereuse pour non seulement la Turquie, mais aussi les pays voisins.
Prenant la parole après le CHP adjoint Eren Erdem dit l'acte d'accusation est une preuve du crime de guerre commis sur le territoire de la République turque, et documente l'arrière-plan de l'attaque au gaz sarin étant effectuée en Syrie, le blâme de ce qui était les idoles du Assad régime par les médias traditionnels.
Erdem dit la machine de la Turquie et Institut de Chimie a également été impliqués dans l'entreprise, en disant que l'acte d'accusation démontre également que les noms achetés matériel à la machine et Institut de Chimie eu aucun problème avec le contrôle des passeports à la douane. Il a dit cela a révélé le fait que la police turque et des unités de renseignement avaient tous été informés de toutes ces préparations.
Erdem a également attiré l'attention sur le fait que tous les suspects détenus dans le cadre de l'enquête ont été libérés et ont cité thes Les allégations selon lesquelles les personnes ont ensuite été envoyés à l'étranger. CHP adjoint a ajouté que le ministre de l'Intérieur et le Premier Ministre doivent rendre compte sur la question et de faire la lumière sur elle devant le public.

 

Autre extrait intéressant: le compte-rendu de cette conférence par le journal turc de grande audience Today’s Zaman.

(l'article correspondant n'est plus disponible en ligne; mais on peut le retrouver ici)

Turkish Whistleblowers Corroborate Story On False Flag Sarin Attack In Syria

Two deputies from the main opposition Republican People’s Party (CHP) have claimed that the government is against investigating Turkey’s role in sending toxic sarin gas which was used in an attack on civilians in Syria in 2013 and in which over 1,300 Syrians were killed.

CHP deputies Eren Erdem and Ali Şeker held a press conference in İstanbul on Wednesday in which they claimed the investigation into allegations regarding Turkey’s involvement in the procurement of sarin gas which was used in the chemical attack on a civil population and delivered to the terrorist Islamic State in Iraq and the Levant (ISIL) to enable the attack was derailed.

Taking the floor first, Erdem stated that the Adana Chief Prosecutor’s Office launched an investigation into allegations that sarin was sent to Syria from Turkey via several businessmen. An indictment followed regarding the accusations targeting the government.

“The MKE [Turkish Mechanical and Chemical Industry Corporation] is also an actor that is mentioned in the investigation file. Here is the indictment. All the details about how sarin was procured in Turkey and delivered to the terrorists, along with audio recordings, are inside the file,” Erdem said while waving the file.

Erdem also noted that the prosecutor’s office conducted detailed technical surveillance and found that an al-Qaeda militant, Hayyam Kasap, acquired sarin, adding: “Wiretapped phone conversations reveal the process of procuring the gas at specific addresses as well as the process of procuring the rockets that would fire the capsules containing the toxic gas. However, despite such solid evidence there has been no arrest in the case. Thirteen individuals were arrested during the first stage of the investigation but were later released, refuting government claims that it is fighting terrorism,” Erdem noted.

Over 1,300 people were killed in the sarin gas attack in Ghouta and several other neighborhoods near the Syrian capital of Damascus, with the West quickly blaming the regime of Bashar al-Assad and Russia claiming it was a “false flag” operation aimed at making US military intervention in Syria possible.

Suburbs near Damascus were struck by rockets containing the toxic sarin gas in August 2013.

The purpose of the attack was allegedly to provoke a US military operation in Syria which would topple the Assad regime in line with the political agenda of then-Prime Minister Recep Tayyip Erdoğan and his government.

CHP deputy Şeker spoke after Erdem, pointing out that the government misled the public on the issue by asserting that sarin was provided by Russia. The purpose was to create the perception that, according to Şeker, “Assad killed his people with sarin and that requires a US military intervention in Syria.”

He also underlined that all of the files and evidence from the investigation show a war crime was committed within the borders of the Turkish Republic.

The investigation clearly indicates that those people who smuggled the chemicals required to procure sarin faced no difficulties, proving that Turkish intelligence was aware of their activities. While these people had to be in prison for their illegal acts, not a single person is in jail. Former prime ministers and the interior minister should be held accountable for their negligence in the incident,” Şeker further commented.

 

sur : https://blogs.mediapart.fr/jpm2/blog/190316/le-gaz-sarin-de-lattaque-de-la-ghouta-venait-de-turquie