CAP 2012... et après?

23 juillet 2014

E. GUIGOU - UKRAINE et Le droit des peuples à disposer d'eux mêmes? ....

Le droit des peuples à disposer d'eux mêmes ne doit pas plus exister que le réferendum (démocratie directe)...pour Guigou, la trilatérale , et ses créateurs (Bilderberg et consorts)
Et E. Guigou invoque la RADA.


 Ukraine "Ce référendum est illégal" Elisabeth Guigou - Ce soir ou jamais

 

Posté par Jocegaly à 20:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

U.E. - Guigou à la tête de la diplomatie européenne.?!

C'est de l'ironie? de l'inconscience? ou de l'ignorance?
.... Elisabeth Guigou est un membre actif de l'influente et secrète Trilatérale. En novembre 2008, elle a participé à une session de cette organisation, et présidé une de ses séances dont l'intitulé est "Sauver l'Europe de la tyrannie des référendums" ! Les auteurs du livre rapportent des éléments du compte-rendu proprement effrayants, du style : "Le référendum irlandais a été humiliant, et prouve que les référendums sont des mécanismes purement destructifs." ou encore : "L'Union européenne a besoin de traités, et les référendums tuent les traités" ! Pas moins !...
http://blogdejocelyne.canalblog.com/archives/2012/04/15/24019112.html

Il est vrai qu' on la voit peu, on l'entend peu oui mais....elle s'agite beaucoup et discrètement!!!

Soubrouillard, reprenez vos esprits!!!!

 

 

 

 

Sur MARIANNE

Guigou à la tête de la diplomatie européenne, un camouflet pour Paris ?

Mardi 22 Juillet 2014 à 05:00 | Lu 19332 fois I 64 commentaire(s)
Régis Soubrouillard
Journaliste à Marianne, plus particulièrement chargé des questions internationales En savoir plus sur cet auteur
Donné favori pour accéder au poste de commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, la candidature du pas assez rigoureux Moscovici aurait été torpillée par les allemands. Et c'est Guigou qui reprend du poil de la bête selon l'hebdomadaire allemand Der Spiegel qui annonce la nomination de l'ancienne ministre socialiste à la tête de la diplomatie européenne. Un poste pour lequel Paris n'a jamais montré de véritable intérêt.

 

Guigou à la tête de la diplomatie européenne, un camouflet pour Paris ?

Elisabeth Guigou coiffera-t-elle finalement Moscovici au poteau ? Longtemps donné comme favori pour accéder au poste de commissaire européen aux affaires économiques et monétaires, le lièvre Moscovici pourrait bien se faire dépasser par la tortue Guigou. L’hebdomadaire allemand Der Spiegel dessine en effet un nouveau scénario en ce qui concerne le candidat français à la commission européenne. Outre que l’Allemagne ne verrait pas d’un très bon œil l’arrivée d’un ancien ministre socialiste de l’économie, pas suffisamment rigoureux,  à ce poste stratégique, la cote de l’ancienne ministre de la justice socialiste est repartie à la hausse ces derniers jours. 

Sur le sujet, les négociations entre Etats membres sont très serrées, comme en témoigne l’interview croisée accordée par le ministre des Finances Michel Sapin et son homologue allemand Wolfgang Schäuble au quotidien Les Echos le 20 juillet.

Alors que Michel Sapin tentait de placer une dernière fois en douce son prédécesseur en déclarant qu’un « un poste économique me paraît correspondre à la puissance économique de la France et à sa capacité à contribuer au bon fonctionnement des institutions européennes », son homologue allemand tempèrait aussitôt ses ardeurs, tout en diplomatie  : «Ces décisions ont une portée symbolique et on doit avoir cela en tête. Je ne crois pas que tout le monde ait été content que le président candidat proposé par le Conseil ait dit à la fraction socialiste du Parlement européen qu’il ferait pression pour que cette position soit accordée à un socialiste. Cela peut être un socialiste ou quelqu’un d’un autre parti ». 


La diplomatie européenne: un poste pas franchement convoité par les françai

Déjà la semaine dernière, le député allemand Norbert Bathle (CDU) avait estimé dans le journal économique allemand Handelsblatt que la nomination « comme commissaire aux affaires monétaires de ce ministre des Finances, qui n'a rien fait pour tenir les engagements du pacte de stabilité, serait comme vouloir chasser le diable avec Belzebuth ». Une phrase prononcée dans un article qui visait à démontrer l’incongruité de la nomination d’un socialiste français à un poste destiné à assurer la bonne gestion financière de l’UE. 

Exit donc pour les allemands le commissaire –socialiste- européen aux affaires économiques et financières et retour aussitôt dans la course d’Elisabeth Guigou qui possède notamment une qualité que Pierre Moscovici ne pourra guère lui disputer : Elisabeth Guigou est une femme. 

Et c’est justement une femme que Jean-Claude Juncker cherche à imposer à la tête de la diplomatie européenne pour succéder à Catherine Ashton. 

Ainsi, le Spiegel rapportait dimanche les propos d'Elmar Brok, la présidente de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen, qui voit en Elisabeth Guigou  « une candidate hautement qualifiée » pour le poste. « De nombreux pays membres seraient d'accord sur le choix de la socialiste française », explique l'hebdomadaire. Jusque là, c’est l'Italien Matteo Renzi qui revendiquait le poste pour sa jeune ministre des affaires étrangères, Federica Mogherini, pas assez expérimentée politiquement pour Juncker. Si le poste de chef de la diplomatie européenne est également très prestigieux, stratégique et convoité, la nomination d'Elisabeth Guigou à ce poste resterait néanmoins un affront pour Paris qui n'a jamais affiché un quelconque intérêt pour le poste en question.  A tel point que le président Hollande avait déjà apporté publiquement son soutien à la candidature italienne...

Posté par Jocegaly à 18:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Washington Murders Countries, the US Constitution, and the Presstitute Media Makes Americans Complicit

Sur PAULCRAIGROBERTS.ORG

 

Washington Murders Countries, the US Constitution, and the Presstitute Media Makes Americans Complicit — Paul Craig Roberts

Washington Murders Countries, the US Constitution, and the Presstitute Media Makes Americans Complicit

Paul Craig Roberts

(lire l'article  : http://www.paulcraigroberts.org/2014/07/03/washington-murders-countries-us-constitution-presstitute-media-makes-americans-complicit-paul-craig-roberts/)

 

 



TRADUCTION par PROMPT :

Washington assassine des pays, la constitution américaine et les médias Presstitute rendent des Américains Complicit — Paul Craig Roberts

Washington assassine des pays, la constitution américaine et les médias Presstitute rendent des Américains Complicit

Paul Craig Roberts

Ayant Assassiné l'Irak, l'Afghanistan, la Libye, la Syrie et la Constitution américaine, Washington Assassine maintenant l'Ukraine.

Grâce au donateur d'Op-Ed News Eric Zuesse, je peux apporter à votre attention ces photographies (l'URL ci-dessous) de ce que le gouvernement nazi à Washington fait aux Ukrainiens qui protestent du vol de nazis de Washington de leur pays. Sur cela le quatre juillet les Américains ont besoin de se demander juste combien d'horreur, combien de mal et combien sont ils peuvent accepter d'un gouvernement à Washington qui s'est établi indépendamment de toute contribution des citoyens à qui le gouvernement aux Etats-Unis est prétendument responsable. Avant que vous vous emballez dans le drapeau cela le 4 juillet, vous rendez compte que “votre” gouvernement sous Clinton, Bush et Obama a détruit dans votre nom, dans le tout ou la partie, huit pays, le fait d'assassiner, la mutilation et le fait de déplacer des millions de civils et est maintenant au travail sur l'Ukraine. Ces crimes massifs contre le rival d'humanité Hitler et ont été complètement recouverts par les médias américains presstitute, une collection de prostituées qui mentent pour l'argent. Comment pouvez-vous être un humain quand vous vous assoyez devant CNN, Fox News ou lisez le New York Times et vous soumettez au lavage de cerveau ? Pensez comment vous êtes fait de la propagande, menti, désinformé et conduit dans le fait d'accepter le meurtre “de votre” gouvernement des millions de peuples. Réfléchissez, n'est pas cela la trahison pour Washington pour ainsi déshonorer le drapeau que nous aimons ? Pourquoi le tolérons-nous ? Ce qu'est-ce qui ne va pas avec nous ? Notre devoir est à la Constitution, pas aux criminels à Washington. Un patriote est une personne qui défend la Constitution contre les ennemis “étrangers et domestiques.” Pendant que nous nous sommes assis en suçant nos pouces, en tremblant dans nos bottes dans la peur de “terroristes” non-existants, notre Constitution a été assassinée par Washington.

Tournez votre défense et fuyez le poison de militariste qui sera vomi en juillet les 4èmes discours. Voulez-vous vraiment soutenir les nazis de Washington dans leur campagne pour devenir connus comme les pires meurtriers de masse dans l'histoire mondiale ? Le meurtre de masse doit-il être le legs de l'Amérique au monde ?

Voici les photos de la ruine de Washington de l'Ukraine : http://matveychev-oleg .livejournal.com/1224806.html Les méchants démons à Washington et les médias de prostituée de Washington vous disent que ces gens dévastés sont “des terroristes”. Si vous croyez que, vous n'êtes pas humain.

Voici l'article d'Erik Zuesse des meurtres sponsorisés du Washington :

http://www .washingtonsblog.com/2014/07/u-s-elite-run-ukrainian-genocide-american-public-ignorant.html

Lisez-le et ayez honte ainsi. Tout l'américain a été complètement déshonoré par “notre” gouvernement, qui est devenu l'épitomé de mal total.

Posté par Jocegaly à 14:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juillet 2014

GAZA - Lettre ouverte à M. Hollande .Laurent Cohen

INVESTIG'ACTION

 

 

Lettre ouverte à M. Hollande

Laurent Cohen

22 juillet 2014

Article en PDF : Enregistrer au format PDF

Monsieur Hollande,

J’étais à la manifestation du dimanche 13 juillet à Barbès. Il y avait beaucoup de monde. Plus de 20.000 personnes. Des personnes très en colère à cause de l’agression du gouvernement israélien sur la population civile de Gaza. Le massacre avait déjà commencé. Beaucoup de jeunes, une très grande majorité issue de l’immigration. J’ai regretté d’ailleurs l’absence des partis de gauche et des syndicats français. Ces 20.000 personnes ont défilé sans incident notable jusqu’à la dispersion, de Barbès à la Bastille, malgré la pluie, malgré le Ramadan pour beaucoup d’entre elles. Les slogans fusaient et certains vous étaient d’ailleurs destinés : « Israël assassin, Hollande complice ». C’est compréhensible : au lieu de vous positionner du côte des victimes civiles de ce qui n’étaient alors que des bombardements, vous avez justifié l’agression car selon vous, “Israël a le droit de se défendre” !

Se défendre contre qui, contre quoi ?

Personne ne saurait justifier le meurtre des trois jeunes israéliens –dans un lieu d’ailleurs fort éloigné de Gaza, rappelons-le et à notre connaissance, personne ne l’a revendiqué. Nous ne rentrerons pas dans la comptabilité morbide des cadavres de l’un et l’autre camp, mais enfin, rappelons la situation extrêmement dramatique qui prévaut aujourd’hui, où les victimes palestiniennes, dont ¾ de civils et un grand nombre d’enfants, se comptent par centaines !

En Cisjordanie aussi, pas un jour ne s’écoule sans mort d’homme ou d’enfant, par balle de l’armée israélienne, ou indirectement à cause des limitations de mouvement dont fait l’objet la population palestinienne : les blessés qui n’arrivent pas à temps à l’hôpital parce qu’on ne laisse pas passer l’ambulance, les femmes enceintes qui accouchent aux check-points, et j’en passe, sans parler des maisons fouillées, démolies en représailles, les agriculteurs qui n’ont pas accès à leur terre pour la cultiver... A Gaza, même chanson avant l’opération : les pêcheurs mitraillés parce qu’ils essayent de gagner leur vie, les agriculteurs...

Monsieur Hollande en Palestine, la situation est la suivante : l’occupation israélienne continue, les colonies continuent à se développer -500.000 colons en Cisjordanie et à Jérusalem-Est ; à Jérusalem-Est les Palestiniens sont poussés à vider les lieux, les maisons s’effondrent ou sont détruites et Gaza subit un siège depuis 7 ans et ne dispose pratiquement plus d’eau potable, d’électricité quelques heures par jour, la population se trouve dans une situation humanitaire catastrophique. Et ce malgré la signature des accords d’Oslo et les pourparlers qui ne mènent à rien.

Cependant la différence entre Gaza et la Cisjordanie, c’est que le gouvernement du Hamas refuse de se soumettre et de collaborer avec le gouvernement israélien. Est-ce là son crime ? On pourrait le croire, car la Cisjordanie elle, n’est pas bombardée, malgré la répression qui sévit. C’est que la résistance des Comités populaires de Bili’n et autres y est pacifique, les groupes armés ayant été démantelés par l’Autorité Nationale Palestinienne. Mais qu’a-t ’elle gagné au change ? Rien, une économie asphyxiée complètement dépendante de l’aide internationale et d’Israël, un territoire sous contrôle militaire israélien, qui d’ailleurs en est réduit à une peau de chagrin... où est l’état palestinien promis par Oslo ?

Mais voilà qu’Israël et ses alliés occidentaux reprennent en cœur leur mantra favori : c’est la faute du Hamas ! Il nous faut un coupable : il est tout désigné. Et comme la population civile de Gaza a eu le tort de voter Hamas aux élections, c’est elle qu’il faut punir ! Même ceux qui à l’époque n’étaient pas nés : les enfants, de futurs terroristes ! Quel cynisme ! La démocratie, c’est clair, n’est pas pour tout le monde ! Surtout pas pour les Arabes, comment le démontre le coup d’état militaire d’Al-Sissi en Égypte. Il avait soutenu Gaza lors de la dernière opération punitive contre Gaza, justement... M. Obama avait pourtant prononcé un beau discours au Caire sur la démocratie, l’appelant de ses vœux... des vœux pieux, comme on sait.

Aujourd’hui, on ne compte plus les victimes ! Des civils, des femmes, des enfants ! Des infrastructures démolies : c’est un véritable massacre. Alors il y a une autre hypothèse, qui ne contredit pas la première. C’est que Gaza constitue un magnifique banc d’essai pour l’industrie de l’armement israélienne, qui d’ailleurs se vante du privilège de tester en direct ses drones et autres merveilles de technologie sur des cibles réelles ! Pendant ce temps, les acheteurs ont tout loisir de voir leur efficacité ! Et ils ne sont pas les seuls à assister à ce sinistre spectacle : les spectateurs israéliens s’installent sur les hauteurs pour voir pleuvoir la mort sur Gaza ! C’est incroyable ! Comment peut-on arriver là ?

