CAP 2012... et après?

OR - Les USA et l'or des pays qu'ils "aident"...

 http://reseauinternational.net/guerre-dirak-2003-faute-dadm-les-etats-unis-trouve-lor/

Guerre d’Irak de 2003 : faute d’ADM, les Etats-Unis ont trouvé de l’or

Guerre d’Irak de 2003 : faute d’ADM, les Etats-Unis ont trouvé de l’or

C’est bien connu, les empires vivent sur le dos des pays conquis. Le moteur principal de leur expansion est justement la nécessité sans cesse renouvelée d’alimenter un insatiable appétit qui grandit au fur et à mesure de leur développement. De l’Egypte antique à nos jours, cette réalité ne s’est jamais démentie. Nous avons eu, par exemple, un Charlemagne qui a mené, durant tout son règne, des expéditions contre les saxons, soi-disant pour les christianiser mais, en réalité, à des fins de pillage, tout comme sa guerre contre les avars qui n’avait comme seul et unique but que de s’emparer de leur fabuleux , lui-même fruit de pillages et de rapines.

y0cbNVG

L’empire américain, lui-même entièrement issu de la logique de la ruée vers les El Dorado de l’Ouest qui a suivi les grandes découvertes, ne pouvait faire exception. Quelles que soient les raisons invoquées pour les menées par les Etats-Unis, nous retrouvons toujours les mêmes constantes tournant autour des richesses potentielles ou réelles des pays agressés. Si les richesses minières et les hydrocarbures ont toujours retenu l’attention des analystes, on parle peu de celles qui sont stockées dans les sous forme d’or, de diamants ou de platine, ni de celles qui proviennent de la fabrication et de la manipulation de la monnaie du pays.

RF48fRGh

L’Irak a été une manne pour les Etats-Unis et la , à tous les points de vue, et pas seulement à cause du et la reconstruction. Du jour au lendemain, des tonnes d’or prirent le chemin de l’exil d’une manière ou d’une autre. Avant même la fin de la guerre d’innombrables objets archéologiques avaient disparu des musées irakiens pour se retrouver à des dizaines de milliers de kilomètres du pays. Le pillage fut systématique, un peu à la manière nazie pendant la seconde guerre mondiale.

Comme si ça ne suffisait pas, l’occupant s’attela à la refonte de la monnaie irakienne en créant le nouveau dinar irakien. Tous les anciens dinars furent retirés de la circulation avec, comme on peut s’en douter, tous les trafics qui peuvent accompagner ce genre d’opérations. A la place, des cargos entiers bourrés de nouveaux dinars fraichement imprimés décollaient des bases américaines en , autre pays occupé, à destination de l’Irak.

dinar irakien 1992

dinar irakien 1992

 

dinar irakien 2003

dinar irakien 2003

Si on rajoute à cela le fait que les , en particulier l’, ont mis la main à la poche pour financer cette guerre de vol et de prédation, ceux qui pleurent le coût exorbitant de l’opération peuvent se rassurer : elle a été très rentable pour les deux (trois ?) larrons qui l’ont voulue.

Avic – Réseau International

Iraq Gold 2

aiYsPc3

 

 *******

http://www.bloomberg.com/news/2014-06-23/german-gold-stays-in-new-york-in-rebuff-to-euro-doubters.html

 L'or allemand reste à New York dans le Rebuff à d'euro douteur

(article traduit par prompt)

L'Allemagne a décidé que son or est sûr dans des mains américaines.

La méfiance de augmentation de l'euro pendant la crise de la dette de l'Europe a alimenté une campagne pour apporter la maison entière de réserve de l'or $141 milliards de l'Allemagne de New York et de Londres. Maintenant, après que la politique décalée dans la coalition d'Angela Merkel de chancelier, le gouvernement ait conclu que la moitié cachante de son lingot à l'étranger est prudente après tout.

Juergen Hardt de CDU a dit des journalistes en mai, « il est ma vue que les réserves d'or devraient être stocké là où elles pourraient être nécessaires en cas d'urgence. » Photographe : Thomas Trutschel /Photothek par l'intermédiaire des images de Getty

« Les Américains prennent grand soin de notre or, » Norbert Barthle, le porte-parole de budget pour le bloc de Christian Democratic de Merkel au parlement, a dit dans une entrevue. « Objectivement, il n'y a absolument aucune raison de la méfiance. »

La terminaison de l'entretien de rapatrier les réserves de l'or deuxième plus grandes du monde enlève un irritant de potentiel aux États-Unis - relations allemandes. C'est également un rebuff aux critiques comprenant l'alternative d'anti-euro pour la partie de l'Allemagne, qui indique que tout l'or devrait retourner à Francfort ainsi il ne peut pas être confisqué pour faire du chantage à l'Allemagne dans garder l'union de devise ensemble.

Le Bundesbank, la banque centrale d'Allemagne, a envoyé une délégation à la chambre forte de New York le Fed en 2012 pour des contrôles sur place sur l'amas. En tant que gardien de l'or, le Bundesbank basé sur Francfort est obligé d'assurer sa sécurité. Il indique qu'il est raisonnable pour stocker une partie des réservations en dehors du pays ainsi ils peuvent être permutés plus facilement pour la devise étrangère en cas d'urgence.

L'élection de l'Allemagne a en septembre accéléré le décalage quand le Parti démocrate libre, qui a flirté avec apporter la maison d'or, abandonnée hors de la coalition de Merkel et a été remplacé par les Démocrate sociaux. D'autres défenseurs ont inclus Philipp Missfelder, un membre de Christian Democratic Union de Merkel qui a stoppé en tant que représentant de son gouvernement pour des relations avec les États-Unis en avril. Juergen Hardt, son successeur, a signalé un changement de la position.

 

Histoire d'après-guerre

« Il est ma vue que les réserves d'or devraient être stocké là où elles pourraient être nécessaires en cas d'urgence, » Hardt, aussi du CDU, a indiqué des journalistes en mai. Il n'y a aucune preuve que de l'or allemand à New York Fed a été trifouillé, il a dit.

Réserves d'or allemandes, le deuxième plus grand dans le monde après ceux des États-Unis, monté 3.386,4 tonnes le 31 mars, selon des données de Gold Council du monde. En raison de l'histoire d'après-guerre allemande, la plus grande partie est stockée à la banque fédérale de réserve de New York ; le repos est à Londres, à Paris et à Francfort.

Après que la deuxième guerre mondiale et la renaissance d'exportation du miracle « économique » de la Rép. Féd. d'Allemagne pendant les années 1950, la banque centrale accumulée dollars qu'elle a permutés pour l'or à Federal Reserve. Avec l'Allemagne dédoublez entre l'ouest capitaliste et l'état Allemand de l'Est communiste jusqu'en 1990, le stockage de la majeure partie de l'or à l'étranger était une manière de la garder hors de la portée soviétique pendant la guerre froide.

Inventaire d'or

Que l'amas n'avait été jamais comptée et n'est pas entièrement sur le sol allemand pour facile d'accès était fourrage pour des critiques.

Législateurs comprenant Klaus-Peter Willsch, un membre de CDU qui s'est opposé à des renflouements pendant la crise de dette, demandé les commissaires aux comptes fédéraux une opinion. Leur pression accrue de rapport en octobre 2012 sur le Bundesbank, l'invitant pour faire un inventaire et « établissent physiquement » les avoirs en or allemands à l'étranger.

La banque centrale a rencontré les critiques à mi-chemin. L'année dernière, elle a commencé à déplacer l'or de Paris à Francfort, précisant que l'Allemagne et les Frances ont maintenant la même devise, l'euro. Assez de l'or à New York et à Londres seront apportés à la maison ainsi la moitié des réservations sera en Allemagne d'ici 2020.

De l'or allemand à l'étranger est stocké « seulement aux banques centrales de la réputation internationale la plus élevée » dans les pays avec « les structures démocratiques stables » et les normes de haute sécurité, le Bundesbank ont indiqué dans une présentation en 2013 en réponse aux militants d'apporter-notre-or-maison.

 

Dépôts

« Le Bundesbank n'a jamais douté de l'intégrité des sites étrangers d'or-stockage, » Carl-Ludwig Thiele, le membre du Conseil de la banque pour des paiements et des règlements, a dit dans une entrevue le 23 mai. « Nous pouvions voir que tout que nous avons voulu voir à New York. En ce qui concerne nous, il n'y ont plus de questions ouvertes. »

Les Démocrate sociaux, allié junior de la coalition de Merkel, ont signalé l'accord avec la position de Bundesbank. Les militants à « rapatrient notre or » également ne voit pas le Bundesbank aller plus loin n'importe quand bientôt.

« En ce moment, notre campagne est sur la prise, » Peter Boehringer, les euro critiques basés sur Munich qui Co-ont fondé une initiative pour apporter à la maison tout l'or de l'Allemagne en 2012, a dit dans une entrevue.

Pour contacter le journaliste sur cette histoire : Birgit Jennen à Berlin chez bjennen1@bloomberg.net

Pour s'adresser aux rédacteurs en chef responsables de cette histoire : Alan Crawford chez acrawford6@bloomberg.net Tony Czuczka

 (NDLR: Souvenons nous qu'en 2010 l'Allemagne avait cherché à récupérer son or qu'elle avait confié ... à l'Amérique (!!!) juste après la 2è guerre mondiale pour la protéger des bolcheviques... ( bizarre, surtout pour ceux qui pensent que les US ont vaincu les nazis en envoyant de la chair à canon au pied de murailles assez impressionnantes après avoir bombardé des civils dans les villes avoisinantes, mais glissons, la commémoration du 6 juin et de la glorieuse Amérique est derrière nous...)

Bref, voilà les "bruits " que j'ai glanés il y a qques années...: http://blogdejocelyne.canalblog.com/.../allema.../index.html (mini dossier)
Je suis étonnée de voir que ce n'est pas encore fait...   
... et comme il semble en ce moment que les populations commencent à se rendre compte que l'UE" est en fait une sorte de dictature plus ou moins pilotée par les US , qui fabriquent des "révolutions colorées" un peu partout, je me pose des questions... sur la réalité de la volonté de l'Allemagne de laisser son or aux US...

 

*******

et à propos d'or et ... venons en à l'UKRAINE: , j'ai aussi glané ça: http://blogdejocelyne.canalblog.com/.../04/02/29577184.html

Magie : 40 caisses d’or disparaissent en Ukraine, 36 tonnes d’or apparaissent en Irak - CAP...


Quelques autres articles sur le sujet de l'or Ukrainien : http://blogdejocelyne.canalblog.com/.../russie.../index.html (3 ou 4 articles)

*******

Posté par Jocegaly à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

OR - Les USA et l'or des pays qu'ils "aident"...

 http://reseauinternational.net/guerre-dirak-2003-faute-dadm-les-etats-unis-trouve-lor/

Guerre d’Irak de 2003 : faute d’ADM, les Etats-Unis ont trouvé de l’or

Guerre d’Irak de 2003 : faute d’ADM, les Etats-Unis ont trouvé de l’or

C’est bien connu, les empires vivent sur le dos des pays conquis. Le moteur principal de leur expansion est justement la nécessité sans cesse renouvelée d’alimenter un insatiable appétit qui grandit au fur et à mesure de leur développement. De l’Egypte antique à nos jours, cette réalité ne s’est jamais démentie. Nous avons eu, par exemple, un Charlemagne qui a mené, durant tout son règne, des expéditions contre les saxons, soi-disant pour les christianiser mais, en réalité, à des fins de pillage, tout comme sa guerre contre les avars qui n’avait comme seul et unique but que de s’emparer de leur fabuleux , lui-même fruit de pillages et de rapines.

y0cbNVG

L’empire américain, lui-même entièrement issu de la logique de la ruée vers les El Dorado de l’Ouest qui a suivi les grandes découvertes, ne pouvait faire exception. Quelles que soient les raisons invoquées pour les menées par les Etats-Unis, nous retrouvons toujours les mêmes constantes tournant autour des richesses potentielles ou réelles des pays agressés. Si les richesses minières et les hydrocarbures ont toujours retenu l’attention des analystes, on parle peu de celles qui sont stockées dans les sous forme d’or, de diamants ou de platine, ni de celles qui proviennent de la fabrication et de la manipulation de la monnaie du pays.

RF48fRGh

L’Irak a été une manne pour les Etats-Unis et la , à tous les points de vue, et pas seulement à cause du et la reconstruction. Du jour au lendemain, des tonnes d’or prirent le chemin de l’exil d’une manière ou d’une autre. Avant même la fin de la guerre d’innombrables objets archéologiques avaient disparu des musées irakiens pour se retrouver à des dizaines de milliers de kilomètres du pays. Le pillage fut systématique, un peu à la manière nazie pendant la seconde guerre mondiale.

Comme si ça ne suffisait pas, l’occupant s’attela à la refonte de la monnaie irakienne en créant le nouveau dinar irakien. Tous les anciens dinars furent retirés de la circulation avec, comme on peut s’en douter, tous les trafics qui peuvent accompagner ce genre d’opérations. A la place, des cargos entiers bourrés de nouveaux dinars fraichement imprimés décollaient des bases américaines en , autre pays occupé, à destination de l’Irak.

dinar irakien 1992

dinar irakien 1992

 

dinar irakien 2003

dinar irakien 2003

Si on rajoute à cela le fait que les , en particulier l’, ont mis la main à la poche pour financer cette guerre de vol et de prédation, ceux qui pleurent le coût exorbitant de l’opération peuvent se rassurer : elle a été très rentable pour les deux (trois ?) larrons qui l’ont voulue.

Avic – Réseau International

Iraq Gold 2

aiYsPc3

 

 *******

http://www.bloomberg.com/news/2014-06-23/german-gold-stays-in-new-york-in-rebuff-to-euro-doubters.html

 L'or allemand reste à New York dans le Rebuff à d'euro douteur

(article traduit par prompt)

L'Allemagne a décidé que son or est sûr dans des mains américaines.

La méfiance de augmentation de l'euro pendant la crise de la dette de l'Europe a alimenté une campagne pour apporter la maison entière de réserve de l'or $141 milliards de l'Allemagne de New York et de Londres. Maintenant, après que la politique décalée dans la coalition d'Angela Merkel de chancelier, le gouvernement ait conclu que la moitié cachante de son lingot à l'étranger est prudente après tout.

Juergen Hardt de CDU a dit des journalistes en mai, « il est ma vue que les réserves d'or devraient être stocké là où elles pourraient être nécessaires en cas d'urgence. » Photographe : Thomas Trutschel /Photothek par l'intermédiaire des images de Getty

« Les Américains prennent grand soin de notre or, » Norbert Barthle, le porte-parole de budget pour le bloc de Christian Democratic de Merkel au parlement, a dit dans une entrevue. « Objectivement, il n'y a absolument aucune raison de la méfiance. »

La terminaison de l'entretien de rapatrier les réserves de l'or deuxième plus grandes du monde enlève un irritant de potentiel aux États-Unis - relations allemandes. C'est également un rebuff aux critiques comprenant l'alternative d'anti-euro pour la partie de l'Allemagne, qui indique que tout l'or devrait retourner à Francfort ainsi il ne peut pas être confisqué pour faire du chantage à l'Allemagne dans garder l'union de devise ensemble.

Le Bundesbank, la banque centrale d'Allemagne, a envoyé une délégation à la chambre forte de New York le Fed en 2012 pour des contrôles sur place sur l'amas. En tant que gardien de l'or, le Bundesbank basé sur Francfort est obligé d'assurer sa sécurité. Il indique qu'il est raisonnable pour stocker une partie des réservations en dehors du pays ainsi ils peuvent être permutés plus facilement pour la devise étrangère en cas d'urgence.

L'élection de l'Allemagne a en septembre accéléré le décalage quand le Parti démocrate libre, qui a flirté avec apporter la maison d'or, abandonnée hors de la coalition de Merkel et a été remplacé par les Démocrate sociaux. D'autres défenseurs ont inclus Philipp Missfelder, un membre de Christian Democratic Union de Merkel qui a stoppé en tant que représentant de son gouvernement pour des relations avec les États-Unis en avril. Juergen Hardt, son successeur, a signalé un changement de la position.

 

Histoire d'après-guerre

« Il est ma vue que les réserves d'or devraient être stocké là où elles pourraient être nécessaires en cas d'urgence, » Hardt, aussi du CDU, a indiqué des journalistes en mai. Il n'y a aucune preuve que de l'or allemand à New York Fed a été trifouillé, il a dit.

Réserves d'or allemandes, le deuxième plus grand dans le monde après ceux des États-Unis, monté 3.386,4 tonnes le 31 mars, selon des données de Gold Council du monde. En raison de l'histoire d'après-guerre allemande, la plus grande partie est stockée à la banque fédérale de réserve de New York ; le repos est à Londres, à Paris et à Francfort.

Après que la deuxième guerre mondiale et la renaissance d'exportation du miracle « économique » de la Rép. Féd. d'Allemagne pendant les années 1950, la banque centrale accumulée dollars qu'elle a permutés pour l'or à Federal Reserve. Avec l'Allemagne dédoublez entre l'ouest capitaliste et l'état Allemand de l'Est communiste jusqu'en 1990, le stockage de la majeure partie de l'or à l'étranger était une manière de la garder hors de la portée soviétique pendant la guerre froide.

Inventaire d'or

Que l'amas n'avait été jamais comptée et n'est pas entièrement sur le sol allemand pour facile d'accès était fourrage pour des critiques.

Législateurs comprenant Klaus-Peter Willsch, un membre de CDU qui s'est opposé à des renflouements pendant la crise de dette, demandé les commissaires aux comptes fédéraux une opinion. Leur pression accrue de rapport en octobre 2012 sur le Bundesbank, l'invitant pour faire un inventaire et « établissent physiquement » les avoirs en or allemands à l'étranger.

La banque centrale a rencontré les critiques à mi-chemin. L'année dernière, elle a commencé à déplacer l'or de Paris à Francfort, précisant que l'Allemagne et les Frances ont maintenant la même devise, l'euro. Assez de l'or à New York et à Londres seront apportés à la maison ainsi la moitié des réservations sera en Allemagne d'ici 2020.

De l'or allemand à l'étranger est stocké « seulement aux banques centrales de la réputation internationale la plus élevée » dans les pays avec « les structures démocratiques stables » et les normes de haute sécurité, le Bundesbank ont indiqué dans une présentation en 2013 en réponse aux militants d'apporter-notre-or-maison.

 

Dépôts

« Le Bundesbank n'a jamais douté de l'intégrité des sites étrangers d'or-stockage, » Carl-Ludwig Thiele, le membre du Conseil de la banque pour des paiements et des règlements, a dit dans une entrevue le 23 mai. « Nous pouvions voir que tout que nous avons voulu voir à New York. En ce qui concerne nous, il n'y ont plus de questions ouvertes. »

Les Démocrate sociaux, allié junior de la coalition de Merkel, ont signalé l'accord avec la position de Bundesbank. Les militants à « rapatrient notre or » également ne voit pas le Bundesbank aller plus loin n'importe quand bientôt.

« En ce moment, notre campagne est sur la prise, » Peter Boehringer, les euro critiques basés sur Munich qui Co-ont fondé une initiative pour apporter à la maison tout l'or de l'Allemagne en 2012, a dit dans une entrevue.

Pour contacter le journaliste sur cette histoire : Birgit Jennen à Berlin chez bjennen1@bloomberg.net

Pour s'adresser aux rédacteurs en chef responsables de cette histoire : Alan Crawford chez acrawford6@bloomberg.net Tony Czuczka

 (NDLR: Souvenons nous qu'en 2010 l'Allemagne avait cherché à récupérer son or qu'elle avait confié ... à l'Amérique (!!!) juste après la 2è guerre mondiale pour la protéger des bolcheviques... ( bizarre, surtout pour ceux qui pensent que les US ont vaincu les nazis en envoyant de la chair à canon au pied de murailles assez impressionnantes après avoir bombardé des civils dans les villes avoisinantes, mais glissons, la commémoration du 6 juin et de la glorieuse Amérique est derrière nous...)

Bref, voilà les "bruits " que j'ai glanés il y a qques années...: http://blogdejocelyne.canalblog.com/.../allema.../index.html (mini dossier)
Je suis étonnée de voir que ce n'est pas encore fait...   
... et comme il semble en ce moment que les populations commencent à se rendre compte que l'UE" est en fait une sorte de dictature plus ou moins pilotée par les US , qui fabriquent des "révolutions colorées" un peu partout, je me pose des questions... sur la réalité de la volonté de l'Allemagne de laisser son or aux US...

 

*******

et à propos d'or et ... venons en à l'UKRAINE: , j'ai aussi glané ça: http://blogdejocelyne.canalblog.com/.../04/02/29577184.html

Magie : 40 caisses d’or disparaissent en Ukraine, 36 tonnes d’or apparaissent en Irak - CAP...


Quelques autres articles sur le sujet de l'or Ukrainien : http://blogdejocelyne.canalblog.com/.../russie.../index.html (3 ou 4 articles)

*******

Posté par Jocegaly à 10:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

17/09/14

"Arrêtons de jouer à la guerre avec la Russie" - Farage.

Nigel Farage accuse les pro-européens d'avoir aidé les ukrainiens à préparer le coup d'état qui a débouché sur le renversement du président Yanukovych. Si nous voulons une guerre avec la Russie, nous sommes sur la bonne voie selon le député britannique.

 

 

 

 

Posté par Jocegaly à 14:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vladimir Poutine sur Obama qui veut attaquer la Syrie à tout prix

 Ajoutée le 15 sept. 2014

 

Posté par Jocegaly à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

16/09/14

Lettre ouverte au Président POUTINE - 14/9/14

Sur VINEYARD OF THE SAKER

 

 

[Lettre ouverte] Cher M. le Président Poutine, cher Peuple russe,

Vladimir PoutineVladimir Poutine

Nous vous prions d’accepter nos excuses pour le comportement de nos Gouvernements et de nos Médias. Les nations occidentales, sous la houlette des États-Unis, semblent déterminées à lancer une guerre contre la Russie. Toute personne sensée ne pourra que reconnaître les conséquences terribles d’une telle guerre, et faire tout ce qui est en son pouvoir pour l’éviter. D’ailleurs, il semble que c’est exactement ce que vous êtes en train de faire. Malgré un flot ininterrompu de mensonges et de provocations, vous avez réussi à empêcher la Russie de se laisser entraîner dans une guerre nucléaire…

Lire l’intégralité de cette lettre multilingue (19 langues au 14 septembre) adressée au président Poutine et y participer (ci desssous)

............

http://dearputin.com/fr/ 

Cher M. le Président Poutine, cher Peuple russe,

Nous vous prions d’accepter nos excuses pour le comportement de nos Gouvernements et de nos Médias. Les nations occidentales, sous la houlette des États-Unis, semblent déterminées à lancer une guerre contre la Russie. Toute personne sensée ne pourra que reconnaître les conséquences terribles d’une telle guerre, et faire tout ce qui est en son pouvoir pour l’éviter. D’ailleurs, il semble que c’est exactement ce que vous êtes en train de faire. Malgré un flot ininterrompu de mensonges et de provocations, vous avez réussi à empêcher la Russie de se laisser entraîner dans une guerre nucléaire.1, 2

Les événements entourant la guerre en Ukraine sont déformés de sorte à vous faire passer pour un agresseur, alors que les faits prouvent nettement le contraire. Des bandes de néonazis commettent quotidiennement des atrocités contre les citoyens de la Nouvelle-Russie et reçoivent un soutien politique et financier de la part des gouvernements occidentaux. L’armée ukrainienne a attaqué des postes de contrôle et des villes russes, et bombarde régulièrement les réfugiés qui tentent de fuir le pays. La destruction du vol MH17 de Malaysia Airlines a été mise sur le dos de la Russie, même si les preuves suggèrent que cet avion a été abattu par l’armée ukrainienne. Vous apportez une aide humanitaire aux gens de Lougansk, et l’on vous accuse de faire passer clandestinement des armes en Ukraine.3

Pourquoi êtes-vous la cible de ces mensonges et de ces provocations ? Les criminels pathologiques en Occident poussent à une guerre avec la Russie parce qu’ils ont besoin d’un ennemi extérieur. Tant que les gens sont focalisés sur l’« agression russe », ils demeurent dans l’ignorance des véritables responsables du déclin de l’économie et du système social américains. En Europe, dont le passé est émaillé de guerres brutales déclenchées par arrogance et cupidité, les dirigeants européens ont subi un effondrement moral complet et se sont naïvement alignés sur la politique d’agression impériale des États-Unis. Le dernier grand président des États-Unis, John F. Kennedy, a décrit notre ennemi commun en 1961 :

Nous sommes confrontés, dans le monde entier, à une conspiration monolithique et impitoyable qui compte principalement sur des moyens secrets pour étendre sa sphère d’influence par l’infiltration plutôt que l’invasion, la subversion plutôt que les élections, l’intimidation plutôt que le libre arbitre, les guérillas de nuit plutôt que les armées en plein jour.

C’est un système qui a nécessité énormément de ressources humaines et matérielles dans la construction d’une machine étroitement soudée et d’une efficacité remarquable ; elle combine des opérations militaires, diplomatiques, de renseignements, économiques, scientifiques et politiques. Ses ramifications sont occultées et non publiées. Ses erreurs sont enterrées et ne font pas les gros titres ; on fait taire ses dissidents, on ne les glorifie pas ; aucune dépense n’est mise en question, aucune rumeur n’est imprimée, aucun secret n’est révélé.4

Depuis, le gouvernement des États-Unis et d’autres nations occidentales ont été infiltrés par cette « conspiration impitoyable ». Même si cette conspiration n’est pas forcément unifiée, nous estimons que les actes et les pensées de ses dirigeants ne sont pas régis par le « fardeau » d’une conscience humaine normale. C’est pourquoi ils sont prêts à sacrifier les vies de millions, voire de milliards de personnes. Ils fournissent à Israël des armes qui servent à massacrer des milliers de Palestiniens. Ils militarisent la police – par exemple, à Ferguson (Missouri) – afin de protéger et de renforcer leur pouvoir sur le peuple. Ils mentent pour lancer des guerres qui annihilent des millions de personnes, ceci pour accroître leur pouvoir politique. Ils sont méprisables.5, 6

M. Poutine, comme JFK, vous avez été militaire, et vous êtes donc tenu par un sens du devoir : celui de protéger et de servir le peuple russe. Comme JFK, vous semblez avoir reconnu que tout conflit nucléaire était une folie, et vous vous êtes tourné vers la paix.7 Vous refusez de soutenir l’Empire américain, et vous avez entrepris d’ébranler sa puissance sans pour autant vous engager dans un conflit militaire direct. Au contraire, la Russie a renforcé ses liens avec de nombreux pays, par le biais d’organisations comme les BRICS, a effacé les anciennes dettes, et œuvre avec ses partenaires à la réalisation d’objectifs qui servent les intérêts du peuple. L’idée de partenariats internationaux a été qualifiée d’approche multipolaire, une approche en net contraste avec les politiques impérialistes et unipolaires des États-Unis, où toutes les ressources des pays sont contrôlées de manière à bénéficier à une petite élite puissante, aux dépens du Peuple – à Nos dépens.

Nous rejetons la cupidité, la haine et la soif de pouvoir affichées par nos « dirigeants ». Le meurtre de millions d’innocents au nom de la liberté et de l’auto-défense nous indigne et nous horrifie. Nous voulons la paix et la justice pour tous. Nous voulons une véritable paix, une paix durable ; le genre de paix invoquée un jour par JFK :

Quelle sorte de paix recherchons-nous ? Non une Pax Americana imposée au monde par les armes de guerre américaines ; non la paix du tombeau ou la sécurité de l’esclave. Je parle de la paix authentique, le genre de paix qui fait que la vie sur terre vaut la peine d’être vécue ; le genre de paix qui permet aux hommes et aux nations de croître, d’espérer et d’édifier une vie meilleure pour leurs enfants ; non seulement la paix pour les Américains mais la paix pour tous les hommes, non seulement la paix à notre époque, mais la paix à toutes les époques.8

La véritable paix, la véritable justice demeurent impossibles tant que la « conspiration impitoyable » dirige, dans l’ombre, les États-Unis et les autres nations. Nous prions pour que, grâce à nos efforts mutuels, les criminels impitoyables assoiffés de pouvoir qui cherchent à nous asservir tous soient vaincus. Nous prions pour l’avènement d’une paix authentique qui fera que la vie sur Terre vaut la peine d’être vécue.

Signez cette lettre !

  • Walter Leitschuh - Germany
  • Gabriel Červený - Slovakia
  • Bodin Florian - France
  • Nikita Artuhin - Russia
  • Vincent Granier - France
  • Slavica Nikolic - Switzerland
  • Елена Соломатина - Russia
  • Edgard Klik - Germany
  • Susanne Pfneiszl - Austria
  • Ronald Galle - Germany
  • Тамара Ерошенко - Russia
  • David Gibbs - United States
  • evgeny zhelvakov - Israel
  • Andrea Buschmann - Germany
  • Gert Scheuermann - Germany
  • henning wunderle - Germany
  • valentyna luptakova - Slovakia
  • Michael Baumann - Germany
  • Jana Pospíšilová - Czech Republic
  • Katarzyna Kruczkowski - Germany
  • Mucahid Seiler - Andorra
  • Ирина Корнилова - Russia
  • Erwin Kellermann - Germany
  • Juri Klemusch - Germany
  • Günther GAILER - Austria
  • Numa Zat - French Southern Territories
Jusqu’ici, 31,736 personnes ont signé cette lettre.

 

 

Sources:

  1. Poutine est-il incorruptible ? La personnalité du président russe et la transformation de la Russie décryptées par une spécialiste américaine
  2. Poutine essaie de sauver le monde de la guerre, par Paul Craig Roberts
  3. Poutine accusé de la destruction du vol #MH17 : un moyen d’attaquer la banque mondiale des BRICS
  4. Discours de remise des diplômes à l’American University, 10 juin 1963
  5. La ponérologie politique : Étude de la genèse du mal, appliqué à des fins politiques, d’Andrew M. Lobaczewski
  6. La stratégie du choc : La montée d’un capitalisme du désastre, de Naomi Klein
  7. JFK & l’Indicible : pourquoi Kennedy a été assassiné… , de James W. Douglass
  8. Le discours de Kennedy devant la presse, 27 avril 1961
  9. Lettre ouverte d’un groupe de Hollandais au président Poutine
  10. Le syndrome de l’OTAN, le programme de partenariat asiatique de l’UE, et l’Union eurasiatique
  11. Poutine ne bluffe pas – quiconque dit que la Russie est en train de perdre en Ukraine ne comprend rien au jeu qui est en train de se jouer
  12. Poutine : l’Ukraine est un champ de bataille pour le Nouvel Ordre Mondial
  13. La Pathocratie Mondiale, les Disciples Autoritaires et l’Espoir du Monde

pdficon_largeTélécharger la lettre en PDF (français)

 

Posté par Jocegaly à 20:41 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

"Europe" - Assez avec l'illégalité du drapeau européiste sur l'espace public, et stop à la propagande des medias!

