Joliment lettrée... mais d'un parti si vieux, qui jusqu'ici n'a pas montré qu'il était un parti de la France. Une belle verve , mais si socialiste, européiste, atlantiste! C'est pourquoi on la comprend si bien: elle aurait préfèré que Poutine, Orban, Kurtz aillent se faire voir ailleurs puisqu'ils ils sont des menaces pour ses ambitions et sa vie "dorée sur tranche" depuis son départ de la Guyane - un territoire qui aurait pourtant mérité toute son attention - et son arrivée dans la métropole : la France. Un beau pays qui mériterait d'avoir le droit de présider à son avenir.... ce beau pays qu'elle voudrait pourtant continuer à voir soumise aux intérêts des atlantistes et dela "finance internationale"! Allons, soyons lucides : les pays, les nations de l'Europe, elle s'en bat l'oeil, s'en tape le coquillard: pour elle, seules prévalent le mondialisme (au bénéfice de qui on sait) et la suppression de la souveraineté des peuples . Elle est très cohérente, donc. Pauvre Christiane TAUBIRA qui ignore que l'amour de sa terre et de sa nation ne se vend pas, ne s'aliène pas ... que , surtout aujourd'hui, l'appartenance à un peuple se gagne, SE MERITE !... que les petits ou grands "vautours" avides de pouvoir, notoriété, (et rétributions "ad hoc" sinon plus ?) font de moins en moins florès dans l'opinion : La preuve par Poutine, Orban, Kurtz ... et ceux à venir qui ne tarderont pas !

 

*

Christiane Taubira rêve de « découper Vladimir Poutine en lamelles »

Dans Le Parisien ce dimanche, Christiane Taubira livre son point de vue sur le monde d’aujourd’hui, et particulièrement sur deux de ses dirigeants : Donald Trump et Vladimir Poutine. L’ancienne garde des Sceaux ne mâche pas ses mots lorsqu’il s’agit de qualifier le président américain de « fou furieux ».« Un cocktail explosif inédit d’ignorance, de vulgarité, de détermination, d’aveuglement joyeux. Sexiste ! Raciste ! Xénophobe ! Et réjoui ! », détaille Christiane Taubira dans le quotidien. Pour les Etats-Unis, c’est fait. Mais Christiane Taubira en a autant à dire au sujet de Vladimir Poutine.

Elle confesse même « rêver de le découper en lamelles »

Voici