A la fin de la Ligne directe, le Président a rappelé justement une vérité première ... et salutaire: C'est la force intérieure d'un Etat qui garantit le mieux sa souveraineté.... Pensons-y!
*

Posted: 08 Jun 2018 //  russiepolitics

Hier 7 juin s'est tenu la nouvelle édition de la Ligne directe du Président russe avec les habitants du pays. Plus acte de communication, qu'acte de pouvoir, c'est un exercice de transparence destiné à montrer la manière dont fonctionne la gouvernance, tout en permettant d'expliciter les nouvelles lignes politiques et de résoudre des cas particuliers. Retour sur l'évènement.


A l'heure de l'ouverture et de la transparence, chacun remplie les exigences du moment comme il peut. En Allemagne, la Cour constitutionnelle est en verre, tout comme le bâtiment central de la police en Géorgie à Tbilissi. La transparence doit être physique, visible. La Russie a décidé d'une autre mise en scène, la Ligne directe.
Les deux écueils de cet exercice, qui lui ont été largement reproché, sont le renforcement de la personnalisation d'un pouvoir déjà largement personnalisé et la transformation de l'échange en étalage sur la place publique d'un cahier de doléances national. Afin de remédier à ces dérives, la formule a, cette année, été corrigée. 
A côté du Président, le Gouvernement au complet et les Gouverneurs étaient prêts à répondre aux questions des citoyens et ils furent mis à contribution. L'on notera ici une rupture dans l'attitude des gouverneurs "de l'ancienne génération" et la nouvelle génération, plus manageriale. L'on a vu ainsi le Président rappeler à l'un d'entre eux le nom de la personne qui ne pouvait obtenir des terres en Extrême-Orient, alors qu'elle remplissait les conditions et élevaient seule trois enfants. Celui-ci disait "elle". De même un autre gouverneur déniant les problèmes du délabrement et de la fermeture de l'hôpital pour un groupe d'environ 30 000 habitants, fut sommé de mettre les installations en l'état. D'autres en revanc