On nous demande souvent comment est-il possible que ceux qui ont tellement souffert de la discrimination et des persécutions soient à leur tour devenus des bourreaux ? Cette explication tient en un mot : le Racisme ! C’est la même réalité qui présidait aux méfaits des Nazis : pour eux les membres des races inférieures ne méritaient pas de vivre. Et bien Monsieur Hollande, aujourd’hui dans la société israélienne, le mot arabe est porteur du même sens, de la même charge que l’était le mot juif il y a 70 ans en Europe. Un être méprisable dont la vie ne vaut rien. Allez voir ce que font les colons juifs aux Palestiniens à Hébron, n’importe quel visiteur peut le voir de ses propres yeux.

Monsieur Hollande, mes camarades de l’Association Catalane de Juifs et Palestiniens qui travaillons ensemble pour la justice (et donc la paix) sommes très inquiets. Inquiets avant tout pour la population civile de Gaza, massacrée en toute impunité sans que les puissants de ce monde n’y trouvent rien à redire. Heureusement des nations courageuses comme l’Équateur et la Bolivie s’indignent et s’inquiètent du sort qui leur est fait, mais cela s’explique, ces nations ont souffert dans leur chair et leur âme les méfaits du colonialisme, leur vision des choses est donc bien plus claire que la vôtre.

Mais nous sommes aussi inquiets parce que l’État d’Israël sème la haine, et qui sème la haine récolte la tempête. Israël se prépare des lendemains difficiles car tout le monde sait que les choses changent, les alliances changent et un jour ou l’autre, il trouvera face à lui plus fort ou plus déterminé. En se posant comme défenseurs des Juifs du monde entier, en voulant imposer Israël comme un état juif, M. Netanyahu prétend non seulement agir en notre nom, pour nous défendre -alors que nous ne lui avons rien demandé- mais en plus, il tue en notre nom ! Pire, aux yeux du monde, la politique israélienne est directement associée aux juifs, et en renforçant la confusion entre sionisme et judaïsme, Netanyahu est responsable des représailles qui peuvent surgir contre les juifs.

C’est pourquoi nous sommes contre cette définition d’un État juif, parce qu’elle est inacceptable au moins à deux niveaux : le premier, interne, parce qu’il implique la supériorité d’une “ethnie” et d’une religion sur le reste des citoyens de l’État. Et nous posons la question : est-ce que c’est acceptable dans une démocratie au XXIe siècle ? Le deuxième, au plan international, parce que le gouvernement israélien transforme par un coup de baguette magique, les 8 millions de Juifs du monde en citoyens potentiels de l’État d’Israël, ce qui est parfaitement inacceptable, alors que les 6 millions de réfugiés palestiniens n’ont même pas le droit de visiter les membres de leur famille en Palestine. Oui, les lois d’Israël permettent à n’importe quel juif du monde d’immigrer en Israël et d’en avoir la citoyenneté, alors que les palestiniens d’Israël sont des citoyens de seconde zone et que ceux des territoires occupés attendent toujours la reconnaissance de la Palestine comme État indépendant ! Et les 6 millions de réfugiés attendent toujours qu’on statue sur leur sort.

Mais revenons à nos moutons : ce qui est très grave, c’est qu’un pays comme la France, que vous gouvernez, vient d’interdire à sa population d’exprimer sa sympathie, sa solidarité envers le peuple palestinien, pour une cause noble et juste. Et quel est le prétexte invoqué pour interdire une manifestation ? Du jamais vu depuis De Gaulle, en plus de la part d’un gouvernement de “gauche” ? L’antisémitisme qui s’exprimerait à travers des troubles et des agressions envers les synagogues ! Monsieur Hollande, je vous envoie ci-joint la photo de l’Union des Juifs de France pour la Paix, poignée de justes défilant au milieu des « hordes islamistes incontrôlées » place de la République ! Et comme vous voyez, ils n’ont pas été lynchés ! Par contre les extrémistes de la Ligue de Défense Juive campent à leur aise devant la synagogue de la Roquette, libres de provoquer comme bon leur semble.

Monsieur Hollande, si vous ne laissez pas les jeunes crier leur colère, alors attendez-vous à ce qu’ils l’expriment d’une manière beaucoup dangereuse et incontrôlée ! Il vous suffirait de vous joindre à eux, d’exprimer votre compréhension et votre sympathie, pour une cause juste et d’appeler à la modération, mais non, vous préférez vous ranger du côté des va-t’en guerre... Alors, quelle est l’image de la France que vous donnez au monde, à ceux pour qui Liberté, égalité, fraternité ne sont pas de vains mots ? Sans parler du socialisme... Et comment voulez-vous que les jeunes associent la gauche à la défense des opprimés ?

Israël reçoit officiellement trois milliards de dollars par an en concept d’aide militaire américaine. Chaque année, l’Union européenne renforce ses liens de coopération militaire, économique, politique avec Israël. Sans cette aide, Israël serait condamné à s’entendre avec ses voisins et à mettre fin à sa politique de colonisation et d’apartheid. Aujourd’hui, l’UE incite les entreprises et investisseurs à ne pas engager des fonds liés à la colonisation des Territoires palestiniens occupés. C’est un pas dans la bonne direction, mais c’est insuffisant.

Les dirigeants israéliens se croient tout puissants car ils jouissent d’un soutien sans faille, d’une immunité totale de la part des grandes puissances d’hier et d’aujourd’hui, dont la France, et déstabilisent une région déjà extrêmement volatile. Il est temps de mettre un terme à cette politique et nous vous engageons à rompre toutes les relations avec Israël tant que les résolutions de l’ONU ne seront pas appliquées et les Droits de l’Homme respectés. Aujourd’hui, le BDS (Boycott, Désinvestissements, Sanctions) est la stratégie pacifique et efficace émanant de la société civile palestinienne que nous devons soutenir et renforcer en vue d’une solution juste et durable.

Laurent Cohen, coprésident de Junts Associació Catalana de Jueus i Palestins

Source : Investig’Action

Posté par Jocegaly à 21:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Crash du MH17: les photos d'un satellite US incriminent Kiev (expert américain)

RIA NOVOSTI

 

Crash du MH17: les photos d'un satellite US incriminent Kiev (expert américain)

Dossier: Crash d'un Boeing malaisien en Ukraine

Crash du MH17: les photos d'un satellite US incriminent Kiev (expert américain)
13:27 22/07/2014
MOSCOU, 22 juillet - RIA Novosti

Des clichés pris par un satellite américain montrent que le Boeing 777 malaisien a été abattu par l'armée ukrainienne, a annoncé l'analyste et publiciste américain Robert Parry dans un article publié sur le site internet consortiumnews.com.

Selon le journaliste, le renseignement US dispose de photos prouvant que les troupes ukrainiennes sont responsables du crash de l'avion civil qui s'est écrasé jeudi dernier dans l'est de l'Ukraine. L'auteur ne dévoile pas le nom de son informateur, mais précise qu'il s'agit d'une source fiable au sein du renseignement US. (...) Lire la suite......

 

Sur le même sujet

Posté par Jocegaly à 13:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Manif Gaza: FR3 dévoile la manipulation du gouvernement (vidéo)

 

 


Dans son édition du 19/20 du vendredi 18 juillet 2014, FR3 dévoile la manipulation du Gouvernement pour tenter d’étouffer le mouvement de solidarité envers le peuple palestinien. Merci aux journalistes de FR3 pour leur rigueur professionnelle.
Manif Gaza: FR3 dévoile la manipulation du gouvernement (vidéo)
fr
http://oumma.com/sites/default/files/642px-france_3_paris_ile-de-france_centre_logo_2008.svg_.png

 

Posté par Jocegaly à 13:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Mon Dieu ! Où est passée la France de mes 20 ans ?

AGORAVOX

 

 Mon Dieu ! Où est passée la France de mes 20 ans ?

par vlane (son site)

lundi 21 juillet 2014

Depuis quelque temps je suis comme groggy face à ces personnages qui tiennent la politique française, leurs agissements, leurs déclarations et surtout leur parcours avec en face une France qui semble tétanisée mis à part quelques manifestants qui arrivent encore à gesticuler mais n’arrêtent pas grand-chose. C’est toute une France que j’avais tant admirée qui s’effondre sous mes yeux mais pas la France en tant que Nation juste les symboles représentant sa politique actuelle.
 
Il me semble désormais que les français ne sont pas mieux lotis que nous, pauvres diables du tiers-monde, sujets de régimes tyranniques même plus ou moins civilisés à la seule différence que chez nous nous sommes paralysés par la peur du bâton et la division quand les français semblent paralysés par la peur de se retrouver à la rue en ne pouvant plus payer les factures comme si l’emploi était désormais une chance et ouvrir sa gueule un luxe ! 
 
J’ai 39 ans et j’ai suivi la politique française près de la moitié de ma vie, ce n’est rien mais c’est beaucoup 20 ans d’observation. J’ai passé des années à regarder quasiment toutes les émissions politiques de la belle époque de la télé quand il y avait encore des personnages, j’ai beaucoup lu et j’ai vu passer 3 présidents jusqu’au 4 ème, notre ami Hollande. C’est tout de même assez pour comprendre ce qui se passe comme si de génération en génération tout un monde s’écroulait pour laisser passer de petits personnages à la mesure de leur époque.
 
Comme des millions de francophones francophiles, avant d’être un enfant de la télé, La France pour moi ce fut d’abord Lagarde et Michard et tous les grands esprits, puis ce furent quelques clichés, quelques symboles : De Gaulle qui s’impose aux alliés qui n’auraient fait qu’une bouchée de la France après l’occupation, De Gaulle seul avec ses airs et sa chance qui impose le coq au milieu des loups jusqu’à reprendre contrôle de son pays. C’est quelque chose. De Gaulle qui était animé par une haute idée de la France qui devait toujours compter même comme puissance symbolique qui préserve les apparences. De Gaulle contre la bombe française livrée à Israël et qui fait arrêter la coopération quand il apprend qu’elle a continué dans son dos malgré ses directives puis qui est obligé de laisser faire quand Shimon Peres le menace de dire aux arabes combien la France a coopéré à ce niveau.
 
 
De Giscard, il ne m’en reste rien sinon 4 images : son « au revoir » où il se lève de sa chaise de façon pathétique, ses vœux avec madame comme il faut, ses chiens dans les jardins de l’Elysée et l’affaire des diamants. Ensuite on le revoit avec des poches sous les yeux à vouloir compter en politique jusqu’à se faire battre aux élections dans on ne sait quel trou.
 
Puis j’ai grandi avec le sphinx, Mitterrand, le Badinter, le Dumas, c’était quelque chose avec autour toute une génération fascinée. Puis Chirac ; là on baisse d’un niveau mais reste quelque chose de charmant. Ce n’était pas encore la France des larbins. C’était le Chirac qui engueule le service de sécurité israélien en menaçant de prendre l’avion face à ses méthodes et c’est aussi la France de Villepin, la France affaiblie mais qui dit non, la France amie des arabes.
 
Soudain ce fut la chute mais la chute a commencée en fanfare, il a fallu en finir avec cette vieille France, la France des manières, il a fallu passer à l’air du temps, la politique à l’américaine sauf que la France ce n’est pas les USA mais bon, l’air du temps réclamait du changement.
 
Vint alors le Sarko comme on dit la Callas, selon l’humour de Juppé. On a cru un instant que la France passait de la Peugeot à la Ferrari. Les médias étaient contents, ils avaient toujours quelque chose à se mettre sous la dent. Puis petit à petit, le Sarko a voulu jouer au roi mais s’il était suffisamment français il aurait prévu qu’à ce jeu-là il risquait d’être décapité. Très vite la France entière des médias et surtout la France profonde, celle qui n’aime pas trop les ricains, a voulu en finir avec le roitelet qui débarquait à l’Elysée en short après son footing. Ils ont fini par l’avoir mais de justesse.
 
C’est ainsi que sortant de nulle part, sans jamais avoir été ministre, notre ami Hollande devint président. On a tous cru que le président normal allait faire revenir la France normale. Une France sûre d’elle avec ses petits atouts mais surtout sa grande gueule pour remettre les apparences de la patrie des droits de l’homme à leur place.
 
Hélas, il faut croire que le Hollande ait été emporté par la charge. N’ayant jamais rien goûté des responsabilités, Sarko ayant été ministre de l’intérieur, Hollande s’est trouvé tout d’un coup au cœur d’une véritable puissance militaire, économique, politique avec tout ce que cela comporte comme afflux de renseignements et de puissance face aux forces vives de la nation mais surtout face à l’appareil d’Etat.
 
Apparemment le choc fut terrible et le Hollande que l’on voit sonne la fin de l’époque où le président français donnait l’air d’avoir une vision. Hollande semble submergé, noyé, on dirait qu’il ne sait plus quoi faire sinon attendre la croissance d’où qu’elle vienne pour dire « ah ! voilà ! On y est arrivé ». En attendant, il déploie tout l’attirail gestuel de Mitterrand, tellement que cela devient grossier. Il inaugure ici et là. Il va chez l’opticien : le changement c’est maintenant. Plus grave, on dirait qu’il est à la merci militaire des alliés anglo-saxons.
 
On l’a vu vouloir courir en Syrie comme s’il avait une armée et soudain freiner des quatre fers quand les USA ont fait machine arrière. On l’a vu ainsi mille fois en économie comme pour faire la guerre, donner l’air d’obéir aveuglément à l’éloquence des uns et des autres que ce soient le patronat, les généraux ou d’autres. Imagine-t-on le Hollande, comme le fit Mitterrand, interdire aux alliés le survol de la France pour bombarder un Kadhafi ce qui lui sauva la vie à l’époque mais pas celle de ses enfants car le détour par Gibraltar fit perdre 15H à l’armada des bombardiers anglo-américains ?
 
Pire, la façon de Hollande de donner l’air d’être à genoux devant Israël, lui son Fabius et son Valls fait mal au cœur et ce jusqu’à interdire désormais les manifestations pro-palestiniennes soit-disant pour éviter ce qui s’est passé devant deux synagogues alors que les vidéos sur les réseaux sociaux prouvent qu’il y avait un traquenard des milices d’extrêmes droites juives pour créer ces incidents et donner de quoi faire interdire désormais toutes les manifestations.
 
Voir cela pour qui a entendu parler de De Gaulle, pour qui a connu la France sous Mitterrand et même sous Chirac, c’est dur. Etre réduit à reconnaître, comme les amateurs de complots, que les grands médias, grands par l’audience, jouent le jeu de la propagande sioniste, c’est effrayant.
 
Qu’arrive-t-il à la France ? Est-elle aussi devenue faible devant ces puissances étrangères comme nos pauvres pays du tiers-monde ? Tout semble l’indiquer.
C’est un vrai malheur !

 
Quelques liens incontournables :
 
1- Valls, le premier ministre qui dit qu’il est, notamment par sa femme, lié de façon éternelle à Israël.
 
