sur VOLTAIRENET

 

Alors que les forces de la République et celles de la Russie sont en train de libérer la Ghouta orientale et que 800 Syriens trouvent refuge, chaque heure, à Damas, nous publions cette étude sur les combattants qualifiés par les Occidentaux de « rebelles modérés ».

| Damas (Syrie) | 16 mars 2018
+

Les médias occidentaux assurent que la Syrie et la Russie sont en train d’écraser de vaillant démocrates dans la Ghouta orientale.

Selon les gouvernements britannique et français, ils seraient trois groupes armés : l’Armée de l’islam, la Légion Rahman et Ahrar el-Cham.

Au contraire, selon la Syrie et la Russie, ces trois dénominations ne désigneraient pas des idéologies distinctes. Ces trois entités défendraient en fait non pas une idée de la Syrie, mais les intérêts de leurs sponsors. Ils se seraient regroupés à la faveur de la Résolution 2401 et de l’attaque qu’ils subissent désormais.

Beaucoup de chiffres circulent sur le nombre de soldats de chacun de ces groupes et sur le nombre d’habitants de la Ghouta orientale. En réalité, aucune de ces données n’est vérifiable au point que l’Onu a renoncé à toute quantification. Si les civils présents sur place sont bien des Syriens, on ignore la nationalité des combattants. Certes, un certain nombre sont des Syriens, souvent des repris de Justice, mais beaucoup d’autres sont des étrangers (qui par définition ne peuvent être des « rebelles »). Là encore, les estimations sont invérifiables.

Il n’y a que deux choses que l’on sait avec certitude sur ces groupes :

- D’abord, les armes dont disposait l’un d’entre eux, l’Armée de l’Islam, en 2015. C’est évidemment un peu ancien, mais c’est vérifiable grâce à la vidéo d’un défilé militaire organisé par son chef, dans la Ghouta, en 2015. Ce groupe, y aligne 4 blindés et près de 2 000 hommes, c’est-à-dire 10 fois moins de combattants que ceux qu’il revendique.