Sur le blog de SYLVAIN BARON

 

 

 

Lettre à Thierry Thuillier

Monsieur,

Le 23 Octobre 2013, votre patron Monsieur Pflimlin  a déclaré sur l'antenne de RTL, vouloir que la redevance ne soit plus seulement fondée sur la possession d'un poste de télévision mais sur la possession de tous les écrans.

Vous êtes le directeur général à l'information et directeur d'antenne et des programmes de France 2, groupe ayant la charge de rendre un service public dont la vocation est d'informer CORRECTEMENT les Français. Or, je constate que malgré la pluralité des chaînes que vous supervisez, la réelle diversité de l'offre politique existante en France, de même que la pluralité des intellectuels pouvant apporter des points de vue utiles à la réflexion objective des Français, n'est pas respectée.

Dans un rapport publié par le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel le 20 Mars 2014 sur la qualité des programmes, seulement 30 % des Français disaient considérer objectives et honnêtes les informations véhiculées par les chaînes de télévision. Ce même rapport rend compte que 46 % seulement des Français s'estiment satisfaits des journaux télévisés ou des émissions politiques. Une année auparavant, les Français étaient encore 52 % à accorder un minimum de crédit à ces programmes.

Pardonnez moi Monsieur de me montrer exigeant, mais j'estime qu'en démocratie véritable, le taux de satisfaction des électeurs s'agissant des informations qu'ils reçoivent de nos grands médias (en particulier publics) devrait être proche de 100 %

Dès lors que ça n'est pas le cas, votre patron peut évidemment oublier son souhait d'étendre la redevance audio-visuelle à l'ensemble des écrans dans nos foyers. Car entre TF1, BFM et le Groupe France Télévision, je ne vois strictement aucune différence dans le traitement de l'information, ni s'agissant des personnalités politiques ou économistes reçus.

Divisons si vous le permettez, l'électorat Français non sur le bon vieux clivage artificiel « Gauche »/ «Droite », mais plutôt sur les valeurs « Européïste » et « Républicain » ou encore « Atlantiste » et « Neutre » en matière de géopolitique.

Cela nous permettra de comprendre cette désaffection des Français qui touche autant le service public de l'audiovisuel, que les médias privés.

Voici d'abord une image très parlante de la représentation politique en France :

Comme vous pouvez le constater, François Hollande et Nicolas Sarkozy (tous deux aussi européïstes qu'atlantistes) ont bénéficié du maximum de temps d'antenne lors des dernières élections présidentielles. Une corrélation évidente est faite sur leurs résultats électoraux qui démontre que plus une personnalité est médiatisée, plus elle obtient des suffrages à son bénéfice. Admettons que Marine Le Pen, Jean Luc Mélenchon, Nicolas Dupont-Aignan et Jacques Cheminade soient les seuls Républicains (bien qu'aucun d'entre eux ne remette en cause le bien fondé de l'Union Européenne si ce n'est Jacques Cheminade). Ces quatre personnalités rassemblent environ 25 heures de temps d'antenne contre 72 heures d'antenne pour les très européïstes François Hollande, Nicolas Sarkozy, François Bayrou et Eva Joly.

Pour quiconque a lu les traités et est un tant soit peu éduqué sur le droit Constitutionnel en France, nous avons bien à faire à un authentique régime de propagande contre la Souveraineté Nationale, c'est à dire ni plus ni moins, le régime Républicain et la démocratie en France.

J'ajouterais que le C.S.A ne publie pas de rapport sur les temps d'antenne d'autres personnalités politiques ou des économistes pour évaluer par exemple, combien de fois Jacques Attali a pu s'exprimer sur les médias publics comparativement à Jacques Sapir ou encore Frédéric Lordon (tous deux hostiles à l'euro).

Des personnalités comme François Asselineau, Jacques Nikonoff, Aurélien Bernier, Georges Gastaud et tant d'autres qui défendent la nécessaire sortie de l'Union Européenne, l'euro et l'OTAN sont même presque totalement absents des médias. Ce ne sont pourtant pas les moins mauvais intellectuels en politique pouvant apporter un éclairage très utile aux Français pour leur faire connaître l'esprit des Traités européens, et leur faire comprendre pourquoi un François Hollande qui a été surmédiatisé durant les dernières élections présidentielles, se retrouve aujourd'hui affublé d'un misérable 15 % d'opinions favorables. Vous le savez, cet homme a toujours voté pour les traités qui dépossèdent le parlement et l'exécutif de sa capacité à orienter la politique monétaire et commerciale de la France, puisque désormais ces questions font partie des champs de compétences « exclusifs » de l'Union Européenne. Si le peuple est dépossédé de sa boite à outil économique et qu'on ne lui explique pas cela dans les grands médias publics, comment peut-il disposer d'une éducation politique minimale à même d'orienter à son propre bénéfice ses choix électoraux ?

De même, nous constatons sur les questions géopolitiques un bashing anti-Russe alarmant, où les positions Américaines sont sans cesse relayées, et les questions posées par la Russie à l'Occident s'agissant par exemple de la déstabilisation de l'Ukraine par des Nations tierces (en particulier la Pologne, les États-Unis et l'Allemagne) sont censurées en France. Je vous rappelle que ce sont des affaires sérieuses et que lorsque la majorité de nos dirigeants européïstes s'alignent sur les positions du pays le plus militarisé au Monde, il est de salubrité publique que nos médias apportent un équilibre de points de vue, afin de garantir que le peuple puisse trancher objectivement entre ce qui relève de la propagande de guerre, et ce qui relève de la complexité de la géopolitique. Je vous rappelle aussi que l'article 20 du Pacte International Relatif aux Droits Civiques et Politiques de l'O.N.U interdit la propagande de guerre. J'ajoute que l'Article 211-2 du Code Pénal dispose que :

La provocation publique et directe, par tous moyens, à commettre un génocide est punie de la réclusion criminelle à perpétuité si cette provocation a été suivie d'effet.

Si la provocation n'a pas été suivie d'effet, les faits sont punis de sept ans d'emprisonnement et de 100 000 € d'amende.

Quand des personnalités politiques ou pseudo intellectuels encouragent à mener des guerres (les exemples caricaturaux sont messieurs Bernard Henri Levy, Bernard Koushner et Laurent Fabius), sont relayés en toute impunité par les médias publics, ce n'est pas seulement la justice qui ne fait pas son travail : ce sont les journalistes !

Je vous rappelle enfin que la Charte de Munich dispose dans ses articles 9 et 10 que les journalistes se doivent de :

9) ne jamais confondre le métier de journaliste avec celui du publicitaire ou du propagandiste ; n’accepter aucune consigne, directe ou indirecte, des annonceurs ;

10) refuser toute pression et n’accepter de directives rédactionnelles que des responsables de la rédaction.

Si l'on s'en tient au respect qui serait fait de la part des journalistes du Groupe France Télévision de l'article 10 de cette Charte, vous êtes le responsable direct d'un tel niveau de propagande sur nos médias publics. Si France 2 ne disposait pas de la caution journalistique sérieuse qu'est l'émission « ce soir ou jamais » de Frédéric Taddeï, vos choix éditoriaux seraient pleinement comparables à tout ce qui peut être qualifié de « télé-poubelle » sur les médias privés.

Dès lors Monsieur, que vous adoptez le parti pris de la « politique spectacle », où l'on cherche le slogan et la petite phrase d'une personnalité politique déjà connue, cela au lieu de permettre aux Français d'entendre des intellectuels de tous bords qui leur feront de la pédagogie sur la Constitution, les lois, les traités européens, la géopolitique ou encore les grands mécanismes de régulation économique, vous vous rendez responsable d'un véritable complot contre le peuple Français, qui plus est financé avec ses impôts.

J'ajouterais pour terminer que les Français qui ont depuis longtemps jeté leur téléviseur, pour s’intéresser à la « real politique » au moyen d'internet et des livres, ne sont pas dupes de l'épouvantail médiatique qu'est le Front National, visant à associer la restauration de la Souveraineté Nationale à des thèses xénophobes et réactionnaires.

Aussi, puisque je ne m'adresse pas à un journaliste, mais finalement à un employé discipliné d'une institution ayant vocation à endoctriner le peuple Français à rejeter sa propre Souveraineté sur son pays, je me permet de vous livrer en pièce jointe, un torchon bleu aux étoiles d'or décroché d'un mât dans la ville de Bordeaux. C'est le 7ème drapeau européïste que je décroche, et croyez bien que d'autres vont suivre. Vous pourrez interroger la Présidence de la République qui vous confirmera qu'elle a déjà reçu par courrier d'autres drapeaux européïstes. Le Conseil Constitutionnel va aussi recevoir le sien, et le Quartier Général de la CIA en Virginie aura certainement reçu le sien au moment où vous ouvrirez ce colis.

Les mairies des communes où des drapeaux disparaissent sont informés par courrier de l'illégalité du drapeau européïste sur l'espace public, à chaque fois que moi et d'autres personnes en France retirons ces emblèmes des façades ou devantures de nos institutions.

Puisque nous sommes obligés de supporter votre propagande, vous devrez assumer l'insurrection qui vient. Je ne puis que vous recommander de revoir complètement votre ligne éditoriale tant qu'il est encore temps, car il est préférable en démocratie qu'un renversement idéologique soit lié à des médias véhiculant des informations libres et non faussées permettant à toutes les formations politiques de faire connaître à égalité de traitement leurs analyses et propositions aux Français, plutôt qu'à une insurrection populaire qui en France a généralement démontré que nous n'hésitons à faire couler le sang lorsque la colère est à son paroxysme.

Vous n'imaginez pas le niveau de colère qui sévit dans nos foyers, et à quel point si nous devions reprendre le pouvoir autrement que par une élection, nous ne pardonnerions rien à tous les collabos du Système.

Dans l'espoir que ma mise en garde sera prise au sérieux,
Bien cordialement,
Sylvain Baron
Publié il y a Yesterday par

Posté par Jocegaly à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

EUROPE - Débat Attali-Veil-Garaud-Chevènement en 1996…

 La palme revient à JP Chevènement, ET Marie France Garaud.... Belles analyse, et vision pertinente des risques de ce qui se mettait en place
Attali et Veil font figure de vieux canassons bavards et "à coté de la plaque"

Jocegaly

 

 

Sur LES CRISES

14 sept 2014  


Souvenirs, souvenirs…

Vous pouvez reprendre les “meilleurs” répliques en commentaire svp ? Merci…

 

 

 

 

 

 

QUELQUES COMMENTAIRES INTERESSSANT

  1. Carton Jean-Baptiste Le 14 septembre 2014 à 02h24
    Afficher/Masquer

    Chevenement: “Le projet de monnaie unique implique que … tout ce la se fait autour du mark, c’est à dire d’une monnaie surévaluée avec des taux d’intérêts tout à fait excessifs sur la durée.” à environ 2’45

    Garaud: ” Le lien entre l’Europe et la solution des problèmes économiques et sociaux français a été fait par ceux qui ont voulu l’Europe de Maastricht, au contraire.” à environ 5′

    Attali: “lorsque le Traité de Maastricht sera apliqué, il est EVIDENT qu’il y aura une très forte croissance qui en découlera car nous aurons un grand espace économique avec une monnaie
    unique” à environ 5’25

    Attali: ” La question est la suivante, soit nous aurons une Europe allemande parce que nous n’avons pas de monnaie unique, et la monnaie unique sera le mark et la France deviendra irréversiblement une colonie allemande. Soit nous faisons une monnaie unique et nous aurons une monnaie unique qui ne sera pas le mark (coupé par Chevennement et Garaud) soit nous faisons cela et nous avons la chance de créer une Europe qui ne sera pas sur le modèle allemand” (un peu d’enfumage intellectuel classique)

    Garaud: “L’union monétaire ne réunira qu’une partie des pays c’est à dire l’Allemagne, le Benelux, la France et l’Autriche dans un premier temps et nous sommes minoritaires dans cette structure et deuxièmement, elle fait perdurer à l’intérieur des cette structure une situation minoritaire pour la France qui ne pourra pas faire prévaloir ses intérêts”. a environ 8’45

    Chevenement: “La construction européenne qui a été imaginée enchaine la France à un modèle qui n’est pas du tout celui d’une Europe européenne car l’Allemagne pour toutes sortes de raisons est tournée vers les Etats-Unis. Autrement dit, on fait de l’Europe la succursale des Etats-Unis (cf conflit ukrainien) et on le fait de manière d’autant plus irréversible qu’on asservit la France à un modèle allemand qui est celui d’une banque centrale indépendante qui ne laisse place à la politique que comme à une sorte d’appendice technique” à environ 11’10

    Attali: “La BCE n’aura absolument pas comme fonction de fixer la parité avec le dollars. Ca, ça reste heureusement de la compétence des gouvernements.
    Garaud: Qui n’auront plus de monnaie
    Attali: Mais pas du tout, lisez l’article 107 du traité de Maatricht.[...] Dans tous pays de la planète[...] la banque centrale est indépendante sinon on fait payer les bêtises d’aujourd’hui par les générations futures.”

    Garaud a Veil: ” Vous nous dites que ce n’est pas un projet fédéral, c’est inexact! Le chancelier Kohl, lui même, a dit au lendemain de sa dernière élection: “Je ferais en sorte que les structures fédérales de l’Allemagne soit irréversible”" a env.18’20

    Attali: “C’est un agenda européen pour ensuite élargir l’Europe à l’Europe de l’est, en particulier à la Russie, car il faudra faire avec la Russie exactement ce que l’on vient de faire avec l’Allemagne. C’est deuxièmement protéger les services publiques[...] mais la question est de savoir si on pourrait le faire si on ne construisait pas l’Europe”20’35 (L’Europe est là mais les SP eux s’en vont)

    Garaud: “Nous devons être un partenaire de l’Allemagne et pas un sous-traitant comme nous allons l’être dans l’union monétaire.” 21’35

    A noter que Simone Veil est sans cesse à brandir la menace de la guerre pour justifier le projet de son parti qui était l’Europe fédérale qu’elle se trouve naturellement hors-sujet dans un debat sur l’euro. Ses commentaires sont sans importance.

    J’espère vous avoir aide et merci pour le travail que vous faites. Je consulte ce blog dés que le temps me le permet. Merci pou les liens menant à d’autres blogs également.

    • reneegate Le 14 septembre 2014 à 12h13
      Afficher/Masquer

      Je rajoute la fin de l’intervention de Chevènement qui est lumineuse en sachant en 2014 que François Hollande était nommé Young Leader par la French American Foundation à ce moment là et d’autres caciques le seront ensuite. Ils sont majoritaires désormais au gouvernement : vassalisation US, libéralisme et chomage, régionalisation et perte de souveraineté nationale, quoi d’autre? C’est une leçon de politique et évidemment ce poltique brillant n’a jamais dépassé 10% des voix en France alors.

      “La construction européenne qui a été imaginée enchaine la France à un modèle qui n’est pas du tout celui d’une Europe européenne car l’Allemagne pour toutes sortes de raisons est tournée vers les Etats-Unis. Autrement dit, on fait de l’Europe la succursale des Etats-Unis (cf conflit ukrainien) et on le fait de manière d’autant plus irréversible qu’on asservit la France à un modèle allemand qui est celui d’une banque centrale indépendante qui ne laisse place à la politique que comme à une sorte d’appendice technique une Europe fédérale, une Europe des régions…. on voit que sur le plan de la politique économique cette Europe porte la marque du conservatisme, et c’est ce que je reproche au parti socialiste c’est qu’il était absolument incapable de voir que dans la durée il s’enlisait dans une ornière absolument mortelle pour lui, qui le mettait en contradiction avec les aspirations de ceux qui naturellement attendent de la gauche qu’elle s’attaque au problème de l’emploi, à la limite je peux comprendre votre position Mme Veil, ce que je ne comprends pas c’est cette obstination du PS a rouler dans ces fonds de rivière”

      les FAF du gouvernement :

      François Hollande depuis 1996
      Laurent Fabius young leader au CRIF
      Najat Vallaud-Belkacem, depuis 2006
      Emmanuel Macron depuis 2012
      Marisol Touraine depuis 1998
      François Rebsamen n’a jamais été jeune
      Fleur Pellerin, depuis ???

      • dupontg Le 14 septembre 2014 à 20h31
        Afficher/Masquer

        vous pouvez ajouter celui de l’ancien gouvernement qui a ete habilement infiltré par holland comme commissaire europeen de l’economie…moscovici bien placé pour pousser le TAFTA

      • dupontg Le 14 septembre 2014 à 20h48
        Afficher/Masquer

        j’oubliais le dernier en date…..le remplaçant de Thevenoud..

        Matthias Fekl young keader FAF 2013

      • Madeleine Le 14 septembre 2014 à 22h18
        Afficher/Masquer

        Chevènement dit exactement… rouler dans ces fondrières” : lieu souvent envahi par l’eau et généralement marécageux ; trou d’une route défoncée. Et non pas fonds de rivière.

      • step Le 15 septembre 2014 à 09h51
        Afficher/Masquer

        vous pouvez y ajouter le premier ministre actuel il me semble.

  2. AVERELL DALTON Le 14 septembre 2014 à 02h36
    Afficher/Masquer

    il faudrait reprendre chaque réplique de Attali et Weil et les debunker une par une, par un UPRien, ça serait fracassant ! sans ironie aucune. Même pas besoin en fait : il suffirait de constater les dégâts 20 ans après pour se rendre compte à quel point Atttali mentait (et ment toujours) sur le rôle de la BCE… Chevennement et Garraud sont extrêmement lucides !

  3. PA.Québec Le 14 septembre 2014 à 03h20
    Afficher/Masquer

    Jacques Attali (5 min 20) :

    « Quand on dit que l’Europe de Maastricht créera des emplois, ça reste vrai. Il se trouve que le traité de Maastricht n’est pas encore appliqué. Lorsqu’il le sera, il est évident qu’il y aura une très force croissance qui en découlera, car nous aurons un grand espace économique avec une monnaie unique. »

    On aimerait un petit mea culpa, Jacques.

     

    lesnievsky Le 14 septembre 2014 à 04h45
    Afficher/Masquer

    En gros, Chevènement et Garaud ne sont pas démentis par ce qu’on constate aujourd’hui.

    Par contre, les prévisions de Veil et d’Attali sont stupéfiantes.

    Quand on s’est autant trompé, et qu’on a entraîné derrière soi son propre peuple, la moindre des choses serait de SE TAIRE DEFINITIVEMENT.
    C’est d’ailleurs ce qu’a fait Veil.

    Cet exercice de révision des prévisions faites par nos responsables politiques est décoiffant et gagnerait à être fait plus souvent.

Posté par Jocegaly à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le Chef de la République de Tchétchénie Ramzan Kadyrov: "Ces sanctions ne sont pas pour l'Ukraine, mais contre la Russie !"

Sur LE MONDE RUSSE

 

16 septembre 2014

Ramzan Kadyrov : "Ces sanctions ne sont pas pour l'Ukraine, mais contre la Russie !"

Ramzan-Kadyrov-012

 

Le Chef de la République de Tchétchénie Ramzan Kadyrov a commenté les nouvelles sanctions imposées par les USA et l'union européenne contre la Russie. Il a estimé que leur objectif est de faire du tort à l'économie russe, et non pas d'être une aide à l'Ukraine.

"En lisant ces annonces, je suis encore plus convaincu que le conflit en Ukraine a été déclenché par l'Occident, et, plus précisément, les Etats-Unis et ses eurovassaux ! Ces sanctions ne sont pas appelés à aider l'Ukraine et son peuple, elles ont pour but de saper l'économie de la Russie. Ces sanctions ne sont pas pour l'Ukraine, mais contre la Russie !" - a posté Kadyrov sur sa page Instagram.
Le Président tchétchène a souligné qu'en raison de l'orientation pro-occidentale des politiciens ukrainiens ce pays va tomber dans une crise, de laquelle il sera difficile de sortir.
"Il est surprenant que Kiev soit si naïve et incapable de voir des faits évidents. L'Ukraine aurait dû comprendre qu'à chaque nouvelle étape en direction de l'Occident, lors de chaque visite de ses dirigeants à Bruxelles et à Berlin, elle sombre de plus en plus profond dans un abîme, à partir duquel des décennies seront nécessaires pour en sortir", a déclaré  Ramzan Kadyrov.

À titre d'exemple, les Etats, où, en raison de l'action des USA s'est formée une situation critique, Ramzan Kadyrov a cité les pays du monde arabe. "Pourraient servir d'exemples l'Irak, l'Afghanistan, la Syrie, la Libye, où Washington a donné une "aide", qui a conduit à la formation de rivières de sang", a écrit le Chef de la Tchétchénie.

Dans cet article, le Chef de la République de Tchétchénie a souligné que le gouvernement, qui peut vraiment aider l'Ukraine, c'est la Russie. Selon lui, les USA ne seront jamais en mesure de mettre la Russie et de ses citoyens à genoux.

"La russie et l'Ukraine sont proches. Pratiquement une seule et même langue, une même foi et une même histoire. Seuls les peuples de Russie tendent une main secourable aux ukrainiens et les américains fournissent des armes pour étendre la guerre civile. Si les USA pensent que la Russie et les russes se mettront à genoux, ils se trompent profondément. Cela n'arrivera jamais!" - a écrit Kadyrov.
Source :
http://chechnyatoday.com/content/view/280694

 

Posté par rhalauniov à

Posté par Jocegaly à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Vote sans confiance...Le gouvernement Valls-2 va donc demander la confiance à l’Assemblée....

Sur RUSSEUROPE

Vote sans confiance

16 septembre 2014
Par

 

Le gouvernement Valls-2 va donc demander la confiance à l’Assemblée. Cette procédure normale souligne aujourd’hui les contradictions tant de la situation politique que de la politique menée par le Président François Hollande. Disons le tout net. Le gouvernement obtiendra la « confiance ». Mais que vaudra-t-elle ?

La constitution de la Vème République voulait mettre fin à l’instabilité parlementaire qui avait régnée sous la IVème République, ce que l’on oublie un peu vite. Elle fut rédigée dans un relatif consensus car dans de nombreux partis on considérait que la situation alors existante n’était plus acceptable. De fait, cette constitution créée un corset de fer qui assure aux gouvernements leur stabilité face à l’Assemblée Nationale. De nombreux dispositifs y concourent, dont le moindre n’est pas celui du vote bloqué ou du « 49-3 », procédure où une loi peut être adoptée sans vote. Mais, surtout, c’est par la menace de la dissolution en cas de vote d’une motion de censure que le système est verrouillé. Notons cependant que cette menace ne fut utilisée qu’une seule fois, en 1962. Les dissolutions ultérieures ont toutes été des dissolutions de complaisance. Cette pratique, combinée au raccourcissement du mandat présidentiel et à son alignement sur celui de l’Assemblée Nationale, a profondément changé l’équilibre du système. On parle beaucoup de la Vème République mais, en réalité c’est bien sous la VIème que nous vivons. Les changements constitutionnels ont altéré en profondeur l’équilibre des pouvoirs.

Le sens même de nos institutions en a été changé. Là où des dispositifs entendaient garantir au Premier Ministre, censé conduire la politique de la Nation, la stabilité dont il avait besoin nous avons désormais un cadre qui permet au Président de mener la politique qu’il entend pendant cinq ans sans avoir à rendre de compte à quiconque. Tel n’était pas le projet initial.
De plus, la pratique du Général de Gaulle avait inscrit le « retour au peuple », en général par voie référendaire, comme moyen de vérification de la légitimité. Nous en sommes très loin aujourd’hui. Le référendum a été dépouillé de sa charge politique. Or, il était un outil important pour permettre de vérifier la légitimité d’un pouvoir légal.
On sent bien aujourd’hui qu’il y a une volonté à affirmer une légalité « hors sol », sans référence à la légitimité et à ce qui est nécessaire pour que celle-ci s’exprime, la souveraineté. L’élite politique française, du PS à l’UMP, est aujourd’hui profondément d’accord pour une forme d’exercice du pouvoir découplée de toute vérification. De ce point de vue l’usage, certes critiquable, que fait François Hollande de nos institutions est le même que celui de Nicolas Sarkozy ou de ce que serait demain celui d’un Alain Juppé voire d’un François Fillon.

Dans ce contexte prend place la crise actuelle. Elle ne nait pas de la chute de popularité du Président et aujourd’hui de son Premier Ministre. Il ne faut pas confondre les symptômes avec la cause. Cette crise vient de l’incapacité de la politique mise en place en mai 2012 à produire des résultats, couplé au fait que l’on est désormais en présence d’un changement de politique qui est tout aussi évident qu’il se refuse à s’assumer comme tel. C’est cela qui engendre l’effrayant chute de popularité des deux têtes de notre exécutif. C’est cela qui rend des erreurs de communication, des bévues et des couacs, aussi désastreux. Alors, quand une politique a échoué on en essaye une autre. Mais, le problème est que celle-ci succède à une politique qui avait été déjà largement rejeté en 2012. On a oublié trop vite que la défaite de Nicolas Sarkozy avait été cuisante. Et, la politique que l’on nous propose, qu’il s’agisse de celle du nouveau gouvernement Valls ou de celle d’un hypothétique gouvernement UMP qui pourrait arriver au pouvoir en 2017, ne serait qu’un resucée, en pire, de la politique adoptée par François Fillon et Nicolas Sarkozy en 2010. Les Français ont le sentiment d’être enfermés dans la boite d’une austérité sans fin ni limites, et ce sentiment est insupportable.

Ce qui n’arrange rien est que le retour vers une version « dure » de la politique d’austérité se fait sous couvert des institutions de notre « VIème » République, comme on devrait appelé le régime actuel. Il n’y aura ni débat ni vote, ou du moins ni vote libre. Car, les institutions étant ce qu’elles sont, les députés « frondeurs » du PS savent très bien quelles seraient les conséquences d’un vote cohérent avec leur discours. Ajoutons leurs les députés d’EELV, qui sont passés de verts à blettes. La décision d’une « abstention », qui ajoute le ridicule de la posture politique au tragique de la situation, ne peut qu’accentuer encore un peu plus le discrédit dont souffre la classe politique. Nous aurons les apparences de la démocratie mais non sa substance. Certes, cela ne sera pas la première fois. Le référendum de 2005 continue, en effet, de hanter notre classe politique et, au-delà, une large part du peuple Français. On s’étonne alors de ce que les députés préfèrent leurs petits arrangements à ce qui devrait être leur famille politique réelle. Mais, comme le faisait dire Victor Hugo à Triboulet dans Le Roi s’amuse « quand on n’a plus d’honneur, on n’a plus de famille ».

Le vote de ce mardi sera donc une farce sous le masque d’une tragédie. Mais, le temps de la tragédie viendra, il faut en être bien certain. Il convient donc de s’y préparer.

Posté par Jocegaly à 13:16 - Commentaires [0] - Permalien [#]

NOS : Flagrant délit de propagande anti-Poutine

 /reseauinternational.net 

NOS : Flagrant délit de propagande anti-Poutine

La chaîne hollandaise « NOS » (voir la vidéo) vient d’être prise en flagrant délit de manipulation et de propagande anti-Poutine. Le 8 septembre dernier, les images de cette chaîne montraient un «  » de la BBC tentant d’intercepter le président pour s’exprimer sur les milliers de en , mais sans succès. Malheureusement pour ces menteurs, il y avait aussi la caméra de la chaîne russe  » qui filmait l’. Les images sont tout autres puisque le président russe Vladimir Poutine s’est bel et bien arrêté afin de parler à ce « journaliste ».

Nous nous indignons à nouveau de ce type de manipulations et flagrants et honteux qui ne feront toujours pas ouvrir les yeux aux millions de citoyens qui s’abrutissent encore devant le JT de 20 heures…

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2014/09/10/flagrant-delit-propagande-anti-poutine/

Posté par Jocegaly à 00:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

EURONEWS Un député pro-Kremlin a demandé lundi au Parquet russe de lancer une enquête contre Euronews pour "insulte" à V Poutine

 Sur 20 minutes

Russie: Un député accuse Euronews d'avoir insulté Poutine 5 contributions

Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse le 27 août 2014 à Minsk

Vladimir Poutine lors d'une conférence de presse le 27 août 2014 à Minsk Kirill Kudryavtsev AFP

RUSSIE - La chaîne a son siège mondial en France, à Lyon...

Un député pro-Kremlin a demandé lundi au Parquet russe de lancer une enquête contre la chaîne de télévision Euronews pour «insulte» à Vladimir Poutine, estimant qu'elle nuisait aux intérêts nationaux de la Russie. «Je viens de porter plainte au Parquet de Russie contre un reportage diffusé par la chaîne Euronews dans lequel des nationalistes ukrainiens tirent sur un portrait de Vladimir Poutine présenté sous les traits d'Hitler», a dit le député de Russie Unie Mikhaïl Markelov.

Le sujet en question diffusé vendredi dernier montrait des militaires ukrainiens s'entrainant au tir en prenant pour cible un portrait du président russe affublé d'une moustache à la Hitler. «Euronews diffuse dans le monde entier et ces images sont inadmissibles car elles insultent non seulement le président russe mais un peuple entier qui a connu les horreurs du fascisme», a écrit le député dans une plainte adressée au Parquet.

 

«Euronews ne fait que montrer ce que les gens pensent dans le monde»

«Je demande au Parquet d'ouvrir une enquête sur ce reportage qui nuit aux intérêts nationaux de Russie», a indiqué Markelov. Il a évoqué également la possibilité de «refuser des visas d'entrée» en Russie aux responsables de la diffusion du sujet. Markelov a dit attendre la réaction du Comité de Surveillance des médias (Roskomnadzor) qu'il a également saisi, et qui a le droit d'interdire la diffusion de la chaîne en Russie.