 
2- Ici l’explication à propos du guet-apens fomenté par les groupuscules d’extrêmes droites Juives, notamment la LJD qui sème la terreur à Paris en toute impunité : c’est un débat entre la ligue française juive pour la paix et un membre des indigènes de la république
 
 
3- à propos des juifs défendus par le CRiF et les autres qui vivent dans la peur : Jacob Cohen explique la dynamique
 
 
4- à propos du lobby sioniste en France, on se souvient des plaintes classées sans suite de l’écrivain anti-sioniste, Jacob Cohen agressé par la LJD 
 
 
5- Quant à Fabius, le troisième larron de ce triumvirat prosioniste Hollande – Valls – Fabius, lire l’article du journaliste George Malbrunot ancien otage où il explique comment le Quai d’Orsay envoie désormais en Amérique du sud les diplomates arabisants pour les raisons qu’on imagine.
 
 
Conclusion : tout semble indiquer qu’on tente de désarabiser les relations d’amitiés franco-arabes au bénéfice d’Israël en envoyant des diplomates qui ne connaissent rien aux réalités de la région où ils atterrissent. On ne s’étonne plus qu’en Mauritanie par exemple la haine de la France semble avancer à grands pas à cause de mille vexations et humiliations des services de visa comme s’il y avait une véritable volonté de nuire.
 
Aucun ami de la France ne peut rester silencieux face à cela surtout pas nous autres qui ne ratons aucune occasion de défendre les liens et l’amitié franco-mauritanienne.
 
L’heure est grave en France et dans le reste du monde : on veut couper l’amitié entre les peuples au bénéfice de la politique criminelle de la droite israélienne.
 
Honte à Hollande ! Honte à Valls ! Honte à Fabius ! Honte aux états arabes ! Honte à l’Egypte ! Honte à ceux qui se taisent ! Honte aux hypocrites ! Honte à ceux qui ont peur !
 
Not in my name !
 

Posté par Jocegaly à 12:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

La Russie donne sa version de ce qui a pu se produire avec le vol MH 17 .. .

 Sur EXPRESS.BE

 

La Russie donne sa version de ce qui a pu se produire avec le vol MH 17 ... et elle semble complètement différente de ce que nous avons entendu jusqu'ici

 

 

 

Posté par Jocegaly à 11:05 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

GAZA - LETTRE OUVERTE A FRANÇOIS HOLLANDE

LETTRE OUVERTE A FRANÇOIS HOLLANDE

Monsieur le Président,

Vous avez appris avec « une immense émotion » qu’un avion de ligne s’était écrasé en Ukraine, avez immédiatement demandé que tout soit mis en œuvre pour faire la lumière sur les circonstances de cette tragédie et avez exprimé votre solidarité aux proches.

Savez-vous qu’en ce moment même des Palestiniens sont assassinés par une armée d’occupation, l’armée israélienne ?

Je m’étonne que vous n’ayez jamais eu le moindre mot pour ces victimes. On déplore le meurtre de plus de 300 Palestiniens à ce jour, dont une majorité de civils et beaucoup d'enfants. Le bilan ne cesse d’augmenter mais ce sont encore plus de 2 200 blessés, près de 2 000 maisons détruites, dont celle du Consul de France, plus de 40 000 personnes déplacées. Selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires de l’ONU, 900 000 personnes, c’est-à-dire la moitié de la population de Gaza est sans eau.

Le gouvernement israélien s'est lancé dans une nouvelle escalade meurtrière en décidant l'intervention terrestre à Gaza.

La politique d’Israël est claire : isoler toujours plus la bande de Gaza, contrecarrer toute possibilité d’union palestinienne et détourner l’attention de son offensive coloniale sur la Cisjordanie. Israël multiplie les crimes et les dénis de droit afin de maintenir l’apartheid imposé à la Palestine. Toute négociation est devenue vaine pour l’arrêter, il faut des actes forts, concrets et coercitifs.

Les justifications des autorités israéliennes qui présentent leurs exactions comme des représailles sont irrecevables. D’abord parce qu’elles frappent des civils qui sont maintenus sous un blocus inhumain depuis plus de six ans et, qu’à ce titre, elles constituent des crimes de guerre. Enfin parce qu’aucune autorité en place à Gaza ne sera jamais en mesure d’empêcher des actions violentes contre le siège de Gaza qui prend en otage une population de plus de 1,6 million d’habitants, la coupant délibérément de ses liens avec la Cisjordanie. La résistance à l’occupant est un droit et même un devoir, et non du terrorisme. Notre pays aussi a connu l’occupation pendant la Seconde Guerre mondiale.

En déclarant qu’il appartient « au gouvernement israélien de prendre toutes les mesures pour protéger sa population face aux menaces », vous incitez à la guerre et jouez la carte de l’affrontement, vous cautionnez les pires exactions, les plus abominables crimes. C’est grave et complètement irresponsable.

En exprimant « la solidarité de la France » avec Israël sous le prétexte de tirs de roquettes en provenance de Gaza, sans prononcer le moindre mot sur les bombardements, les assassinats, les rafles, les emprisonnements de masse et les ratonnades en Palestine occupée, vous entendez impliquer notre pays dans une opération criminelle contre un peuple en lutte pour sa survie, le peuple palestinien. Cela ne peut qu’attiser les haines aveugles d’extrémistes, y compris en France.

Vous invoquez des « risques pour l’ordre public » pour justifier l’interdiction, par la préfecture de police, d’une manifestation en faveur de la paix juste et durable aujourd'hui à Paris. Il s’agit d’une nouvelle provocation, d’une entrave manifeste à une liberté constitutionnelle, celle de manifester, qui ne peut être justifiée par les débordements de la semaine dernière devant des synagogues de quelques fous furieux qu’il conviendrait d’ailleurs d’identifier et d’appréhender. J’en profite pour réclamer la dissolution administrative de la Ligue de Défense Juive, organisation criminelle, classée organisation terroriste par le FBI, et interdite d'activité en Israël comme aux États-Unis. L'impunité de ces barbares dont le seul but est de créer un amalgame entre judaïsme et sionisme est inacceptable.

Le conflit israélo-palestinien n’est pas un conflit religieux, il est un conflit de droit international. Le viol du droit international par Israël ne concerne pas uniquement les Palestiniens. Il ne concerne pas uniquement les militants de la cause palestinienne de part le monde et en France. Ce déni de droit et de justice concerne tous les Français, quelles que soient leurs opinions politiques, quelles que soient leurs éventuelles croyances. Car quand Israël viole le droit international, il viole aussi notre souveraineté nationale dans la mesure où ce droit international est supérieur même à notre droit national. C’est le sens des mobilisations pacifiques des Françaises et Français pour la paix, juste et durable, fondée sur l’application du droit international et le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes.

Exiger la reconnaissance du droit du peuple palestinien à un Etat souverain aux frontières aussi sûres et reconnues que celles de l’Etat d’Israël, ce n’est pas importer un conflit présenté habillement comme « bilatéral », c’est inscrire la politique française dans les principes qu’elle prétend défendre, qu’elle devrait normalement défendre, ce qui n’est pas le cas.

Votre responsabilité est écrasante, honteuse pour tout le peuple français.

Avec le soutien des pays européens, Israël a par exemple été élu à la Vice-Présidence de la commission de l’ONU en charge de la décolonisation. C’est un comble ! Comment la France a-t-elle pu donner son accord à une telle décision ?

Comment est-il possible que les autorités françaises acceptent que des citoyens français intègrent une armée étrangère d'occupation (l’armée israélienne), violant ainsi les lois internationales ?

Comment pouvez-vous accepter un mur de près de 700 kilomètres, une construction condamnée par les instances internationales ? Comment pouvez-vous accepter l’apartheid instauré en Cisjordanie occupée, l’intensification de la colonisation ?

La France devrait non pas aller à la « retenue » et à la « mesure », elle devrait non pas chercher à flatter telle ou telle communauté, mais condamner de la manière la plus ferme les actes d’Israël, sur la base du droit.

Le Conseil de Sécurité de l'ONU doit se réunir d'urgence pour condamner les exactions d’Israël et mettre en œuvre les moyens nécessaires à la protection et la sécurité des populations. Quand mobiliserez-vous la communauté internationale face à la colonisation, aux bombardements et à l’envahissement de la Palestine ?

L'absence de sanctions à son égard est un encouragement à la poursuite de sa politique de colonisation, d'agression permanente contre le peuple palestinien. A quel moment comptez-vous prendre des sanctions contre Israël, en stoppant, notamment, l’accord d’association Union européenne et Israël ?

La France, en tant que Haute Partie contractante à la quatrième Convention de Genève a l’obligation de respecter et de faire respecter la Convention en toutes circonstances (article 1) et de prendre toutes les mesures nécessaires pour poursuivre les personnes ayant commis, ou donné l’ordre de commettre des infractions graves à la quatrième Convention de Genève (article 146). Quand ferez-vous appliquer la quatrième Convention de Genève ?

La France doit agir pour qu’Israël mette fin au blocus criminel qu'il impose à la population de Gaza dont les conditions de vie ne cessent de se dégrader et accéder à l'ensemble des revendications palestiniennes : ouverture de Rafah par l’Égypte, accès libre de Gaza à la mer et libération des prisonniers libérés dans le cadre d'un accord et à nouveau incarcérés. Que comptez-vous faire ?

Le peuple palestinien n’en peut plus de l’hypocrisie. Aucune paix ne naîtra sans la constitution d’un État israélien et d’un État palestinien dans des frontières sûres et reconnues, celles de 1967, avec pour capitale Jérusalem-Est. Quand mettrez-vous en œuvre votre engagement électoral de reconnaissance internationale de l'État palestinien ?

L’année 2014 a été déclarée « année internationale de la Palestine » par l’Assemblée générale de l’ONU. Etiez-vous seulement au courant ? Quand la diplomatie de notre pays sera-t-elle à la hauteur de la situation ?

Dans l’attente de vous lire et que vous agissiez enfin,

Veuillez agréer, Monsieur le Président de la République, l’expression de ma haute considération.

Jean-Jacques CANDELIER,
Député

Posté par Jocegaly à 10:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LDJ - JJacques CANDELIER député communistedemande la dissolution de la Ligue de défense juive

 LE FIGARO

Un député communiste demande la dissolution de la Ligue de défense juive

Par Mis à jour le 21/07/2014 à 17:39

Publié le 21/07/2014 à 14:59

 

LE SCAN POLITIQUE - Dans une lettre ouverte adressée au président de la République, Jean-Jacques Candelier désigne notamment la Ligue de défense juive (LDJ) comme une organisation «criminelle».

Publicité

Deux jours après les heurts survenus à Barbès et à Sarcelles en marge des manifestations de soutien aux habitants de Gaza, l'heure est majoritairement à la condamnation par la classe politique des débordements, qualifiés d'«intolérables» ce lundi matin par le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve.

Si des voix s'élèvent à gauche pour réclamer une position de la France plus équilibrée, le député communiste Jean-Jacques Candelier va plus loin. Sur Twitter, il désigne la Ligue de défense juive (LDJ) comme une organisation «fasciste» et l'estime également «responsable de provocations» qui ont conduit aux violences des 13 et 19 juillet.

 

Sur twitter:

J'interroge Ministre de l'Intérieur sur la dissolution administrative de la #LDJ (Ligue de Défense Juive), organisation criminelle fasciste.

 

Dans une lettre ouverte à François Hollande publiée vendredi 19 juillet sur Facebook et repérée par le Lab, Jean-Jacques Candelier estime que l'objectif de cette organisation communautaire juive classée à l'extrême droite est d'instrumentaliser la situation en créant «un amalgame entre judaïsme et sionisme». Jugeant que ce groupe est «une organisation criminelle barbare», le député communiste rappelle que ses activités sont interdites aux États-Unis et en Israël. Il appelle à la dissolution de ce groupe régulièrement épinglé pour ses méthodes violentes et son recours assumé à la provocation.

Cette injonction faite au ministre de l'Intérieur fait écho aux réserves émises dans le JDD la semaine dernière par le député PS Alexis Bachelay quant au partage des responsabilités concernant les heurts survenus rue de la Roquette à Paris le 13 juillet. Ce dernier réclamait notamment la constitution d'une commission d'enquête parlementaire pour statuer sur les responsables des violences autour des synagogues, et, éventuellement, si cela était nécessaire, réfléchir à la dissolution de cette organisation. Le Parti de gauche de Jean-Luc Mélenchon avait lui aussi dénoncé dans Le Parisien «des provocations délibérées commises par des militants de la LDJ», vidéos à l'appui.

La dissolution de la Ligue de défense juive est régulièrement réclamée par divers partis de gauche comme le PCF, le NPA ou Europe Écologie-Les Verts. Initialement appelée Liberté Démocratie et Judaïsme, cette organisation a déjà été dissoute et interdite en France en 2003.

Posté par Jocegaly à 09:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

GAZA - Exclusif: Des "contractors" étrangers combattent aux côtés de l’armée israélienne

STRATEGIKA

 

Exclusif: Des "contractors" étrangers combattent aux côtés de l’armée israélienne

Publié le 22 juillet 2014 par Strategika51004-2007.

 

Des informations vérifiées font état de la présence de plus en plus visible de "contractors" étrangers au sein des forces israélienne impliquées dans les opérations contre la bande de Gaza.

Nos sources indiquent qu’ils ne sont pas encore en mesure d’affirmer s’il s’agit oui ou non de mercenaires appartenant à X (ex-Academi, anciennement connu sous le titre de Blackwater) mais qu’au moins un américain et un français ont péri dans les combats contre les brigades du Qassam palestinien à Gaza.

De source israélienne, on indique que les soldats tués sont des binationaux "volontaires".  Toutefois, la fuite à deux reprises de soldats israéliens des lieux d’affrontements avec les commandos palestiniens ou leur supposée révolte contre la qualité des blindages des véhicules dont ils sont équipés ont contraint l’état-major israélien à faire appel à des petites armées privées constituées de mercenaires de divers pays et gérées par des israéliens de la diaspora.

Des analystes proches d’Israël démentent catégoriquement ces informations et précisent que depuis le début de ce qu’ils appellent les opérations militaires à Gaza, des centaines de ressortissants étrangers disposant de la nationalité israélienne ont rejoint les rangs de l’armée israélienne. Ainsi plus de 460 franco-israéliens vivant en France ont volontairement intégré l’armée d’Israël ces dernières semaines.

Israël maintient un black-out complet sur ses pertes militaires à Gaza.

Quoi qu’il en soit, des avions civils appartenant à une compagnie Low Cost ont accru la fréquence de leurs liaison entre un pays d’Europe de l’Est et Israël cette semaine. S’agit-il d’une opération clandestine de transfert de mercenaires? Rien ne l’indique encore mais l’hypothèse est hautement probable.

Le commerce des armées privées est devenu hautement lucratif depuis le lancement de la contre-insurrection en Irak dans les années 2004-2007.

