Par le Saker US – Le 23 décembre 2015 – Source thesaker.is

 

Le récent assassinat de Samir Kuntar par Israël a, une fois encore, enflammé le débat sur la relation entre Poutine et Israël. C’est un sujet extrêmement complexe et ceux qui aiment les explications simples, en boîte, devraient tout de suite cesser de lire. La vérité est que la relation entre la Russie et Israël et, même avant ça, entre juifs et Russes, mériterait un livre entier.

Putin and Israel – a complex and multi-layered relationship

 

En fait, Alexandre Soljenitsyne a déjà écrit ce livre, il s’intitule «deux-cent ans ensemble», mais vu la poigne de fer des sionistes sur les médias anglo, il n’a toujours pas été traduit en anglais. Cela devrait déjà vous dire quelque chose – un auteur de renommée mondiale qui a obtenu le prix Nobel de littérature ne peut pas obtenir que son livre soit traduit en anglais parce que son contenu pourrait ébranler le récit officiel sur les relations russo-juives en général et sur le rôle que les juifs ont joué dans la politique russe du XXe siècle en particulier ! Une autre preuve de la réalité de la subordination de l’ancien Empire britannique aux intérêts sionistes est-elle nécessaire ?

J’ai déjà écrit sur ce thème dans le passé et, pour le moins, je vous demanderai de lire les deux articles de fond suivants avant de continuer la lecture de ce billet :

Anglosioniste : petit guide d’introduction pour les nouveaux venus

Comment un concept médiéval de l’ethnicité fait une fois de plus commettre à l’Otan une gaffe dangereuse

Avant d’aborder quelques-unes des particularités de la relation russo-israélienne, je tiens à souligner une chose très importante : vous ne devriez tout simplement pas supposer que la relation entre juifs et non-juifs en Russie est similaire à ce qu’elle est en Occident. Ce n’est pas le cas. Sans entrer dans une discussion détaillée de l’émancipation des juifs en Occident et leur long cheminement depuis leurs shtetls dirigés par les rabbins jusqu’aux conseils d’administration des plus grandes sociétés occidentales, je dirai simplement que pour les juifs russes, ce processus d’émancipation s’est déroulé d’une manière beaucoup plus violente et catastrophique.

La deuxième grande différence entre juifs occidentaux et juifs russes est que, plus ou moins entre 1917 et 1939, un sous-ensemble spécifique de juifs (juifs bolcheviques) ont contrôlé quasi totalement la Russie. Pendant cette période, les juifs bolcheviques ont persécuté les Russes et, en particulier, les chrétiens orthodoxes avec une haine véritablement génocidaire. C’est un fait historique dont la plupart des Russes sont très conscients, même si c’est encore considéré comme un crime de pensée dans la plupart des cercles occidentaux. Il est également important de souligner ici que les juifs bolcheviques ont persécuté non seulement les chrétiens orthodoxes, mais tous les groupes religieux, y compris, en l’occurrence, les judaïques. Poutine est très conscient de ces faits auxquels il a fait référence en parlant à un groupe de Judaïques à Moscou :

(Extrait vidéo de 48 secondes, les sous-titres sont en