Roskomnadzor «examinera attentivement» la plainte, selon son porte-parole Vadim Ampelonski. «Si nos experts y trouvent matière, nous lancerons une expertise de la vidéo en question», a indiqué Ampelonski qui n'a pas exclu la possibilité d'adresser un avertissement à Euronews. Roskomnadzor peut bloquer l'accès à un média après deux avertissements lancés en 12 mois contre lui.

«Euronews ne fait que montrer ce que les gens pensent dans le monde», s'est défendu le vice-président du Conseil de Surveillance de la chaîne Piotr Fiodorov, cité par l'agence Ria Novosti.

20 minutes avec AFP

Posté par Jocegaly à 00:12 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15/09/14

La Chine décide la fin des recherches sur le maïs et le riz OGM et interdit leurs cultures !

 Sur SANTE NUTRITION

La Chine décide la fin des recherches sur le maïs et le riz OGM et interdit leurs cultures !

13 septembre 2014

Le ministère chinois de l’Agriculture vient de faire volte face en décidant de ne pas continuer le programme de recherche sur le riz et le maïs OGM.

Certains écologistes disent les préoccupations du public concernant les cultures d’OGM ont joué un rôle clé dans la décision.

Le 17 Août, lorsque ces permis devaient être renouvelés, le ministère de l’Agriculture a décidé de ne pas les proroger.

En 2009, le comité de biosécurité du ministère avait délivré des autorisations pour développer le deux cultures, le riz et le maïs.

Développées par l’Université agricole de Huazhong, près de Wuhan, l’objectif était que les variétés OGM permettraient de réduire l’utilisation des pesticides de 80%, tandis que les rendements seraient augmentés de près de 8%, a déclaré Huang Jikun, responsable scientifique à l’Académie chinoise des sciences, a-t-il déclaré à Reuters en 2009 !

Il était aussi illégal de vendre du riz génétiquement modifié sur le marché libre en Chine.
Cependant, en Juillet, le riz OGM a été trouvé en vente dans un grand supermarché à Wuhan, qui est juste en face de la rizière Yangtze de l’Université agricole de Huazhong, où le produit a été développé, ce qui a provoqué un tollé général.

« Nous croyons qu’il y a des lacunes dans l’évaluation et le suivi de la recherche sur les OGM, ainsi que les préoccupations du public sur les questions de sécurité sont les raisons les plus importantes pour que les autorisations ne soient pas renouvelées, » Wang Jing, un officiel de Greenpeace basé à Pékin, a écrit dans un courriel à « Science-Insider ».

Cong Cao, qui est professeur agrégé à l’Université de Nottingham au Royaume-Uni, a été cinglante de la décision. Écrivant dans la revue « The Conversation », il dit que le mouvement « signale un coup majeur au combat pour établir les aliments OGM en Chine. »

Cao estime que cette décision n’est pas logique, ajoutant que « Le sentiment anti-occidental a été jugé plus convaincant que l’ensemble des études montrant le bien-fondé de l’agro-biotechnologie.  
Le soutien du gouvernement pour les aliments OGM est en baisse rapide, et il semble juste de dire que la possibilité de commercialiser le riz OGM, et avec elle la chance d’aider à résoudre certains des problèmes les plus urgents de la Chine, est tout sauf disparu »

La production de maïs OGM n’a pas eu autant de scepticisme, car il sert surtout à nourrir le bétail, selon Huang Jikun.

Néanmoins, comme le riz, il n’a pas non plus eu son autorisation renouvelée.

Le grand changement

Posté par Jocegaly à 19:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Terrorisme et EIIL- Pour Téhéran, l'objectif réel des Etats-Unis est de renverser le régime syrien...

 Sur 20 minutes

 

L'Iran juge illégitime la coalition contre l'Etat islamique

Créé le 15/09/2014 à 16h26 -- Mis à jour le 15/09/2014 à 16h27
Le guide suprême iranien Ali Khamenei le 4 juin 2014 à Téhéran

Le guide suprême iranien Ali Khamenei le 4 juin 2014 à Téhéran - Website du guide suprême

TERRORISME - Pour Téhéran, l'objectif réel des Etats-Unis est de renverser le régime syrien...

L'Iran a signifié lundi son refus de coopérer avec Washington pour combattre les jihadistes de l'Etat islamique (EI) car il juge illégitime une coalition internationale dont l'objectif réel reste selon Téhéran de renverser le régime syrien. La République islamique a tenu à afficher sa position le jour où se réunissaient à Paris une trentaine de pays pour une conférence internationale à laquelle Téhéran n'avait pas été convié, en dépit de son voisinage avec l'Irak.

L'Iran affirme ne pas avoir attendu cette mobilisation lancée par les Etats-Unis pour fournir une aide à Damas et Bagdad face à l'avancée des jihadistes. Dès les premiers jours de cette offensive en Irak, début juin, «les Etats-Unis via leur ambassadeur en Irak ont demandé une coopération contre Daesh (acronyme en arabe de l'EI, ndlr). Certains responsables n'étaient pas hostiles, mais j'ai refusé car les Américains ont les mains souillées et des intentions malsaines», a affirmé lundi le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei.

«Les Américains mentent lorsqu'ils disent avoir refusé la présence de l'Iran dans l'alliance car dès le début nous avions déclaré notre opposition à une telle présence», a-t-il expliqué. Le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Hossein Amir-Abdollahian, a de son côté critiqué le bien-fondé de cette «conférence-spectacle». Le secrétaire d'Etat américain John Kerry avait estimé que la présence de Téhéran à la conférence de Paris «ne serait pas adéquate», notamment en raison de son rôle en Syrie.

Les Etats-Unis cherchent «un prétexte» pour bombarder en Irak et en Syrie

Téhéran affirme fournir des conseils à l'armée régulière syrienne face aux «terroristes», terme qui désigne l'ensemble de la rébellion armée. Le département d'Etat a toutefois indiqué lundi que les Etats-Unis étaient ouverts à des «discussions diplomatiques» avec Téhéran mais qu'il n'y aura pas de coordination «militaire».

Le président américain Barack Obama a changé la donne mercredi dernier en annonçant l'extension de la campagne aérienne contre l'EI en Irak et en se disant prêt à frapper jusqu'en Syrie. Il s'est en outre engagé à renforcer l'aide militaire aux rebelles syriens modérés, qui luttent à la fois contre les jihadistes et le régime de Damas.

Selon l'ayatollah Khamenei, les Etats-Unis cherchent «un prétexte» pour bombarder en Irak et en Syrie «les endroits qu'ils veulent sans autorisation», en prenant l'exemple des frappes de drones américains sur les bases des talibans eu Pakistan. «L'alliance contre la Syrie» créée par les Etats-Unis «n'avait rien pu faire et ce sera pareil en Irak», a-t-il averti, en faisant référence à la conférence internationale des Amis de la Syrie réunie à partir de 2012 pour soutenir la rébellion.

«Il n'y pas de groupes rebelles modérés en Syrie»

Pour l'analyste iranien Amir Mohebian, Washington est en train de réunir une coalition hétéroclite et aux intérêts divergents de son but avoué, avec «la Turquie, qui accueille les dirigeants de Daesh dans ses hôpitaux, le Qatar qui les finance ou l'Arabie saoudite qui a aidé à leur création en Syrie». Les Américains «doivent choisir entre Assad et les terroristes car il n'y pas de groupes rebelles modérés en Syrie», estime-t-il.

Pour lutter contre l'EI, l'Iran prône le renforcement des «gouvernements irakien et syrien qui luttent de manière sérieuse contre le terrorisme», selon Hossein Amir-Abdollahian. Le chef de l'état-major des forces armées iraniennes, le général Hassan Firouzabadi, a aussi souligné «le rôle principal» que doivent jouer les forces régulières et les bataillons de volontaires, formés en Syrie de miliciens locaux et du Hezbollah libanais et en Irak des membres des milices chiites.

Mais les Etats-Unis refusent toute coordination avec Damas concernant d'éventuelles frappes aériennes en Syrie. Et le président français François Hollande a appelé lundi les participants à la conférence de Paris à soutenir «par tous les moyens» les forces de l'opposition démocratique en Syrie.

20 minutes avec AFP

Plus d'informations sur ce sujet en vidéo

 

Posté par Jocegaly à 17:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pourquoi Poutine a salué le Guide iranien?

FRENCH IRIB

 

dimanche, 14 septembre 2014 10:49

Pourquoi Poutine a salué le Guide iranien?

 

IRIB- La nature des positions irano-russes vis-à-vis des Etats-Unis
et les intérêts stratégiques et économiques que les deux pays partagent, laissent supposer l'émergence d'une alliance solide à venir. En effet, la profondeur du lien stratégique Téhéran/Moscou se manifeste, depuis quelque temps, à la moindre occasion. La convergence, de part et d'autre, sur de nombreux dossiers axiaux, encouragent les deux parties à multiplier rencontres, réunions, à nature politique, économique et militaire. "Al-Arabi Al-Jadid", un journal, qui paraît, à Londres, s'intéresse à cet aspect des relations Téhéran/Moscou, que la visite du Président Rohani, à Douchanbé, a bien mis en relief. "Les entretiens Rohani/Poutine et Zarif/Lavrov ont eu lieu, au seuil d'un nouveau tour des pourparlers nucléaires, le 18 septembre, à New York, fait qui n'est pas passé inaperçu, chezr les analystes, qui y ont vu, plutôt, une tentative de coordination Téhéran/Moscou, pour faire face à l'échéance à venir. Les Iraniens sont, désormais, sûrs que Moscou n'agira plus contre leurs intérêts  et n'ont pas honte de dire qu'ils vont droit vers une alliance avec la Russie. Depuis 2002, la Russie n'a cessé de jouer le rôle de médiateur, dans le dossier nucléaire. Cette médiation s'est avérée, parfois, opposée aux intérêts des Iraniens, comme, par exemple, en cette année 2011, où la Russie a voté un durcissement des sanctions contre l'Iran. Mais les choses ont évolué, depuis que la Russie, elle même, fait la dure expérience des sanctions illégitimes euro-américaines, les quelles visent, surtout, son secteur énergétique et celui des finances. La Russie a, toujours, cherché des solutions au nucléaire iranien : pays détenteur de la technologie nucléaire, elle est à même d'accomplir de vastes projets nucléaires, en Iran, en Inde et en Turquie. Ce sont là des projets qui constituent les socles de l'économie russe. Un accord atomique entre l'Iran et les grandes puissances équivaut, pour la Russie, à de méga-contrats, dans le secteur nucléaire iranien. La Russie peut, aussi, fournir les réacteurs iraniens en combustible. Mais même sans ce fameux accord nucléaire, la Russie et l'Iran se trouvent dans le même camp. La question syrienne et l'extension de Daesh ont, désormais, rapproché les deux Etats, qui semblent déterminés à donner un élan nouveau à leurs coopérations tous azimuts. Le militaire constitue l'un des aspects de cette coopération : l'Iran est le troisième partenaire militaire de la Russie. Certes, l'affaire pas encore réglée des S300 continue à envenimer le climat bilatéral, mais les Iraniens achètent, régulièrement, des missiles et d'autres armements russes, les perfectionnant et les optimisant, suivant leurs besoins. Des chars, des hélicoptères et des chasseurs russes ne sont pas, non plus, rares, dans l'arsenal iranien. Ceci est l'aspect purement national des relations Iran/Russie. Mais il existe un aspect international, qui met les deux Etats, dans un seul et même camp, ce, vis-à-vis des Etats Unis. La nature des relations de la Russie et de l'Iran avec la superpuissance américaine les poussent à se rapprocher, chaque jour davantage. Les faux pas de Washington, en Ukraine, les sanctions anti-russes, le durcissement des sanctions contre l'Iran, les tergiversations américaines, pour parvenir à un accord avec l'Iran, ont, tous, joué en faveur d'un rapprochement "stratégique" Moscou/Téhéran. L'affaire Daesh vient, encore, sceller davantage ce partenariat. Aussi bien la Russie que l'Iran voient, dans cette fameuse coalition US/OTAN contre la milice, une manoeuvre destinée à déstabiliser Assad, à étendre, par la suite, le virus terroriste aux portes de la Russie, au Caucase et en Asie centrale, tout comme aux portes de l'Iran. Les extrémistes takfiris du Caucase ont, entre autre, pour mission, celle de porter atteinte aux exportations gazières et pétrolières de la Russie, une Russie, qui avait pour ambition de coopérer avec l'Iran et la Syrie, pour exporter le pétrole de la Caspienne! Poutine cherche, à présent, à créer un front anti-américain, et il a besoin, pour ce faire, de l'Iran et de la Chine. La stratégie, très intelligente, a englobé, dès les années 90, toutes ces sensibilités : depuis cette époque, l'Iran n'a cessé de se rapprocher de la Russie, à chaque crise avec Washington. L'Iran et la Russie ont tenu tête aux projets américains, en Afghanistan, en  Irak et en Syrie. Cela veut dire que les liens irano-russes ont une orientation particulière : c'est un partenariat à caractère stratégique et économique, c'est ce qu'on appelle une "alliance par nécessité" !! A Dochanbé et lors de sa rencontre avec le président Rohani , Poutine a transmis ses voeux de bon rétablissement au Guide suprême. ces voeux retrouvent tout leur sens.

Posté par Jocegaly à 17:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Gaz : la Russie a lancé un premier avertissement

Sur les moutons enrages

Gaz : la Russie a lancé un premier avertissement

La Pologne, l’Autriche et la Slovaquie, trois pays qui s’étaient prêtés au jeu de l’inversion des flux gaziers en vue de fournir l’Ukraine, privée du gaz russe pour cause d’impayés, ont constaté une baisse des débits délivrés par la compagnie Gazprom. 20% de baisse en Pologne, ou encore près de 15% constatés en Autriche au mois de septembre. Un simple avertissement de la part de Moscou destiné à empêcher la redirection de surplus vers l’Ukraine, mais qui rappelle cruellement aux nervis de l’OTAN que la Russie dispose d’atouts imprenables dans sa manche et que l’hiver vient…

Après la Pologne, c’est l’Autriche et la Slovaquie qui ont rapporté avoir constaté des baisses de volumes des livraisons de gaz en provenance de la Russie. La semaine dernière, le monopole gazier polonais PGNiG avait indiqué que la compagnie russe Gazprom avait réduit de 20% les flux de gaz qu’elle lui a livrés le lundi, puis de 24% le mardi. En Autriche, l‘opérateur de l’énergie E-Control affirme que la fourniture de gaz a été réduite de 15% le 11 septembre ; en Slovaquie, les livraisons de gaz auraient aussi été réduites de 10%. Cependant, le fournisseur de gaz russe, Gazprom, n’a pas confirmé ces réductions, et on ne sait donc pas si elles sont motivées par des raisons techniques ou politiques.

 

Selon Bernhard Painz d’E-Control, il se pourrait que la Russie soit en train de remplir ses propres réserves de gaz, ce qui signifie qu’il y a moins de gaz disponible pour l’exportation. En outre, le fournisseur d’énergie autrichienne OMV a indiqué que ses partenaires russes leur avait fait part de leur intention de réduire le débit de gaz fourni.

Selon certains hommes politiques autrichiens et polonais, cependant, les motivations de Gazprom seraient politiques. Selon eux, le président russe Poutine a utilisé les livraisons de gaz vers les pays d’Europe centrale et orientale comme un moyen de pression. En particulier, les exportations de gaz russe à l’Ukraine ont été suspendues depuis le mois de juin en en raison du conflit régional avec les séparatistes pro-russes dans l’est du pays et d’une série de factures impayées.

Pour compenser le gaz qu’elle ne reçoit plus de la Russie, l’Ukraine a cherché à se fournir auprès de l’UE, et notamment au moyen de flux inversés, autrement dit, en se faisant livrer du gaz russe réexporté  par la Pologne, la Hongrie ou la Slovaquie. La compagnie de gaz russe Gazprom s’est déjà plainte de ces réexportations, qu’elle qualifie de « mécanisme semi-frauduleux », et la Russie avait déjà menacé de réduire les volumes de gaz fournis aux pays européens et de limiter les livraisons à leur consommation domestique pour les empêcher de réexporter le reliquat vers l’Ukraine.

Les Polonais ont d’ailleurs suspendu ces flux inversés vers l’Ukraine dès qu’ils ont constaté qu’ils recevaient moins de gaz que d’habitude.

La Commission Européenne a invité les ministres de l’énergie russe et ukrainien à Berlin pour qu’ils puissent dialoguer ensemble et régler ce différend la semaine prochaine à Berlin. Mais la Russie n’a pas encore accepté de participer à ces négociations.

Les analystes de Bank of America, Merrill Lynch et PricewaterhouseCoopers estiment que la Russie tente d’utiliser le gaz comme un atout dans les négociations avec l’Ukraine et l’UE. En outre, la Russie chercherait aussi à rappeler aux petits pays d’Europe orientale qui se trouvaient dans sa sphère d’influence au cours du siècle passé qu’elle peut encore poser une grave menace pour leur économie.

Krzysztof Bobinski, un analyste politique basé à Varsovie a expliqué à l’AFP que les Russes utilisent ces baisses de livraisons à titre d’avertissement vis-à-vis de l’UE :

Grosso modo, ils disent : +Il fait toujours bon, l’hiver n’est pas encore sur nous, mais n’oubliez pas que nous avons cette arme.+ »

Source : Express.be

Posté par Jocegaly à 15:38 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

Le vol MH17 de Malaysia Airlines rempli de cadavres plastines

MEDIAPART

Le vol MH17 de Malaysia Airlines rempli de cadavres plastines

Le vol MH17 de Malaysia Airlines rempli de cadavres plastinés ?

Le vol MH17 de Malaysia Airlines rempli de cadavres plastinés ?

 

© Photo: RIA Novosti/Andrey Stenin

Par La Voix de la Russie | Un rapport intermédiaire du Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité sur le crash du MH17 a été publié ce mardi 9 septembre à 10 heures, mais n'apporte rien sur les détails concernant les corps car c'est le document final qui devrait en faire cas. Comme l'explique Alain Benajam du comité France-Donbass pendant la conférence de presse donnée à Paris samedi 6 septembre « la Hollande est sous la domination américaine et rien ne sortira ! ».

Une secouriste ukrainienne arrivée sur le lieu du crash de l'avion de la Malaysia Airlines a apporté un témoignage inédit en expliquant que les corps sentaient la chimie de manière très forte à en brûler les yeux et que les cadavres n'étaient pas des Occidentaux mais surtout des Asiatiques et que la majorité des corps étaient sans vêtement (seuls 20 avaient des habits). Cette odeur de chimie à en brûler les yeux est ce phénomène qu'on ressent en approchant les corps de la plastination, la grosse usine de recyclage de cadavres basé en Allemagne dans la ville de Guben mais aussi en Chine à Dalian avec l'immense filiale de la société allemande. Au delà de Plastinarium, une autre société allemande, Tutogen, commande entre autres, comme le montre un livre de 2008 et un reportage de 2011, ses cadavres en Ukraine par Kiev pour alimenter le marché lucratif mondial en pièces détachées humaines qui passe par l'Allemagne en direction des Etats-Unis.

Dans les cadavres du crash du MH17, selon le témoignage de la secouriste, il n'y avait pas de sang, « les corps étaient comme s’ils avaient été vidés de leur sang » et ils ressemblaient à des mannequins. Berlin soutient Piotr Porochenko. La CDU a fondé le parti UDAR du maire de Kiev. Les autorités allemandes autorisent le recyclage de cadavres sur son territoire dans la fabrique de Guben et la construction cet automne à Berlin d'un musée de cadavres recyclés. En tenant compte du témoignage de la secouriste, est-ce que les cadavres de l'avion malaisien seraient des produits de la fabrique allemande et le résultat d'une mise en scène macabre sortie des bureaux berlinois et de Washington pour accuser la Russie ?

La plastination et Tutogen Medical GmbH. Le crash du vol MH17 n'a pas dévoilé tous ses secrets ce 9 septembre mais souligne l'horreur de la guerre en Ukraine et l'abominable commerce des corps au niveau industriel à des fins inavouées. Les deux sociétés Plastinarium et Tutogen sont allemandes. La plastination qui a son siège historique dans la ville de Heidelberg a mis en place un vaste programme de recyclage des cadavres à la chaîne où sous couvert de recherche scientifique, des millions de dollars sont réalisés en quelques semaines. Du grand public, la fabrique est connue pour transformer des cadavres en œuvres d'art et réaliser des expositions mondiales en Allemagne, au Royaume Uni, en Belgique, en Autriche, en Italie, aux Etats-Unis …, sauf en France où les autorités ont décidé à son premier essai en 2009 à Paris de l'interdire pour atteinte à la dignité humaine. Sur le site de Tutogen Medical GmbH on lit «Tutogen Medical, dont la maison mère est en Allemagne, est une filiale de RTI Biologics, Inc., une société née en février 2008 de la fusion de Tutogen Medical, Inc. et de Regeneration Technologies, Inc. La société est l'un des principaux fournisseurs au monde de greffons tissulaires stériles à des fins chirurgicales» et « en développant le procédé Tutoplast® dans les années 1970, la société a intégré dans un procédé unique tous les aspects importants associés à la conservation de tissus ». Courrier International a publié en novembre 2009 un article qui dénonce le trafic d'organes prélevés en Ukraine par Tutogen en évoquant la collaboration entre le ministère de la Santé ukrainien et Tutogen. Selon la journaliste allemande Martina Keller, auteur du livre « Ausgeschlachtet. Die menschliche Leiche als Rohstoff » (« Dépecé. Le corps humain comme matière première », publié en 2008), un seul corps, une fois découpé en plusieurs éléments et traité, peut rapporter jusqu’à 250 000 dollars. La télévision allemande a réalisé un reportage sur ce commerce en 2011 et explique que ce trafic continue et que le Land de Bavière n'a rien fait pour l'interdire car Tutogen se trouve à Neunkirchen, en Franconie. Sur le site de Plastinarium on lit que le lancement de la plastination à grande échelle a commencé en 1977. Nous ne pouvons pas encore établir un lien entre les deux sociétés allemandes ni affirmer une implication de leurs activités dans le vol MH17. En tout cas le trafic d'organes et de corps a eu lieu avant la crise en Ukraine, durant les tueries de Maïdan, et ont toujours lieu aujourd'hui en Ukraine, comme le révèle de nouveau la découverte de corps dépecés en Ukraine où des organes manquent. Ces industries de recyclage existent et possèdent les moyens techniques et financiers comme la matière première pour pouvoir participer à la réalisation de la mise en scène macabre du vol MH17. Comme une secouriste insiste sur la présence de formol à très forte dose et de corps en plastique, pourquoi ne pas envisager cette piste, surtout que l'Allemagne ne dit rien sur ces commerces qui ne sont qu'un immense trafic de corps humains et que le premier rapport hollandais ne parle pas de l'état des cadavres ?

Odeur de chimie et auréole verte. La télévision Anna News a publié le témoignage d'une femme secouriste qui commente les photos du crash du vol MH17. « Je suis arrivée 20 minutes après le crash. Les corps qui gisaient sur la route asphaltée étaient entourés d'une auréole humide. Ce n'était pas du sang. C'est peut être du gras ou un liquide, tout mais pas du sang. Et dans la nuit ces morceaux de corps émettaient une lumière phosphorescente verte. En plus ça sentait incroyablement fort et pas la décomposition comme les précédents témoignages le disent mais ça sentait un produit chimique. C'était impossible de rester à côté du plus gros débris de l'avion. Cela piquait les yeux. Cela sentait le formol, un produit employé pour la conservation des corps » - Dans la fabrique de Guben (Plastination), pour exemple, les ouvriers, souvent des chômeurs en fin de droit obligés par l'Arbeitsagentur d'y travailler sous la menace de perdre leurs allocations, mettent les cadavres dans des cuves et les dépècent. « Les cadavres n'étaient pas dispersés sur la scène de l'accident. La plupart des corps étaient réunis en un tas même si des corps ont été trouvés dans un rayon de 10 kilomètres. Sur le lieu du crash on a trouvé de nombreux oiseaux morts. Sur ces oiseaux on a trouvé du sang frais et sec. Mais parmi les cadavres nous n'avons pas trouvé une seule goutte de sang même dans le cas où les têtes étaient scindées en deux. Quand nous avons travaillé sur le site une femme reporter habituée à plusieurs scènes de crashs d'avion a expliqué que normalement il y a un océan de sang. Durant les premières 30 minutes où je me trouvais sur le lieu de la catastrophe je ne pouvais pas croire que ces corps étaient vrais. Ils étaient comme des mannequins d'un magasin ». En montrant une photo à la journaliste de Anna News, la secouriste dit, « Regardez ici ! Ce corps est totalement abîmé et on ne voit pas de sang ! », et quand la journaliste dit qu'il y avait donc une forte odeur de formol et de décomposition, la secouriste reprend, « non, pas de décomposition, de formol ». Montrant une autre photo la secouriste dit que les corps étaient « comme gonflés, comme en plastique, comme des corps en plastique de couleur jaune ». La secouriste parle de la présence de nombreux documents comme les passeports qui sont restés intacts avec beaucoup de papier et que rien n'a été brûlé. « Il y avait un grand nombre de valises avec des vêtements d'hiver alors que nous étions en été et toutes les photos des appareils photos ou des téléphones portables dataient de l'année 2013 », fait remarquer la secouriste. /N

http://french.ruvr.ru/2014_09_09/Le-vol-MH17-de-Malaysia-Airlines-rempli-de-cadavres-plastines-2630/

 

Posté par Jocegaly à 15:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

OGM - Spécial investigation

 Excellent documentaire. Une investigation très fouillée sur les OGM: mise en place, empoisonnement de  l'humain , conséquence sur les animaux producteurs de viande... qui sont exportés dans le monde...On y voit l'investigation sur place (Venezuela), dans les champs et villages  . On voit aussi les enfants nés après la diffusion des ces produits Monsanto... (bon courage...)

A noter que c'ests la France qui offre le plus de résistance aux OGM... MAIS .....je vous recommande vivement la partie qui commence à 54'38 il s'y trouve des agents d'influence: principalement l' ASSOCIATION DES PRODUCTEURS DE MAÏS.
  Quelques noms sont cités et quelques uns des personnages représentatifs, défenseurs des OGM,  abordés et  interviewés...

N'hésitez pas à diffuser, le plus largement possible...
Jocegaly

 

 https://www.youtube.com/watch?v=-0ODUxkRDqg#t=234

Posté par Jocegaly à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Loi anti-terrorisme : réunion d'urgence ce vendredi soir par la Quadrature du Net

Sur NUMERAMA

 

Publié par Guillaume Champeau, le Vendredi 05 Septembre 2014
Loi anti-terrorisme : réunion d'urgence ce vendredi soir par la Quadrature du Net

La Quadrature du Net organise ce vendredi en fin d'après-midi une soirée d'information dans les locaux de Mozilla à Paris, pour mettre en alerte sur le contenu de la loi anti-terrorisme que doit présenter Bernard Cazeneuve.

Le 17 septembre prochain, le ministre de l'intérieur Bernard Cazeneuve doit présenter à l'Assemblée Nationale son projet de loi de lutte contre le terrorisme, qui éloignera un peu plus le curseur de la "liberté" pour le rapprocher de la "sécurité". Le texte prévoit notamment de durcir les lois sur la presse, ou d'instaurer un blocage de sites internet sur ordre de l'Etat, sans possibilité pour des tiers de savoir quels sont les sites bloqués, et donc sans possibilité de s'y opposer en justice, ni en amont, ni en aval. 

Le Gouvernement a choisi de présenter le texte sous le régime de la procédure accélérée, ce qui veut dire que les députés et les sénateurs ne pourront en débattre et l'amender qu'une seule fois pour chaque chambre, sans possibilité d'allers-retours. C'est donc avec la conscience de l'urgence de mobiliser les citoyens pour qu'ils mobilisent à leur tour leurs élus que La Quadrature du Net a décidé d'organiser ce vendredi soir à Paris une réunion dans les locaux de Mozilla, au 16bis boulevard Montmartre (de 17h à 19h).

L'association lance par ailleurs un site internet, Présumés Terroristes, qui explique en détails les enjeux du texte pour les libertés individuelles (y compris hors Internet), et va jusqu'à remettre en cause la proportionnalité du dispositif par rapport à la réalité de la menace et du risque terroriste, qui reste statistiquement très faible

"La loi est l'affaire de tous. Le gouvernement a choisi une procédure d'urgence, à cheval sur l'été, pour faire adopter un projet de loi portant atteinte aux libertés fondamentales et inefficace pour la lutte contre le terrorisme. Il est du devoir des élus de la nation et des citoyens de se mobiliser pour défendre les libertés de tous, et nous appelons chacun à prendre ses responsabilités devant ce projet de loi", exhorte Adrienne Charmet, coordinatrice des campagnes de La Quadrature du Net.

Posté par Jocegaly à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Loi anti-terrorisme : ce que dit le texte sur le blocage des sites web

Sur NUMERAMA

 

Publié par Guillaume Champeau, le Jeudi 10 Juillet 2014
Loi anti-terrorisme : ce que dit le texte sur le blocage des sites web

Le projet de loi anti-terroriste de Bernard Cazeneuve confie à l'administration le soin d'établir une liste "d'adresses électroniques" de sites que les FAI auront ordre de bloquer "sans délai". Un juge n'interviendra que pour vérifier le processus d'établissement de la liste, pas la liste elle-même.

Les services de l'Assemblée Nationale ont publié ce jeudi l'intégralité du projet de loi "renforçant les dispositions relatives à la lutte contre le terrorisme", dans lequel figure le dispositif de blocage administratif des sites de propagande terroriste, dont nous expliquions hier en quoi il est anti-démocratique. Nous savons donc désormais très précisément ce qu'il prévoit.

Ainsi, le texte crée un nouvel article 421-2-5 du code pénal, qui punit "le fait, publiquement, par quelque moyen que ce soit, de provoquer directement à des actes de terrorisme ou de faire l’apologie de ces actes". Lorsque c'est fait sur Internet, la peine est plus lourde, passant de 5 à 7 ans de prison.