Posté par Jocegaly à 02:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 juillet 2014

UKRAINE Luc MICHEL: le crash du MH17

 

 

 

Emission complète sur : vimeo.com/101242725

« AFRIQUE MEDIA la seule grande chaîne de Télévision francophone qui a osé briser la chape de plomb de la Russophobie des médias de l’OTAN sur le crash d’Air Malaisia »
- Luc Michel.

« Un vaste panorama qui nous aide à mieux comprendre non seulement le crash d’Air Malaisia mais ce qui se passe en Ukraine »
- Bachir Mohamed Ladan.

Un Boeing 777 malaisien reliant Amsterdam (Pays-Bas) à Kuala Lumpur (Malaisie) avec 280 passagers et 15 membres d'équipage à bord s'est écrasé ce jeudi 17 juillet dans la région ukrainienne de Donetsk (est).

Le vol MH17 d’AIR MALAISIA, s'est écrasé à 60 km de la frontière russe, au dessus de ce Donbass en guerre et près de Donetsk la capitale de la République Populaire de Donetsk, au Cœur de cette Novorossiya qui s’est déclarée indépendante de l’Ukraine en avril dernier.
Immédiatement une guerre médiatique s’est déclarée entre le Bloc russe et l’OTAN et les médias occidentaux se sont lancés dans une vague de Russophobie jamais vue encore.
Que penser de tout cela ? Que sait-on du crash de Donetsk ? Qui sont les coupables ???

Avec Luc MICHEL, géopoliticien et expert des mondes russe et ukrainien, le correspondant international d’AFRIQUE MEDIA et sa chaîne EODE-TV, nous allons tenter de répondre à toutes ces questions. Dans une émission qui va vous surprendre. Car la vérité n’est pas là où Obama, les politiciens occidentaux et les médias de l’OTAN entendent la monopoliser.

De l’analyse que fait Luc MICHEL du crash d’Air Malaisia, nos confrères de la Radio russe LA VOIX DE LA RUSSIE ont dit hier ce qui suit : « Le politique belge Luc Michel a tenu à nous livrer, lui aussi, une analyse extraordinaire et pleine de détails inouïs de l’éventuelle organisation de ce crash s’il ne s’agit au moins d’une bavure »

LUC MICHEL RÉPOND À TOUTES LES QUESTIONS ESSENTIELLES SUR LE CRASH DE AIR MALAISIA :

* A qui profite le crime ?
* Nous sommes donc entrés dans une nouvelle guerre des médias ? Le choc des propagandes plutôt que la recherche de la vérité ?
* Que sait-on de certain sur le crash du vol Air Malaisia ? Il y a les affirmations d’Obama accusant la Russie et les républiques du Donbass. Et il y a ceux qui pointent le doigt vers Kiev...
* D'après le spécialiste Pierre Servent, interrogé ce jeudi 17 juillet, les séparatistes pro-russes ne disposent pas de matériel assez perfectionné et ne sont pas assez formés pour toucher une cible volant aussi haut…
* Il y aussi déjà plusieurs hypothèses. Que dit-on, que conjoncture-t-on sur cette dramatique catastrophe aérienne ?
* L’hypothèse qui buzze sur le net (et que Luc Michel a été le premier à développer après les sites russes de ITAR-TASS et de la TV RT), c’est la plus incroyable. En effet il s’agirait rien de moins que le jet de Poutine réellement ciblé et le vol Air Malaisia abattu l’aurait été par erreur ?
* Les médias occidentaux ne parlent pas de cette hypothèse. Mais ils ont par contre lancé déjà une campagne contre les « théories du complot » ? Qu’en penser ?

LUC MICHEL DEVOILE AUSSI LE DESSOUS DES CARTES DE CASTROPHES ET CRIMES D’ÉTAT SIMILAIRES :

* Le CRASH DU VOL D’IRAN AIR (1988).
* Le CRASH DU VOL RUSSE TU154 abattu par la Chasse ukrainienne en 2001.
* Le CRASH DU DC9 D’ITAVIA abattu en 1980 au-dessus d’Uscita en Italie.

QUI SONT LES HOMMES DE KIEV ET DE WASHINGTON ?

Après affaires horribles, une horreur occidentale, des crimes d’état, on reste sans voix. Il faut cependant avancer et tenter de comprendre.
Luc MICHEL met aussi en cause ceux qui dirigent. A Kiev notamment. Mais aussi à Washington.

* Qui sont les dirigeants arrivés au pouvoir en février dernier par un coup d’état soutenu par les USA, l’OTAN et l’UE ?
* Qui sont les hommes qui dirigent les USA aujourd’hui ?
* Pourquoi veulent-ils la confrontation avec la Russie de Poutine ?

QUE PEUT ON ANTICIPER SUR LA SUITE DU DOSSIER DU CRASH D’AIR MALAISIA ?

Luc MICHEL pratique « l’analyse géopolitique prospective » et ses prévisions sont souvent justes.

* Comment pense-il que cette affaire va évoluer ?
* Quelles seront les tendances de cette évolution et les questions qui vont se poser ?

A BIENTOT pour 3 nouvelles émissions spéciales avec Luc MICHEL sur le dossier « Ukraine versus Novorossiya » ...

EODE-TV / EODE Press Office /
Coproduction Luc MICHEL – EODE-TV – Afrique Media /
Copyright July 2014 /

Posté par Jocegaly à 23:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

GAZA - Prix Nobel, artistes intellectuels appellent à un embargo militaire immédiat sur Israël

BDS FRANCE

 

Prix Nobel, artistes et éminents intellectuels appellent à un embargo militaire immédiat sur Israël

19 juillet 2014 – Comité national palestinien BDS

"Nous demandons aux Nations-Unies et aux gouvernements du monde de prendre immédiatement des mesures pour l’application d’un embargo militaire total, et juridiquement contraignant, sur Israël, comme celui qui fut imposé à l’Afrique du Sud durant l’apartheid. Les gouvernements qui expriment leur solidarité avec le peuple palestinien dans Gaza qui fait face au poids du militarisme, des atrocités et de l’impunité d’Israël, doivent commencer par couper toutes relations militaires avec Israël. Les Palestiniens aujourd’hui ont besoin d’une solidarité efficace, pas de charité."

La lettre est signée par six Prix Nobel de la Paix : l’archevêque Desmond Tutu, Adolfo Peres Esquivel, Jody Williams, Mairead Maguire, Rigoberta Menchú et Betty Williams.
Parmi les autres signataires : Noam Chomsky, Roger Water des Pink Floyd, la dramaturge Caryl Churchill, le rappeur états-unien Boots Riley, João Antonio Felicio, président de la Confédération syndicale internationale, et Zwelinzima Vavi, secrétaire général de la Confédération syndicale d’Afrique du Sud.

Une version abrégée de cette lettre appelant les Nations-Unies et les gouvernements à imposer un embargo militaire à Israël a été publiée dans The Guardian, le 19 juillet 2014 (http://www.theguardian.com/world/2014/jul/18/arms-trade-israel-attack-gaza).

 

 

Agissez maintenant : ajoutez votre nom à l'appel à l'embargo militaire

 

 

« Avec l’instauration d’une relation d’oppression, déjà la violence a commencé. Jamais dans l’histoire, la violence n’a été déclenchée par l’opprimé…  Il n’y aurait pas d’opprimés s’il n’y avait eu auparavant une violence pour instaurer leur domination. » Paulo Freire

Israël a lancé une fois encore toute la force de son armée contre la population captive palestinienne, particulièrement dans la bande de Gaza assiégée, dans une action inhumaine et illégale d’agression militaire. L’assaut d’Israël qui se poursuit contre Gaza a tué déjà un grand nombre de civils palestiniens, en a blessé des centaines et a dévasté l’infrastructure civile, notamment celle de la santé, qui se trouve confrontée à de graves pénuries.
La capacité d’Israël à lancer de telles attaques dévastatrices en toute impunité découle en grande partie de la large coopération internationale militaire et d’échanges qu’il entretient avec des gouvernements complices à travers le monde.
Sur la période 2009-2019, les USA vont fournir une aide militaire à Israël de 30 milliards de dollars, alors que les exportations militaires annuelles israéliennes ont atteint des milliards de dollars. Ces dernières années, les pays européens ont exporté des armes à Israël pour des milliards d’euros, et l’Union européenne a octroyé aux sociétés d’armement et aux universités israéliennes des subventions au titre de la recherche militaire portant sur des centaines de millions d’euros.

Les économies émergentes, comme l’Inde, le Brésil et le Chili, ont rapidement développé leur commerce et leur coopération militaires avec Israël, malgré leur appui affirmé aux droits palestiniens. Par l’importation et l’exportation d’armes depuis et vers Israël, et l’encouragement au développement de la technologie militaire israélienne, les gouvernements envoient en réalité un message clair de leur approbation de l’agression militaire israélienne, y compris de ses crimes de guerre et de ses crimes possibles contre l’humanité.
Israël est l’un des principaux fabricants et exportateurs au monde de drones équipés à des fins militaires. La technologie militaire d’Israël, mise au point pour pérenniser des décennies d’oppression, est mise sur le marché comme « testée sur le terrain » et elle est exportée dans le monde entier.
Les relations dans les domaines du commerce et de la recherche militaires avec Israël ont stimulé l’impunité israélienne dans la perpétration de violations graves du droit international et incité à l’enracinement du système d'Israël d’occupation, de colonisation et à son déni systématique des droits palestiniens.

Nous demandons aux Nations-Unies et aux gouvernements du monde de prendre immédiatement des mesures pour l’application d’un embargo militaire total, et juridiquement contraignant, sur Israël, comme celui qui fut imposé à l’Afrique du Sud durant l’apartheid.
Les gouvernements qui expriment leur solidarité avec le peuple palestinien dans Gaza qui fait face au poids du militarisme, des atrocités et de l’impunité d’Israël, doivent commencer par couper toutes relations militaires avec Israël. Les Palestiniens aujourd’hui ont besoin d’une solidarité efficace, pas de charité.

alt

ilustration de GKIMAGES.COM

Signatures :

Adolfo Peres Esquivel, Nobel Peace Laureate, Argentina
Ahdaf Soueif , Author, Egypt/UK
Ahmed Abbas, Academic, France
Aki Olavi Kaurismäki , film director, Finland
Alexi Sayle, Comedian, UK
Alice Walker, Writer, US
Alison Phipps, Academic, Scotland
Andrew Ross, Academic, US
Andrew Smith, Academic, Scotland
Arch. Desmond Tutu, Nobel Peace Laureate, South Africa
Ascanio Celestini, actor and author, Italy
Betty Williams, Nobel Peace Laureate, Northern Ireland
Boots Riley, Rapper, poet, arts producer, US
Brian Eno, Composer/musician, UK
Brigid Keenan, Author, UK
Caryl Churchill, playwright, UK
China Mieville, Writer, UK
Chris Hedges , Journalist, Pulitzer Prize 2002, US
Christiane Hessel, , France
Cynthia McKinney, Politician, activist, US
David Graeber, Academic, UK
David Palumbo-Liu, Academic, US
Eleni Varikas, Academic, France
Eliza Robertson, Author,
Elwira Grossman, Academic, Scotland
Etienne Balibar, philosopher, France
Federico Mayor Zaragoza, Former UNESCO Director General, Spain
Felim Egan, Painter, Ireland
Frei Betto, Liberation theologian, Brazil
Gerard Toulouse, Academic, France
Ghada Karmi , Academic , Palestine
Gillian Slovo, Writer, Former president of PEN (UK), UK/South Africa
Githa Hariharan, Writer, India
Giulio Marcon, MP (SEL), Italy
Hilary Rose, Academic, UK
Ian Shaw, Academic, Scotland
Ilan Pappe, Historian, author, Israel
Ismail Coovadia, former South African Ambassador to Israel
Ivar Ekeland, Academic, France
James Kelman, Writer, Scotland
Janne Teller, Writer, Denmark
Jeremy Corbyn, MP (Labour), UK
Joanna Rajkowska, Artist, Poland
Joao Felicio, President of ITUC, Brazil
Jody Williams, Nobel Peace Laureate, US
John Berger, artist, UK
John Dugard, Former ICJ judge, South Africa
John McDonnell, MP (Labour), UK
John Pilger, journalist and filmmaker , Australia
Judith Butler, Academic, philosopher, US
Juliane House, Academic, Germany
Karma Nabulsi, Oxford University, UK/Palestine
Keith Hammond, Academic, Scotland
Ken Loach, Filmmaker, UK
Kool A.D. (Victor Vazquez), Musician, US
Liz Lochhead, national poet for Scotland, UK
Liz Spalding, Author,
Luisa Morgantini, former vice president of the European Parliament, Italy
Mairead Maguire, Nobel Peace Laureate, Ireland
Marcia Lynx Qualey, Blogger and Critic, US
Michael Lowy, Academic, France
Michael Mansfield, Barrister, UK
Michael Ondaatje, Author, Canada/Sri Lanka
Mike Leigh, writer and director, UK
Mira Nair, filmmaker, India
Monika Strzępka, theatre director, Poland
Naomi Wallace, Playwright, screenwriter, poet, US
Nathan Hamilton, Poet ,
Noam Chomsky, Academic, author, US
Nur Masalha, Academic, UK/Palestine
Nurit Peled, Academic, Israel
Paola Bacchetta, Academic, US
Phyllis Bennis, Policy analyst, commentator, US
Prabhat Patnaik, Economist, India
Przemyslaw Wielgosz, Chief editor of Le Monde Diplomatique, Polish edition, Poland
Rachel Holmes, Author, UK
Raymond Deane, composer, Ireland
Raja Shehadeh, Author and Lawyer, Palestine
Rashid Khalidi, Academic, author, Palestine/US
Rebecca Kay, Academic, Scotland
Richard Falk, Former UN Special Rapporteur on Occupied Palestinian Territories, US
Rigoberta Menchú, Nobel Peace Laureate, Guatemala
Robert Ballagh, artist, Ireland
Robin D.G. Kelley, Academic, US
Roger Waters, Musician, UK
Robin Yassin-Kassab, Writer, UK
Roman Kurkiewicz, journalist, Poland
Ronnie Kasrils, Former minister in Mandela’s gov’t, South Africa
Rose Fenton, Director, the Free Word Centre, UK
Sabrina Mahfouz, Author, UK
Saleh Bakri, Actor, Palestine
Selma Dabbagh, Author, UK/Palestine
Sir Geoffrey Bindman, Lawyer, UK
Slavoj Zizek, Philosopher, author, Slovenia
Sonia Dayan-Herzbrun, Academic, France
Steven Rose, Academic, UK
Tom Leonard, Writer, Scotland
Tunde Adebimpe, Musician, US
Victoria Brittain, Playwright and journalist, UK
Willie van Peer, Academic, Germany
Zwelinzima Vavi, Secretary General of Cosatu, South Africa

BDS Movement : http://www.bdsmovement.net/2014/nobel-celebrities-call-for-military-embargo-12316

Traduction : JPP pour l'AURDIP

UKRAINE- Crash avion de la Malaysia Airline:KARINE BECHET-GOLOVKO

russiepolitics 

 

 

 

vendredi 18 juillet 2014

Comment l'avion de la Malaysia Airlines a-t-il pu s'écraser dans la zone de guerre ukrainienne ?

