J'ai eu 20 ans dans les années 70. En sabots et jupe à fleurs , j'ai été de tous les combats alternatifs de cette époque : antinucléaire, Larzac, la gueule ouverte, objection de conscience, bal folk et musique bretonne et j'en passe , j'ai même assisté a une conférence incroyable de René Dumont a l'Université de Poitiers... et de tous ces combats , il y en a un que je trouvais essentiel :  c'était le combat pour l'autogestion. Je trouvais l'idée magnifique de permettre à chacune et chacun d'être acteur de sa vie et de son environnement.

Et puis, le temps passant , j'ai eu le sentiment que cette utopie était vraiment lointaine. Néanmoins, soucieuse de participer au monde qui m'entoure, je me suis engagée dans des associations d'éducation populaire,  en politique et aussi professionnellement comme déléguée syndicale.

Et puis ,  ma route a d'abord croisé la 6 éme République d'Arnaud Montebourg. Une belle idée que cette "République des citoyens" ou a chaque pouvoir devait correspondre un contre pouvoir citoyen. Mais la encore, cette belle idée s'est éloignée victime des mauvais coups de ceux qui ne veulent rien lâcher de leur pouvoir.

Et puis, ma route a croisé celle de Ségolène Royal. C'était une réunion à Melle en 2003, elle avait fait une longue intervention sur 2 idées fortes : la démocratie participative et cette idée de l'expérimentation locale pour aller vers l'action générale. Il est ainsi des moments clés ou l'on se dit "bon sang mais c'est bien sur" ( ndlr :ca c'est pour celles et ceux qui lisaient la Rubrique a brac!).

Et puis , elle est devenue Présidente de la Région Poitou-Charentes. Il y a eu la mise en place de la "croissance verte"  qui conjugue  conversion écologique de l'économie, sécurisation des entreprises TPE/PME et des salariés, et création de nouveaux circuits économiques soucieux du pouvoir d'achat des habitants.

Et puis, face au système financier qui démantèle les entreprises du Poitou-Charentes, Ségolène Royal a décidé en 2008 de  soutenir la reprise des entreprises par les salariés en SCOP . Ma région est devenue la première région pour la création de SCOP avec 400 emplois sauvés. Et ca marche. Aujourd'hui, face au blocage de l'état et des industriels de l'automobile , elle dit pourquoi pas une SCOP pour "Heuliez".

Et de me dire que mon vieux rêve d'autogestion est peut être en train de devenir possible !!

.