L'article 9 du projet de loi modifie par ailleurs le très fondamental article 6 de la loi pour confiance dans l'économie numérique (LCEN), pour dire que les FAI et les hébergeurs doivent "concourir à la lutte contre la diffusion" des contenus incitant au terrorisme ou faisant son apologie, et qu'ils doivent donc : 

  • mettre en place un dispositif facilement accessible et visible permettant à toute personne de porter à leur connaissance ce type de données ;
  • informer promptement les autorités publiques compétentes de toutes activités [d'incitation ou apologie du terrorisme] qui leur seraient signalées et qu'exerceraient les destinataires de leurs services ;
  • rendre publics les moyens qu'elles consacrent à la lutte contre ces activités illicites.

Surtout, le projet de loi dispose que "lorsque les nécessités de la lutte contre la provocation à des actes terroristes ou l’apologie de tels actes (...) le justifient", ce qui est de l'interprétation souveraine de l'Etat, "l’autorité administrative notifie aux (FAI) les adresses électroniques des services de communication au public en ligne contrevenant aux dispositions de cet article, auxquelles ces personnes doivent empêcher l’accès sans délai".

Un magistrat pour contrôler la forme, pas le fond

En guise de seule garantie (très maigre), il laisse à un décret du gouvernement le soin de définir les modalités "selon lesquelles un magistrat de l’ordre judiciaire, désigné par le ministre de la justice, s’assure de la régularité des conditions d’établissement, de mise à jour, de communication et d’utilisation de la liste des adresses électroniques des services de communication au public en ligne concernés". 

Pour être clair, le magistrat n'aura aucun contrôle sur la liste elle-même, pour vérifier par exemple que des sites qui ne sont pas qualifiables de sites terroristes n'y sont pas intégrés. Il aura simplement un contrôle de la méthode employée, ce qui est loin d'être une garantie suffisante pour assurer le respect de la liberté de communication et d'expression à ceux qui seront simplement soupçonnés de sympathie à l'égard de mouvements terroristes.

Enfin, si jamais l'Etat n'était pas assez généreux dans sa liste, le projet de loi anti-terroriste de Bernard Cazeneuve donne la possibilité à "toute personne physique ou morale ayant intérêt à agir" de demander en référé "l'arrêt d'un service de communication au public en ligne", c'est-à-dire d'un site internet faisant apologie du terrorisme.

(illustration : CC @axeman3D)

Posté par Jocegaly à 14:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

SANCTIONS - Les six pays de l’Union Européenne les plus affectés par les sanctions de la Russie

Sur NEWS360X

 

Les six pays de l’Union Européenne les plus affectés par les sanctions de la Russie

août 14th, 2014 | by Mickael - Fondateur de News360x
Les six pays de l’Union Européenne les plus affectés par les sanctions de la Russie
Europe
5

Selon les estimations,  l’Union Européenne perdra 12 000 millions d’euros suite à la décision de la Russie de ne pas importer leurs produits alimentaires. Quels pays seront les plus touchés par les sanctions russes ?

Selon les informations de la Commission Européenne, la valeur des exportations européennes vers le marché russe en 2013 correspondant aux produits agricoles et aux denrées alimentaires atteint les 5 252 millions d’euros.

Jusqu’à aujourd’hui la Russie achetait 30% des exportations de fruits et 20% des exportations de légumes en provenance de l’Union Européenne.

Quels seront les six pays de la communauté Européenne les plus affectés par la mesure prise, combien de millions d’euros seront perdus et quels produits étaient le plus importés  par la Russie.

 

Lituanie

Selon l’agence Europa Press, qui cite les informations de la Commission Européenne, la Lituanie sera la nation la plus affectée par l’embargo et perdra 927 millions d’euros.

La Russie importe le fromage, le fromage blanc, la viande, le fourrage, les boissons, les pommes de terre, les haricots en conserve, le poisson et le porc de Lituanie.

Pologne

Pour ce pays européen, la Russie est une des plus gros acheteurs de fruits et de légumes. Le secteur agricole polonais dépend en grande partie de la production de la pomme. Les pertes de la Pologne pourraient s’élever à 841 millions d’euros.
Le ministre polonais de l’Agriculture, Marek Sawicki, a déjà annoncé qu’il demandera de l’aide financière à l’Union Européenne pour compenser les pertes des agriculteurs « pour les coûts de production ».

Allemagne

L’Allemagne est le principal partenaire européen de la Russie et elle perdra environ 595 millions d’euros. En plus d’exporter la technologie, les machines, les véhicules et les biens de consommation, la Russie importe la viande et les produits laitiers.

Pays Bas

La Russie importe les produits laitiers, les œufs, les céréales et les animaux vivants des Pays Bas, qui perdront avec ces sanctions 528 millions d’euros.

Danemark

Il est estimé que le Danemark perdrait à peu près 377 millions d’euros. Ce pays exporte en Russie les produits laitiers, les œufs, le miel, la viande, le poisson et les fruits de mer.

Espagne

Les pertes pour l’Espagne pourraient atteindre 338 millions d’euros. L’année passée, l’Espagne a exporté en Russie les produits agricoles et alimentaires, dont le poisson, qui sont à présent assujettis à l’embargo Russe, selon les informations facilitées aujourd’hui par Bruxelles.

Les principaux produits importés d’Espagne sont les fruits, la viande congelée, les olives et l’huile d’olive.

A partir de lundi prochain, la Commission Européenne créera un groupe d’experts pour « analyser l’impact potentiel des mesures prises par la Russie », assure le porte-parole de l’Agriculture de l’exécutif de l’UE, Roger Waite.

« Il existe plusieurs options dans la Politique Agricole Commune de l’Union Européenne qui permettraient de compenser les pertes des pays producteurs européens affectés, mais il est trop tôt pour traiter de ce sujet en détail » ajouta-t-il.

Source: RT

Traduction Marie M (News360x)


Posté par Jocegaly à 12:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

NOS : Flagrant délit de propagande anti-Poutine

Sur RESEAUINTERNATIONAL

 

NOS : Flagrant délit de propagande anti-Poutine

NOS : Flagrant délit de propagande anti-Poutine

La chaîne hollandaise « NOS » vient d’être prise en flagrant délit de manipulation et de propagande anti-Poutine. Le 8 septembre dernier, les images de cette chaîne montraient un «  » de la BBC tentant d’intercepter le président pour s’exprimer sur les milliers de en , mais sans succès. Malheureusement pour ces menteurs, il y avait aussi la caméra de la chaîne russe  » qui filmait l’. Les images sont tout autres puisque le président russe s’est bel et bien arrêté afin de parler à ce « journaliste ».

Nous nous indignons à nouveau de ce type de manipulations et mensonges flagrants et honteux qui ne feront toujours pas ouvrir les yeux aux millions de citoyens qui s’abrutissent encore devant le JT de 20 heures…

Source : http://www.cercledesvolontaires.fr/2014/09/10/flagrant-delit-propagande-anti-poutine/

Posté par Jocegaly à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Pourquoi Poutine a salué le Guide iranien?

Sur FRANCH IRIB

 

dimanche, 14 septembre 2014 10:49

Pourquoi Poutine a salué le Guide iranien?

 

IRIB- La nature des positions irano-russes vis-à-vis des Etats-Unis
et les intérêts stratégiques et économiques que les deux pays partagent, laissent supposer l'émergence d'une alliance solide à venir. En effet, la profondeur du lien stratégique Téhéran/Moscou se manifeste, depuis quelque temps, à la moindre occasion. La convergence, de part et d'autre, sur de nombreux dossiers axiaux, encouragent les deux parties à multiplier rencontres, réunions, à nature politique, économique et militaire. "Al-Arabi Al-Jadid", un journal, qui paraît, à Londres, s'intéresse à cet aspect des relations Téhéran/Moscou, que la visite du Président Rohani, à Douchanbé, a bien mis en relief. "Les entretiens Rohani/Poutine et Zarif/Lavrov ont eu lieu, au seuil d'un nouveau tour des pourparlers nucléaires, le 18 septembre, à New York, fait qui n'est pas passé inaperçu, chezr les analystes, qui y ont vu, plutôt, une tentative de coordination Téhéran/Moscou, pour faire face à l'échéance à venir. Les Iraniens sont, désormais, sûrs que Moscou n'agira plus contre leurs intérêts  et n'ont pas honte de dire qu'ils vont droit vers une alliance avec la Russie. Depuis 2002, la Russie n'a cessé de jouer le rôle de médiateur, dans le dossier nucléaire. Cette médiation s'est avérée, parfois, opposée aux intérêts des Iraniens, comme, par exemple, en cette année 2011, où la Russie a voté un durcissement des sanctions contre l'Iran. Mais les choses ont évolué, depuis que la Russie, elle même, fait la dure expérience des sanctions illégitimes euro-américaines, les quelles visent, surtout, son secteur énergétique et celui des finances. La Russie a, toujours, cherché des solutions au nucléaire iranien : pays détenteur de la technologie nucléaire, elle est à même d'accomplir de vastes projets nucléaires, en Iran, en Inde et en Turquie. Ce sont là des projets qui constituent les socles de l'économie russe. Un accord atomique entre l'Iran et les grandes puissances équivaut, pour la Russie, à de méga-contrats, dans le secteur nucléaire iranien. La Russie peut, aussi, fournir les réacteurs iraniens en combustible. Mais même sans ce fameux accord nucléaire, la Russie et l'Iran se trouvent dans le même camp. La question syrienne et l'extension de Daesh ont, désormais, rapproché les deux Etats, qui semblent déterminés à donner un élan nouveau à leurs coopérations tous azimuts. Le militaire constitue l'un des aspects de cette coopération : l'Iran est le troisième partenaire militaire de la Russie. Certes, l'affaire pas encore réglée des S300 continue à envenimer le climat bilatéral, mais les Iraniens achètent, régulièrement, des missiles et d'autres armements russes, les perfectionnant et les optimisant, suivant leurs besoins. Des chars, des hélicoptères et des chasseurs russes ne sont pas, non plus, rares, dans l'arsenal iranien. Ceci est l'aspect purement national des relations Iran/Russie. Mais il existe un aspect international, qui met les deux Etats, dans un seul et même camp, ce, vis-à-vis des Etats Unis. La nature des relations de la Russie et de l'Iran avec la superpuissance américaine les poussent à se rapprocher, chaque jour davantage. Les faux pas de Washington, en Ukraine, les sanctions anti-russes, le durcissement des sanctions contre l'Iran, les tergiversations américaines, pour parvenir à un accord avec l'Iran, ont, tous, joué en faveur d'un rapprochement "stratégique" Moscou/Téhéran. L'affaire Daesh vient, encore, sceller davantage ce partenariat. Aussi bien la Russie que l'Iran voient, dans cette fameuse coalition US/OTAN contre la milice, une manoeuvre destinée à déstabiliser Assad, à étendre, par la suite, le virus terroriste aux portes de la Russie, au Caucase et en Asie centrale, tout comme aux portes de l'Iran. Les extrémistes takfiris du Caucase ont, entre autre, pour mission, celle de porter atteinte aux exportations gazières et pétrolières de la Russie, une Russie, qui avait pour ambition de coopérer avec l'Iran et la Syrie, pour exporter le pétrole de la Caspienne! Poutine cherche, à présent, à créer un front anti-américain, et il a besoin, pour ce faire, de l'Iran et de la Chine. La stratégie, très intelligente, a englobé, dès les années 90, toutes ces sensibilités : depuis cette époque, l'Iran n'a cessé de se rapprocher de la Russie, à chaque crise avec Washington. L'Iran et la Russie ont tenu tête aux projets américains, en Afghanistan, en  Irak et en Syrie. Cela veut dire que les liens irano-russes ont une orientation particulière : c'est un partenariat à caractère stratégique et économique, c'est ce qu'on appelle une "alliance par nécessité" !! A Dochanbé et lors de sa rencontre avec le président Rohani , Poutine a transmis ses voeux de bon rétablissement au Guide suprême. ces voeux retrouvent tout leur sens.

Posté par Jocegaly à 00:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Qu’est-ce qui a tant effrayé l’USS Donald Cook en Mer Noire ?

STRATEGIKA51

Le Département d’État a reconnu que l’équipage du destroyer USS Donald Cook est gravement démoralisé depuis qu’il a été survolé en Mer Noire par un chasseur-bombardier russe Sukhoï-24 (Su-24) qui ne portait ni bombes ni missiles mais uniquement un dispositif de guerre électronique.

Le 10 avril 2014, le destroyer USS Donald Cook arrivait en Mer Noire et le 12 avril un chasseur-bombardier russe Su-24 survolait ce vaisseau au cours de l’incident qui, d’après plusieurs medias, aurait totalement démoralisé l’équipage du navire US, à tel point que le Pentagone a émis une protestation [1].

L’USS Donald Cook (DDG-75) est un destroyer lanceur de missiles de quatrième génération dont l’arme fondamentale sont les missiles de croisière Tomahawk, ayant une portée maximale de 2 500 kilomètres et étant capables de porter des ogives nucléaires. Dans le cadre d’une mission de routine, l’USS Donald Cook est porteur de 56 Tomahawk mais en configuration d’attaque il est muni de 96 de ces missiles de croisière.

Ce destroyer US est équipé du système de combat de dernière génération Aegis. Il s’agit d’un système intégré capable de relier entre eux les moyens de défense antimissile de tous les navires où il est embarqué créant ainsi un grand réseau qui garantirait la détection, la poursuite et la destruction de centaines de cibles en même temps. L’USS Donald Cook est muni aussi de 4 énormes radars, dont la puissance est comparable à celle de plusieurs stations. Pour assurer sa protection, il est porteur en plus d’une cinquantaine de missiles antiaériens de divers types.

Or, le Su-24 russe qui survola l’USS Donald Cook ne portait ni bombes ni missiles mais uniquement un nacelle, installée sous son fuselage, qui, selon la publication russe Rossíyskaya Gazeta [2], contenait un dispositif russe de guerre électronique dénommé Jibiny.

Quand l’avion russe a entamé la phase d’approche, ce dispositif de guerre électronique aurait inutilisé tous les radars, circuits de contrôle, systèmes de transmission d’information, etc. embarqués à bord du destroyer US. Autrement dit, le tout-puissant système Aegis, aujourd’hui incorporé – ou en phase d’installation – aux systèmes embarqués de défense des navires les plus modernes de la OTAN, a été tout simplement déconnecté comme un poste de télé qu’on éteint avec une télécommande.

Le Su-24 russe a ensuite simulé une attaque au missile contre l’USS Donald Cook, déjà rendu littéralement sourd et aveugle. Comme s’il réalisait un exercice d’entraînement, l’appareil russe – non armé – a répété la même manœuvre d’attaque au missile à 12 reprises avant de s’éloigner du destroyer US de quatrième génération.

Après cela, l’USS Donald Cook a tout de suite mis le cap sur un port en Roumanie.

Depuis cet incident, qui reste soigneusement occulté par la presse atlantiste malgré le foisonnement de commentaires parmi les spécialistes du secteur de la défense, le navire US n’a plus approché les eaux territoriales russes.

Selon quelques media spécialisés, 27 marins de l’USS Donald Cook auraient demandé à être relevés du service actif.

Le directeur du centre de recherches sur la guerre électronique et d’évaluation des moyens dits de « réduction de la visibilité » de l’Académie de l’aviation militaire russe, Vladimir Balybine, a émis le commentaire suivant :

« Plus un système radio-électronique est complexe, plus simple il devient d’interrompre son fonctionnement par l’utilisation de moyens de guerre électronique. »

 

Voltairenet

Notes:

[1] Pentagon Protests Russian Jet Buzzing Antimissile Ship in Black Sea, Global Security Newswire, 15 avril 2014.

[2] Rossíyskaya Gazeta, édition du 30 avril 2014.

Posté par Jocegaly à 00:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

14/09/14

L’Occident pourrait utiliser l'EIIL comme prétexte pour bombarder les forces armées de Bachar el Assad

 Sur LE GRAND SOIR

 

Lavrov : L’Occident pourrait utiliser l’Etat islamique comme prétexte pour bombarder les forces armées de Bachar al-Assad en Syrie (Russia Today)

D’après le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, si l’Occident bombarde les miliciens de l’État islamique en Syrie sans consulter Damas, l’alliance atlantiste pourrait profiter de l’occasion pour lancer des frappes aériennes contre les forces du président Bachar Al-Assad.

"Il y a des raisons de soupçonner que les frappes aériennes sur le territoire syrien puissent cibler non seulement les zones contrôlées par les militants de l’Etat islamique, mais aussi les troupes gouvernementales qui pourraient également être attaquées pour affaiblir les positions de l’armée de Bachar al-Assad", a déclaré M. Lavrov mardi.

Selon les déclarations de Lavrov lors d’une conférence de presse à Moscou, après une réunion avec le ministre des Affaires étrangères du Mali, une telle évolution conduirait à une énorme escalade du conflit au Moyen-Orient et en Afrique du Nord,

Moscou exhorte l’Occident à respecter le droit international et à entreprendre de tels actes uniquement avec l’approbation du gouvernement légitime d’un Etat, a déclaré M. Lavrov.

Les commentaires de Lavrov ont été prononcés peu de temps après que Washington, Paris et Londres aient annoncé leur intention de passer à l’offensive contre le groupe djihadiste de l’Etat islamique. Selon l’AP, l’armée US a déjà lancé plus de 100 frappes aériennes contre des cibles de miliciens en Irak, y compris une nouvelle série qui a fait un nombre de morts inhabituellement élevés parmi les combattants de l’Etat islamique.

L’armée états-unienne a lancé des frappes aériennes près de Haditha, un barrage de l’Irak.

Après la décapitation de deux journalistes états-uniens, le président Barack Obama envisage une frappe militaire contre l’État islamique en Syrie. Les plans devraient être annoncés dans un discours mercredi.

Moscou a exprimé à maintes reprises sa volonté de coopérer avec Washington dans la lutte contre le terrorisme, a déclaré M. Lavrov. Le secrétaire d’État John Kerry, en réponse, a proposé que les États-Unis, la Russie et les pays de la région coopèrent pour travailler sur "un équilibre des intérêts afin qu’ils puissent éliminer la menace terroriste", a-t-il ajouté.

"Toutefois, rien a été déterminé au-delà de ces mots", a déclaré M. Lavrov.

La Russie a longtemps mis en garde ses partenaires occidentaux sur la menace posée par l’Etat islamique, Al-Qaïda et d’autres groupes qui ont fusionné plus tard avec le Front islamique, a déclaré M. Lavrov.

"Nous avons suggéré à plusieurs reprises aux États-Unis, l’UE et les principaux Etats européens de réaliser l’ampleur de cette menace. Nous avons demandé à l’ONU de condamner résolument les attaques terroristes organisées par les islamistes en Syrie. Mais on nous a dit que c’était la politique de Bachar al-Assad qui a donné naissance au terrorisme, et que dénoncer ces actes n’était possible que si Bachar al-Assad démissionnait ", a déclaré M. Lavrov.

De l’avis de Moscou, cela représente "un double discours" et une tentative de justifier le terrorisme.

Jusqu’au conflit syrien, la Russie et l’Occident avaient été unanimes pour déclarer que le terrorisme ne pouvait être justifié "quel qu’en soit le motif" selon M. Lavrov. Mais dans le cas de la Syrie, l’Occident, avait une "position différente, un double visage." Ce n’est que lorsque le terrorisme qui a pris naissance en Libye et s’est propagé au Liban et en Irak que les pays occidentaux ont réalisé qu’il était temps de régler ce problème, a déclaré Lavrov.

"Ayant admis cette menace terroriste avec un retard énorme, les partenaires occidentaux pour une raison quelconque pensent que cette menace doit être éliminée sur le territoire de l’Irak, tandis que sur le territoire de la Syrie, il pourrait être laissé à l’examen de ceux qui mènent l’opération," a déclaré M. Lavrov .

Référence :
Russia Today Lavrov : West may use ISIS as pretext to bomb Syrian govt forces

»» http://Le-Blog-Sam-La-Touch.over-blog.com
URL de cet article 26924
http://www.legrandsoir.info/lavrov-l-occident-pourrait-utiliser-l-etat-islamique-comme-pretexte-pour-bombarder-les-forces-armees-de-bachar-al-assad-en.html
Sur le même sujet : Le plan d’Obama pour attaquer la Syrie, sous couvert de la lutte contre l’EIIL

Posté par Jocegaly à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Moscou: Washington veut "couper les liens économiques" entre l'UE et la Russie

Sur LA CROIX

Moscou: Washington veut "couper les liens économiques" entre l'UE et la Russie

13/9/14 - 13 H 07 - Mis à jour le 13/9/14 - 17 H 00


Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 25 août 2014 à Moscou

AFP/Archives

Le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, le 25 août 2014 à Moscou

Avec cet article

Le ministre russe des Affaires étrangères a accusé les Etats-Unis de vouloir "couper les liens économiques" entre Moscou et l'Union européenne, samedi, au lendemain de l'entrée en vigueur de nouvelles sanctions de l'UE contre la Russie en raison de son implication présumée dans le conflit en Ukraine.

"L'Amérique veut profiter de la situation actuelle pour couper les liens économiques entre l'Europe et la Russie", notamment pour imposer à l'UE ses livraisons de gaz dont les prix sont nettement supérieurs à ceux du gaz russe, a affirmé Sergueï Lavrov, cité dans un communiqué de la diplomatie russe, dans un entretien à la chaîne de télévision russe TV Centre.

Washington souhaite "s'assurer les conditions les plus favorables dans le cadre des négociations sur la création d'un partenariat transatlantique commercial et d'investissement", a-t-il estimé.

Ainsi, les Etats-Unis "tentent d'imposer à l'Europe les livraisons du gaz liquéfié américain à des prix qui ne peuvent pas être concurrentiels par rapport aux prix du gaz russe", a précisé le ministre.

Il a par ailleurs accusé l'UE d'être "prête à sacrifier son économie à la politique", en soulignant que Bruxelles avait décidé de préparer une nouvelle série de sanctions contre la Russie le 5 septembre, le jour où un accord sur le cessez-le-feu en Ukraine avait été signé à Minsk, "avant tout grâce à une initiative du président russe, Vladimir Poutine".

Mais "je suis sûr que cela va passer. Des voix raisonnables se font déjà entendre au sein de l'UE. Nous ne pensons absolument pas que cet éloignement puisse devenir stratégique" pour Moscou et Bruxelles, a indiqué M. Lavrov.

"La Russie est intéressée à ce que notre partenariat stratégique avec l'Union européenne se renforce et se développe", a-t-il souligné.

Posté par Jocegaly à 13:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"L’Iran n’envisage pas de participer à la réunion "spectacle" de Paris" (Amir-Abdollahian)

Sur FRENCH IRIB

samedi, 13 septembre 2014 17:23

"L’Iran n’envisage pas de participer à la réunion "spectacle" de Paris" (Amir-Abdollahian)

IRIB- Le vice-ministre  iranien des Affaires  étrangères, chargé du département arabo-africain, a déclaré que l’Iran n’envisageait pas de participer  à la réunion "spectacle"  et sélective de Paris, sur la lutte contre le terrorisme.

Hossein Amir-Abdollahian a déclaré, ce samedi, que l’Iran était le premier pays à avoir volé au secours de  l’Irak, dans la lutte contre le terrorisme, avant d’ajouter que  l’Iran prend en considération une lutte  réelle et  non sélective contre le terrorisme, dans la région et dans le monde entier. Amir-Abdollahian a précisé que Téhéran continuera à soutenir l’Irak et à la Syrie, dans leur lutte contre le terrorisme.         

Posté par Jocegaly à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Corruption des ONG de défense des droits de l’Homme et diabolisation de Poutine…

Nous avons traduit ici le dernier article en date du Dr. Paul Craig Roberts, qui nous livre une analyse pertinente sur la diabolisation orchestrée de la Russie, redevenue némésis de l’empire anglo-amérikain. Roberts se demande si les soi-disantes  ONG comme Amnesty International sont dupes ou jouent le jeu de la propagande de l’empire… Nous référons donc Roberts et nos lecteurs à l’article parallèle de Tony Cartalucci que nous avons publié hier…

Clair comme de l’eau de roche, n’est-il pas ?…

D’autre part, son analyse du soi-disant bipartisme amérikain sévissant au pays du goulag levant est des plus acerbe et clairvoyante. Roberts, ex-républicain (repenti) au service de l’oligarchie (sous Reagan), est devenu un des plus virulent détracteurs du système en place. Comme quoi, il n’est jamais trop tard… Nous ne partageons pas ses idées politiques, mais dans le contexte actuel, on ne peut se lasser de le lire !…

– Résistance 71 –

 

par Paul Craig Roberts

 

August 31, 2012

 

url de l’article original:

http://www.informationclearinghouse.info/article32326.htm

et

http://www.paulcraigroberts.org/2012/08/30/putin-is-demonized-while-democracy-fails-in-amerika-paul-craig-roberts/

 

~ Traduit de l’anglais par Résistance 71 ~

 

Le dernier “groupe défenseur des droits de l’Homme” en date à sauter sur le président russe Poutine au sujet de Pussy Riot est RootsAction. Suivant la ligne propagandiste définie par Washington, RootsAction demande de l’argent des signataires de pétitions disant que les trois femmes ont été comdamnées à deux années d’emprisonnement pour le “crime” d’avoir chanté une chanson anti-Poutine dans une église.” Cette déclaration est une mauvaise représentation flagrante du délit pour lequel les jeunes femmes ont été mises en jugement et condanmées. J’ai déjà exprimé ma sympathie pour ces femmes condamnées et en tant que membre d’Amnesty International et de L’American Civil Liberties Union (ACLU), je soutiens le respect des droits de l’Homme. Mais je ne soutiens pas l’utilisation des organisations pour la défense des droits de l’Homme au profit de l’agenda de Washington et de sa propagande. Si Poutine ou quelqu’autre officiel a le pouvoir de commuer la sentence, j’espère qu’il le fera. Mais je ne pense pas que la campagne occidentale planifiée contre Poutine encourage à ce résultat.

Il y a deux fois plus de Russes qui soutiennent la sentence que ceux qui l’opposent. Si la sentence est commuée en réponse à la campagne occidentale de propagande anti-Poutine, les nationalistes russes vont dépeindre Poutine comme étant un leader faible incapable de tenir tête à l’intimidation de l’occident. Plus il y aura de dissentions internes en Russie, et plus ce sera facile pour Washington de marginaliser le pays et de le balayer hors de son chemin pour renverser le gouvernement syrien et iranien au moyen de violence brutale violant bien sûr les droits de l’Homme, tout comme Washington l’a appliqué à l’Irak auparavant, à l’Afghanistan et à la Libye . Le ministère des affaires étrangères américain, l’UE et les groupes défenseurs des droits de l’Homme sont suffisamment politiquement malin pour le savoir. Et pourtant, la propagande continue. Comme Poutine a dit: “Nous savons ce que le camarade loup veut”. Mais qu’en est-il des organisations de défense des droits de l’Homme ? A quoi jouent-elles ? Ont-elles été incorporées à la machine propagandiste de Washington comme les médias occidentaux l’ont été ?ou bien se lâchent-elles sur l’affaire Pussy Riot comme moyen de lever des fonds pour elles-mêmes ? Les organisations charitables ont-elles besoin d’argent, parce que la compassion pour les autres n’est pas une denrée abondante ? Pussy Riot est une opportunité de faire du fric et de lever des fonds.

Si le gouvernement russe succombe à la propagande, cela donnera une opportunité aux organisations pour les droits de l’Homme de faire mousser leur influence. En d’autres termes, les organisations pour les droits de l’Homme ont des raisons indépendantes pour s’aligner sur l’agenda de Washington. Leur alignement ne veut pas forcément dire qu’elles sont des outils  conscients de Washington. Vous pouvez parier vos derniers dollars sur le fait que Washington, qui balaie d’un revers de la main comme étant des “dégâts collatéraux” les centaines de milliers de femmes, d’enfants et d’anciens de villages assassinés par Washington dans ses guerres contre l’Afghanistan, l’Irak, la Libye, la Somalie, le Yémen, le Pakistan, la Syrie, ne se sent pas du tout concernée par le sort des trois femmes de Pussy Riot condamnées à deux ans de prison.

Washington a gardé en prison le héros américain Bradley Manning pendant deux ans sans procès. Washington s’arroge le pouvoir strictement prohibé par la constitution des Etats-Unis, ce “vulgaire bout de papier”, pour maintenir les citoyens américains indéfiniment en prison sans procédure légale et les faire assassiner sur la simple suspicion et sans procédure judiciaire. Y a t’il une personne saine de corps et d’esprit pour croire qu’un tel gouvernement soit un tant soit peu concerné par une condamnation de deux ans de prisons pour des femmes russes ? La pressetituée occidentale est silencieuse concernant l’effondrement des Etats-Unis dans la tyrannie. Mais, sur un claquement de doigts de Washington, les médias occidentaux font du tintamarre sur le triste sort de Pussy Riot. Par exemple ceci du Royaume-Uni et de The Week with First Post: “Au-delà de Pussy Riot, la mort lente de la liberté dans la Russie de Poutine”. Louisa Loveluck introduit de la sorte son reportage: “Le dédain pour la liberté d’expression du gouvernement russe a fait les manchettes des journaux récemment, merci au procès et à l’emprisonnement subséquent des trois membres du groupe punk Pussy Riot. Mais la persécution de ces trois femmes n’est que la partie émergée de l’iceberg de la répression des libertés humaines dans la Russie du président Poutine.” Est-ce que Poutine, à l’instar des présidents amérikains Bush et Obama, a déclaré qu’il avait le pouvoir de jetter aux oubliettes de la fédération de Russie indéfiniment des citoyens russes sans autre forme de procès et sans jamais donner aucune preuve d’une quelconque culpabilité ? Non, il ne l’a pas fait.

Poutine a t’il déclaré comme le président amérikain Obama qu’il avait le pouvoir de faire assassiner des citoyens russes sans aucune procédure légale ? Non, il ne l’a pas fait. Poutine a t’il déclaré comme le président amérikain Obama qu’il a le pouvoir d’envahir tout pays dont il désapprouve la politique et de renverser son gouvernement ? Non, il ne l’a pas fait. Alors pourquoi donc la britannique Louisa Loveluck en rajoute t’elle au sujet d’ue sentence de justice de deux ans alors que le gouvernement britannique, défiant la loi internationale, et en parfaite obédience à ses maîtres amérikains, refuse le passage en Equateur de Julian Assange à qui le pays a donné l’asile politique ? Même la Chine “autoritaire” laisse partir ceux à qui on a donné l’asile. L’hypocrisie de l’occident, y compris l’hypocrisie nauséabonde des organisations humanitaires de défense des droits de l’Homme, est à vomir. C’est une honte pure et simple.