Диспетчер: «Два украинских истребителя были замечены рядом с самолетом перед тем, как он исчез с радаров» | Русская весна
 
Hier, un avion de la compagnie Malaysia Airlines s'est écrasé dans la région de Donetsk. Les  passagers et les  membres d'équipages sont morts, soit presque 300 personnes. La première question qui vient à l'esprit est comment un avion de ligne qui effectue une liaison régulière entre Amsterdam et Kuala Lumpur a pu survoler un zone en guerre? Donc pourquoi l'espace aérien n'était-il pas fermé? Parce que, officiellement, il n'y a pas de guerre, officiellement il y a une petite opération menée par Kiev contre des terroristes. La première raison de la mort de ces personnes est l'hypocrisie. Mais au-delà de cet aspect, plusieurs faits surprennent et les hypothèses s'accumulent.
 
La question de l'ouverture de l'espace aérien
L'ouverture de l'espace aérien au-dessus d'une zone de conflit violent est surprenante. D'une part, le 8 juillet, les autorités ukrainiennes déclarent fermer l'espace aérien au-dessus des zones de conflit dans le sud-est pour des raisons de sécurité. Seuls les avions volant à plus de 7900m sont autorisés à survoler la zone. Ensuite, le plancher est passé à 9600m. Autrement dit, les combattants ne disposent pas des moyens techniques d'abattre des avions volant à très haute altitude.
 
Pour sa part, le service européen du contrôle aérien a tout d'abord déclaré qu'il s'agit d'un accident et ne voit donc aucune raison de fermer l'espace aérien au-dessus de la zone. Il a fallu attendre quelques heures pour que le ministre ukrainien des Infrastructures fasse savoir par Facebook que l'espace aérien au dessus de Lugansk, Donetsk et en partie au-dessus de Kharkov était complètement fermé.
 
Pourquoi cela n'a-t-il pas été le cas avant? Parce que officiellement il ne se passe rien, même l'Organisation internationale de l'aviation civile avait certifié que la route était sûre.  Il ne se passe donc rien de grave. L'armée ukrainienne s'attaque à un groupe terroristes soutenus par Moscou pour destabiliser l'Ukraine. Ce refus obstiné et incohérent de rendre compte de ce qui se passe entretient une fausse impression de normalité concernant l'Ukraine. Combien de personnes reprochent aux médias russes d'entretenir cette ambiance de guerre. Pourquoi? Parce que ce sont les seuls médias à ne pas détourner le regard quand les immeubles, les hôpitaux, les marchés, les écoles, les centres villes sont bombardés. Quand les civils se font tuer par des snippers, simplement parce qu'ils traversent la rue. Donc, l'on parle de propagande russe pour qualifier ce que les médias occidentaux ne veulent pas montrer.
 
Maintenant, peut être que le traitement de l'information va-t-il changer. Il aura fallu tous ces morts pour que les médias occidentaux reconnaissent l'existence d'une guerre en Europe. Une guerre civile, une guerre sale, une guerre fratricide. Et cette guerre va leur sauter au visage. Ce silence médiatique est la première raison de la chute de l'avion malaisien. Si la situation avait été qualifiée de "guerre", le service européen du contrôle aérien aurait totalement fermé l'espace aérien au-dessus de la région, les compagnies aériennes auraient pu modifier le trajet des avions. Ces gens seraient encore vivants.
 
Quelles sont les différentes versions envisageables
 
     1. Une erreur du contrôle aérien ukrainien?
Une information surprenante montre que le trajet suivi par cet avion, qui assure tous les jours la ligne Amsterdam - Kuala Lumpur, a été étrangement modifié justement le jour de la tragédie. Comme vous pouvez le voir en gros plan ici:
 
DNR_Boeng_Crash_2
 
Autrement dit, avant la date fatidique, l'avion passait au sud de Donetsk et ne survolait pas la zone de conflit. Comme il n'y a plus aucun service de contrôle aérien à Donetsk, l'aéroport étant fermé, les avions sont pris en charge par un aiguilleur à Kiev. S'agit-il d'une erreur ou est-ce volontaire? Pourquoi modifier le trajet et faire passer l'avion juste au-dessus des zones de combats et de tirs?
 
      2. Un tir perdu
Il ne faut pas oublier que c'est la guerre. Tous les jours il y a des bombardements, des tirs, des roquettes, des avions sont descendus. Cet avion aurait pu se trouver au milieu d'un tir croisé. Et dans ce cas ni Kiev ni les combattants ne savent réellement qui tiré le coup fatal.
C'est peu probable, mais c'est possible. Tout va dépendre de la hauteur réelle à laquelle volait l'avion, car celle-ci varie selon les sources, de 6000 à 10000m. Ce fait est important, les forces de Donetsk ne reconnaissant pas avoir le matériel permettant de tirer à 10000m.
 
     3. Un tir des combattants voire des russes eux-mêmes
C'est évidemment la version privilégiée à Kiev, lancée par Biden, Poroshenko et son équipe. Ils affirment que les combattants sont entrés en possession des armes permettant de tirer un avion à très haute altitude. Information démentie par les combattants qui affirment ne pas avoir de système BUK ou de A300, qui sont les seuls à être efficaces. L'information, selon laquelle ils en possédaient, avait été diffusée alors par Kourguinian, qui s'est totalement discrédité la semaine dernière, par ses nouvelles prises de position radicales anti-Strelkov.
 
Cette version de la responsabilité russe semble être confirmée par un expert militaire français, dans le journal Le Figaro, qui affirme que ni Kiev ni les combattants n'ont de telles armes. Celles-ci ne sont en possession que de Moscou qui donc a tiré sur l'avion.
 
On rappellera que Kiev est en possession du système BUK, depuis encore la période soviétique sans oublier ses usines de production d'armements. Et la question se pose pour les combattants, les informations et déclarations étant contradictoires sur cet aspect du problème.
 
Ce qui, en revanche, pose problème, est la raison d'un tel tir? Les combattants n'ont aucun intérêt à destabiliser la situation sur place, puisqu'ils reprennent l'avantage sur le terrain. L'armée ukrainienne recule, a de très grosses pertes en matériel et en hommes. Le crash de cet avion, malgré toute l'horreur de la situation, est du pain béni pour Kiev. C'est un électrochoc mondial qui fait tout oublier. Et le massacre d'Odessa, et les crimes de guerre, et les déplacements de populations et les milliers de morts et de blessés, et la centaine de milliers de réfugiés en Russie et tout le reste. Il ne reste qu'une horreur à l'état pur. Horreur que la presse amércaine exploite déjà à merveille. The Washington Post, dès hier soir, commencait à reprendre et diffuser la version ukrainienne, insistant sur la très forte possibilité d'une implication des russes ou des "pro-russes". Les Etats Unis affirment que l'avion est tombé suite à un tir de missile sol-air, point, la discussion est close et l'information se diffuse.
 
Pourtant, il y a ici un petit problème aussi au niveau de la communication ukrainienne. Si l'on suit les horaires auxquels les informations sont diffusées hier, voilà ce que ça donne:
17h12: Poroshenko préside la réunion du Conseil de sécurité
17h26: Le Conseil de sécurité déclare que les combattants dans l'Est sont en possession des moyens techniques permettant d'abattre un avion à très haute altitude.
17h49: A Donetsk, un avion de ligne s'écrase.
 
C'est quand même une étrange coïncidence.
 
Et pour en finir avec la comunication, mais américaine cette fois. Tout d'abord, dans un faux souci d'impartialité, il est dit que l'on ne sait pas qui a tiré, puis les citations des autorités ukrainiennes mettant en cause leurs adversaires se propagent et finissent par monopoliser le discours, le tout entrecoupé d'informations jouant sur l'émotion et la sensibilité, pour mieux faire passer le message.
 
La responsabilité des combattants, voire de la Russie elle-même, n'en déplaise Biden et donc Poroshenko, n'a aucune logique si l'on cherche à répondre à la question: à qui profite le crime? Mais elle n'en constitue pas moins la ligne officielle américaine.
 
      3 bis Version conspirologie: une attaque organisée par Kiev et les Etats Unis
Si l'on cherche à répondre à la question, à qui profite le crime, la réponse est évidente: à l'Ukraine et à leurs sponsors américains.
 
La situation sur le terrain s'enlise, la guerre est beaucoup trop longue, des images finissent pas passer à travers le blocus médiatique, et si ça continue les gens vont finir par savoir tout ce qu'ils ne veulent pas. Et première surprise, mercredi, l'armée ukrainienne installe le système missile sol-air BUK dans la région de Donetsk. Pourquoi? Il s'agit d'un système spécialement conçu pour descendre les avions volant à très haute altitude. Or, les combattants ont récupéré un seul avion, qui n'a même pas encore volé. Vraiment étrange, quel est le sens? Et juste à ce moment-là ...
 
Ensuite, même si les services américains disent et martèlent que la seule version acceptable est ce missile sol-air, un contrôleur aérien espagnol, travaillant à l'aéroport de Kiev, affirme que ce Boing était accompagné par deux avions de chasse ukrainien avant de disparaître. Et finalement, il n'est plus question d'un missile sol-air, mais d'un tir effectué depuis un avion de chasse.
 
Si l'on continue dans cette logique, quel serait l'intérêt de commettre un tel crime? Il faut au minimum mettre un terme à ce conflit et gagner les territoires perdus et au maximum provoquer la Russie pour qu'elle fasse entrer ses troupes en Ukraine. Elle est déjà directement accusée par Melbourne qui reprend la position de Kiev, l'hystérie collective anti-russe joue et produit les effets attendus. Le tout en faisant oublier tout ce qui s'est passé avant, tout ce que l'armée ukrainienne a fait. Et ça peut marcher.
 
Les conséquences possibles du crash de l'avion de ligne
Après l'électrochoc provoqué par cette tragédie, la zone va se remplir très rapidement d'experts internationaux, d'observateurs et autres personnes qualifiées pour mener cette enquête internationale, que tout le monde, évidemment, demande. Ce qui est très bien. Et ça tombe aussi très bien: on ne poursuit pas les combats sur une zone d'enquête internationale. Et l'armée ukrainienne va ainsi pouvoir occuper le terrain qu'elle a perdu. Le Président Obama a immédiatement proposé son aide et notamment l'envoie de "spécialistes". Poroshenko s'est empressé d'accepter.
 
Pour une analyse froide de la situation: l'Ukraine gagne une guerre qu'elle commençait à perdre, gèle le conflit quand elle reculait. Une enquête internationale, c'est long, très long et personne ne pourra reprendre les armes après. C'est très bien, surtout pour Kiev. Et les combattants ont perdu, car ils ne peuvent plus défendre leur territoire, ils sont obligés de l'ouvrir à tout vent et le vent va s'y engouffrer.
 
Peut-on penser que cet acte soit prémédité?
C'est difficile à dire. Il y a des antécédents et même une escalade logique en somme. Avec l'Irak, il a suffit d'agiter un petit flacon pour occuper le terrain. Avec la Syrie, ils ont essayé l'emploi direct des armes chimiques, mais la Russie a pu diplomatiquement bloqué la machination. En Ukraine aussi l'arme chimique a été utilisée et plusieurs fois (phosphore blanc, chlore), mais l'accusation est toujours retombée sur l'armée régulière, elle a donc été écartée et niée par les instances américaines et donc internationales et européennes. Alors pourquoi pas un avion? Ce serait ignoble, il est à espérer que cette hypothèse ne reste qu'au niveau d'une absurdité conspirologique. En tout cas, comme pour l'Irak, la vérité finira par se faire.
 
 
 

Posté par Jocegaly à 10:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ukraine - Mensonges medias: Xavier Moreau (REALPOLITIK)

Il y a pourtant tellement de chose à MONTRER, à faire savoir  https://www.youtube.com/watch?v=GckH4hYuFdE

 

 

 

Sur REALPOLITIK

 

À propos de l'auteur

 

 

Saint-Cyrien et officier parachutiste, titulaire d'un DEA de relations internationales à Paris IV Sorbonne, spécialisé sur les relations soviéto-yougoslaves pendant la guerre froide. Fondateur d'une société de conseil en sûreté des affaires, installé en Russie depuis 14 ans, travaillant également sur l'Ukraine, le Kazakhstan et la Serbie.

 

Crise en Ukraine : le traitement par les médias occidentaux

 Intervention de Xavier Moreau sur la chaîne de télévision russe "MIR 24" dans l'émission "Mot pour Mot" du 10 juillet 2014.
Le sujet portait sur le traitement par les médias occidentaux de la crise en Ukraine

 


Crise en Ukraine : le traitement par les médias... par realpolitiktv

 

Posté par Jocegaly à 10:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

KOKOPELLI - Avaaz, bas les masques :campagne frauduleuse d'AVAAZ concernant une prétendue "bourse aux graines" mondiale

KOKOPELLI

 

Nouvelle spéciale de Kokopelli : Avaaz, bas les masques !

 

ATTENTION : Kokopelli dénonce la campagne frauduleuse d'AVAAZ concernant une prétendue "bourse aux graines" mondiale

Cher(e)s ami(e)s de Kokopelli,

L'organisation américaine AVAAZ a lancé il y a quelques jours une nouvelle campagne de levée de fonds, intitulée « La meilleure manière d’arrêter Monsanto », et diffusée largement sur Internet et par mail, visant supposément à créer le « tout premier eBay pour semences à but non lucratif ».

L'association KOKOPELLI n'est absolument pas à l'origine de cette campagne et ne connaît aucune organisation française ou européenne qui y participerait.

De plus, le courriel faisant la promotion de cette campagne prétend que « une coalition de 20 groupes et personnalités de l’agriculture durable tels que le Center for Food Safety et l’activiste Vandana Shiva sont prêts à lancer le projet. » Nous ne connaissons pas ces groupes, qui ne sont pas nommés, mais nous avons contacté Vandana Shiva à ce sujet et elle nous a répondu ceci : “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it.” (je ne suis pas engagée dans cette initiative, et n'ai jamais été contactée ou consultée à son sujet) !!! Elle a également manifesté son indignation face à la récupération de ses nom et notoriété sur son blog SeedFreedom.

Si, sur ce blog, l’organisation américaine Center for Food Safety endosse ces manœuvres grotesques et parle « d’erreur » et de « malentendu », nous n’y croyons pas du tout. De quel type d’erreur peut-il s’agir lorsqu’il est question de lancer une campagne mondiale, dans 17 langues, pour récolter plusieurs centaines de milliers de dollars, voire des millions – car les sommes globales récoltées sont soigneusement occultées, mais ce sont déjà plus de 55.000 personnes qui ont donné - ?

Nous remarquons, de plus, que le texte de présentation de la campagne est très mal rédigé ; que ses termes sont particulièrement évasifs ; qu'il n'existe aucun site Internet relatif au projet évoqué ; que les “fermiers” et “organisations” partenaires ne sont pas nommés ; que les éventuels fournisseurs et bénéficiaires des semences ne sont pas identifiés ; que les actions projetées ne tiennent aucun compte des contraintes réglementaires qui nous obèrent depuis 60 ans, etc.

Tout cela n'est pas sérieux, et il semble donc que cette campagne soit une nouvelle imposture de l'organisation AVAAZ - dont nous-même, et d’autres, avons déjà dénoncé le caractère plus que douteux par le passé - destinée seulement à récolter des fonds auprès d'internautes généreux mais bien trop crédules.

Nous demandons donc le retrait immédiat de cette campagne - ou bien le détail exact et complet du projet évoqué dans celle-ci, s’il existe - et la transparence la plus totale sur l’utilisation des sommes récoltées, ou leur restitution aux donateurs trompés !

Nous vous recommandons donc la plus grande prudence vis-à-vis de cette campagne, et, de manière générale, vis-à-vis de l’organisation AVAAZ, et vous invitons à faire circuler ce message au plus grand nombre de destinataires possible.

L'équipe de Kokopelli - le 16 juillet 2014.


* * *


Special news from Kokopelli: AVAAZ, pull the veil away !

BEWARE: Kokopelli denounces AVAAZ’s fraudulent campaign concerning a so-called global “seed exchange”

Dear friends of Kokopelli,

A few days ago, the american organisation AVAAZ has launched a new fundraising campaign called “the best way to stop Monsanto”, widely circulated on Internet and by e-mail, and supposedly intended to create “the first ever, non-profit “eBay” of seed”.

The association KOKOPELLI is absolutely NOT the initiator of that campaign and knows no French or European organisation participating in it.

Moreover, the e-mail promoting this campaign pretends that “a coalition of more than 20 groups and leaders in the field of sustainable agriculture like the Center for Food Safety and activist Vandana Shiva are standing by ready to launch the project.” We don’t know these groups, which are not designated, but we have contacted Vandana Shiva on this topic and here is what she answered: “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it”!!! She has also expressed her indignation at the hijacking of her name and reputation on her SeedFreedom blog.

On this blog, the US organisation Center for Food Safety takes responsibility for these grotesque tactics and talks about “error” and “misunderstanding”, but we don’t believe a word of it all. What kind of error can it be when it is about launching a worldwide campaign, translated into 17 languages, in order to collect several hundreds of thousands of dollars, if not millions – because we have noted that the global amounts collected are carefully blanked out, but already more than 55.000 persons have donated -?

We also note that the text presenting the campaign is very poorly drafted, that its terms are very evasive, that no Internet website exists for the project mentioned, that the partner “farmers” and “organisations” are not designated, that the potential suppliers and beneficiaries of seeds are not identified, that the proposed actions have no consideration for the regulatory constraints which undermine our action since 60 years, etc.

All of that is not serious, and it seems therefore that this campaign is a complete sham of the organisation AVAAZ – of which we have already denounced the dubious character in the past (only in FR) – intended only to raise money at the expenses of generous but far too credulous web users.

We therefore ask for the immediate withdrawal of this campaign – or the exact and complete details of the project mentioned in it, if it exists – and full transparency on the use of collected sums, or complete refund to the deceived donors!

In any case, we recommend the utmost prudence concerning this campaign and, in general, concerning AVAAZ, and invite all of you to circulate this message to the largest possible number of recipients.

Kokopelli’s team – 16 July 2014


* * *


Noticia especial de Kokopelli: ¡AVAAZ, quítate la máscara!

ATENCIÓN: Kokopelli denuncia la campaña fraudulenta de la organización AVAAZ respecto a un supuesto «mercado de semillas» mundial

Estimad@s amig@s de Kokopelli,

La organización norteamericana AVAAZ lanzó hace algunos días una nueva campaña de levantamiento de fondos, llamada «la mejor manera de frenar a Monsanto», difundida ampliamente en Internet y por correo electrónico, pretendiendo supuestamente crear “el primer mercado de semillas sin ánimo de lucro de Internet”.

La asociación KOKOPELLI advierte que NO es la iniciadora de esta campaña y que no conoce a ninguna organización francesa o europea que participaría de ella.

Además, el correo electrónico promoviendo esta campaña afirma que “una coalición de más de 20 grupos y líderes en el ámbito de la agricultura sustentable, como el Centro para la Seguridad Alimentaria (con base en EU) y la activista Vandana Shiva están listos para lanzar el proyecto”. No conocemos a estos grupos, que no están nombrados, pero hemos contactado a Vandana Shiva al respecto y esto es lo que nos ha contestado: “I am not involved in this initiative, have never been contacted or consulted about it.” (no estoy involucrada en esta iniciativa y nunca he sido contactada o consultada a este respecto)!!! También manifestó su indignación frente a la recuperación de su nombre y notoriedad en su blog SeedFreedom.

Si bien, en ese blog, la organización norteamericana Center for Food Safety (Centro para la Seguridad Alimentaria) asume la responsabilidad de estas maniobras grotescas y habla de “errores” y “malentendidos”, no le creemos nada. ¿Que tipo de error podría ser cuando se trata de lanzar una campaña a nivel mundial, traducida en 17 idiomas, para recaudar varios cientos de miles de dólares, o tal vez millones – ya que las sumas globales recaudadas quedan cuidadosamente ocultadas, pero ya tienen a más de 55.000 donadores-?

Notamos además que el texto de presentación de la campaña está muy mal redactado, que sus términos son particularmente evasivos, que no existe ninguna página web asociada al proyecto mencionado, que los “campesinos” y “organizaciones” asociados no están designados, que los eventuales proveedores y beneficiarios de las semillas no están identificados, que las acciones proyectadas no toman en cuenta los varios obstáculos reglamentarios que nos perjudican desde hace 60 años, etc.

Todo eso no es muy serio, y parece que esta campaña es una nueva impostura de la organización AVAAZ – cuyo carácter más que dudoso ya denunciamos en el pasado (solo en FR) – destinada solo a levantar fondos a costa de internautas generosos pero demasiado crédulos.

¡Pedimos entonces el abandono inmediato de esta campaña – o bien el detalle exacto y completo del proyecto mencionado en ella, si existe – y la más completa transparencia sobre el uso de los fondos recaudados, o su restitución a los donantes engañados!

Les recomendamos la mayor prudencia respecto a esta campaña y, en general, respecto a la organización AVAAZ, y les invitamos a circular este mensaje al mayor número de destinatarios posible.

El equipo de Kokopelli – el 16 de Julio del 2014.

Association Kokopelli - 22 Cap de Lourm - 09290 Le Mas d’Azil - France
Tél : 05 61 67 69 87 - Fax : 05 34 02 14 54 / semences@kokopelli-semences.fr - www.kokopelli-semences.fr

Posté par Jocegaly à 08:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

20 juillet 2014

Gaza : MENSONGES MEDIAS Une journaliste de CNN mutée après avoir traité des Israéliens "d'ordures"

YAHOO

Gaza : Une journaliste de CNN mutée après avoir traité des Israéliens "d'ordures"

Un tweet lourd de conséquences. Comme le rapporte Le Figaro, la journaliste de CNN Diana Magnay, qui couvrait le conflit à Gaza, a été mutée par sa chaîne après avoir écrit sur Twitter que des Israéliens, qui l'avaient selon elle menacée, étaient des "ordures".

Jeudi, la journaliste réalisait un direct depuis une colline surplombant la frontière entre Israël et Gaza (images ci-dessus). "Je crois que vous voyez probablement qu'il y a énormément d'Israéliens rassemblés ici, qui crient et applaudissent lorsqu'ils voient ces frappes israéliennes", déclarait Diana Magnay à l'antenne alors qu'on pouvait entendre de nombreuses voix autour d'elle. Après le tournage, Diana Magnay a finalement tweeté : "Les Israéliens sur la colline de Sdérot applaudissent lorsque les bombes frappent Gaza. Ils menacent de détruire notre voiture si on dit un mot de travers. Ordures". Un tweet rapidement supprimé mais après avoir été partagé plus de 200 fois.

"Après avoir été menacée et harcelée avant et pendant son direct, Diana a réagi avec colère sur Twitter" a expliqué une porte-parole de CNN au Huffington Post. Elle regrette profondément le langage qu'elle a utilisé, qui visait directement ceux qui avaient pris pour cible l'équipe de reportage". Avant d'ajouter : "Elle n'a aucunement voulu heurter qui que ce soit d'autre que ce groupe, et elle se joint à CNN pour s'excuser si quiconque a pu se sentir insulté". La même porte-parole de CNN a enfin annoncé que Diana Magnay avait depuis été mutée à Moscou.

Retrouvez cet article sur Puremedias

Posté par Jocegaly à 19:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

UKRAINE - MH17, suite

LES CRISES Olivier BERRUYER

 

20/07/2014

Quelques informations de qualité, que je partage (certaines contradictoires, mais cela permet de poser les bonnes questions…

MH17 par Jacques Sapir

19 juillet 2014

La destruction du vol MH17 de la Malaysian Airlines le 17 juillet a suscité une intense et justifiée émotion. Les revendications et accusations contradictoires se sont succédées. Les informations disponibles pour le grand public sont extrêmement fragmentaires. On peut, cependant remarquer certaines incohérences dans la mise en cause, du côté des gouvernements de l’OTAN et de la presse de ces pays des insurgés ukrainiens.

Un chose semble (mas nous verrons qu’elle n’est pas certaine) acquise, c’est que la destruction du Boeing 777 de la Malaysian Airlines est due à un missile Sol-Air. Il faut alors rappeler quelques faits de base concernant ces missiles. Leur portée et l’altitude qu’ils peuvent atteindre dépendent de l’énergie contenue dans le combustible de leur moteur fusée. Mais, cette portée et cette altitude dépendent aussi des caractéristiques de leur cible potentielle. Face à un avion rapide la portée sera plus faible que face à un avion lent. A contrario, un avion lent sera plus vulnérable à une certaine altitude qu’un avion rapide.

I. De quelles armes disposent les insurgés des région Est de l’Ukraine ?

Jusqu’à maintenant ces insurgés ont fiat usage de missiles portables, et tirables à l’épaulé. Ces missiles sont des descendants du SAM-7 « Strela » utilisé par les forces soviétiques. Il s’agit très probablement du SAM-18 (code OTAN « Grouse »). Ce missile atteint une vitesse maximale de 800 m/sec. Il est capable d’intercepter un appareil volant à 450 m/sec à 3500 m d’altitude. Mais, si la vitesse de l’appareil visé est inférieure, il peut être atteint bien plus haut. Néanmoins, il est exclu qu’il puisse atteindre un avion volant à 10 000 m et 250 m/sec (900 km/h) comme le Boeing 777 du vol MH17. Les caractéristiques de cet appareil impliquent un missile plus lourd, et l’un des « coupables » présumés est le système d’arme SAM-17 ou un SAM-11 plus ancien, ces deux missiles étant appelé « Buk » par les Russes.

Cependant, des informations concordantes, provenant de la presse ukrainienne et du site du ministère de la défense d’Ukraine, établissent que les insurgés n’auraient pas eu à leur disposition le système d’arme Sol-Air « Buk » (SAM-17 pour l’OTAN)[1]. Bien entendu, la déclaration du ministère de la défense date du 29 juin. Il n’est pas complètement impossible que les insurgés aient pu se procurer ce type d’équipement entre le 29 juin et le 17 juillet ou le remettre en état. De même, il n’est pas complètement impossible que l’armée russe soit entrée dans les deux provinces insurgées. Mais, cela aurait provoqué une très forte réaction internationale, car ce type de mouvement ne peut rester secret, compte tenu de l’ampleur des moyens de surveillance électronique déployés dans la régions ( avion AWACS de l’OTAN S-3 Sentry volant au-dessus du territoire roumain). Or, l’OTAN n’a nullement réagi.

II. Procédures de tir

Un point important concernant le SAM-11/17 est qu’il nécessite l’emploi de deux radars. Contrairement aux missiles portables comme le SAM-18, son guidage n’est pas à infra-rouge mais fait appel à ce qui est appelé un « radar semi-actif ». Le missile se guide sur les ondes qui sont envoyés par un radar à terre, sur son véhicule de tir (le TELAR) qui doit donc éclairer en permanence la cible. Mais, il nécessite aussi un radar de contrôle de l’espace aérien et d’acquisition pour que cette cible soit désignée. Le radar d’éclairage et d’écartométrie est le système « Kupol » (code OTAN « Snow Drift ») qui travaille en bande H/I. Le radar de contrôle et d’acquisition est le modèle 9S35 (code OTAN « Fire Dome »). La portée de ce radar est de 85 km. Par ailleurs, les batteries de missiles sont souvent intégrées dans des ensembles (brigades de défense anti-aérienne) dotés de radar de détection à plus longue portée (250 km).

Le tir implique une première acquisition par le « Fire Dome » avant que le radar « Snow drift » puisse entrer en action et guider le missile. Le SAM-11/17 est un système complexe qui exige un personnel bien entraîné et dont la formation est longue.

III. Incohérences du lieu du crash.

Le lieu du crash se trouve entre les villes de Snezhnoye et de Torez. Mais, l’appareil, dont la trajectoire était nord-ouest / sud-est, a du être touché bien plus à l’ouest. En effet, compte tenu de sa vitesse (900 km/h) et de son altitude (10 000m), même s’il s’est partiellement désintégré, il a nécessairement continué sur sa trajectoire. L’explosion au sol montrée sur les différentes vidéo du crash indique qu’une partie substantielle de l’appareil (dont le poids au décollage est de 300 tonnes) s’est écrasée. Un calcul simple indique que l’avion a été touché à 30 km du lieu où il s’est écrasé. Compte tenu des délais d’acquisition du missile et de la batterie qui le sert, cela veut dire que l’acquisition elle-même a dû se faire probablement 50 km à l’ouest (sur la trajectoire de l’avion) du point d’impact. Cela porte à 80 km la distance du lieu du crash. Cela impliquerait que le radar « Fire Dome » se trouverait bien plus à l’Ouest que ce qui est affirmé aujourd’hui tant par les sources américaines qu’ukrainiennes. Il est en effet quasi impossible, sans radar de détection à longue distance, de commencer une procédure de tir en limite de portée. Si l’avion MH17 de la Malaysian Airlines avait été touché par un missile provenant d’une batterie située là où l’affirment les sources américaines et ukrainiennes, l’avion aurait dû s’écraser 20 à 30 km à l’est de son point d’impact. Autrement dit, le lieu du crash n’est pas cohérent avec l’hypothèse d’un missile tiré depuis là où l’on prétend qu’il l’a été. Pour s’écraser sur le lieu du crash, si l’avion a bien été abattu par un missile « Buk », il a du être atteint par un missile tiré depuis le territoire contrôlé par les forces ukrainiennes.