Julian Assange fait face à ce qui pourrait-être un emprisonnement à vie dans l’ambassade d’Equateur à Londres parce que le régime marionnette britannique aide Washington à faire un exemple de ce qui arrive aux journalistes qui osent publier la vérité à propos de la fourberie de Washington et de ses crimes de guerre. Washingron paie t’elle le salaire de Louisa Loveluck ou celle-ci est-elle comme le First Post, simplement terrifiée de la puissance de Washington ? Ou Mlle Loveluck et le First Post vont-ils simplement au gré du flot et évitent-ils les critiques en ne sortant pas de la ligne propagandiste ? Personne n’enquêtera sur cela, donc nous ne le saurons jamais.

Pendant ce temps, dans l’Amérique de la “liberté et de la démocratie”, dans sa convention nominatrice pour l’élection présidentielle de Tampa en Floride, le parti républicain a montré ses vraies couleurs. C’est un parti de chemises brunes. La machine tyrannique républicaine a refusé de permettre que le nom de Ron Paul soit mentionné et que son compte de délégués soit présenté. Les rapports de la nomination de la convention républicaine se lisent comme les rapports de la prise de pouvoir au politburo par Staline ou la prise de pouvoir en Allemagne par les nazis. La règlementation adoptée à la convention n’autorise élimine tout aport de la base. Le politburo républicain règne suprême. Le parti dirige et les voix de ses membres sont éliminées. Singeant Lénine, les républicains ont déclaré que la règle républicaine “veut dire ni plus ni moins que le pouvoir illimité, reposant uniquement sur la force directe, limitée par rien, non restreinte par quelque loi que ce soit, ni par des règles absolues. Rien d’autre que cela.” Comme l’a rapporté Mother Jones, les supporteurs de Ron Paul à la convention ont hurlé: “Allez vous faire enculer les tyrans !” (“Fuck You, Tyrants! )

Les républicains sont le parti de “la liberté et de la démocratie”. Les républicains sont le parti le plus contrôlé par les néoconservateurs, qui sont des alliés purs et durs du mouvement d’extrême droite d’Israël et qui sont le plus hostiles à la constitution des Etats-Unis. Les républicains sont le parti qui nous a donné le PATRIOT ACT, le premier assaut massif contre la constitution des Etats-Unis. Les républicains sont le parti qui nous a donné le 11 Septembre. Les républicains sont le parti qui nous a donné une guerre de 3 000 milliards de dollars contre l’Irak, fondée sur les mensonges du parti républicain à propos des “armes de destruction massive”. Les républicains sont le parti qui nous a donné une guerre de 3 000 milliards de dollars en Afghanistan, fondée sur les mensonges à propos de Bin Laden et des Talibans. Les républicains sont le parti qui nous a donné la suprématie du président au-dessus à la fois de la constitution des Etats-Unis et de la loi statutaire américaine; la branche exécutive du pouvoir n’est tenue par aucune de ces entités d’après les membres du Republican Federalist Society du ministère de la justice (sic).

Obama est un homme de paille détestable, un prête-nom pour des intérêts privés énormes et les démocrates devraient être particulièrement honteux d’avoir élevé au pinacle un tel pitre si lâche. Mais aussi terrible qu’Obama soit, un vote pour les républicains est un vote pour Hitler ou Staline. En fait l’élection de Romney et Ryan serait pire que celle de ces deux-là.

Paul Craig Roberts était Assistant Secretary of the Treasury for Economic Policy de l’administration Reagan et associate editor du Wall Street Journal. Il fut journaliste pour Business Week, Scripps Howard News Service, et Creators Syndicate. Il a donné de nombreuses lectures dans diverses universités. Ses papiers sur la toile sont lues mondialement. www.paulcraigroberts.org/

[Reprise] Misère de l’occidentalisme, par Slobodan Despot

LES CRISES

 

13 sept 2014

Slobodan Despot est directeur des éditions suisses Xenia

Les Européens de l’Ouest ne veulent rien savoir de la Russie

Cette nation qui a donné Pouchkine et Guerre et Paix, Nijinsky et le Lac des Cygnes, qui a l’une des plus riches traditions picturales au monde, qui a classé les éléments de la nature, envoyé le premier homme dans l’espace (et le dernier à ce jour), qui a produit des pelletées de génies du cinéma, de la poésie, de l’architecture, de la théologie, des sciences, qui a vaincu Napoléon et Hitler, qui édite les meilleurs manuels de physique, de mathématiques et de chimie, qui a su trouver un modus vivendi séculaire et pacifique, sur fond de respect et de compréhension mutuelle, avec ses Tatars et ses indénombrables musulmans, khazars, bouddhistes, Tchouktches, Bouriates et Toungouzes, qui a bâti la plus longue voie de chemin de fer au monde et l’utilise encore (à la différence des USA où les rails légendaires finissent en rouille), qui a minutieusement exploré et cartographié les terres, usages, ethnies et langues de l’espace eurasien, qui construit des avions de combat redoutables et des sous-marins géants, qui a reconstitué une classe moyenne en moins de quinze ans après la tiers-mondisation gorbatcho-eltsinienne, cette immense nation, donc, qui gouverne le sixième des terres émergées, est soudain traitée, du jour au lendemain, comme un ramassis de brutes qu’il s’agit de débarrasser de leur dictateur caricatural et sanglant avant de les éduquer à servir la « vraie » civilisation !
*
L’Occident ressort la même guignolerie haineuse à chaque crise, depuis Ivan le Terrible à « Putler »-Poutine, en passant par le tsar Paul, la guerre de Crimée, le pauvre et tragique Nicolas II, et même l’URSS où tout succès était dit « soviétique » et tout échec dénigré comme « russe ».
Des nations serviles qui accordent aux Américains un crédit illimité de forfaiture et de brigandage « parce-qu’ils-nous-ont-libérés-en-45 » n’ont pas un mot, pas une pensée de gratitude pour la nation qui a le plus contribué à vaincre l’hydre national-socialiste… et qui en a payé le prix le plus lourd. Ses élus sont traités en importuns, son président caricaturé avec une haine obsessionnelle, la liberté de mouvement et de commerce de ses citoyens, savants, universitaires et hommes d’affaires est suspendue au bon vouloir d’obscures commissions européennes dont les peuples qu’elles prétendent représenter ne connaissent pas le nom d’un seul membre, ni pourquoi il y siège plutôt qu’un autre larbin des multinationales.
Mais tout ceci n’est encore rien. C’est dans l’ordre des choses. L’Occident et la Russie ne font que jouer les prolongations, à l’infini, du conflit Rome-Byzance en l’étendant aux continents voisins voire à l’espace interplanétaire. La vraie guerre des civilisations, la seule, est là. Barbare comme le sac de Constantinople, apocalyptique comme sa chute, ancienne et sournoise comme les schismes théologiques masquant de perfides prises de pouvoir. Tapie dans les replis du temps, mais prête à bondir et à mordre comme un piège à loups. C’est le seul piège, du reste, que l’empire occidental n’ait pas posé tout seul et qu’il ne puisse donc désamorcer. (Étant entendu que la menace islamique n’est que le produit des manœuvres coloniales anglo-saxonnes, de la cupidité pétrolière et de l’action de services d’État occupés à cultiver des épouvantails pour effrayer leurs propres sujets, puis à les abattre pour les convaincre de leur propre puissance et de leur nécessité.)
La menace russe, elle, est d’une autre nature. Voici une civilisation quasi-jumelle, ancrée sur ses terres, consciente d’elle-même et totalement ouverte aux trois océans, à l’Arctique comme à l’Himalaya, aux forêts de Finlande comme aux steppes de Mongolie. Voici des souverains qui — depuis la bataille de Kazan remportée par ce même Ivan qui nous sert de Père Fouettard — portent le titre de Khans tatars en même temps que d’Empereurs chrétiens siégeant dans l’ultime Rome, la troisième, Moscou, qui fleurit au moment où Byzance gémissait sous l’Ottoman et le pape sous la verge de ses mignons. Voici une terre aux horizons infinis, mais dont les contours sont gravés dans l’histoire du monde, inviolables bien que diffus. Voici des gens, enfin, et surtout, aussi divers qu’on peut l’imaginer, mêlant au sein d’un même peuple le poil blond des Vikings aux yeux obliques et aux peaux tannées de l’Asie. Ils n’ont pas attendu le coup de départ du métissage obligé, les Russes, ils l’ont dans leur sang, si bien assimilé qu’ils n’y pensent plus. Les obsédés de la race au crâne rasé qu’on exhibe sur les chaînes anglo-saxonnes ont la même fonction que les coucous suisses : des articles pour touristes.
*
Cela ressemble tellement à l’Europe. Et c’en est tellement loin ! Tellement loin que les infatigables arpenteurs des mers — génois, anglais, néerlandais, espagnols —, qui connaissent l’odeur de la fève de tonka et la variété des bois de Sumatra, ne savent rien de la composition d’un borchtch. Ni même de la manière dont on prononce le nom de cette soupe. Ce n’est pas qu’ils ne pourraient pas l’apprendre. C’est qu’ils n’en ont pas envie. Pas plus qu’ils ne veulent connaître, vraiment, l’esprit, les coutumes et la mentalité des immigrants exotiques qu’ils accueillent désormais par millions et qu’ils laissent s’agglutiner en ghettos parce qu’ils ne savent comment leur parler.
J’ai dû, moi, petit Serbe, apprendre deux langues et deux alphabets pour entamer ma vie d’immigré. J’en ai appris d’autres pour mieux connaître le monde où je vis. Je m’étonne sincèrement de voir que mes compatriotes suisses ne savent pas, pour la plupart, les deux autres grandes langues de leur pays. Comment connaître autrui si vous ne savez rien de la langue qu’il parle ? C’est le minimum de la courtoisie. Et cette courtoisie, désormais, se réduit de plus en plus à des rudiments d’anglais d’aéroport.
De même font les Russes, dont l’éducation intègre la culture ouest-européenne en sus de la leur propre. Où voit-on la réciproque, à l’ouest du Dniepr ? Depuis Pierre le Grand, ils se considéraient européens à part entière. Les artistes de la Renaissance et les penseurs des Lumières sont les leurs. Leontiev, le père Serge Boulgakov, Répine, Bounine, Prokofiev et Chestov sont-ils pour autant les nôtres ? Non, bien entendu. Parler français fut deux siècles durant la règle dans les bonnes maisons — et le reste encore parfois. Ils se sont intensément crus européens, mais l’Europe s’est acharnée à leur dissiper cette illusion. Quand les jeunes Russes vous chantent Brassens par cœur, vous leur répondez en évoquant « Tolstoïevsky ». L’Europe de Lisbonne à Vladivostok n’aura été réelle qu’à l’Est. A l’Ouest, elle ne fut jamais que la projection livresque de quelques visionnaires.
L’Europe de Lisbonne à Vladivostok ! Imagine-t-on la puissance, la continuité, le rayonnement, les ressources d’un tel ensemble ? Non. On préfère definitely se mirer dans l’Atlantique. Un monde vieillissant et ses propres outlaws mal dégrossis s’étreignant désespérément par-dessus la mer vide et refusant de voir dans le monde extérieur autre chose qu’un miroir ou un butin. Leur derniers échanges chaleureux avec la Russie remontent à Gorbatchev. Normal : le cocu zélé avait entrepris de démonter son empire sans autre contrepartie qu’une paire de santiags au ranch de Reagan. Vingt ans plus tard, les soudards de l’OTAN occupaient toutes les terres, de Vienne à Lviv, qu’ils avaient juré de ne jamais toucher ! Au plus fort de la Gorbymania, Alexandre Zinoviev lançait son axiome que tous les Russes devraient apprendre au berceau : « Ils n’aimeront le tsar que tant qu’il détruira la Russie ! »
*
«Ah, vous les Slaves ! » — ouïs-je souvent dire — « Quel don pour les langues ! » Je me suis longtemps rengorgé, prenant le compliment pour argent comptant. Puis, ayant voyagé, j’ai fini par comprendre. Ce n’est pas « nous les Slaves » qui avons de l’aisance pour les langues : c’est vous, les « Européens » qui n’en avez pas. Qui n’en avez pas besoin, estimant depuis des siècles que votre package linguistique (anglais, français, allemand, espagnol) gouverne le monde. Pourquoi s’escrimer à parler bantou ? Votre langue, étendard de votre civilisation, vous suffit amplement, puisqu’au-delà de votre civilisation, c’est le limes (comme au temps de César), et qu’au-delà du limes, mon Dieu… Ce sont les terres des Scythes, des Sarmates, des Marcheurs Blancs, bref de la barbarie. Voire, carrément, le bord du monde où les navires dévalent dans l’abîme infini.
Voilà pourquoi le russe, pour vous, c’est du chinois. Et le chinois de l’arabe, et l’arabe de l’ennemi. Vous n’avez plus même, dans votre nombrilisme, les outils cognitifs pour saisir ce que les autres — qui soudain commencent à compter — pensent et disent, réellement, de vous. Ah ! Frémiriez-vous, si vous pigiez l’arabe des prédicateurs de banlieue ! Ah ! Railleriez-vous si vous entraviez des miettes de ce que les serveurs chinois du XIIIe dégoisent sur vous. Ah ! Ririez-vous s’il vous était donné de saisir la finesse de l’humour noir des Russes, plutôt que de vous persuader à chacun de leurs haussements de sourcil que leurs chenilles sont au bord de votre gazon.
Mais vous ne riez pas. Vous ne riez plus jamais. Même vos vaudevilles présidentiels sont désormais commentés avec des mines de fesse-mathieu. Vous êtes graves comme des chats qui caquent dans votre quiétude de couvre-feu, alors qu’eux, là-bas, rient, pleurent et festoient dans leurs appartements miniatures, leur métro somptueux, sur leur banquise, dans leurs isbas et jusque sous les pluies d’obus.
Tout ceci n’est rien, disais-je, parlant du malentendu historique qui nous oppose. La partie grave, elle arrive maintenant. Vous ne leur en voulez pas pour trois bouts d’Ukraine dont vous ignoriez jusqu’à l’existence. Vous leur en voulez d’être ce qu’ils sont, et de ne pas en démordre ! Vous leur en voulez de leur respect de la tradition, de la famille, des icônes et de l’héroïsme — bref, de toutes les valeurs qu’on vous a dressés à vomir. Vous leur en voulez de ne pas organiser pour l’amour de l’Autre la haine du Soi. Vous les enviez d’avoir résolu le dilemme qui vous mine et qui vous transforme en hypocrites congénitaux : Jusqu’à quand défendrons-nous des couleurs qui ne sont pas les nôtres ?
Vous leur en voulez de tout ce que vous avez manqué d’être !
Ce qui impressionne le plus, c’est la quantité d’ignorance et de bêtise qu’il vous faut déployer désormais pour entretenir votre guignolerie du ramassis de brutes qu’il s’agit de débarrasser de leur dictateur caricatural et sanglant avant de les éduquer à servir la « vraie » civilisation. Car tout la dément : et les excellentes relations de la Russie avec les nations qui comptent et se tiennent debout (BRICS), et le dynamisme réel de ce peuple, et l’habileté de ses stratèges, et la culture générale du premier Russe venu, par opposition à l’inculture spécialisée du « chercheur » universitaire parisien qui prétend nous expliquer son obscurantisme et son arriération. C’est que ce ramassis de brutes croit encore à l’instruction et au savoir quand l’école européenne produit de l’ignorance socialisée ; croit encore en ses institutions quand celles de l’UE prêtent à rire ; croit encore en son destin quand les vieilles nations d’Europe confient le leur au cours de la Bourse et aux banquiers de Wall Street.
Du coup, la propagande a tout envahi, jusqu’à l’air qu’on respire. Le gouvernement d’Obama prend des sanctions contre le régime de Poutine : tout est dit ! D’un côté, Guantanamo, les assassinats par drones aux quatre coins du monde, la suspension des droits élémentaires et le permis de tuer sans procès ses propres citoyens — et, surtout, vingt-cinq ans de guerres coloniales calamiteuses, sales et ratées qui ont fait du Moyen-Orient, de la Bosnie à Kandahar, un enfer sur terre. De l’autre, une puissance qui essaie pas à pas de faire le ménage à ses propres frontières, celles justement dont on s’était engagé à ne jamais s’approcher. Votre gouvernement contre leur régime
Savez-vous de quoi vous vous privez en vous coupant ainsi, deux fois par siècle, de la Russie ? Du refuge ultime des vos dissidents, en premier lieu du témoin capital Snowden. Des sources d’une part considérable de votre science, de votre art, de votre musique, et même, ces jours-ci, du dernier transporteur capable d’emmener vos gens dans l’espace. Mais qu’importe, puisque vous avez soumis votre science, votre art, votre musique et votre quête spatiale à la loi suicidaire du rendement et de la spéculation. Et qu’être traqués et épiés à chaque pas, comme Snowden vous l’a prouvé, ne vous dérange au fond pas plus que ça. A quoi bon implanter une puce GPS à des chiens déjà solidement tenus en laisse ? Quant à la dissidence… Elle n’est bonne que pour saper la Russie. Tout est bon pour saper la Russie. Y compris les nazis enragés de Kiev que vous soutenez sans gêne et n’hésitez pas à houspiller contre leurs propres concitoyens. Quelle que soit l’issue, cela fera toujours quelques milliers de Slaves en moins…
Que vous a-t-il donc fait, ce pays, pour que vous en arriviez à pousser contre lui les forces les plus sanguinaires enfantées par la malice humaine : les nazis et les djihadistes ? Comment pouvez-vous vouloir contourner un peuple étendu sur onze fuseaux horaires ? Destituer de l’extérieur un chef d’État plus populaire que tous vos polichinelles réunis ? Êtes-vous déments ? Ou la Terre est-elle trop petite, à vos yeux, pour que l’« Occident » puisse y cohabiter avec un État russe ?
C’est peut-être cela, tout compte fait. La Russie est l’avant-poste, aujourd’hui, d’un monde nouveau, de la première décolonisation véritable. Celle des idées, des échanges, des monnaies, des mentalités. A moins que vous, atlantistes et eurocrates, ne parveniez à entraîner la nappe dans votre chute en provoquant une guerre atomique, le banquet de demain sera multipolaire. Vous n’y aurez que la place qui vous revient. Ce sera une première dans votre histoire : mieux vaut vous y préparer.
Source : Slobodan Despot, 11/9/2014, Despotica

Posté par Jocegaly à 12:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

"Le combat contre l'islamisme radical est un combat pour la civilisation"

 Blog de CHEVENEMENT

 

"Le combat contre l'islamisme radical est un combat pour la civilisation"

 

Jean-Pierre Chevènement était l'invité de I-télé mercredi 10 septembre 2014. Il répondait aux questions de Laurence Ferrari.


Verbatim express :

A propos d'une éventuelle intervention militaire contre l'Etat islamique
  • Quelques conditions doivent être réunies pour une intervention militaire contre l'Etat islamique : un mandat des Nations Unies (donc l'accord des principales puissances), réunir les forces nécessaires, et un certain nombre de pays notamment de la région (les pays arabes, mais je pense aussi à l'Iran).
  • Chacun sait que l'Etat islamique est aussi en Syrie. Des formes de collaborations avec ce pays devront-être trouvées.
  • Cette situation ne résulte pas de rien : elle résulte des ingérences occidentales.
  • On a désigné un nouveau gouvernement irakien, rassemblant un peu plus, à côté des chiites et des Kurdes, les sunnites, qui avaient été laissés pour compte. Donc la vraie question, c'est de reconstruire l'Irak.
  • Mieux valait influait sur une dictature laïque, qui était quand même sensible à nos pressions, que d'ouvrir un cycle de vingt ans de guerre, qui a probablement causé près d'un million de morts, et qui a détruit un Etat, qu'il va falloir reconstruire.
  • Il faut respecter les frontières tracées à la fin de la Première Guerre mondiale. Chacun voit bien qu'il y a deux grandes capitales, Bagdad et Damas. Il est donc normal qu'il y ait deux grands États arabes.

  • On oublie constamment que dans cette affaire, ceux qui souffrent de l'islamisme radical, ce sont d'abord les musulmans, et pas seulement les journalistes américains. Bien sûr, j'ai beaucoup de compassion pour eux, mais en même temps ce sont des centaines de milliers de musulmans qui sont assassinés, dont on coupe les mains, les pieds. Il y a aussi les chrétiens d'orient, et les Yézidis. Donc il faut aussi attendre que les musulmans cherchent à se défaire de cette engeance obscurantiste, qui a été trop soutenue par le passé.
  • Ce n'est pas aux troupes à terre de l'Occident de réduire l’État islamique. On peut aider les Irakiens, par des frappes aériennes, de différentes manières. Nous devons être là pour les aider, non pour nous substituer à eux. Cela ferait une différence avec les premières guerres d'ingérence de 1991 et 2003.
  • Il faut être très prudent avec cette notion d'ingérence. On ne peut pas aller, comme cela, dans un pays, sans l'aval de la communauté internationale. La seule base légale, c'est une résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies.

    Situation en Libye
  • On peut dire de la Libye ce que j'ai dit de l'Irak : cette intervention mal conçue a été détournée de son objectif officiel, la protection des civils, puisque le vrai objectif était le changement de régime. Je ne pense pas que le résultat soit tellement brillant.
  • Si le gouvernement légal en Libye appelle au secours, et s'il y a un mandat de l'ONU, je pense que le combat contre l'islamisme radical est un combat pour la civilisation. Mais je pense qu'il doit être mené en priorité par les musulmans eux-mêmes, parce que c'est d'abord leur affaire de séparer le bon grain de l'ivraie.
  • Avons nous les moyens de ces interventions ? La situation financière de la France est très tendue. Je pense qu'il ne faut pas donner à l'armée française des tâches qui sont au-dessus de ses moyens. En Afrique elle a fait un travail remarquable.

    Conflit en Ukraine
  • Il y a quand même des guerres qui s'arrêtent : l'Ukraine, où un accord a été passé, qui prévoit des élections dans les districts de Louhansk et de Donetsk. J'espère que cet accord sera suivi des faits, contrairement aux précédents, de telle manière qu'un compromis puisse intervenir, car nous n'avons absolument pas intérêt à recréer la Guerre froide.
  • M. Poutine ne va pas reconstituer l'URSS. Il veut moderniser la Russie, et veut que son pays soit respecté. Naturellement, les responsabilités sont partagées dans cette affaire. C'est l'UE qui a négocié, sans prendre garde à l'environnement géopolitique, un accord d'association avec l'Ukraine. La Russie s'est fâchée après l'accord du mois de février, négocié par les Européens et non respecté, qui a été suivi de l'éviction d'un président corrompu mais élu. Et par conséquent il y a eu l'annexion de la Crimée, qu'on peut regretter parce que non conforme au droit international. Cette situation, il faut essayer de la résorber – M. Porochenko et M. Poutine ont l'air de s'entendre – parce que c'est vraiment l'intérêt de l'Europe.

    Crise économique française et européenne
  • La situation économique, là encore, était prévisible. Le traité budgétaire européen (TSCG), qui nous oblige à réduire nos déficits tous ensemble, était un traité récessionniste.
  • Un jour, il faudra poser le problème avec l'Allemagne, et lui dire qu'elle ne peut pas aller bien, si tant est qu'elle aille bien, si elle triomphe sur les ruines de l'Europe. Ce n'est pas l'intérêt de l'Allemagne. Nous devons aider les allemands à prendre conscience de cette situation, et du danger qu'elle représente.
  • Avons-nous des leçons à donner aux Allemands ? Mais nous avons fait des choses dont nous pouvons être fier. Les Français ne sont quand même pas si mauvais, dans beaucoup de domaines !

    Sur la situation de Thomas Thévenoud
  • Je déconseille aux Français de suivre l'exemple de Thévenoud, qui a payé de lourdes pénalités !
  • S'il doit démissionner ? C'est une affaire qu'il doit régler avec sa conscience. Je ne veux pas participer à quelques curées que ce soit, vis à vis d'un homme qui n'est même pas à terre, qui est plus que bas.

    Sur les révélations concernant la vie privée de François Hollande
  • Je ne commente pas la vie privée, mais je vais vous dire une chose. Je connais François Hollande. Je suis absolument convaincu que François Hollande n'a pas dit ce que Valérie Trierweiler a entendu. Certes François Hollande a un humour ravageur, quelque fois un peu dur, mais il n'est jamais dans l'ignoble. En tout cas moi je ne l'ai jamais entendu dans ce registre. Et je mets gravement en doute ce genre de propos rapportés.
  • Le Président est élu jusqu'en 2017. Il y a un gouvernement. Qu'ils réussissent, c'est ce que tous les Français devraient souhaiter. Qu'ils en prennent les moyens, c'est une autre affaire, dont on peut débattre !


Rédigé par Chevenement.fr le Jeudi 11 Septembre 2014 à 10:26

 

Posté par Jocegaly à 12:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Etat islamique : «La France n'a pas à caracoler au 1er rang»

LE PARISIEN

Etat islamique : «La France n'a pas à caracoler au 1er rang»

Version longue de l'entretien accordé par Jean-Pierre Chevènement au journal "Le Parisien", vendredi 12 septembre 2014. Propos recueillis par Philippe Martinat.


Etat islamique : «La France n'a pas à caracoler au 1er rang»
Le parisien : Que pensez-vous des déclarations de Barak Obama qui veut « éradiquer » l’Etat islamique ?
Jean-Pierre Chevènement :
En dehors d’une extension des frappes américaines au territoire de la Syrie, les déclarations de Barak Obama restent vagues.
C’est peut être un changement d’échelle quant aux moyens engagés ?
C’est possible, mais les pré-requis d’une intervention d’ampleur ne me semblent pas réalisés. Il faut d’abord avoir outre l’autorisation du gouvernement irakien l’appui de forces armées constituées sur le terrain. Et puis on ne connait pas les contours d’une éventuelle coalition internationale qui pourrait compter, dit-on, une quarantaine de pays. Il me parait tout à fait décisif que, si une intervention a lieu à la demande du gouvernement irakien, elle soit autorisée par l’ONU. Plusieurs points restent dans l’ombre : est-ce que le gouvernement irakien, dit d’union nationale, va rallier tout ou partie des sunnites à sa cause ? Ne l’oublions pas, ce sont les ingérences occidentales qui ont détruit l’Etat irakien. Il y a eu la première guerre du Golfe, en 1991, suivie d’un embargo meurtrier, puis la seconde guerre avec l’invasion américaine. L’Etat irakien a été détruit, son administration, sa police, son armée dissoutes. Avec Da’ech (NDLR : acronyme arabe de l’Etat islamique), les Occidentaux mais aussi, malheureusement, le peuple irakien récoltent les résultats d’une ingérence armée disproportionnée, violente, inconséquente, que j’avais dénoncée en son temps.

Il eût été préférable d’agir par la diplomatie, d’obtenir-ce qui était possible - le retrait des armées irakiennes du Koweit - et d’exercer sur le régime de Saddam Hussein une magistrature d’influence.

Aujourd’hui il faut reconstruire l’Irak. N’oublions pas que les principales victimes du califat islamique sont d’abord les musulmans. C’est d’abord à eux de se débarrasser de cette lêpre, la communauté internationale ne peut agir qu’en appui. L’erreur ce serait de donner à penser que le combat serait désormais entre les Etats-Unis et leurs alliés occidentaux et le califat islamique. C’est d’abord aux peuples musulmans qu’il revient de séparer le bon grain de l’ivraie.

Est-ce possible sans l’aide des Occidentaux, compte tenu de la puissance de l’Etat islamique ?
La puissance de l’Etat islamique doit être relativisée. Il dispose de 15 à 20 000 combattants qui contrôlent un territoire semi désertique, quelques ressources en pétrole, mais tous les habitants de cette zone - une bonne dizaine de million - ne font pas allégeance à l’Etat islamique.

Il y a plusieurs problèmes. En premier lieu, en armant le Kurdistan, on risque de lui donner la légitimité d’un Etat indépendant. Or il n’est qu’une partie de l’Irak. Le PKK d’Abdullah Öcalan s’est rendu maitre de plusieurs régions dans le nord de la Syrie. Il y a là l’embryon d’un nouvel Etat kurde. Armer le PKK poserait inévitablement de graves difficultés avec la Turquie. Ensuite, quel est l’objectif de la coalition internationale ? Il ne peut être que de restaurer l’Irak et la Syrie dans leurs frontières et dans leur intégrité.

Un problème se pose enfin avec la Syrie de Bachar Al Assad : si on veut réduire les troupes du califat islamique en Syrie, il faut rompre avec le simplisme idéologique qui a fait de Bachar Al Assad la cible principale de l’Occident depuis 2012.

C’est une critique qui vise Laurent Fabius qui, le premier, appelait au départ du dirigeant syrien ?...
Non, Laurent Fabius n’était pas le premier. C’est Alain Juppé qui a rompu en mars 2012 les relations diplomatiques avec la Syrie en espérant renouveler un scénario à la libyenne. On voit où une politique d’ingérence à courte vue a conduit en Libye : on a changé le régime mais on a récolté le chaos. J’ai dit dès juin 2012 à François Hollande et à
Laurent Fabius que cette politique conduisait dans l’impasse.

Vous n’avez pas été entendu ?
Je n’ai pas été entendu. Mais c’était méconnaitre la nature historique et structurelle de l’opposition entre le régime de Bachar Al Assad - régime laïque certes dégénéré - et les islamistes radicaux. Dès 1982, Afez Al Assad, le père de Bachar, avait écrasé les frères musulmans à Hama. Cette opposition n’allait pas disparaitre. Ce ne sont que des éléments circonstanciels, à Deraa, qui ont pu donner le sentiment qu’il y avait sur le terrain une opposition laïque suffisamment consistante pour pouvoir l’emporter. Aussi bien, le califat islamique n’est pas une création de Bachar Al Assad, contrairement à ce que nous serinent de pseudo-experts. La dynamique du califat vient d’Irak, notamment de la partie sunnite qui s’est sentie marginalisée depuis 2003. C’est dans un deuxième temps que Da’ech a submergé, y compris les éléments islamistes autres en Syrie comme al Nosra qui se réclamait d’Al Qaida.