IV. Les précédents.

Il convient alors de se rappeler les incidents précédents de ce type. Nous avons la destruction d’un Tupolev-154 en 2001 par les forces ukrainiennes[2] et la tragédie du vol KAL-007 dans les années 1980. Dans ce cas, il est établi que les forces soviétiques ont confondu l’avion coréen avec un avion de reconnaissance électronique américain dont la trajectoire était quasi-identique. Quand l’avion de reconnaissance a fait demi-tour, il a été confondu avec un ravitailleur en vol et l’avion coréen pris pour l’avion de reconnaissance. L’incident du Tupolev-154 a eu lieu au-dessus de la Mer Noire, et il est vraisemblablement dû à un tir d’entraînement.

Les insurgés ont aussi abattu, début janvier, un Antonov-26, qui volait à 6500m. Mais, cet avion a une vitesse de croisière bien plus basse que celle du Boeing du vol MH17. Il ne dépasse pas 500 km/h. Il est parfaitement possible qu’il ait été abattu par un SAM-18. Le fait que les deux pilotes aient survécu (et se soient parachutés) alors qu’il n’y a eu aucun survivant du vol MH17 confirme que la charge militaire du missile qui a touché l’Antonov était de faible puissance, ce qui indirectement confirme l’hypothèse du SAM-18.

V. Un tir russe ?

Il faut maintenant revenir sur l’hypothèse d’un tir russe. Cette hypothèse implique que des unités de défense aériennes de la Russie opèrent au profit des insurgés. C’est possible, mais politiquement et militairement incohérent. Les insurgés ont eu a souffrir d’attaques aériennes à basse altitude (hélicoptères et avions d’assaut SU-25) et surtout de l’artillerie ukrainienne qui n’hésite pas à bombarder des cibles civiles. Si la Russie voulait aider les insurgés, c’était bien plus en fournissant des moyens de contre-batterie (dans l’artillerie) ou une défense anti-aérienne locale (avec le système « Tunguska ») qu’elle l’aurait fait. On ne peut pas exclure cette hypothèse, mais elle est très peu probable.

VI. Un tir ukrainien ?

On a déjà dit pourquoi, si l’avion a été abattu par un missile (ce qui n’est pas encore complètement acquis), il est plus que probable que ce missile ait été tiré du côté ukrainien. Mais, on peut se demander pourquoi l’armée ukrainienne aurait-elle déployé ce type de système alors que les insurgés n’ont pas d’aviation. Seulement, il faut se souvenir que l’artillerie ukrainienne a bombardé une ville russe sur la frontière au début du mois de juillet, et que le gouvernement russe a menacé l’Ukraine de frappes ciblées. Ces frappes auraient visé les moyens de l’artillerie ukrainienne qui sont aujourd’hui la principale menace pour les insurgés. Il est alors logique que l’armée ukrainienne ait déployé des moyens de défense anti-aérienne. Compte tenu des précédents, on peut s’interroger sur le fait que l’Armée ukrainienne ait pu confondre le vol MH17 avec un vol militaire russe, en provenance du Belarus et cherchant à prendre « de dos » les forces déployées contre les insurgés. Ce n’est, certes, qu’une hypothèse, mais elle serait cohérente avec le lieu du crash.

(Source)

***

 

Jean-Claude Allard : «L’Ukraine zone charnière entre Américains et Russes»

Le général Jean-Claude Allard est Directeur de recherches à l’IRIS – enfin un vrai expert apparemment…

 

Si ce tir contre un avion civil est volontaire, quel peut-être le but poursuivi et par qui ?

J’ai beaucoup de mal à imaginer que ce soit un tir volontaire ou alors, s’il est volontaire, il l’est sur une cible qui a été confondue avec autre chose. C’est-à-dire que si l’on regarde les acteurs que l’on veut toujours nommer dans ce conflit, c’est-à-dire le gouvernement ukrainien, les séparatistes et les Russes, je vois très mal pourquoi les Russes et même les séparatistes tireraient sur un avion qui survole l’Ukraine à 10 000 mètres. Les Russes n’ont aucun intérêt à rendre leur territoire dangereux pour les lignes sinon c’est une catastrophe pour eux. Je crois donc qu’il faut les exclure. Reste le gouvernement ukrainien et les séparatistes. Les forces ukrainiennes peuvent être à l’origine de ce tir en ayant pensé que cet avion était un avion russe tentant d’obtenir des renseignements ou tout autre chose, c’est aussi une hypothèse. Et puis enfin il y a l’hypothèse des séparatistes. Mais si cela a été tiré à partir du sol, cela signifie une opération complexe et l’emploi d’une batterie SA 11 ou SA 17 assez difficile à mettre en œuvre. Et je ne vois pas d’explication valable pouvant justifier un éventuel tir de leur part, n’arrivant pas à comprendre pourquoi quelqu’un aurait voulu déclencher cela afin de déclencher quelque chose de pire.

La présence de deux avions de chasse aurait également été signalée, sur le secteur, sans que cela soit confirmé.

Effectivement, la présence d’avion de chasse est aussi évoquée. Il y a donc des choses complexes qui ont pu se passer. D’où l’urgence de sécuriser la zone pour conduire une enquête inattaquable. Cependant selon moi ce vol n’a pas été abattu en tant que vol mais en tant que cible présumée hostile. En méthodologie, je ne vois pas d’autres explications, tous les débats restent évidemment ouverts, mais je ne pense pas non plus qu’un camp ait essayé de faire porter le chapeau à l’autre. C’est une zone de guerre et la tension est très forte, on a peur, et les troupes se sont laissées aller.

Dans un récent article pour l’IRIS, vous avez résumé l’Ukraine comme un champ d’affrontement entre la Russie et les États-Unis. Quelles conséquences cette affaire peut-elle avoir sur les relations entre l’Europe, les États-Unis et la Russie ?

L’Ukraine est une zone charnière. Pour les Russes, c’est un point de passage pour leurs exportations de gaz vers l’Europe et de pétrole vers le monde via le port que leur autorisait l’Ukraine. À partir du moment où les Russes ont vu échapper à leur contrôle ce port, la Russie a mis la main sur la Crimée parce qu’on touchait à ses intérêts vitaux. Il aurait fallu réfléchir, à mon sens, avant de pousser la Russie à cette extrémité et c’était là le rôle de l’Europe face à des États-Unis qui veulent faire basculer l’Ukraine dans leur camp pour verrouiller la Russie à l’ouest et mieux pouvoir s’occuper de la Chine par ailleurs, l’Europe aurait dû comprendre que la Russie veut se développer et qu’elle a besoin de traverser l’Ukraine pour livrer son gaz. Dans ce contexte, il faut maintenant que les grands de ce monde, les États-Unis et la Russie et surtout l’Union européenne calment les tensions et disent «non, on ne veut pour l’instant imputer ce drame à personne mais le jour où le responsable sera identifié et qu’on pourra le prouver, là, il sera fortement sanctionné.»

Ce vendredi, Vladimir Poutine a invité les protagonistes à entamer un «dialogue de paix». Votre réaction ?

Depuis mars 2013 où Vladimir Poutine a publié sa nouvelle stratégie pour la Russie, il ne cesse de dire, «il faut s’asseoir à une table, il faut discuter et il faut que nous gérions le monde en multilatéral». Cela pose un problème, je le conçois, car on se dit toujours «est ce qu’il est honnête et sincère ou est-ce qu’il veut nous tromper ?» Son intérêt, pourtant, en tant qu’exportateur de gaz et de pétrole n’est pas de dresser l’Europe contre lui, il faut le comprendre et s’asseoir à une table avec lui.

La trêve liée à l’enquête peut-elle entraîner une trêve plus générale ?

Il faut le souhaiter et cela peut être le cas justement si à présent les deux grands qui se battent sur cette charnière, Les États-Unis et la Russie, et la charnière elle-même, c’est-à-dire si le président Porochenko et ses opposants, arrivent à dialoguer, chacun tenu en laisse par le grand qui les soutient.

Recueilli par Pierre Challier pour LaDepeche.fr
***
The Saker

Grande faire au tout et n’importe quoi chez Saker, mais quelques bonnes informations / questions, que je sélectionne (le reste est pour moi hautement sujet à caution, donc je n’en parle pas, on verra si ça se confirme) :

17 juillet 2014 – CNN rapporte que c’est une tempête qui a forcé à détourner la route du vol MH17, mais cela était faux.
@ @ gbazov GrayCardinal1 : Il n’y a eu aucune tempête. http://t.co/NpQbtGMEHF
- Rosa Luxembourgeoise (@ RosaLuxembourge) 17 Juillet, 2014

 

# 15 – Examen de la fausse interception répandue par le SBU (Service de sécurité ukrainien)

https://www.youtube.com/watch?v=V5E8kDo2n6g

Remarque : La moitié de la publication est traduite ; l’autre moitié est spéculative.
L’original complet (en russe) peut être consulté à Eugene-DF LiveJournal

Dans l’interception diffusée par les services ukrainiens, le lieu d’où le missile aurait été lancé est clairement indiqué : il s’agit du point de contrôle de la colonie de Chernukhino.

Portez maintenant une attention particulière à la carte de la catastrophe du MH17, telle qu’alléguée par cette publication.

Comme vous pouvez le voir, la distance entre le point de lancement et le point de chute de l’avion est de 37 km. On sait par ailleurs que l’altitude de l’avion était de 10 à 11 km. Pour un BUK M2 russe, il est en effet possible d’atteindre une cible à cette distance (mais avec une mise en garde très importante, voir ci-dessous).

Cependant, l’Ukraine ne possède pas, ce n’est pas possible, la haute technologie des systèmes numériques modernes de lutte anti-aérienne. Elle n’a tout simplement pas cela dans son arsenal. Ce qu’elle a, au mieux, c’est la plus ancienne version du BUK M1. Le système lui-même n’est pas trop mauvais, et pourrait même faire l’affaire dans le cas d’une distance de la longueur indiquée. Sauf pour ce qui est de la mise en garde déjà mentionnée.

Le problème est que la plupart des systèmes anti-aériens à courte et moyenne portées fonctionnent très mal en mode « poursuite ». Il y a un certain nombre de raisons à cela, et je n’ai pas l’intention d’insister trop sur ce point, mais vous pouvez prendre comme un axiome que lorsque le lancement se fait en « poursuite » de la cible, la distance maximale de lancement permettant de frapper la cible avec succès est au moins la moitié de la distance maximale annoncée (en réalité, elle est même moindre, mais laissons le côté pessimiste des choses). Par conséquent, la distance réelle d’un tir de BUK M1 en « poursuite » est de 16 km. De plus, les 3 derniers kilomètres sont purement et simplement laissés « à la grâce de Dieu », et ils sont « sans garantie ».

Dès lors, nous avons l’arrière-plan. Voyons comment l’image se déploie :

Le lancement, nous dit-on, aurait été effectué à partir de Chernukhino. La distance maximale de lancement est de 16 km. L’avion est tombé entre Snezhnoye et Torez. C’est-à-dire à une distance de 37 km, ce qui fait 20 km de plus que le point maximal auquel il était possible d’atteindre l’avion. Vous savez, même un avion avec les moteurs coupés ne peut pas glisser sur l’aile comme ça. Mais le problème est que l’avion n’était pas entier.

Si l’on observe la configuration de la diffusion des fragments et des gros éléments du fuselage, l’avion s’est rompu pratiquement au premier impact. Ici, il doit être mentionné que la tête de la roquette – une ogive à fragmentation hautement explosive – a une masse d’environ 50 kg (soit dit en passant, les Ukrainiens ont une version dépassée, de 40 kg seulement).

Dans l’ensemble, il faut bien cela. Cependant, il faut comprendre qu’elle n’explose pas au contact de l’avion, mais en s’enfonçant dans sa cible, et la distance d’enfoncement est assez significative. En outre, le principal facteur de frappe n’est pas l’onde de choc, mais de façon bien plus significative, le flux de fragments. Ces fragments sont des tiges préalablement préparées (et dans les versions antérieures, de petits cubes, si je me souviens bien). Et oui, pour un avion de chasse, c’est en soi plus que suffisant.

Cependant, ici nous avons affaire à un énorme avion de ligne. Oui, une fusée déchirera l’enveloppe de carlingue, provoquera une dépressurisation, et tuera un grand nombre de passagers. Mais l’avion ne sera pas brisé en plusieurs pièces. En certaines conditions, les pilotes pourraient même être en mesure de le faire atterrir. Et, en fait, il y a eu des précédents (j’en parlerai dans les publications à venir). Par exemple, le même An-28, dont on dit qu’il aurait été la première victime d’un système BUK ; même si cela avait été fait pour, l’équipage est tout de même parvenu à s’éjecter avec succès. Ce qui, d’une certaine façon, est révélateur. Un An-28, en passant, est beaucoup plus petit qu’un Boeing.

Néanmoins, ceci se rapporte à la partie suivante de notre analyse. Pour l’instant, nous allons accepter comme un fait que l’avion s’est brisé en l’air, à une hauteur significative (ce qui est, en substance, ce qui a été observé. Permettez-moi de vous rappeler : « Fragments répartis sur un rayon de 15 km »). La clé ici est que cela signifie ce qui suit : l’avion (ou, plus précisément, le noyau de l’avion) est tombé littéralement (c’est-à-dire verticalement) à l’endroit au dessus duquel s’est produit l’impact de la fusée. Pour clarifier : dès que l’avion a été transformé en une multitude de fragments de masses différentes, la séparation de ces fragments a commencé à cause de la résistance de l’air et de la différence d’inertie. Le fragment le plus dense a volé encore 3 à 6 kilomètres, tombant de façon de plus en plus abrupte. Les plus légers se sont étalés et, en raison du phénomène de glisse et des courants d’air, sont tombés quelque part dans un rayon de 10 km. Les fragments de taille moyenne (principalement des morceaux de carlingue, dont l’effet de voile était élevé, et les corps des victimes) ont chuté presque à la verticale.

En d’autres termes, la fusée aurait rattrapé l’avion à au moins 25 kilomètres de Chernukhino. Ce qui est absolument impossible pour un système BUK.

Par ailleurs, et c’est là ce contre quoi je mettais en garde précédemment, nous ne pouvons pas négliger le fait que, aux distances maximales, le BUK ne peut être utilisé qu’à la condition d’avoir le soutien d’une installation de radar externe pour la localisation et le guidage. En d’autres termes, même si une roquette vole loin, le radar mobile du BUK ne couvre pas la totalité de la distance.