Vous appelez à la prudence ?
Oui. L’histoire des ingérences occidentales dans le monde arabe est un tel tissus d’erreurs, depuis très longtemps, qu’on doit veiller à ne pas les rééditer. Le but politique de toute intervention dans cette région doit être de restaurer les nations légitimes que sont l’Irak et la Syrie, sans prétendre décider à la place des peuples intéressés. Evidemment c’est très difficile. Cela l’aurait été beaucoup moins si les Etats-Unis avaient eu au Moyen-Orient depuis 1990 une approche politique avisée et prudente. Les néo-cons (NDLR : les néo-conservateurs) américains portent une lourde responsabilité. Il ne serait pas bon de rejoindre aujourd’hui leurs positions. N’oublions pas que l’Irak est dans la sphère d’intérêt anglo-saxonne. Ce sont les Etats-Unis qui à deux reprises ont eu l’initiative de la guerre. La France n’a pas à caracoler au premier rang.

Voulez-vous dire que la politique de Barak Obama est dans la lignée des néo-conservateurs ?
Non, je fais même une distinction entre Barak Obama et certains milieux du Département d’Etat. Je ne partage pas l’idée qu’il aurait fait preuve de faiblesse en refusant les frappes sur la Syrie en 2013. Au contraire, il faut beaucoup de courage à un responsable politique pour aller contre les médias, les états-majors et même l’opinion publique. J’espère qu’il saura cette fois résister à ceux qui l’entraîneraient dans un nouveau bourbier.

Faut-il aider les rebelles syriens non-islamistes pour lutter contre Da’ech ?
Ces opposant laïques existent-ils vraiment sur le terrain ? Ils n’ont même pas été capables de former un gouvernement !

Les responsables français affirment qu’il aurait fallu les aider dès le début...
On peut toujours se raconter des histoires. Il n’y a pas de politique humaniste en dehors de la réalité. C’est toujours au nom des Droits de l’Homme que se sont exprimés les prophètes de l’ingérence tels Bernard Henry-Lévy ou Bernard Kouchner. Kurdistan, Bosnie, Afghanistan, Pakistan, Libye, Soudan : ils ont en fait ouvert les vannes à des fleuves de sang. En politique internationale plus qu’ailleurs il ne faut, pour reprendre la formule de Jean Jaurès, aller vers l’idéal mais pour cela commencer à comprendre le réel.

On parle aussi d’une intervention en Libye ?
Pour la Libye, les mêmes conditions doivent être réunies pour une intervention: une autorisation du Conseil de Sécurité de l’ONU, l’appel du gouvernement légitime et la plus large coalition internationale possible englobant les voisins de la Libye. Là encore, il s’agit de remettre debout ce qui d’ailleurs n’a jamais été un Etat, mais qui était peut-être plus maîtrisable hier que le chaos dont les islamistes tirent parti.

Au sein de cette coalition militaire, la France doit-elle exiger de pouvoir choisir ses cibles ?
L’autonomie de la France consiste moins à choisir ses cibles qu’à influer de manière décisive sur le plan d’ensemble. Et cela aux conditions que j’ai rappelées, la première d’entre-elles étant le respect de la légalité internationale.

Si ces conditions sont réunies, vous n’êtes pas opposé à une intervention ?
J’ai toujours été convaincu que l’islamisme radical est une plaie épouvantable, d’abord pour les musulmans. Je ne veux pas qu’on confonde les musulmans et les islamistes radicaux. Il faut prendre beaucoup de précaution pour éviter tout ce qui pourrait ressembler à une guerre de civilisations. Une intervention mal conduite peut faire le jeu des islamistes radicaux. Il faut les isoler au maximum. C’est la première guerre du Golfe qui a ouvert la voie à Ben Laden et à Al Qaida. On n’exporte pas la démocratie à la pointe de missiles, même guidés avec précision. Pour être clair, je suis tout à fait conscient de la nécessité de combattre l’Etat islamique, mais sur des bases intellectuelles, politiques et juridiques claires.

Source : Le Parisien


Mots-clés : irak, iran, islamisme, obama, syrie

Rédigé par Chevenement.fr le Vendredi 12 Septembre 2014 à 11:08

Posté par Jocegaly à 11:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Jacob Cohen : sionisme, sayanims, Israël...

 Jacob Cohen (auteur du Printemps des sayanims) répond au Cercle des Volontaires : sionisme, sayanims, Israël...

 

Posté par Jocegaly à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

13/09/14

Bachar Al-Assad évoque la guerre de Gaza 2014

 Des arguments qui ne sont pas inintéressants... surtout sur les pays du M.O. qui ont été "pris en mains" par l'OTAN... A vous de voir
https://www.youtube.com/watch?v=LCioZYzBjRU

 

 

 

Posté par Jocegaly à 13:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

12/09/14

Maître Vergès répond au Cercle des Volontaires

 

 

Ajoutée le 27 avr. 2012

Maître Vergès est à l'affiche du Théâtre Rive Gauche à Paris, dans une pièce autobiographique qu'il a lui-même écrite. Dans "7 jours 7 vies", il retrace le parcours hors norme d'un homme engagé.

 

Posté par Jocegaly à 13:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11/09/14

ATTENTION : Washington et ses vassaux de l’OTAN et de l’UE sont devenus fous: Ils appellent à l'assassinat de Poutine

Sur INFORM'ACTION

 

Avertissement au monde : Washington et ses vassaux de l’OTAN et de l’UE sont devenus fous

www.mondialisation.ca

Herbert E. Meyer, (photo) un dingue qui fut pendant un temps assistant spécial du directeur de la CIA sous l’administration Reagan, a écrit un article appelant à l’assassinat du président russe Vladimir Poutine. Si nous pouvions “le faire partir du Kremlin les deux pieds devant avec un trou derrière la tête, ce serait bien pour nous.“Comme l’illustre très bien ce fou de Meyer, la folie que Washington a déversé sur le monde ne connaît plus de retenue. Jose Manuel Barroso, une marionnette de Washington installée comme président de la Commission, a déformé les propos issus de sa récente conversation téléphonique confidentielle avec le président Poutine en déclarant aux médias que Poutine avait fait des menaces : “Si je veux, je peux prendre Kiev dans deux semaines.”

De toute évidence, Poutine n’a pas émis de menace. Une menace serait incompatible avec l’approche diplomatique de Poutine face à la menace stratégique que Washington et ses marionnettes de l’OTAN font peser sur la Russie en Ukraine. Représentant permanent de la Russie auprès de l’UE, Vladimir Chizhov, a déclaré que si Barroso maintenait son mensonge, la Russie rendrait public l’enregistrement complet de leur conversation.

Quiconque est familier avec la disparité entre les armées russes et ukrainiennes sait très bien qu’il faudrait à l’armée russe seulement 14 heures et non 14 jours, pour prendre la totalité de l’Ukraine. Rappelez-vous ce qui s’est passé avec l’armée géorgienne, entraînée et équipée par les Etats-Unis et Israël, lorsque Washington a mis ses stupides marionnettes géorgiennes en Ossétie du Sud. L’armée géorgienne, soutenue par les Etats-Unis et Israël s’est effondrée devant la contre-attaque russe en 5 heures.

Posté par Jocegaly à 23:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

ONPC- Aymeric CaronVS BHL est la cible de menaces depuis la dernière émission de «On n'est pas couché» (Aymeric CaronVS BHL)

 LE PARISIEN

Stéphane Sellami | Publié le 11.09.2014, 19h56 | Mise à jour : 21h26

 

Selon nos informations, Aymeric Caron est la cible de menaces depuis la dernière émission de «On n'est pas couché»  | LP/F. DUGIT

L’un des chroniqueurs vedettes de l’émission de Laurent Ruquier, «On n’est pas couché», Aymeric Caron est la cible de menaces après la diffusion, ce samedi 6 septembre, de ses vifs échanges avec le philosophe Bernard-Henri Lévy. «Pourquoi ne vous entend-on pas dénoncer la politique de Netanyahu contre Gaza qui a mené cet été à la mort de 2000 personnes dont les trois quarts sont des civils et 500 enfants ?», demande Aymeric Caron à Bernard Henri-Lévy, qui rétorque que «les responsables sont le Hamas». <btn_noimpr>

Depuis cet échange, la polémique ne cesse d'enfler sur les réseaux sociaux.

Selon nos informations, le producteur de l’émission a contacté la police, ce mercredi 10 septembre, après la divulgation sur internet, du numéro de téléphone portable et de l’adresse du domicile du journaliste et de celle de ses parents.

Par ailleurs, les voisins des parents de Aymeric Caron ont été appelés, en pleine nuit, ce mercredi 10 septembre, par un inconnu leur expliquant qu’il y avait «une fuite de gaz chez eux et qu’il fallait défoncer la porte». Un canular attribué, selon plusieurs sources, au célèbre hacker Ulcan qui fait actuellement l’objet de plusieurs plaintes en justice déposées notamment par des médias français dont il aurait piraté le site internet à plusieurs reprises.

De son côté, la préfecture de police de Paris a décidé de renforcer les rondes autour du domicile du journaliste visé par ces menaces.

VIDEO. Vif échange entre Aymeric Caron et Bernard Henri-Lévy

 

 

LeParisien.fr

 

Posté par Jocegaly à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

UKRAINE - DECLARATION DE LA DEPUTEE DE LA RADA SUPRËME D’UKRAINE ELENA BONDARENKO

 

 

UKRAINE - DECLARATION DE LA DEPUTEE DE LA RADA SUPRËME D’UKRAINE ELENA BONDARENKO
Tous ceux qui appellent à la paix en Ukraine sont immédiatement inscrits par le gouvernement sur la liste des ennemis du peuple, comme ils le furent, par exemple, dans l’Allemagne des années 30-40 du siècle dernier ou au temps de la politique de McCarthy aux USA.

 

DECLARATION DE LA DEPUTEE DE LA RADA SUPRËME D’UKRAINE ELENA BONDARENKO
Mes amis, voici ma déclaration ! Je demande de la diffuser un maximum. Ceux qui ont la possibilité de la traduire, qu’ils le fassent.
« Moi, Elena Bondarenko, députée du Parti des régions, me trouvant dans l’opposition à l’actuel pouvoir en Ukraine, je veux déclarer que ce pouvoir s’abaisse jusqu’aux menaces directes d’élimination physique des représentants politiques d’opposition en Ukraine, jusqu’à priver de leur droit de parole l’opposition au parlement et en dehors, et même à la complicité de crimes non seulement contre ces représentants politiques mais contre leurs enfants. Des menaces constantes, l’interdiction non formulée de la présence des opposants sur les ondes de la plupart des chaînes ukrainiennes, une persécution déterminée, ce sont là déjà les attributs de la vie courante d’un député en Ukraine. Tous ceux qui appellent à la paix en Ukraine sont immédiatement inscrits par le gouvernement sur la liste des ennemis du peuple, comme ils le furent, par exemple, dans l’Allemagne des années 30-40 du siècle dernier ou au temps de la politique de McCarthy aux USA.
Il y a quelques jours, le ministre des Affaires intérieures de l’Ukraine, Arsen Avakov, qui est un ardent partisan du dénommé « parti de la guerre » en Ukraine, a déclaré la chose suivante : « Quand Elena Bondarenko monte à la tribune faire un discours, la main cherche tout de suite le revolver ».
Je souligne que c’est un homme investi de la fonction de premier policier de l’état qui dit une chose pareille. Il y a exactement une semaine, le porte-parole du parlement ukrainien Alexandre Tourtchinov m’a privée de la même façon de mon droit de parler à la tribune en tant que représentante de la fraction d’opposition du « Parti des régions ». Il m’en a privée simplement parce que j’ai déclaré que « le pouvoir qui envoie l’armée bombarder des civils est criminel ». Après quoi, il a donné avec magnanimité la possibilité aux radicaux du parlement d’appeler à fusiller l’opposition. Rappelant que, à la fin de l’année dernière, quand les extrémistes commençaient à s’armer à Kiev, on avait tiré sur ma voiture et que ce fait avait été enregistré par les organes de police sur ma déclaration, je considère ce genre de menaces avec le plus grand sérieux. J’informe également tous ceux qui ne le savent pas encore que le pouvoir actuel couvre des criminels, qui ont osé lever la main sur le fils d’un autre opposant politique, Vladimir Oleinik. Rouslan Oleinik, qui occupe la fonction de procureur de district, a été roué de coups sur son lieu de travail, à la suite de quoi sa vie et sa santé se sont trouvées menacées. Au lieu d’enquêter sur cette agression contre un procureur dans l’exercice de ses fonctions et sur cette intimidation monstrueuse à l’égard d’un opposant et de sa famille, le pouvoir a licencié ledit procureur. J’entends chaque semaine mes collègues parler des passages à tabac de leurs collaborateurs, des perquisitions dans les entreprises de leurs partisans, des menaces et même des attentats sur leurs vies, leur santé et leurs biens.
L’espace informatif ukrainien est presque complètement épuré de cette information, et les Ukrainiens ordinaires ne devinent même pas que se déroule en Ukraine une lutte criminelle contre l’opposition, que le droit à la libre parole donné par la Constitution est malmené de toutes parts. Ces mêmes rédactions qui, surmontant leur peur, travaillent honnêtement s’exposent aux agressions des groupuscules nationalistes, or les organisateurs et les participants de ces pogroms des rédactions, même identifiés par des vidéos et du matériel photographique, ne sont pas tenus responsables. J’en appelle aux structures internationales qui déclarent leur attachement aux principes démocratiques, pour qu’elles ne se contentent pas de prêter attention à cela mais qu’elles se mettent au travail afin que soient conservés et observés les droits démocratiques et les libertés des citoyens ukrainiens. Les méthodes de la junte de Kiev dans sa lutte pour le pouvoir, et plus exactement dans sa lutet pour l’édification d’une dictature en Ukraine n’ont rien de commun avec la notion de « démocratie ».
L’inactivité de la communauté internationale à l’égard de ces faits criants seront considérés comme de la complicité et de l’approbation silencieuse envers tous les crimes qui se commettent à présent en Ukraine.
Le monde libre perd encore un avant-poste, l’Ukraine. Tous ceux qui se battent, non e paroles, mais dans les faits, pour la démocratie, les droits et la liberté de l’homme peuvent ensemble faire beaucoup. Car nous sommes les seuls à pouvoir arrêter la junte et la guerre fratricide en Ukraine !
Avec tout mon respect.
Le député populaire d’Ukraine Elena Bondarenko

Posté par Jocegaly à 14:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le vol MH17 de Malaysia Airlines rempli de cadavres plastinés ?

 Encore un mystère Hercule  (Poirot) , au secours!!!
Nos medias "OFFICIELS "  font un tel concours de fariboles que l'on serait presque prêt  à tout croire Une question subsiste toutefois: l'exame,n des mieux a été très retardé sinon limités et les enquêteurs peu engagés par les projectiles que balancaient le gouvernetent ukrainien

 

 

VOIX DE LA RUSSIE

9 septembre, 16:47
Le vol MH17 de Malaysia Airlines rempli de cadavres plastinés ?
Le vol MH17 de Malaysia Airlines rempli de cadavres plastinés ?

Par La Voix de la Russie | Un rapport intermédiaire du Bureau d'enquête néerlandais pour la sécurité sur le crash du MH17 a été publié ce mardi 9 septembre à 10 heures, mais n'apporte rien sur les détails concernant les corps car c'est le document final qui devrait en faire cas. Comme l'explique Alain Benajam du comité France-Donbass pendant la conférence de presse donnée à Paris samedi 6 septembre « la Hollande est sous la domination américaine et rien ne sortira ! ».

Une secouriste ukrainienne arrivée sur le lieu du crash de l'avion de la Malaysia Airlines a apporté un témoignage inédit en expliquant que les corps sentaient la chimie de manière très forte à en brûler les yeux et que les cadavres n'étaient pas des Occidentaux mais surtout des Asiatiques et que la majorité des corps étaient sans vêtement (seuls 20 avaient des habits). Cette odeur de chimie à en brûler les yeux est ce phénomène qu'on ressent en approchant les corps de la plastination, la grosse usine de recyclage de cadavres basé en Allemagne dans la ville de Guben mais aussi en Chine à Dalian avec l'immense filiale de la société allemande. Au delà de Plastinarium, une autre société allemande, Tutogen, commande entre autres, comme le montre un livre de 2008 et un reportage de 2011, ses cadavres en Ukraine par Kiev pour alimenter le marché lucratif mondial en pièces détachées humaines qui passe par l'Allemagne en direction des Etats-Unis.

Dans les cadavres du crash du MH17, selon le témoignage de la secouriste, il n'y avait pas de sang, « les corps étaient comme s’ils avaient été vidés de leur sang » et ils ressemblaient à des mannequins. Berlin soutient Piotr Porochenko. La CDU a fondé le parti UDAR du maire de Kiev. Les autorités allemandes autorisent le recyclage de cadavres sur son territoire dans la fabrique de Guben et la construction cet automne à Berlin d'un musée de cadavres recyclés. En tenant compte du témoignage de la secouriste, est-ce que les cadavres de l'avion malaisien seraient des produits de la fabrique allemande et le résultat d'une mise en scène macabre sortie des bureaux berlinois et de Washington pour accuser la Russie ?

La plastination et Tutogen Medical GmbH. Le crash du vol MH17 n'a pas dévoilé tous ses secrets ce 9 septembre mais souligne l'horreur de la guerre en Ukraine et l'abominable commerce des corps au niveau industriel à des fins inavouées. Les deux sociétés Plastinarium et Tutogen sont allemandes. La plastination qui a son siège historique dans la ville de Heidelberg a mis en place un vaste programme de recyclage des cadavres à la chaîne où sous couvert de recherche scientifique, des millions de dollars sont réalisés en quelques semaines. Du grand public, la fabrique est connue pour transformer des cadavres en œuvres d'art et réaliser des expositions mondiales en Allemagne, au Royaume Uni, en Belgique, en Autriche, en Italie, aux Etats-Unis …, sauf en France où les autorités ont décidé à son premier essai en 2009 à Paris de l'interdire pour atteinte à la dignité humaine. Sur le site de Tutogen Medical GmbH on lit «Tutogen Medical, dont la maison mère est en Allemagne, est une filiale de RTI Biologics, Inc., une société née en février 2008 de la fusion de Tutogen Medical, Inc. et de Regeneration Technologies, Inc. La société est l'un des principaux fournisseurs au monde de greffons tissulaires stériles à des fins chirurgicales» et « en développant le procédé Tutoplast® dans les années 1970, la société a intégré dans un procédé unique tous les aspects importants associés à la conservation de tissus ». Courrier International a publié en novembre 2009 un article qui dénonce le trafic d'organes prélevés en Ukraine par Tutogen en évoquant la collaboration entre le ministère de la Santé ukrainien et Tutogen. Selon la journaliste allemande Martina Keller, auteur du livre « Ausgeschlachtet. Die menschliche Leiche als Rohstoff » (« Dépecé. Le corps humain comme matière première », publié en 2008), un seul corps, une fois découpé en plusieurs éléments et traité, peut rapporter jusqu’à 250 000 dollars. La télévision allemande a réalisé un reportage sur ce commerce en 2011 et explique que ce trafic continue et que le Land de Bavière n'a rien fait pour l'interdire car Tutogen se trouve à Neunkirchen, en Franconie. Sur le site de Plastinarium on lit que le lancement de la plastination à grande échelle a commencé en 1977. Nous ne pouvons pas encore établir un lien entre les deux sociétés allemandes ni affirmer une implication de leurs activités dans le vol MH17. En tout cas le trafic d'organes et de corps a eu lieu avant la crise en Ukraine, durant les tueries de Maïdan, et ont toujours lieu aujourd'hui en Ukraine, comme le révèle de nouveau la découverte de corps dépecés en Ukraine où des organes manquent. Ces industries de recyclage existent et possèdent les moyens techniques et financiers comme la matière première pour pouvoir participer à la réalisation de la mise en scène macabre du vol MH17. Comme une secouriste insiste sur la présence de formol à très forte dose et de corps en plastique, pourquoi ne pas envisager cette piste, surtout que l'Allemagne ne dit rien sur ces commerces qui ne sont qu'un immense trafic de corps humains et que le premier rapport hollandais ne parle pas de l'état des cadavres ?

Odeur de chimie et auréole verte. La télévision Anna News a publié le témoignage d'une femme secouriste qui commente les photos du crash du vol MH17. « Je suis arrivée 20 minutes après le crash. Les corps qui gisaient sur la route asphaltée étaient entourés d'une auréole humide. Ce n'était pas du sang. C'est peut être du gras ou un liquide, tout mais pas du sang. Et dans la nuit ces morceaux de corps émettaient une lumière phosphorescente verte. En plus ça sentait incroyablement fort et pas la décomposition comme les précédents témoignages le disent mais ça sentait un produit chimique. C'était impossible de rester à côté du plus gros débris de l'avion. Cela piquait les yeux. Cela sentait le formol, un produit employé pour la conservation des corps » - Dans la fabrique de Guben (Plastination), pour exemple, les ouvriers, souvent des chômeurs en fin de droit obligés par l'Arbeitsagentur d'y travailler sous la menace de perdre leurs allocations, mettent les cadavres dans des cuves et les dépècent. « Les cadavres n'étaient pas dispersés sur la scène de l'accident. La plupart des corps étaient réunis en un tas même si des corps ont été trouvés dans un rayon de 10 kilomètres. Sur le lieu du crash on a trouvé de nombreux oiseaux morts. Sur ces oiseaux on a trouvé du sang frais et sec. Mais parmi les cadavres nous n'avons pas trouvé une seule goutte de sang même dans le cas où les têtes étaient scindées en deux. Quand nous avons travaillé sur le site une femme reporter habituée à plusieurs scènes de crashs d'avion a expliqué que normalement il y a un océan de sang. Durant les premières 30 minutes où je me trouvais sur le lieu de la catastrophe je ne pouvais pas croire que ces corps étaient vrais. Ils étaient comme des mannequins d'un magasin ». En montrant une photo à la journaliste de Anna News, la secouriste dit, « Regardez ici ! Ce corps est totalement abîmé et on ne voit pas de sang ! », et quand la journaliste dit qu'il y avait donc une forte odeur de formol et de décomposition, la secouriste reprend, « non, pas de décomposition, de formol ». Montrant une autre photo la secouriste dit que les corps étaient « comme gonflés, comme en plastique, comme des corps en plastique de couleur jaune ». La secouriste parle de la présence de nombreux documents comme les passeports qui sont restés intacts avec beaucoup de papier et que rien n'a été brûlé. « Il y avait un grand nombre de valises avec des vêtements d'hiver alors que nous étions en été et toutes les photos des appareils photos ou des téléphones portables dataient de l'année 2013 », fait remarquer la secouriste. /N

 

Les opinions exprimées dans ce contenu n'engagent que la responsabilité de l'auteur.
Lire la suite: http://french.ruvr.ru/2014_09_09/Le-vol-MH17-de-Malaysia-Airlines-rempli-de-cadavres-plastines-2630/

Posté par Jocegaly à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

10/09/14

Holllande - Président en décomposition

Sur COMITE VALMY

Président en décomposition  Par Jacques Sapir

mercredi 10 septembre 2014, par Comité Valmy

 

Président en décomposition

Par Jacques Sapir

9 septembre 2014

Nous sommes désormais non plus dans une crise politique, mais dans une crise de légitimité du Président de la République, et probablement dans une crise de régime. Jamais, même dans les années qui suivirent Mai 1968, nous n’avions connu une telle situation. Sous nos yeux, la présidence de François Hollande se décompose. Au delà de la dimension personnelle de cet échec, c’est bien la question des institutions, et de l’Etat, qui est posée.

Précis de décomposition.

Elle se décompose économiquement. La politique menée par les gouvernements Ayrault et Valls est un échec cuisant. Ceci avait été dit dès l’automne 2012. Il n’y a pas eu d’inversion de la courbe du chômage, car la politique suivie, et qui est en continuité avec celle du gouvernement de François Fillon sous la présidence de Nicolas Sarkozy, a durablement cassée les dynamiques de croissance. La répression budgétaire couplée à une inflation très basse enfonce le pays dans des difficultés dont il ne sortira pas. Tout le monde sent qu’il faut un changement radical, et non de simple ajustement, voire ce que propose une partie de la droite parlementaire, un surcroît de répression budgétaire. La désindustrialisation continue de progresser et le gouvernement se réjouit de la baisse de l’Euro, mais sans rappeler que pour être utile à la France, il faudrait que l’on atteigne un taux de change de 1,05 à 1,10 Dollar pour un Euro. Nous en sommes encore très loin. Elle se décompose politiquement. La chute de la confiance des Français dans leur Président atteint des niveaux inégalés. La France est désormais sans voix, que ce soit au sein de l’Union européenne ou de manière plus générale dans les relations internationales ; les dernières palinodies sur le contrat des BPC de la classe « Mistral » en témoignent. Et c’est cette France sans voix qui pourrait parler haut et fort tant à nos partenaires, et en particulier à l’Allemagne, qu’à nos alliés ? On croit rêver. La vérité, cruelle mais limpide, est que nous sommes arrimés au char de l’Allemagne et soumis à la domination de Washington. Mais, cette décomposition politique atteint désormais le cœur de l’appareil d’Etat. Qui peut croire que le Premier Ministre, homme ambitieux et de peu de principes, restera fidèle au Président alors que la chute de popularité de celui-ci l’entraîne vers l’abime ? Manuel Valls cherche désormais fébrilement comment il pourra rompre avec François Hollande pour préserver son capital politique et ne pas couler avec lui. Au sein de la majorité, c’est la débandade. Les socialistes que l’on dit « frondeurs » ou « affligés » sont aujourd’hui devant leurs contradictions. Tout soutien à ce gouvernement est un soutien à une politique qui est, chaque jour, plus antisociale et plus destructrice économiquement. Ils sentent bien que ce ne sont pas des mesurettes tant fiscales que budgétaires qui peuvent inverser la tendance dramatique de l’économie française. Mais, ils renâclent devant la seule solution qui reste aujourd’hui. Seule, une sortie de l’Euro et une dépréciation des monnaies de la France mais aussi des pays d’Europe du Sud permettrait d’inverser la situation, de retrouver la croissance et donc les grands équilibres, qu’il s’agisse du budget, des comptes sociaux ou de la balance commerciale. Ils sont nombreux à le savoir, mais ils restent fascinés par ce totem appelé « Union européenne ». Ce qui reste de l’opposition de gauche est, quant à elle, tétanisée par la perspective de la rupture avec le Parti « socialiste » et prisonnière des alliances électorales qu’impose notre système politique. Cette situation conduit un nombre toujours plus grand de Français à se tourner vers le Front national. Ceci était parfaitement prévisible. Mais, au lieu de réfléchir sur la rupture qui s’impose dans la politique économique du pays, on préfère chercher à se servir de la montée électorale du Front National pour trouver de nouveaux arguments et de nouvelles justifications à un immobilisme tant économique que politique. C’est une stratégie perdante, à l’évidence.

Mais la présidence Hollande se décompose aussi symboliquement. Une affaire anecdotique prend sous nos yeux la dimension d’une affaire d’Etat. Rien n’est plus symbolique que l’émotion et le tohu-bohu qui ont été provoqués par le livre de Valérie Trierweiler dont chacun soupçonne qu’a défaut d’être exact il pourrait être vrai. L’image d’un Président réduit à la posture d’un adolescent incapable d’assumer la conséquence de ses actes est dévastatrice. Mais, ce livre en dit aussi long sur l’envahissement de la sphère publique par les émotions privées. Avec la fin actée de la séparation entre les deux sphères, nous comprenons tous que la démocratie est en danger. C’est pour cela, sans doute, que l’anecdote d’un livre devient un fait de société. Cette décomposition symbolique scelle alors le caractère irrémédiable de la décomposition économique et politique.

Cette triple décomposition signe non seulement une dramatique perte de crédibilité du président de la République, mais aussi une perte de sa légitimité. Ce n’est pas seulement la légitimité de l’homme qui est atteinte, et durablement ; c’est la légitimité du système politique. L’échec de François Hollande n’est pas une page blanche sur laquelle un impatient aurait griffonné et raturé. Survenant après la Présidence de Nicolas Sarkozy, qui déjà avait dramatiquement affaibli les institutions, elle signe la crise de l’Etat, et sans doute sa propre décomposition.

La catastrophe prévisible.

Cette situation était, hélas, prévisible. Elle était inscrite dans le tour pris par la politique dès l’automne 2012. Elle devenait inévitable avec le choix par le Président de Manuel Valls comme Premier Ministre au printemps 2014, dont on a dit et écrit qu’il constituait une faute grave. Le président pourra toujours invoquer les campagnes menées pas ses ennemis politiques, mais elles ne sont que normales dans une démocratie. De ses adversaires, il ne devait rien attendre, comme il était futile d’espérer en une modification du contexte économique international pour sauver une politique aux effets désastreux. Louis XIV écrivait déjà « toujours, faire fond du pire ; l’espérance est mauvais guide »[1]. Plutôt que de se chercher des excuses, de partir en quête de quelques boucs émissaires, le Président ferait mieux de s’interroger sur lui-même, de se demander pourquoi il a été incapable d’élargir réellement la palette des avis qu’il recevait, ce qui se cache dans le choix de ses amis les plus proches pour l’entourer. Eut-il voulu délibérément se couper du monde et de la réalité qu’il n’y serait pas mieux parvenu. Cette construction autistique traduit un refus de la réalité. Non qu’il faille abandonner ses convictions face au réel. Jamais nous n’avons demandé quelque chose de tel. Mais, l’homme (ou la femme) de caractère se voit en ce qu’il (ou elle) part du réel et se donne les moyens pour le transformer. Ceci, jamais François Hollande ne le fit, et pour cela il va tout perdre, le pouvoir bien sur, mais aussi la réputation et son parti politique, qui risque fort de ne pas se remettre de l’impasse dans lequel il l’a conduit. Il va perdre enfin l’Europe, qui risque fort de ne pas survivre à la crise qui vient et dont on pressent qu’elle sera cataclysmique. Il n’a pas compris qu’en sacrifiant l’Euro, il conservait une chance de sauver l’Union européenne.

Ce n’est pas un problème d’intelligence, car de cela il apparaît raisonnablement doté. Mais, il combine une vision étriquée des choses, et pour tout dire fort idéologique, avec un manque de courage auquel s’ajoute un manque d’empathie. On n’est pas obligé d’être un parangon de vertu, de ce courage moral prisé par les Anciens. On ne peut s’abonner au courage comme l’on s’abonne à la Revue des Deux Mondes. Mais alors, il convient d’avoir de l’empathie pour ses concitoyens. Or, François Hollande se révèle froid, dur aux faibles accommodant aux puissants. On n’est pas obligé d’être en permanence dans l’empathie, mais alors il faut compenser cette froideur par du courage moral. Ce qui n’est pas acceptable chez un homme politique de cette ambition c’est la froideur pour autrui qui s’accompagne de l’apitoiement sur soi. On ne se fait pas élire pour flatter son égo mais pour servir.

Refuser le désastre

De ce désastre qui s’annonce, quels seront donc les formes ? Le pouvoir présidentiel va continuer à de déliter à une vitesse accélérée. Les mois qui viennent verront François Hollande abandonné par ses alliés, que ce soit en Europe ou en France. D’ores et déjà, il est tenu pour quantité négligeable par l’Allemagne, méprisé à Londres et considéré comme un valet à Washington. Mais, c’est en France même que les coups les plus durs se préparent. Il verra dans les six mois qui viennent le Parti « socialiste » passer sous la coupe de ses adversaires, Martine Aubry en tête et surtout il verra Manuel Valls le trahir. Rien de personnel dans l’éclat qui se prépare. Mais, la logique de nos institutions veut que le Premier Ministre, s’il entend préserver ses chances futures, s’oppose à un Président à l’agonie et construise son image contre l’homme qui l’a nommé. Manuel Valls va ainsi chercher progressivement la rupture.

Si François Hollande peut, théoriquement, rester en fonction jusqu’en 2017, il sera probablement contraint de dissoudre ce printemps, si ce n’est avant. Il pourrait choisir de précipiter l’épreuve. Une dissolution dans les semaines qui viennent serait douloureuse incontestablement pour le Parti « socialiste », mais elle prendrait de court l’UMP, qui n’est pas remise de la guerre fratricide en Fillon et Copé, et elle confronterait le Front National à une échéance à laquelle il n’est sans doute pas prêt. Une dissolution rapide serait sans doute une solution moins douloureuse qu’une dissolution contrainte par le délitement des soutiens parlementaire au printemps prochain. Une dissolution rapide serait aussi moins catastrophique pour l’élection présidentielle de 2017.

Une autre solution est cependant possible, qui au lieu de chercher à limiter le désastre se donne pour objectif d’inverser la tendance. C’est la rupture symbolique avec l’Allemagne pour tenter de retrouver des marges de manœuvres économiques. Cette rupture aurait l’avantage de permettre au Président de se présenter comme celui qui a tout tenté et qui, devant l’obstination allemande, en prend acte et provoque une crise. Renverser la table peut être une méthode pour retrouver du crédit quand on est dans une position de faiblesse. Le Général de Gaulle en usa ainsi en des moments terribles. Cela implique alors de se séparer rapidement de Manuel Valls, prenant ainsi de court ses velléités d’indépendance, et de choisir un homme qui incarne, depuis maintenant des années, « l’autre politique ». Cette politique passe par la sortie de l’Euro, faite de manière décidée et irrémédiable. Car, une sortie de l’Euro redonnerait immédiatement un dynamisme économique à la France qui changerait du tout au tout la situation. L’Euro est une vache sacrée, mais c’est dans le cuir des vaches sacrées que l’on taille les chaussures pour qui veut avancer.

Quand tout semble perdu, c’est le moment de passer à l’attaque. Tel devrait être le raisonnement tenu par François Hollande. La logique de la situation devrait le conduire à cette conclusion. Sinon, il sera comme la bête de boucherie que l’on conduit à l’abattoir. Mais peut-être est-ce cela sa vérité profonde. Qu’il ne nous demande pas, alors, de nous apitoyer sur son sort.


[1] Instruction à l’attention du Grand Dauphin.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.


More Posts

Posté par Jocegaly à 14:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

8 aliments pour se nettoyer le foie de façon naturelle

 Sur le site sante-nutrition.

8 aliments pour se nettoyer le foie de façon naturelle

10 août 2014

Le foie est le premier organe impliqué dans l’élimination des toxines de votre corps. Il purifie et nettoie votre corps en filtrant les éléments toxiques de votre sang, et aide à digérer la nourriture.

Un foie en bonne santé a pour fonction organique de brûler les graisses ; il prélève les nutriments de la nourriture et les transforme en composants essentiels de votre sang en captant les vitamines et minéraux et en produisant des protéines et des enzymes, ce qui participe à l’équilibre hormonal. Notre foie aide également notre système immunitaire à combattre les infections, il élimine les bactéries de notre sang et produit de la bile, nécessaire pour la digestion de la nourriture.

Lorsque notre foie est mis à mal par le stress ou par une exposition trop importantes à des toxines, tout notre système interne peut être affecté, ce qui peut causer de graves problèmes de santé. N’oublions pas qu’il produit de la bile, qui aide à la purification, et qu’elle est nécessaire à l’élimination et à l’assimilation des graisses et des protéines de notre nourriture.

C’est pourquoi il est essentiel que notre foie bénéficie d’une attention particulière, car un foie en mauvais état est incapable de traiter de manière efficace les nutriments de votre nourriture, ou de purifier le sang qui circule dans votre corps. Le docteur Karl Maret écrit, au sujet de l’importance d’un bon fonctionnement hépatique : « Les milliers de systèmes d’enzymes qui sont responsables de presque toutes les activités du corps sont générés dans le foie. Le bon fonctionnement de la vue, du cœur, du cerveau, des organes reproducteurs, des articulations et des reins dépend entièrement d’une bonne activité hépatique. Si le foie n’est pas en mesure de produire ne serait-ce qu’un seul des milliers de systèmes d’enzymes dont le corps a besoin, le corps tout entier est dérangé, ce qui provoque un stress métabolique important ».

 

Voici donc 8 aliments importants qu’il faut envisager d’intégrer à un régime quotidien afin de garder un foie en bonne santé.

avocat

L’avocat

Inclure davantage d’avocats dans votre régime peut aider votre corps à produire un type d’antioxydant appelé « glutathion », dont notre foie a besoin pour filtrer les composants toxiques, et ainsi améliorer son pouvoir purifiant. Des recherches ont montré que manger un ou deux avocats par semaine durant ne serait-ce qu’un mois peut réparer un foie endommagé.

L’ail

Il contient de nombreux composés organo-sulfurés, dont l’allicine et le sélénium, deux puissants nutriments dont il a été démontré qu’ils aident à protéger le foie des dégâts liés aux toxines, et à activer les enzymes hépatiques responsables de l’extraction des toxines de notre corps.

Le pamplemousse

C’est un fruit naturellement riche en vitamine C et en antioxydants, deux puissants agents de purification hépatique. Tout comme l’ail, le pamplemousse contient des composés qui améliorent la production d’enzymes hépatiques ayant un rôle détoxifiant. Il contient également un composé flavonoïde, la naringénine, qui aide le foie à brûler les graisses plutôt qu’à les stocker. Manger du pamplemousse ou boire son jus peut aider votre foie à évacuer les toxines et les substances cancérigènes.

thé vert

Le thé vert

Rempli d’antioxydants connus sous le nom de catéchines, dont il a été prouvé qu’elles améliorent les fonctions hépatiques. Des études ont également démontré qu’elles aident l’élimination graisseuse du foie et favorisent une bonne fonction hépatique. Cette excellente boisson à base d’herbes protège également le foie contre les toxines susceptibles de l’endommager sérieusement.

Les noix

Riches en L-arginine (un acide aminé), en glutathion et en acides gras oméga 3, qui contribuent au processus de purification du foie et aident à détoxifier le foie de l’ammoniac, qui cause des maladies. Les noix facilitent également l’oxygénation du sang, et les extraits de leurs coques sont souvent utilisées dans la production de formules de purification du foie.

Les légumes-feuilles

Comme par exemple les épinards, la margose, la roquette, les feuilles de pissenlits, la chicorée et la laitue. Ces légumes-feuilles sont en mesure de neutraliser les métaux lourds, les produits chimiques et les pesticides présents dans vos aliments, et d’agir comme mécanisme protecteur du foie, en favorisant la production et le flux de bile purificatrice.

Les légumes crucifères

Les légumes tels que le brocoli, les choux-fleurs ou les choux de Bruxelles aident également à augmenter la présence de glucosinolates (composés organiques) dans notre corps, ce qui facilite la production d’enzymes digestives.

Le curcuma

C’est l’un des aliments les plus efficaces pour maintenir le foie en bonne santé. Il a été démontré qu’il protège activement le foie contre les dégâts toxiques, et régénère même des cellules hépatiques endommagées. Le curcuma améliore également la production naturelle de bile, réduit l’engorgement des conduits hépatiques et améliore la fonction globale de la vésicule biliaire, autre organe purificateur du corps. Il s’agit d’une forme naturelle de détoxifiant pour le foie.

Natural cures not medicine


Posté par Jocegaly à 14:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

MISTRAL - le revirement de Hollande

 

10/9/14

Jean-Jacques Candelier, Député à l'Assemblée nationale
Le Mistral (navire porte-hélicoptères d’assaut de l’entreprise DCNS) ne serait livré à la Russie qu’en cas de cessez-le-feu et d'accord politique en Ukraine, a indiqué François Hollande, qui compte prendre une décision définitive fin octobre.

C’est un revirement, car la position de la France était d’honorer cette commande. Et ce revirement intervient à rebours des événements, puisque la Russie a proposé un plan de règlement du conflit.

Le contexte de ce gel de livraison ? Il s'est justement tenu un sommet de l’OTAN... L'OTAN, une organisation belliciste qui se croit investie de la sécurité du monde en lieu et place de l’ONU et qui jette de l’huile sur le feu en permanence sur le conflit en Ukraine.

Hollande veut sans doute nous faire croire qu’il est un grand humaniste : « Comment pourrais-je autoriser la livraison d'un bateau qui peut demain être un bateau de guerre ? » Mais un navire de guerre est toujours un navire de guerre, Monsieur le Président ! Et en Ukraine, il s’agit de combats terrestres ! Le Mistral ne servirait à rien à la Russie !

Par contre, les armes françaises vendues à Israël servent effectivement à des crimes de guerres en Palestine. Rien à dire là-dessus, Monsieur le Président ?

Contradiction ? Pas du tout ! En réalité, François Hollande reste toujours le vassal des États-Unis.

Les ouvriers des chantiers STX peuvent légitimement nourrir des craintes. Le contrat russe a été une bouffée d'oxygène à Saint-Nazaire, garantissant 1 000 emplois pendant 4 ans.

Le contribuable aussi peut s’inquiéter, car les contrats militaires sont assortis de la garantie financière de l’État (assurance COFACE). Si Hollande décide d’annuler le contrat, DCNS devrait payer des pénalités qui pourraient atteindre le milliard d'euros.

Posté par Jocegaly à 11:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Roland Dumas : "La France, chien d’avant-garde de l’OTAN "

Sur l'HUMANITE

 

 

Roland Dumas : "La France, chien d’avant-garde de l’OTAN "

Otan-Russie
Entretien réalisé par émilie denètre, l'humanité dimanche
Vendredi, 5 Septembre, 2014
Photo : Éric Piermont/AFP
L'ancien ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas.
Photo : Éric Piermont/AFP
Dans l'Humanité Dimanche. Les 4 et 5 septembre, les membres de l’OTAN se sont réunis à Newport, au Royaume-Uni. Au menu des discussions : l’Ukraine. Alors que le pays en appelle à l’Alliance et envisage de relancer son processus d’adhésion, l’OTAN devra trancher sur l’envoi ou non d’une aide matérielle à Kiev. L’ancien ministre des Affaires étrangères, Roland Dumas (1), nous livre son inquiétude sur la dérive de l’OTAN et sur ses conséquences sur la diplomatie française.

Humanité Dimanche. Est-ce que l’OTAN a encore une raison d’être ?
Roland Dumas. Elle peut en avoir une, pour ceux qui la gèrent ! Historiquement, l’Alliance atlantique était une alliance militaire qui avait une compétence géographique très limitée, l’Atlantique Nord, et qui avait un objectif : finir la guerre contre l’Allemagne. Donc, si l’on regarde l’ensemble de ces éléments, on se rend compte qu’elle n’a plus aujourd’hui de raison d’être. On avait décidé, alors que j’étais aux Affaires, du démantèlement des pactes. On ferait disparaître les deux alliances : l’Alliance atlantique et le pacte de Varsovie. Le pacte de Varsovie a bien été dissous mais l’OTAN, non... elle s’est même élargie (avec la Pologne et les États baltes) et renforcée. Il suffit d’écouter M. Rasmussen, son secrétaire général, pour se rendre compte que l’OTAN est devenue un instrument guerrier.

HD. Justement, l’Ukraine appelle l’OTAN à l’aide et envisage d’intégrer l’Alliance...
R. D. L’OTAN intervient à tout propos. En quoi son secrétaire général peut prendre la parole pour dire comme il l’a fait : « Je somme les Russes de ne plus envoyer d’armements aux russophones d’Ukraine ! » Au nom de quoi cette Alliance, qui était faite pour finir la guerre contre l’Allemagne avec une compétence sur l’Atlantique Nord, peut se mêler de choses aussi importantes que l’Ukraine ? Lorsque nous discutions du désarmement (lors de la chute de l’URSS – NDLR), mon homologue russe insistait pour que l’OTAN ne dispose pas d’armements dans les pays qui avaient fait partie du pacte de Varsovie, c’est-à-dire à proximité de sa frontière. C’était l’essence même de la paix. Tout le monde était d’accord. Eh bien, les Américains n’en ont pas tenu compte. Ils ont acheminé des armes dans les pays Baltes et en Pologne. D’où la controverse lorsque Poutine arrive au pouvoir. Il dit : « Vous n’avez pas tenu votre parole. » On n’a vraiment aucun intérêt à agiter le chiffon rouge devant le nez des Russes pour les effrayer ou pour les faire caler. En réalité, en quoi la Russie nous menace-t-elle ? Ce n’est pas une façon de traiter une grande puissance, qui a eu, au même titre que les Américains, sa part dans la victoire de 1945. La situation est devenue explosive et elle va l’être de plus en plus. Il existait un équilibre du monde et c’est cet équilibre qui est rompu.

« SORTIR DE L’OTAN ? IL FAUDRAIT UNE AUTORITÉ MONDIALE INCONTESTABLE. CE N’EST PAS POUR DEMAIN, CAR AUJOURD’HUI, CE SONT DES NAINS. »

HD. Quelles ont été les conséquences, pour la France, de la réintégration du commandement intégré de l’OTAN ?
R. D. Chirac voulait déjà réintégrer le commandement mais avec des compensations. Les Américains lui ont ri au nez. Les choses sont restées en l’état. Puis Sarkozy lui a emboîté le pas, mais cette fois-ci sans demander la moindre compensation ! Quant à Hollande, il n’a pas remis en cause cette décision, et ce à mon grand désespoir. Il l’a dit quasiment au lendemain de son élection... c’était assez caractéristique. Je pensais qu’il n’aurait pas, au moins dans ce domaine, un réflexe de suivisme. Aujourd’hui, la voix de la France est totalement occultée. Nous suivons la diplomatie américaine tout en essayant de donner l’illusion que nous existons sur la scène internationale. Alors nous aboyons plus fort que les autres. La France est devenue le chien d’avant-garde de l’Alliance, au risque d’apparaître comme une nation « va-t-enguerre ». Nous avons complètement tourné le dos à la position « traditionnelle », adoptée dès l’aprèsguerre. À chaque fois que j’allais à l’OTAN, le président Mitterrand me disait : « Surtout Dumas, souvenezvous, nous ne sommes pas dans le commandement intégré. » Comprendre : n’obéissez pas à toutes les décisions qui seront prises ! Avant, la voix de la France comptait et elle était souvent écoutée.
 

HD. Peut-on encore sortir de l’OTAN ?
R. D. On peut, mais c’est une décision si importante qu’il faudrait le prestige de De Gaulle pour faire cela. Il faudrait quelqu’un avec une autorité mondiale incontestable et des circonstances qui feraient que tout le monde comprendrait cette décision. Ce n’est donc pas pour demain car aujourd’hui, ce sont des « nains ».

(1) Membre fondateur du groupe des 20 qui réunit d’anciens ministres des Affaires étrangères français et des diplomates. Ce groupe analyse la position actuelle de la diplomatie française.

Posté par Jocegaly à 09:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

09/09/14

Les maillons faibles de l’OTAN

Sur ARRÊT SUR INFO

 

Les maillons faibles de l’OTAN

PAR LE KERGOAT

amiri20130213171358703

L’agressivité dont fait preuve l’OTAN, sa volonté de s’étendre à tout prix, ne sont nullement des preuves de force. Ce sont, au contraire, des signes de faiblesse.

L’OTAN ne peut désormais plus survivre qu’en s’accroissant sans cesse toujours plus. Oui, mais voilà, les arbres ne montent pas jusqu’au Ciel. Arrive un moment où le Géant ne peut plus grossir, un temps où le Monstre ne peut plus enfler, et… comme une baudruche, il explosera.

L’OTAN a déjà ses failles, ses lignes de faiblesse, ses points faibles. Ils sont prêts à éclater. Les fissures ne sont pas toujours aux endroits les plus attendus, parceque le système otanien est si complexe qu’en réalité, il craque déjà en beaucoup d’endroits.

Dès qu’un pays tombera, quittera l’OTAN, l’édifice s’écroulera comme un chateau de dollars sans valeur.

Voyons les cinq maillons faibles d’aujourd’hui.

Quand l’OTAN joue au Maillon Faible

1– La Turquie

Contrairement aux apparences, la « Faille Turque » de l’OTAN n’a rien d’inattendue.

En réalité, la Turquie n’a jamais eu aucun points commun avec les valeurs que l’OTAN prétend défendre. La dictature de Kemal Atatürk établie de 1920 à 1938 tiendra plus des régimes facistes européens que des démocraties occidentales. Il n’y eut jamais eu d’élections libres dans la Turquie d’Atatürk. Quand à la « laïcité » turque, elle n’avait rien à voir avec la laïcité française. Elle tenait dans le fait que le gouvernement d’Ankara contrôlait les mosquées et absolument pas dans une séparation du religieux et de l’état. En réalité, la Turquie n’a jamais été laïque. Elle a vécue, jusqu’à l’arrivée des Islamistes au pouvoir sous un régime semblable à celui du Concordat de Bonaparte.

En 1952, la Turquie adhéra à l’OTAN. Ce fut un mariage de raison, deux raisons, devrais-je écrire. L’OTAN intégrait la Grèce, « abandonnée » aux capitalistes par Staline. La Turquie ne voulait pas laisser son ennemi juré rejoindre seul une alliance militaire qui aurait pu la menacer. D’autre part, en 1952, la Turquie comme l’Iran ne craignait point les Islamistes, mais… les Communistes (même si celà fait sourire aujourd’hui). Les USA et l’OTAN étaient le rempart.

Mais depuis, ce mariage imposé, a pris des coups de canif (ou de sabre !) dans le contrat. La Turquie s’est vu refuser son entrée dans l’UE, ou tellement différée qu’elle n’y croit plus, et lorgne aussi vers les ex-républiques soviétiques musulmannes et turcophones. La vision géopolitique d’Ankara n’est plus une vision atlantique.

Tout celà finit par se traduire dans les faits.

En 2003, la Turquie a refusé de participer activement à la curée contre l’Iraq. Elle interdira même le survol de son territoire aux avions américains. Sa participation se limita à… surveiller sa frontière. On a fait mieux comme alliance !

A chacun son tour d’être cocu. En 2013, la Turquie se remit difficilement du refus de Barack Obama d’attaquer son nouvel ennemi syrien.

Décidémment ce pays de 80 millions d’habitants grand comme une fois et demie la France, qui ne partage aucune de nos valeurs, semble bien décidé à jouer sa partition en solo ! Quoi de plus naturel ?

Vladimir Poutine ne s’y trompe pas. Et dans le cadre de sa politique très asiatique, la Russie « drague » désormais ouvertement la Turquie.

La Turquie est mûre pour quitter l’OTAN, sans perte ni fracas, en douceur mais fermement. Lorsque cette rupture se produira, l’OTAN ne pourra pas faire grand chose. Le « morceau » turc est trop gros.

2 – La Lettonie.

Ce pays est à l’opposé de la Turquie. Tout l’unit à l’OTAN. Ses racines européennes, sa religion chrétienne, sa laïcité… tout. Tout sauf une chose.. la moitié de sa population. En Lettonie, la minorité russophone représente presque 50% de la population, même si elle est sous-estimée aujourd’hui.

Cette immense minorité ne jouit là bas d’aucun droit. Ce qui est un scandal absolu dans une UE qui vous vend l’ « Egalité des Droits » à tout bout de champs, mais on sait désormais après la Yougoslavie et l’Ukraine à quoi s’en tenir avec la bande de voyous qui la dirige ! Les Lettons Russophones ne sont même pas citoyens de leur propre pays ! même s’ils ont toujours parlé le russe depuis leur enfance alors que la langue officielle du pays à l’époque (URSS) était le russe : rien à voir avec des immigrants arrivant en France qui doivent apprendre le français, leur situation est celle que connaîtraient aujourd’hui des Rennais qui seraient privés de tout droit parceque ne parlant pas le breton !

Il s’agit d’un véritable Apartheid au coeur même de l’UE et de l’OTAN. Les Russophones n’ont même pas le droit de vote ! Ils sont traités comme l’étaient les Noirs dans l’Afrique du Sud de l’Apartheid.

Quand on sait qu’à Riga, la capitale, ils sont 53% ; on conçoit qu’on est assis là sur une bombe.

Comme en Ukraine, cette bombe finira par exploser et la Lettonie sortira, dans la violence, ou avec un gouvernement pacifique soucieux d’apaiser les tensions, de l’OTAN.

La situation est identique dans les autres pays baltes (Estonie et Lituanie), mais c’est en Lettonie que le problème est le plus criant à cause de l’importance de la minorité russophone.

3 – La Grèce

Comme la Turquie, la Grèce est entrée par effraction dans l’OTAN, en 1952. Elle y entrée pour contrebalancer l’arrivée de la Turquie rentrée pour contrer celle de la Grèce… l’histoire d’un serpent qui se mord la queue ? Pas forcément, c’était une façon pour les Etats-Unis de resserer leur contrôle sur cet état naturellement rebelle. En tout cas la lutte contre l’URSS ne pouvait pas être la vraie raison de l’entrée de la Grèce dans l’OTAN puisque nous l’avons dit, Staline avait abandonné la Grèce ! S’il l’avait voulu dans le camp soviétique il aurait tenté sa chance avant.

Même dans l’OTAN, depuis le début, et surtout depuis la chute du Mur de Berlin, Athènes n’arrête pas de lorgner du côté de Moscou. Et que je te conteste les « sanctions » (en fait le blocus) contre la Russie , et que je t’achète des armes russes au lieu d’armes américaines (ça fait quand même mauvais genre pour un pays de l’OTAN) et que je coopère joyeusement, y compris militairement, avec la Sainte Russie, ennemie jurée de l’OTAN ! Ben voyons !

On échappe pas à son histoire !

La Russie revendique haut et fort l’héritage de Byzance (relire à ce propos le discours de Poutine sur la Crimée), elle en assume la succession. La Russie représente et défend les Chrétiens d’Orient dont les Grecs font partie, plutôt que la laïcité. Elle est le leader du Monde Orthodoxe. Athènes ne peut pas y rester insensible, et n’y reste pas insensible.

4 – la France

Le solide ancrage actuel de notre pays dans l’OTAN ne doit pas tromper. La France, malgré des gouvernements désastreux garde un énorme potentiel (nous sommes la deuxième puissance maritime mondiale après les Etats-Unis) et un peuple jalousement attaché à son indépendance.Nous avons les moyens de sortir de l’OTAN. La sortie de l’OTAN qu’avait faite De Gaulle devrait être au niveau de l’Histoire une simple répétition pour une sortie définitive. Nous serons juste des « récidivistes » de la « désertion » otanienne.

5 – L’Italie

Je l’ai gardé pour la fin, parceque c’est ma préférée ! Parmi tous ses dons qui le caractérisent le peuple italien à celui de la réorientation géostratégique au bon moment ! ( L‘Italie avait quand même trouvé le moyen de déclarer la guerre à l’Allemagne le 13 octobre 1943 quand ça commençait à mal tourner pour eux !). Ainsi l’ancien leader Silvio Berlusconi vient d’expliquer que nous avons fait fausse route en attaquant Poutine.

L’Italie ne sera certainement pas le premier pays à quitter l’OTAN, mais quand elle partira, à mon avis ça sentira vraiment le roussi pour l’OTAN !

Pour ne pas conclure

Rencontrer autant de situations très différentes, c’est presque inévitable, inhérent à un empire comme celui de l’OTAN. Loin d’être une richesse, comme le voudrait le Politiquement Correct, cette diversité nous le voyons est une faiblesse, la Faiblesse des grands empires…celle qui en vient toujours à bout.

8 SEPTEMBRE 2014

Source: AGORAVOX

Posté par Jocegaly à 14:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

UKRAINE - le vol MH17 a été détruit par un chasseur

Sur LES MOUTONS ENRAGES

 

Les premières conclusions des enquêteurs néerlandais confirment que le vol MH17 a

été détruit par un chasseur

 

 

Alors que toute la presse atlantiste reprenait la narrative du département d’état américain concernant le Boeing malaisien abattu au dessus de l’Ukraine, et affirmait que l’avion avait été abattu par un système anti-aérien de type Bouk mis en oeuvre par les séparatistes, les enquêteurs néerlandais chargés de l’enquête viennent de rendre leurs premières conclusions. Pas de bol pour les mythomanes de l’OTAN et la presstitute occidentale, les premiers éléments démontrent que l’avion a de toute évidence été abattu par un chasseur.

Mais rappelons-nous ce qu’affirmaient nos médias « libres » à propos du crash, par exemple sur LCI :

LCI mh17Pas de doute, ce sont les séparatistes…

 

 

J’apprécie tout particulièrement  l’hypocrisie du JDD :

JDD mh17Si le chapeau de l’article affirme bien que deux versions contradictoires s’opposent sur l’origine du crash, le journal a clairement choisi son camp : dans le titre ce sont les pro-russes, les guillemets ne constituant qu’un faible saupoudrage déontologique…

En tout cas il ne faisait aucun doute pour l’ensemble de la presstitute, reprenant les communiqués de l’OTAN et de Kiev, qu’un missile, probablement armé par les séparatistes, était à l’origine du crash.

Pas de chance donc pour les mythomanes de Kiev et Washington et leurs relais médiatique, les enquêteurs néerlandais apportent aujourd’hui des éléments très concrets confirmant la « propagande » russe et les « théories du complot » comme l’illustrait ce titre du nouvel observateur du 21 juillet :

nouvel obs mh17

On peut ainsi lire dans leur rapport :

Cela ne ressemble pas franchement à un tir de missile anti-aérien mais confirme bel et bien la version russe selon laquelle le Boeing a été abattu par un chasseur SU-25 ukrainien.
Pour mémoire, dés le 22 juillet, RIA Novosti, agence de propagande pro-Russe bien connue, reprenait des informations sorties dans la presse russe (la presse pas libre qui ne fait que déverser la propagande du sanguinaire VladPoutine…) et affirmait qu’un chasseur SU-25 avait été repéré à proximité du Boeing. Mais évidemment, comme l’origine de ces informations se trouvait être le ministère de la défense russe, il s’agissait de vulgaire propagande.
Décidément quelle chance nous avons d’avoir une presse libre…

14 réponses à Les premières conclusions des enquêteurs néerlandais confirment que le vol MH17 a été détruit par un chasseur

  1. Il a aussi été dit qu’il s’agissait non pas d’un Su-25, mais d’un Mig-29 piloté par un pilote polonais … http://lesmoutonsenrages.fr/wp-content/plugins/wp-monalisa/icons/wpml_whistle3.gif

    http://www.liveleak.com/view?i=422_1407973495

    Un Mig-29 de la patrouille nationale ukrainienne (http://fr.wikipedia.org/wiki/Ukrainian_Falcons), réarmé en configuration « air-air » a d’ailleurs été vu, mais je n’ai pas gardé le lien; wikipedia nous apprend d’ailleurs que les USA en ont aussi :

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Mikoyan-Gourevitch_MiG-29

  2. Attention à ne pas céder à la désinformation dans l’autre sens…

    Je ne vois pas en quoi « dégâts structurels causés par un grand nombre de projectiles à grande vitesse qui ont pénétré dans l’avion depuis l’extérieur » ressemblerait plus à un tir de chasseur SU-25 ukrainien plutôt qu’un tir de missile anti-aérien.

    Sinon, il faut expliquer pourquoi…

    PS : sur wikipédia à propos du système anti-aérien de type Bouk
    http://fr.wikipedia.org/wiki/9K38_Buk-M1-2

    « Deux types de missiles sont utilisés, le 9М38M1 et le 9М317. Le missile s’approche de sa cible à 20m pour projeter des tiges en acier par détonation. »

    Voir aussi cet article de Jacques Sapir sur le MH17 :
    http://www.marianne.net/russe-europe/MH17-et-Su-25_a784.html

  3. Et qui pilotait ce chasseur ?…

    On va nous dire que c’était Poutine en personne ?!