En conséquence, si la vidéo du SBU ci-dessus n’est pas un faux, alors, à notre grande surprise, nous découvrons qu’il était littéralement impossible que l’avion ait été descendu par un BUK en possession des rebelles. Par ailleurs, qu’est-ce ce lanceur BUK aurait bien pu faire dans Chernukhino, en compagnie des Cosaques ? C’est passablement inexplicable. C’est à 60 km aussi bien de Donetsk que de Lugansk, et ce BUK serait dans l’incapacité de protéger le ciel d’aucune de ces deux principales villes de Novorossia. Il n’y a pas non plus d’hostilités dans la région. Il est également étrange pour la Milice de s’attendre à voir là des avions ennemis ; ce n’est pas comme si les pilotes étaient leurs propres ennemis, à faire de tels détours au dessus du territoire de l’ennemi, n’est-ce pas ? Bon, d’accord, comme je l’ai déjà dit, acceptons, pour le moment, de considérer que l’interception n’est pas un faux.

Et c’est ce qui est si étrange ici : le SBU sert comme sur un plateau des éléments prouvant que la milice n’a aucune part dans l’attentat contre le Boeing ! Le fait qu’ils s’accusent eux-mêmes de la sorte par cet enregistrement peut en fait se comprendre. Contrairement aux fascistes, ils ont une conscience, qui se manifeste ici en s’assurant qu’on sache bien que ce n’était pas l’autre camp qui a fait le coup.

D’accord. Mais quelqu’un a bel et bien abattu l’avion, non ?

Bien sûr qu’il a été abattu. Et ici il faut poser une autre question : si cet enregistrement est une falsification de bout en bout, ne faut-il pas alors qu’il ait été préparé à l’avance ? Et puis diffusé ?

C’est là que la fumée commence à s’éclaircir, et les miroirs à se briser.

C’est le problème avec les ruses.

 

# 13 Une présentation brève mais bien faite au sujet des preuves fabriquées par l’Ukraine

Vidéo: Paul J. Watson – « Des preuves fabriquées pour incriminer la Russie dans la destruction du vol MH17 ? »

https://www.youtube.com/watch?v=RMgIpC-bCfQ

 

# 12 – Analyse du point de vue de l’aérodynamique et de la physique : l’armée ukrainienne est responsable

RESUME DE L’ANALYSE : Ce que tout cela signifie, c’est que si une fusée BUK avait été tirée depuis le territoire contrôlé par la milice, le Boeing serait tombé beaucoup plus loin vers le sud-est. C’est-à-dire en territoire russe. Et qu’autrement, la milice n’aurait eu pas le temps de détecter l’avion, effectuer la saisie électronique et de lancer la fusée. Si c’était un BUK, et pas un avion de chasse, alors il est fort probable que le lancement a été effectué à partir du territoire contrôlé par l’armée ukrainienne, et que la fusée a été envoyée à la « poursuite » de l’avion.
Origine: 4yma3iy LiveJournal

 

Je ne suis pas un spécialiste de l’aérodynamique, je suis un expert en radio-électronique. Néanmoins, je suis spécialisé dans l’aviation. S’il y a ici des spécialistes de l’aérodynamique, à vous s’il vous plaît de me reprendre.

Données initiales : l’altitude de vol de l’avion est de 10.000 mètres, la vitesse est de 900 km/h (soit 250 m/s).

A en juger par les photos prises sur le site du crash, où toutes les pièces se trouvent dans un même lieu, il apparaît que l’avion est tombé comme un tout (c’est à dire que des fragments ont pu se disperser, mais que le fuselage est resté intact). Ainsi, l’appareil était bien « d’une seule pièce », c’est-à-dire qu’il ne s’est pas rompu et disloqué en l’air.

Par conséquent, il doit être considéré comme ayant formé un seul corps, dont la vitesse a grandement dépendu de la résistance de l’air, notamment en raison des caractéristiques de conception de l’avion et de l’utilisation à laquelle il était destiné.

Le temps de la chute libre d’un corps est de :
T = racine carrée de (2h/g)

Ainsi, d’une hauteur de 10.000 mètres, un corps mettra à tomber :
T = racine carrée de (2*10000/9.8) = 45 secondes. CEPENDANT, cela ne s’applique que dans le vide.

Dans le même temps, la vitesse de descente en cas de chute de cette hauteur est de :
V = racine carrée de (2gh)

Cette vitesse sera donc égale à 442 m/s. CEPENDANT, encore une fois, cela ne s’applique que dans le vide.

Dans les conditions de la vie réelle, une chute se produit avec une certaine vitesse maximale, vitesse qui plafonne lorsque la force de résistance de l’air devient égale à la force de gravité. Pour le corps d’une personne, par exemple, cette vitesse est égale à 40 m/s. Pour une balle, cette vitesse est d’environ 50 m/s (selon la forme et la masse de la balle). Compte tenu de la masse de l’avion et de sa taille énorme, prenons une vitesse de 40 m/s.

De ce fait, l’avion serait tombé pendant environ 250 secondes, que nous allons arrondir à 4 minutes, ce qui est assez proche de ce qui s’est passé.

Admettons que la réduction de la vitesse horizontale se produise également selon une équation linéaire avec une certaine accélération.

Le vecteur de la force de résistance de l’air sur l’avant vient contrarier la vitesse de déplacement, et sa puissance est proportionnelle à la surface caractéristique S, à la densité de l’environnement ρ et à la vitesse V au carré :
V = C((P*V^2)/2)*S

Pour le corps aérodynamiquement bien conçu d’un aéronef, Cx < 0,3

Calculons la force de résistance de l’air à la vitesse de 250 m/s :
0,3*1,26*250*250/2*50 = 590 кН

MH17

La masse du Boeing 777 = 300 tonnes (en état équipé)

Cela signifie que la décélération horizontale due à la résistance de l’air serait de 590/300 = 2 m/s^2, exactement comme je le soupçonnais (cependant, c’est à la vitesse maximale).

Maintenant, nous allons prendre notre équation de lycée préférée :
X=(V1^2-V0^2)/2a

Compte tenu de la nature non linéaire de la décélération, il faut diviser par deux, et nous obtenons 31 kilomètres.

Prenons la portée de frappe du missile. Portée maximale de frappe de la fusée AGM-86 MDIHA :
A la hauteur de 30 m : 20 km
A la hauteur de 6000 m : 26 km
Probabilité de frappe réussie : 0,6 à 0,8

Cette distance ne doit pas être confondue avec la distance de détection.

Carte : épingle jaune à l’Ouest = lieu supposé du tir de la fusée ; épingle jaune à l’Est = site du crash

map missile

Ce que tout cela signifie, c’est que si une fusée BUK avait été lancée depuis le territoire contrôlé par la milice, le Boeing serait tombé beaucoup plus loin vers le sud-est – c’est-à-dire sur le territoire russe. Sinon, les miliciens n’auraient pas disposé du temps suffisant pour détecter l’avion, effectuer la saisie électronique et lancer la fusée.

Si c’était un BUK, et non un avion de chasse, alors il est fort probable que le lancement a été fait à partir du territoire contrôlé par l’armée ukrainienne, et qu’on a envoyé la fusée « à la poursuite » de l’avion.

# 11 – Les changements de route du vol MH17 du 14 juillet 2014 au 17 Juillet 2014

ingograph1

Captures d’écran des trajectoires de vol des MH17 pour les 14, 15, 16 et 17 juillet 2014 :

14th-july-route

16th-july-route

17th-july-route

 

# 10 – Un témoin oculaire fait état de la présence d’un avion de chasse et de 3 explosions au moment où le vol MH17 a été abattu.

Lien audio : CASSAD net

Transcription de l’appel téléphonique du témoin oculaire :

« …une feuille de papier isolée qui est tombée de l’avion, avec du sang frais dessus, vous pouvez la voir. Des bagages aussi sont tombés, plus loin, dans le secteur du village de Petropavlovka, il y a des fragments là-bas. Il y a un groupe sur VKontakte qui a déjà posté des photos avec des pièces du Boeing. Et aussi, au-delà de Rassypnoye, près de Terrikon, il y a des cadavres. Il y avait des gens là-bas, et ils ont tout vu.

J’ai vu, personnellement, qu’il y a eu trois explosions. Une première, une deuxième et une troisième. Et là, après les premières explosions, je suis monté sur le toit et j’ai vu que l’avion tombait, il était déjà presque au sol. Il y a eu une explosion, un nuage noir, et il y avait deux parachutistes qui descendaient ; l’un descendait sur son parachute, sur l’aile. Le deuxième volait bas, très rapidement, comme une pierre. Et c’est ce que j’ai vu.

Cependant, exactement au même moment, un avion de chasse partait en direction de Debaltsevo. Il était au-dessus de Rassypnoye et volait vers Debaltsevo. C’est comme cela que je l’ai compris. »

# 8 – Des rapports militaries ukrainiens à Porochenko indiquent que les rebelles n’ont capturé aucun BUK.

Selon Vitaliy Yarema, dans une interview à Ukrainskaya Pravda, des responsables militaires ont rapporté au président Porochenko, immédiatement après l’attentat contre le Boeing 777 de la Malaysia Airlines, que les rebelles n’avaient capturé aucun système BUK des Forces armées ukrainiennes. Cela est confirmé dans un communiqué du ministère ukrainien de la Défense, publié le 30 Juin 2014.

Informations complémentaires : « Les milices n’ont pas de système de missile ukrainien BUK – Procureur général de l’Ukraine »

KIEV, le 18 juillet / ITAR-TASS /. Les milices dans les républiques autoproclamées du Peuple de Donetsk et du peuple de Luhansk ne disposent pas de systèmes ukrainiens de missile de défense antiaérienne Buk ni de S-300, a déclaré le Procureur général ukrainien Vitaly Yarema à la Pravda ukrainienne ce vendredi.

« Après que l’avion de ligne ait été abattu, l’armée a signalé au président que les terroristes n’avaient pas nos systèmes de missiles de défense aérienne Buk, ni de S-300 », a déclaré le procureur général. « Ils n’ont pas saisi de tels armements » a-t-il ajouté.

Le Ministre de l’Intérieur ukrainien Anton Gerashchenko a dit, le 17 juillet, que le Boeing 777 de la Malaysia Airlines avait été abattu par un système de missiles de défense aérienne Buk.

Le Boeing 777 de la Malaysia Airlines qui assurait la liaison entre la ville néerlandaise d’Amsterdam et la capitale de la Malaisie, Kuala Lumpur, s’est écrasé en Ukraine jeudi. Les 298 personnes qui se trouvaient à bord de l’avion sont mortes dans l’accident.

# 7 – Un témoin oculaire rapporte que deux avions suivaient le vol MH17, et que l’un des deux appareils a abattu le Boeing.

Vidéo : Le père du témoin oculaire raconte le crash du Boeing MH17 au dessus de l’Ukraine

https://www.youtube.com/watch?v=rPcbFJSGk7E

Transcription de la vidéo :

Narrateur : Qui l’a abattu ? Il a été abattu aujourd’hui, le 17 [juillet].
Narrateur : continuant. Le village de Grabovo. Comment c’était là-bas ? Qu’est-ce que votre fils vous a dit ?
Père du témoin : Eh bien, ils étaient assis là, sur une colline. Et, de derrière les nuages… deux avions volaient… l’un des deux est sorti de derrière les nuages.
Narrateur : Des avions militaires ont émergé ?
Père du témoin : Eh bien, il ne comprend pas. Puis, avec un seul coup, ils ont abattu le second avion. Et c’est tout. Le second avion, il a dit. D’un seul coup. Il y a eu un seul coup et c’est tout.
Narrateur : Et celui qui a été abattu, c’était l’avion civil ?…
Père du témoin : Et les deux … l’un est tombé, il a dit, et le second aussi… Je n’ai pas mon téléphone ici, je ne peux pas l’appeler.
[en arrière-plan] Ah, il a vu un avion de chasse… Bien sûr…
Narrateur : Le village de Grabovo, dans le district de Shakhtersk. A l’approche de Grabovo, il est tombé. Continuez à chercher des restes. Tout est en feu. L’aluminium a fondu. Toute la carlingue.

# 5 – Matériel vidéo du site du crash du MH17 via LIFEnews.

Vidéo: Vidéo exclusive du site de Crash du Boeing

ATTENTION, IMAGES ASSEZ DURES

(Source)

Catégories : Crise Politique Tags :  
Parmi les 75 réponses à MH17, suite : quelsuqs commentaires particulièrement intéressants et qui posent question ou ouvrent des pistes ..
 

Posté par Jocegaly à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Israël/Gaza : Sderot ou la "guerre canapé"

 @si

15h04 vu
Israël/Gaza : Sderot ou la "guerre canapé"
Par Vincent Coquaz le 11/07/2014

La guerre, comme un spectacle. Ces derniers jours, les JT avaient les yeux braqués sur Gaza, et pour obtenir des images, TF1 et France 2 ont eu la même idée. A un jour d'intervalle, les deux chaînes ont posé leur caméra sur le "promontoire" de Sderot, ville israélienne à un kilomètre de la bande de Gaza. Le 8 et 9 juillet, le téléspectateur se trouvait donc en compagnie d'Israéliens venus profiter de la "vue imprenable sur Gaza", "comme au spectacle".

picto Certains sont pour une intervention au sol, "pour en finir", d'autres y sont opposés. Mais tous soutiennent les raids aériens.

Format JT oblige, à part les images, on en sait très peu sur le contexte de ce promontoire de Sderot. A l'inverse, Libé proposait aujourd'hui (en papier uniquement) un reportage sur cette pratique curieuse... sans aucune image. "A moins d’un kilomètre de la bande de Gaza, la famille Hazan est venue assister au spectacle de la guerre en profitant d’un bon pique-nique à l’ombre d’un arbre centenaire", raconte Libé, qui cite la mère de famille : « Bien sûr, ce qui se passe de l’autre côté est triste pour les Palestiniens parce qu’il y a sans doute beaucoup de braves gens chez eux. Mais bon : ils ont voté pour le Hamas, n’est-ce pas ? Qu’ils en payent les conséquences !», lâche Shoshana qui avoue «ne pas s’occuper de politique» en replongeant aussitôt dans la préparation de ses sandwichs".

On apprend surtout que le public des bombardements est varié puisqu'on y voit des retraités, des vacanciers, des routiers ou des "beatnik sur le retour", qui viennent s'assurer "que le gouvernement ne ment pas et que l’opération «Bordure protectrice» s’amplifie".

Libe Sderot

Mais comment expliquer une telle fascination ? Pour un quinqua de Tel Aviv, c'est que "la guerre est permanente dans ce coin de la planète. [...] C’est pour cela qu’ils montent sans complexe sur ce promontoire : parce que la violence fait partie intégrante de leur vie et qu’elle ne les choque pas. Pour eux, c’est un spectacle comme un autre."

L'occasion de lire nos contenus sur la guerre de communication : "#Gaza : l'autre bataille sur Twitter" et "Israël / Gaza : roquettes ou missiles ?"

 

Posté par Jocegaly à 17:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]