    Pffff…

  4. Trou de canon de 30mm ? Mon cul oui !
    Lisez le rapport.
    Ces multiples impacts du cotés gauche de la carlingue sont le résultat d’une explosion du missile libérant du shrapnell.
    Compatible donc avec un tir de missile sol-air guidé par radar et qui explosent à proximité de la cible.
    Les canons de 30mm ne font pas ce genre de « trous », et les missiles air-air guidés par infra-rouge vont impacter les réacteurs.
    Bref les conclusions impliquant un missile Buk sont tout-à-fait plausibles.
    Maintenant, je n’accuse personne. Qui à tiré? Je m’en tape.
    Ce que je ne veux surtout pas c’est d’une guerre en Europe.
    C’est ce qui importe le plus, et je crois que des sites comme M.E. ou autres peuvent avoir un rôle à jouer dans la balance. Informer l’opinion et catalyser la résistance.
    Non à la guerre, l’Ukraine on s’en fout !
    Sur ce, qu’on se le dise: Poutine est un conard, un politicien véreux avide de pouvoir prêt à tout pour assouvir ses perverses ambitions.
    En disant cela je ne défends pas les dirigeants occidentaux qui sont du même acabit…
    Mais que ce soit clair dans vos têtes: Obama et Poutine n’ont que faire de votre bien être de petits européens gâtés. Si ils doivent vous sacrifier pour atteindre leurs objectifs stratégiques ils le feront sans état d’âme. Donc de grâce épargnez moi cette propagande pro russe à longueur d’article. Ne pouvez vous pas réfléchir de façon réaliste ?
    Ni Otan, ni Poutine : Non à la guerre, vive la liberté et mort aux cons !

    • OK pourquoi pas les missiles Buk mais regarde les engins qui les envoient

      http://fr.wikipedia.org/wiki/9K38_Buk-M1-2

      Nous sommes loin d’un système individel léger à même d’équiper des rebelles ou autres maquisards.
      Mais comme l’avion volait à 10 000 mètres ces équipements légers sont inopérants.

      De plus Kiev a aussi indiqué ne pas s’être fait prendre de tels missiles .

    • 1. »Compatible donc avec un tir de missile sol-air guidé par radar et qui explosent à proximité de la cible. » C’est possible.
      2. »Les canons de 30mm ne font pas ce genre de « trous », et les missiles air-air guidés par infra-rouge vont impacter les réacteurs. »Vrai pour les missiles sol air, pour les impacts de 30…..pas sur. »
      3.Poutine un connard, dans tous les cas un très bon joueur d’échec.
      4.Obama, se fout de nous, c’est vrai,mais Poutine lui, veux faire un grand marché Eurasien, c’est donc la meme chose ……
      5. L’utilisation d’un missile Buk demande une logistique très importante est des formations, que les rebelles au pouvoir des oligarchies non pas.
      6.Entendons nous , sur le prinçipe car sur les détails on n’y arrivera pas; ^^^^

  5. niakine. Non à la guerre, tu as fichtrement raison et si nous ne sommes pas en guerre c’ est grâce à qui? A Poutine!
    Alors merci qui??? Si si si on peut le dire…merci M’ sieur Poutine de nous avoir épargné ça!

Posté par Jocegaly à 14:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Paul Craig Roberts : L'avertissement au Monde : Washington et ses Vassaux de l'OTAN et d'UE sont Insensés

 Sur GLOBAL RESEARCH

 (traduction de l'article anglais par prompt)

 

 


NATO-options-Ukraine

Herbert E. Meyer, un cinglé qui était un assistant spécial au directeur de CIA depuis une période pendant l'administration de Reagan, a écrit un article demandant l'assassinat de président russe Poutine.

Si nous devons “le recevoir des pieds de Kremlin d'abord avec un trou de balle derrière sa tête, qui serait pas male avec nous.”  http://www .americanthinker.com/2014/08/how_to_solve_the_putin_problem.html 

Comme Meyer fol illustre, la folie que Washington a libérée sur le monde ne sait aucune contrainte. Jose Manual Barroso, installé comme la marionnette de Washington comme le Président de la commission européen, a dénaturé sa conversation téléphonique confidentielle récente avec le président de la Russie Poutine en disant aux médias que Poutine a publié une menace : “Si je veux, je peux prendre Kiev dans deux semaines.”

Clairement, Poutine n'a pas publié une menace. Une menace serait inconsistante avec l'approche non provocante entière de Poutine à la menace stratégique que Washington et ses marionnettes de l'OTAN ont apporté en Russie en Ukraine. Le représentant permanent de la Russie dans l'UE, Vladimir Chizhov, a dit que si le mensonge de Barroso est, la Russie communiquera le plein enregistrement de la conversation.

Quelqu'un familier avec la disparité entre les militaires ukrainiens et russes sait fort bien qu'il faudrait les 14 heures militaires russes, pas 14 jours, pour prendre toute l'Ukraine. Souvenez-vous juste ce qui est arrivé à l'Américain et israélien formé et a muni l'armée géorgienne quand Washington a mis ses marionnettes géorgiennes stupides sur l'Ossétie du Sud. L'armée géorgienne formée et munie américaine et israélienne s'est effondrée sous la contre-attaque russe dans 5 heures.

Le mensonge que la marionnette de Washington Barroso a dit n'était pas digne d'une personne sérieuse. Mais où en Europe est là une personne sérieuse dans le pouvoir ? Nulle part. Peu de gens sérieux sont tous du pouvoir. Considérez le Secrétaire général de l'OTAN, Anders Rasmussen. Il était un Premier ministre du Danemark qui a vu qu'il pourrait monter au-delà du Danemark en exerçant les fonctions de la marionnette de Washington. Comme le Premier ministre il a soutenu fortement l'invasion illégale de Washington de l'Irak, en déclarant que “nous savons que Saddam Hussein a des armes de destruction de masse.” Évidemment, l'imbécile ne savait une aucune chose et pourquoi l'irait importer si l'Irak avait vraiment de telles armes. Beaucoup de pays ont des armes de destruction de masse.

Selon la règle que quelqu'un qui sert Washington est élevé, le chiffre Rasmussen a été élevé. Le problème avec le fait d'élever des imbéciles peu scrupuleux consiste en ce qu'ils risquent le monde pour leur carrière. Rasmussen a mis maintenant l'intégralité de l'Europe de L'est et de L'Ouest en danger de l'anéantissement. Rasmussen a annoncé la création d'une force de pointe de lance de guerre éclair capable d'attaque de guerre éclair sur la Russie. Quels appels fantoches de Washington “le Plan d'Action d'Empressement” est justifié comme une réponse au comportement agressif de la “Russie en Ukraine.” Rasmussen “éclaircissant la force de pointe de lance” serait immédiatement anéanti avec chaque capitale européenne. Quelle sorte d'idiot provoque une superpuissance nucléaire de cette manière ?

Rasmussen affirme “le comportement agressif de la Russie”, mais n'en a aucune évidence. La Russie s'est levée sur la touche pendant que le gouvernement fantoche de Washington à Kiev a pilonné et a bombardé le logement civil, les hôpitaux, les écoles et a publié un ruisseau constant de mensonges contre la Russie. La Russie a nié les demandes des provinces de l'est et du sud maintenant indépendantes de l'Ukraine, les anciens territoires russes, pour être réunie avec la Russie. Comme les lecteurs savent, je considère la décision de Poutine comme une faute, mais les événements pourraient me prouver mal et c'est d'accord avec moi. Pour maintenant, le fait est que chaque acte de comportement agressif est le résultat du soutien américain et d'UE des nazis de Kiev. Ce sont les milices nazies ukrainiennes qui attaquent des civils dans anciens territoires russes de l'Ukraine de l'est et du sud. Un certain nombre d'unités militaires ukrainiennes régulières ont fait défection aux républiques indépendantes.

Oui, nazis. L'Ukraine de l'Ouest est la maison des divisions SS ukrainiennes qui ont lutté pour Hitler. Aujourd'hui les milices organisées par le Bon Secteur et d'autres organisations politiques de droite portent les insignes nazis des divisions SS ukrainiennes. Ce sont les gens que Washington et le soutien d'UE. Si les nazis ukrainiens pourraient gagner contre la Russie, qu'ils ne peuvent pas, ils allumeraient l'Ouest stupide, comme a ISIS financé par Washington que le dumbshits à Washington a lâché sur la Libye et la Syrie. Maintenant ISIS refait le Moyen-Orient et Washington semble impuissant.

Guillaume Binney, un ancien fonctionnaire de haut niveau dans l'Agence de Sécurité nationale américaine, avec les collègues de la CIA et des Services d'Intelligence Militaire, a écrit à chancelier allemand Merkel lui conseillant de prendre garde des mensonges d'Obama lors du sommet de l'OTAN prochain au Pays de Galles. Les fonctionnaires d'intelligence américains conseillent à Merkel de se souvenir des “armes de l'Irak de destruction de masse” et ne sont pas de nouveau trompés, cette fois dans le conflit avec la Russie. http://www .zerohedge.com/news/2014-09-01/ex-nsa-director-us-intelligence-veterans-write-open-letter-merkel-avoid-all-out-ukra

La question est : qui Merkel représente-t-elle ? Washington ou l'Allemagne ? Jusqu'à présent Merkel a représenté Washington, pas intérêts d'affaires allemands, pas les Allemands et pas intérêts allemands comme un pays. Voici une protestation à Dresde où une foule prévient le discours de Merkel avec les cris de “kriegstreiber” (warmonger), “le menteur, le menteur” et “aucune guerre avec la Russie.”  https://www.youtube.com/watch ? v =-wSMhGE_Mpk

Mon président de thèse de Ph.D., qui est devenu un haut fonctionnaire du Pentagone désigné de baisser la guerre du Viêt Nam, dans la réponse à ma question à propos de comment Washington finit par des Européens toujours faire ce que Washington veut a répondu : “L'argent, nous leur donnons de l'argent.” “Aide étrangère ?” J'ai demandé. “Non, Nous donnons les sacs pleins de dirigeants politiques européens d'argent. Ils sont pour la vente, Nous les avons achetés. Ils nous annoncent.” Peut-être cela explique la fortune de $50 millions de Tony Blair un an du bureau.

Les médias de L'Ouest, la plus grande maison de tolérance sur la terre, sont désespérés pour la guerre. La planche de la rédaction du Washington Post, maintenant un journal de trophée dans les mains du propriétaire de milliardaire d'Amazon.com, a dirigé un éditorial le 31 août qui a projeté que tout Washington (et le Poste) est sur Poutine . Amazon. le propriétaire de com pourrait savoir comment commercialiser des produits sur Internet, mais il est désespéré quand il vient à la course à pied d'un journal. Ses rédacteurs au Washington Post ont rendu son trophée un stock de rire mondial. Voici les accusations abrutissantes contre Poutine du WP :

    Poutine, amèrement plein de ressentiment à la perte de pouvoir de l'effondrement soviétique, a “ressuscité la tyrannie du Grand Mensonge” pour reconstituer l'Empire russe.  

   “Les milices sponsorisées russes en Ukraine” sont responsables de la “pousse en bas de l'avion de ligne malaisien en juillet.” Les “médias contrôlés par l'État russes” ont menti et ont dénaturé aux gens russes le parti responsable de downing l'avion de ligne.

   “Faute des reportages indépendants et libres, peu de Russes se rendent compte que les soldats russes et les armements sont dans l'action dans l'Ukraine de l'est, bien que (comme à Crimée) dans les uniformes et les véhicules dépouillés de leurs insignes s'identifiant et autorisent des plaques. Sans médias libres, les Russes sont quittés pour repousser pour eux-mêmes contre une tempête de feu de mensonges.”

   “Le Grand Mensonge de M. Poutine montre pourquoi il est important de soutenir une presse libre où il existe toujours et les sorties comme l'Europe Libre Radio qui apportent la vérité aux gens qui en ont besoin.”

Comme un ancien rédacteur de Wall Street Journal, je peux dire avec la confiance complète qu'une telle propagande extraordinaire se faisant passer pour un éditorial aurait eu pour résultat le tir immédiat de tous inquiétés. À mes jours sur le personnel du Congrès, le Washington Post a été considéré comme un actif de CIA. Aujourd'hui le Poste a coulé loin au-dessous de ce statut.

J'ai vu beaucoup de propagande de médias à mon jour, mais cet éditorial de Washington Post prend le gâteau. L'éditorial montre que les auteurs de la rédaction sont complètement ignorants ou ils sont complètement corrompus et supposent aussi que leurs lecteurs sont complètement ignorants.

Si les unités militaires russes étaient dans l'action dans l'Ukraine de l'est, la situation consisterait précisément en ce comme Alexander Zakharchenko et Dmitry Orlov décrivent. http://www .paulcraigroberts.org/2014/09/01/can-tell-whether-russia-invaded-ukraine/  l'Ukraine n'existerait plus. L'Ukraine ferait partie de nouveau de la Russie où c'était pour les siècles avant Washington profitant de l'effondrement soviétique pour arracher l'Ukraine de la Russie.

La question avant nous est : combien de temps la patience de la Russie durera-t-elle avec les énormes mensonges de l'Ouest et les provocations ? Peu importe comment la Russie contenue est, la Russie est accusée du pire. Donc, la Russie pourrait infliger aussi le pire.

À quel point le gouvernement russe décidera-t-il que le mensonge de Washington et que de ses marionnettes européennes et corrompent des médias de L'Ouest, rend les efforts de la Russie désespérée de résoudre la situation avec la diplomatie et le comportement non provocant ? Comme la Russie est constamment accusée faussement d'envahir l'Ukraine, quand le gouvernement russe décidera-t-il que puisque la propagande de L'Ouest a établi que la Russie a envahi l'Ukraine et a imposé des sanctions et de nouvelles bases militaires sur les frontières de la Russie à cause de l'invasion alléguée, la Russie pourrait partir devant aussi et se débarrasser du problème que Washington a apporté en Russie et envahit l'Ukraine ?

Il n'y a rien que l'OTAN pourrait faire avec cela si la Russie décide que l'Ukraine dans les mains de Washington est trop d'une menace stratégique en Russie et réincorpore l'Ukraine de nouveau dans la Russie où il a résidé pour les siècles. Toute force de l'OTAN envoyée serait immédiatement nettoyée. La population allemande, en se souvenant des conséquences de guerre avec la Russie, renverserait le gouvernement fantoche de Washington. L'OTAN et l'UE s'effondreraient puisque l'Allemagne a quitté la construction absurde qui sert l'intérêt de Washington au détriment de l'Europe.

Dès que cela arrive, le monde aura la paix. Mais pas avant.

Pour ceux qui veulent comprendre comment la terre de travaux de mensonges, le gouvernement fantoche de Washington à Kiev attribue la défaite de ses forces militaires par la république de Donetsk à la présence dans l'armée de Donetsk d'unités militaires russes. C'est la propagande qui est sortie dans l'Ukraine de l'Ouest et aux médias de l'Ouest presstitute, une collection de prostituées qui répercutent la propagande sans toute enquête du tout. Cependant, Kiev a une différente histoire pour le FMI. Kiev ne peut pas recevoir l'argent de FMI avec quel congédier ses créanciers de L'Ouest si l'Ukraine est à la guerre. Donc, l'Ukraine dit l'histoire opposée au FMI : la Russie n'a pas attaqué l'Ukrainehttp://vineyardsaker .blogspot.com/2014/08/ukie-doubleplusgooddoublethink.html

Les médias de L'Ouest restent indifférents à tous faits. Juste les mensonges. Seulement les mensonges.
Le Washington Post, le New York Times, CNN, le Renard “les nouvelles”, Meurt la Trépointe, la presse française, la presse britannique que tous supplient : “s'il vous plaît Washington nous donne des mensonges plus sensationnels que nous pouvons claironner. Notre circulation en a besoin. Qui se soucie de la guerre et de la race humaine si seulement nous pouvons retrouver la stabilité financière ?”

 

 

Posté par Jocegaly à 13:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

08/09/14

CENSURE - Affaire Elfassi / Joe le Corbeau : nouvel épisode judiciaire

Les choses se savent de + en + y compris les censures sauvages. Pour mémoire Joe le corbeau (croah) a vu son site censuré à de multiple reprises , et même mis en garde à vue. Quelques explications ci dessous.

 

 

Affaire Elfassi / Joe le Corbeau : nouvel épisode judiciaire France

Mots-clés : ,

Au Palais de Justice de Paris, lundi 8 septembre 2014


Affaire Elfassi / Joe le Corbeau : nouvel... par agenceinfolibre

Posté par Jocegaly à 20:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07/09/14

L’ONU est formelle: les soldats israéliens torturent des enfants palestiniens

Alors l'ONU va faire quelque chose, cette fois ci??? hum???

 

 

sur RTL.BE

L’ONU est formelle: les soldats israéliens torturent des enfants palestiniens

 

 

Les enfants palestiniens de la Bande de Gaza et de Cisjordanie sont capturés par les soldats israéliens pour ensuite être torturés, humiliés, utilisés pour passer au peigne fin des bâtiments potentiellement dangereux ou comme boucliers. C'est ce qu'indique un rapport du comité des Nations Unies pour les Droits de l'enfant, rapporte jeudi le quotidien israélien Ha'aretz.

20 Juin 2013 19h33

 

Le comité a cherché à vérifier dans quelle mesure Israël respectait un accord de 1992 sur le droit des enfants. Il regrette le refus d'Israël de fournir plus d'informations sur le sort des enfants dans les territoires occupés et sur le Plateau du Golan depuis le dernier rapport qui date déjà de 2002. "Les petits Palestiniens sont régulièrement interrogés en hébreu, une langue qu'ils ne maîtrisent pas", selon le rapport. Le comité dispose de témoignages émanant d'anciens soldats israéliens stipulant que les enfants sont régulièrement arrêtés sans aucune raison.

La plupart des enfants interrogés sont accusés d'avoir jeté des pierres, un délit pour lequel ils risquent jusqu'à 20 ans de prison.

Ces dix dernières années, quelque 7.000 enfants palestiniens âgés entre 12 et 17 ans, et parfois même d'à peine 9 ans, ont été interpellés, interrogés et détenus, précise le rapport. "Nombre d'entre eux ont été enfermés seuls pendant des mois et amenés devant des tribunaux militaires". Des centaines d'enfants palestiniens ont été tués et des milliers d'autres blessés au cours des opérations militaires israéliennes, essentiellement dans la Bande de Gaza.

Le comité souligne encore que les enfants palestiniens ont difficilement accès aux soins de santé, à l'eau potable et à un enseignement de qualité.

 

Posté par Jocegaly à 15:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04/09/14

“Guerre contre l’Europe” : Appel au boycott de Libération

Sur Les moutons enragés

 

3 sept 2014

Je peux comprendre des avis différents sur la Russie, je peux – avec un gros effort – comprendre la mauvaise foi, la soumission aux intérêts américains ou allemands, la bêtise crasse (“la fabrique du crétin” a forcément des conséquences à long terme), même l’édito délirant de lundi, MAIS il y a des sujets qui sont totalement inacceptables, comme celui-ci :

Un (encore non prouvé mais passons) soutien de la Russie à des citoyens russophones frontaliers bombardés par leur armée – après environ 3 000 morts civils – peut être discuté, mais on ne peut pas titrer qu’on NOUS a déclaré la guerre !

Et encore moins 100 ans après 1914.

L’excitation des haines et des passions peut avoir des conséquences gravissimes, empêcher de trouver des solutions pacifiques, voire même déclencher des conflits.

Un journal n’a pas le droit de délirer sur ces sujets. C’est aux diplomates de gérer ceci, pas à des journalistes inconscients.

En conséquence, je vous propose donc de diffuser cet appel au boycott de Libération, seule façon de faire pression sur eux.

Je rappelle que ce canard boiteux au bord du dépôt de bilan ne survit que grâce à d’énormes subventions publiques (près de 10 millions d’euros par an, + de nombreuses aides indirectes) et de l’argent de quelques millionnaires.

En bon soldat du néolibéralisme à la mode Valls, il me semble important de mettre en application envers ce journal les pratiques de “destruction créatrice” de Schumpeter…

Allez, encore un petit effort :

P.S. Il va de soi que le Monde doit également être soumis au même traitement…

Posté par Jocegaly à 20:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Israël refuse l'entrée de Gaza à une délégation de Députés européens

Sur AGENCEINFOLIBRE

Israël refuse l'entrée de Gaza à une délégation de Députés européens

Gaza

13 députés européens de la GUE / NGL (Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique) sont en Palestine cette semaine pour une visite de 4 jours où ils rencontreront des membres du Conseil législatif palestinien et de la Knesset, ainsi que des militants des droits humains palestiniens et israéliens et les organisations de la paix.

Le Groupe a également prévu de se rendre à Gaza, mais le gouvernement israélien à refuser de les laisser entrer, une décision que les députés condamnent fermement.

Martina Anderson a déclaré : « Le gouvernement israélien nous a refusé l'entrée dans la bande de Gaza au motif que notre visite dans la région "n'est pas directement concerné par la fourniture d'une assistance humanitaire". C'est au-delà de l'ironie considérant que la situation humanitaire terrible et déchirante dans la bande de Gaza est le résultat direct de 53 jours attaque militaire d'Israël sur la bande de Gaza, qui a abouti à 2145 morts, dont 581 enfants, sans parler des 8 années de blocus israélien de la région. Nous voulons aller à Gaza pour évaluer la situation par nous-mêmes. Cela nous permettra de relayer cette information au Parlement européen et favoriser une plus grande fourniture de l'aide humanitaire de l'UE à Gaza et la fin du blocus et de l'occupation. Nous appelons les autorités israéliennes à revoir cette décision et nous accorder l'accès ».

Les Députés commencent leur visite aujourd'hui à Jérusalem en rencontrant des organisations israéliennes, y compris Rabbins pour la Paix, Briser le silence et combattants pour la paix. Ils iront par la suite visiter Jérusalem pour obtenir une meilleure compréhension de la situation là-bas sur le sol avant de rencontrer le journaliste de Haaretz Amira Hass, reconnue mondialement pour son reportage sur l'occupation de la Palestine. La délégation rencontrera le Gouverneur de Jérusalem M. Adnan Alhusseini et d'autres dignitaires Palestinien ce soir.

La délégation :

Martina Anderson. Sinn Fein, Ireland
Lynn Boylan. Sinn Fein, Ireland
Matt Carthy. Sinn Fein, Ireland
Takin Hadjigeorgiou. AKEL, Cyprus
Pablo Iglesias. PODEMOS, Spain
Iosu Juaristi. Bildu, Basque Country
Marisa Matias. Bloco, Portugal
Younous Omarjee. Front de Gauche, France
Teresa Rodriguez. PODEMOS, Spain
Lola Sanchez. PODEMOS, Spain
Neoklis Silikyotis. AKEL, Cyprus
Angela Vallina. Izquierda Plural, Spain
Miguel Viegas. Portuguese Communist Party

Posté par Jocegaly à 20:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Fidel Castro compare l’OTAN aux «SS nazis»

Sur NEWS360X

 

Fidel Castro compare l’OTAN aux «SS nazis»

septembre 4th, 2014 | by Mickael - Fondateur de News360x
Fidel Castro compare l’OTAN aux «SS nazis»
International
0

Fidel Castro a critiqué à nouveau lundi le soutien des États-Unis à Israël, accusant le sénateur américain John McCain, en tant qu’« allié le plus inconditionnel d’Israël », d’avoir « participé à la création de l’État islamique qui a pris le pouvoir dans une partie considérable et vitale de l’Irak et, comme on l’affirme, dans un tiers de la Syrie »

L’ex-président cubain Fidel Castro accuse les États-Unis et l’Union européenne de «cynisme» et d’utiliser l’OTAN pour déclencher des guerres, comparant l’Alliance atlantique aux «SS nazis», dans un texte diffusé lundi par les médias cubains.

«La Communauté économique européenne [appellation précédente de l'Union européenne], dirigée d’une main de fer et de manière inconditionnelle par les États-Unis, a jugé que l’heure était venue de régler les comptes avec ce qu’il restait de deux grandes nations (la Russie et la Chine)», affirme Fidel Castro, 88 ans, dans ce message écrit intitulé «Que les idées justes triomphent, ou c’est le désastre qui triomphera».

Ces deux pays «avaient réussi la prouesse de mettre fin à l’ordre colonial et impérialiste imposé au monde par l’Europe et les États-Unis», souligne le Père de la révolution cubaine, retiré du pouvoir depuis 2006 pour raisons de santé.

Mais «le cynisme» est devenu «un symbole de la politique impériale», et il existe «des gens sans scrupules, apparemment beaucoup», disposés à «tuer pour défendre des privilèges honteux».

Et «beaucoup de personnes sont surpris en écoutant les déclarations de certains porte-parole européens de l’OTAN, quand ils s’expriment avec le style et le visage des SS nazis»: «l’empire d’Adolf Hitler, né de la cupidité, est entré dans l’Histoire sans plus de gloire que l’encouragement qu’il a apporté aux gouvernements bourgeois et agressifs de l’OTAN, qui sont devenus la risée de l’Europe et du monde».

Fidel Castro s’est exprimé à plusieurs reprises ces dernières semaines pour dénoncer «le génocide qui se produit dans la bande de Gaza» et accuser Israël de pratiquer «une nouvelle forme de fascisme».

Il critique à nouveau lundi le soutien des États-Unis à Israël, accusant le sénateur américain John McCain, en tant qu’«allié le plus inconditionnel d’Israël», d’avoir «participé à la création de l’État islamique qui a pris le pouvoir dans une partie considérable et vitale de l’Irak et, comme on l’affirme, dans un tiers de la Syrie».

Considéré par beaucoup comme «le dernier géant politique du XXe siècle» encore en vie, Fidel Castro vit retiré dans sa maison dans l’ouest de La Havane, où il se consacre à l’écriture et reçoit à l’occasion des dignitaires étrangers. Sa dernière apparition publique remonte à début janvier.

Source : La Presse

Posté par Jocegaly à 20:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

03/09/14

L’Allemagne tient le continent européen, par Emmanuel Todd (3)

LES CRISES

 

3 sept 2014

Suite de l’interview d’Emmanuel Todd…

Cette carte montre le nouvel empire allemand tel qu’il est, selon vous. On voit la place centrale de l’Allemagne face à ses différents satellites, ou à ceux, comme vous le dites très bien, en état de servitude volontaire. Qu’évoque cette carte pour vous ? 

Je voudrais qu’elle aide à prendre conscience du fait que l’Europe a changé de nature et qu’elle évoque non seulement le présent mais aussi un futur possible très proche. Les cartes que fournit généralement la Communauté européenne sont des cartes à prétention égalitaire et qui ne parlent plus de la réalité. Ici, c’est une sorte de première tentative d’organisation visuelle de la réalité nouvelle de l’Europe. Elle aide à prendre conscience du caractère central de l’Allemagne et de la façon dont elle tient le continent européen. La première chose que tente de dire cette carte, c’est qu’il existe un espace informel plus grand que l’Allemagne elle-même, « l’espace allemand direct », et qui contient des pays dont les économies ont un niveau de dépendance à l’Allemagne quasi absolu.

Certains y verront peut-être des « erreurs », comme, par exemple, l’intégration de la Suisse, qui n’est même pas dans les institutions européennes. Mais quels que soient les sentiments des Suisses, la réalité objective est que, dès qu’on a affaire à des entreprises suisses importantes, on sent la présence allemande. Le niveau d’interpénétration est tel qu’au niveau économique on ne peut pas parler d’indépendance de la Suisse.

Les Pays-Bas, quant à eux, comme l’avait prédit Friedrich List, ne sont plus que le débouché de l’Allemagne sur le Rhin. La Tchécoslovaquie, le jour où elle a décidé de vendre Skoda à Volkswagen, a scellé son destin. Grâce à cet espace central très peuplé, l’Allemagne a une influence très supérieure à celle de ses seuls 82 millions d’habitants.

Celle d’une zone de 130 millions d’habitants environ…

En effet. Mais cet espace n’est pas la seule raison de l’influence allemande. Je pense que jamais l’Allemagne n’aurait été capable de prendre le contrôle du continent sans la coopération de la France. C’est un autre élément représenté par cette carte : la servitude volontaire de la France et de son système économique et, à l’intérieur de ce cadre, l’acceptation par les élites françaises de ce qui est peut-être pour elles – mais non pour le peuple français – la prison dorée de l’euro. Les banques françaises survivent tant bien que mal dans cette prison dorée. La France ajoute ses 65 millions d’habitants à l’espace allemand direct et lui confère ainsi une sorte de masse critique d’échelle continentale.

Près de 200 millions…

Ce qui signifie que nous sommes déjà au-dessus de l’échelle russe ou japonaise. Ce bloc noir et gris représente le cœur de la puissance allemande ; il maintient dans la soumission l’Europe du Sud, devenue une zone dominée à l’intérieur même du système européen. L’Allemagne est détestée en Italie, en Grèce, et sans doute dans toute l’Europe du Sud, pour sa main de fer budgétaire. Mais ces pays n’y peuvent rien, parce que l’Allemagne, avec son espace proche plus la France, a la capacité de tout dominer. Ces pays sont représentés en orange sur la carte.

Je propose une autre catégorie spécifique de pays, en rouge, ceux que j’ai appelés les « satellites russophobes ». Paradoxalement, ces pays ont un certain degré de liberté. Ils sont dans l’espace de souveraineté allemand, mais je ne qualifierais pas leur statut de servitude, parce qu’ils ont de réelles aspirations autonomes et notamment une passion antirusse. Regardez : la France n’a plus de rêve ; sous la direction du PS, de l’UMP et de ses inspecteurs des finances, elle n’aspire plus qu’à obéir, imiter et toucher ses jetons de présence. La Pologne, la Suède, les pays baltes, eux, ont un rêve : avoir la peau de la Russie. Leur participation volontaire à l’espace de domination allemand leur permet d’y croire. Mais je me demande si, plus en profondeur, la Suède, repassée à droite, n’est pas en train de redevenir complètement ce qu’elle était avant 1914, c’est-à-dire germanophile.

Les satellites russophobes méritent une catégorie spéciale, car ils font partie des forces qui peuvent aider l’Allemagne à mal tourner. Les élites françaises ont, quant à elles, déjà aidé l’Allemagne à mal tourner en la déifiant et en se refusant à la critiquer. La soumission française apparaîtra aux historiens du futur comme une contribution fondamentale au déséquilibre psychique à venir de l’Allemagne. Pour la Suède ou la Pologne ou les Baltes, c’est encore autre chose. Là, il s’agit franchement et directement de ramener l’Allemagne à la violence des rapports internationaux.

Je n’ai pas placé la Finlande et le Danemark dans cette catégorie. Au contraire de la Suède, le Danemark est authentiquement libéral de tempérament. Son lien avec l’Angleterre va au-delà du simple bilinguisme typiquement scandinave d’une bonne partie de la population. Il regarde vers l’Ouest et n’est pas obsédé par la Russie. La Finlande avait, quant à elle, appris à vivre avec les Soviétiques, et elle n’a pas de vrai